Journaux britanniques et Adolf Hitler (activité en classe)

Journaux britanniques et Adolf Hitler (activité en classe)

Les journaux britanniques étaient assez sympathiques à Adolf Hitler quand il a pris le pouvoir en 1933. Harold Harmsworth (Lord Rothermere) le propriétaire du Le courrier quotidien et Journal du soir, était un partisan du gouvernement nazi et James Pool, l'auteur de Qui a financé Hitler : le financement secret de la montée au pouvoir d'Hitler (1979), a affirmé qu'il avait aidé à financer le parti nazi.

Le 30 janvier 1933, Rothermere publie une série d'articles en faveur du nouveau régime. Dans ses publications, il critiquait « les vieilles femmes des deux sexes » qui remplissaient les journaux britanniques de rapports enragés sur les « excès » nazis. Au lieu de cela, affirmait le journal, Hitler avait sauvé l'Allemagne des "Israélites des attachements internationaux" et "les méfaits mineurs de nazis individuels seront submergés par les immenses avantages que le nouveau régime accorde déjà à l'Allemagne".

William Maxwell Aitken (Lord Beaverbrook), le propriétaire de Express quotidien et le Soirée Standard , était également amical envers Hitler et tout au long des années 1930 a promu l'apaisement et a fait l'éloge de Neville Chamberlain et de l'Accord de Munich.

Geoffrey Dawson, rédacteur en chef de Les temps était un autre partisan du régime nazi. Il était membre du groupe de droite pro-Hitler, l'Anglo-German Fellowship. Il a été revendiqué par Stanley Morison, l'auteur de L'histoire du temps (1952) que Dawson avait censuré les rapports critiques du correspondant berlinois du journal, Norman Ebbutt. Un autre correspondant dans la ville, William Shirer a commenté : « Le problème pour Ebbutt était que son journal, le plus estimé d'Angleterre, ne publiait pas beaucoup de ce qu'il rapportait. Les temps à cette époque faisait de son mieux pour apaiser Hitler et inciter le gouvernement britannique à faire de même. Les vérités désagréables qu'Ebbutt téléphone tous les soirs à Londres depuis Berlin étaient souvent tenues à l'écart du grand journal ».

Le principal critique d'Hitler dans les journaux britanniques était le caricaturiste David Low. Un socialiste au franc-parler, les caricatures de Low, étaient si populaires auprès du grand public que Lord Beaverbrook, l'a engagé pour travailler au Soirée Standard. Bien que Beaverbrook ait été un fervent partisan du Parti conservateur, il a promis à Low qu'il aurait toute liberté d'exprimer ses propres opinions politiques radicales. Low produisait quatre dessins animés par semaine et ceux-ci étaient syndiqués dans 170 revues du monde entier.

Les caricatures de Low critiquant Adolf Hitler et Benito Mussolini ont entraîné l'interdiction de son travail en Allemagne et en Italie. Après la guerre, il a été révélé qu'en 1937, le gouvernement allemand avait demandé au gouvernement britannique d'avoir des "discussions avec le tristement célèbre Low" dans le but "d'exercer une influence sur lui" pour arrêter ses caricatures attaquant l'apaisement.

David Low a été attaqué par la presse conservatrice comme un « belliciste » en raison de son hostilité envers Neville Chamberlain et sa politique d'apaisement. Cependant, après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement britannique a exhorté ses artistes à monter une campagne contre Adolf Hitler et son gouvernement nazi.

J'exhorte tous les jeunes hommes et femmes britanniques à étudier de près les progrès du régime nazi en Allemagne. Ils ne doivent pas être induits en erreur par les fausses déclarations de ses opposants. Les distracteurs les plus méchants des nazis se trouvent précisément dans les mêmes sections du public et de la presse britanniques qui sont les plus véhéments dans leurs louanges du régime soviétique en Russie.

Ils ont lancé une campagne bruyante de dénonciation contre ce qu'ils appellent les « atrocités nazies » qui, comme quiconque visite l'Allemagne le découvre rapidement par lui-même, consistent simplement en quelques actes de violence isolés, inévitables au sein d'une nation à moitié aussi grande que la nôtre. , mais qui ont été généralisées, multipliées et exagérées pour donner l'impression que le régime nazi est une tyrannie sanguinaire.

De plus, la nation allemande tombait rapidement sous le contrôle de ses éléments étrangers. Dans les derniers jours du régime pré-hitlérien, il y avait vingt fois plus de fonctionnaires du gouvernement juif en Allemagne qu'avant la guerre. Les Israélites des attachements internationaux s'insinuaient à des postes clés dans la machine administrative allemande. Trois ministres allemands n'avaient que des relations directes avec la presse, mais dans chaque cas le fonctionnaire chargé de transmettre les informations et d'interpréter la politique au public était un juif.

Le spectacle de Mussolini tabassant si magistralement ses adversaires libéraux et socialistes ne pouvait manquer de susciter l'admiration dans certaines poitrines anglo-saxonnes. Un parti fasciste britannique a grandi du jour au lendemain ; et le Courrier quotidien, alors le plus grand journal populaire de Grande-Bretagne, l'a approuvé. Avec le zeste, j'ai ajouté le premier Lord Rothermere, son propriétaire, à mon casting de personnages de dessins animés. Il s'est bien maquillé dans une chemise noire aidant à attiser les feux de la haine de classe. Lord Rothermere était très furieux et se plaignait amèrement. "Le chien ne mange pas de chien. Ce n'est pas fait", a déclaré l'un de ses hommes de Fleet Street, comme s'il me donnait un adage moral au lieu d'une blague de voleur.

Lorsque les troupes allemandes ont réoccupé la zone démilitarisée de Rhénanie, Hitler a justifié la violation des traités de Versailles et de Locarno en affirmant que les deux étaient déjà morts. Il avait, dit-il, son propre plan de paix pour prendre leur place - un pacte occidental de non-agression de 25 ans. Quand Eden, devant l'intérêt anxieux de Van Zeeland (Belgique), Flandin (France), Litvinov (Russie), Titulescu (Roumanie) et d'autres, demanda la signification précise de détails vagues et ambigus, Hitler éluda la réponse.

Le réarmement de l'Allemagne et la réoccupation de la Rhénanie ont déséquilibré l'esprit d'État occidental entre la politique française de « résistance à l'Allemagne et de persuasion à l'Italie » et la politique britannique de « résistance à l'Italie et de persuasion à l'Allemagne ». L'état-major allemand avait été incapable de faire la guerre, mais Hitler pariait qu'il n'y aurait pas de résistance de la part des Français sans le soutien britannique. Lorsqu'il eut raison et que les dirigeants des deux démocraties refusaient toujours d'accepter le risque, ses généraux furent impressionnés par son « intuition ».

Interviewé à Manhattan, le caricaturiste britannique David Low a conseillé aux caricaturistes américains de "mettre fin à cette affaire de l'Oncle Sam et de John Bull. Votre Oncle Sam n'est pas plus représentatif du peuple américain que ma botte ou mon pied". Plus de conseils du satiriste perçant du London Evening Standard : "Quand vous considérez un homme comme une menace publique, vous lui donnez de la dignité. Vous ne le détruisez pas du tout.

"J'ai vu un dessin animé américain, par exemple, qui s'opposait à Mussolini et à Hitler. Le dessinateur les a dessinés comme des personnages énormes, énormes. Maintenant, Mussolini est un homme petit, et sa grande mâchoire est en grande partie due à un pli de graisse qui est soigneusement reflété dans les photographies. Hitler n'est pas une figure impressionnante. Il a un nez retroussé, de bons yeux, une petite bouche absurde et un menton légèrement fuyant. Toutes les opportunités dans ces deux hommes pour une caricature très destructrice."

Dans David Low, né en Australie, la Grande-Bretagne possédait l'un des meilleurs caricaturistes politiques au monde. Ses sympathies de gauche le tournèrent violemment contre les dictateurs fascistes... Lorsque Hitler et Mussolini arrivèrent au pouvoir, Low comprit vite que les faire la satire de tyrans avec du sang qui coulait de leurs doigts, loin de les embarrasser, ne faisait que satisfaire leur vanité. Ce qui les a piqués, dit-il, c'était d'être représentés comme des clowns.

Les caricatures et les articles de fond se contredisaient souvent catégoriquement, scandalisant les âmes dignes qui considéraient comme un grave défaut de Lord Beaverbrook qu'il ne soit pas borgne... Mais la vérité était que son attitude envers ma charte personnelle de la liberté restait impeccable. , et les appréhensions que j'avais eues en rejoignant son journal étaient depuis longtemps oubliées. Souvent, il était en profond désaccord avec moi et ne manquait pas de le dire. Des caricatures d'Hitler trébuchant vers la gloire dans des escaliers formés par le dos veule d'hommes d'État démocrates ; et Hitler exigeant avec des menaces de savoir ce que les mêmes hommes d'État démocrates lui donneraient pour ne pas leur botter le pantalon pendant vingt-cinq ans, correspondait à peine à la ligne de Beaverbrook, mais entra dans le journal sans un mot, sauf après la publication...

Mais même après avoir visité l'Allemagne, où il a réussi à obtenir le Express quotidien interdiction levée mais on m'a dit franchement que tant qu'il me gardait comme dessinateur, le Soirée Standard serait interdit, il n'y avait pas de récriminations mais une sollicitude inquiète pour ma propre sécurité. Tout juste du Dr Gobbels, et en entendant parler de mes voyages occasionnels en Europe, Beaverbrook était plein d'avertissements terribles selon lesquels montrer mon nez en Allemagne reviendrait à demander un "accident".

Lorsque Lord Halifax visita officiellement l'Allemagne en 1937, on lui dit que le Führer était profondément offensé par les caricatures de Low à son sujet, et que le journal dans lequel elles paraissaient, le Soirée Standard, a été interdit en Allemagne.... Au retour d'Halifax à Londres, il a convoqué Low et lui a dit que ses caricatures nuisaient à la politique d'apaisement du premier ministre.

Huit jours après la signature du pacte germano-soviétique, alors que le monde était encore sidéré par l'accord de deux régimes si hostiles l'un à l'autre, la Blitzkrieg allemande a traversé la Pologne par l'ouest pour rencontrer les troupes russes venant de l'est. . Le pacte avait arrangé le partage de la Pologne. Officiellement, les récriminations passées entre les nouveaux associés étaient oubliées dans l'admiration actuelle des intérêts mutuels.

L'armée allemande envahit la Pologne le 1er septembre 1939. Incapables de résister à la Blitzkrieg allemande (guerre éclair), les Polonais furent également confrontés à une invasion séparée par l'Union soviétique le 17 septembre. L'occupation de la Pologne fut bientôt terminée et Hitler et Staline se divisèrent le pays entre eux. Dans le célèbre dessin animé de David Low, les deux alliés improbables se félicitent pour le corps de la Pologne.

Questions pour les étudiants

Question 1 : Lisez l'introduction et les sources 2 et 3. Est-ce que tous les journaux britanniques se sont opposés à Adolf Hitler dans les années 30 ? Comment David Low a-t-il bouleversé Lord Rothermere ?

Question 2 : Expliquez la signification de la source 1. Cela vous aidera à lire les propres commentaires de David Low sur le dessin animé dans la source 4.

Question 3 : Dans la source 6, David Low explique la signification de la source 5. Anthony Eden, le ministre britannique des Affaires étrangères, est l'homme au bas du dessin. Comment aurait-il défendu sa décision de ne pas agir contre le « réarmement de l'Allemagne et la réoccupation de la Rhénanie ».

Question 4 : Étudiez les sources 7 et 8. Décrivez les méthodes de Low pour traiter avec Hitler et Mussolini.

Question 5 : Utilisez les informations des sources 12 et 13 pour expliquer la signification de la source 10.

Question 6 : Expliquez la signification de la source 14.

Question 7 : Comparez le traitement de Joseph Staline dans les sources 10, 14 et 15.

Question 8 : David Low était détesté par les gouvernements allemand et britannique avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Utilisez les informations contenues dans cette unité pour expliquer cette déclaration.

Commentaire de réponse

Un commentaire sur ces questions peut être trouvé ici.


Oswald Mosley

Sir Oswald Ernald Mosley, 6e baronnet (16 novembre 1896 - 3 décembre 1980) était un homme politique britannique qui est devenu célèbre dans les années 1920 en tant que membre du Parlement et plus tard dans les années 1930, désillusionné par la politique dominante, est devenu le chef de l'Union britannique des fascistes (BUF) . [1] [2] Mosley n'avait pas été fait chevalier, mais il était le sixième baronnet, avec un titre qui était dans sa famille depuis plus d'un siècle à la mort de son père le 21 septembre 1928. [3]

Après son service militaire pendant la Première Guerre mondiale, Mosley était l'un des plus jeunes députés, représentant Harrow de 1918 à 1924, d'abord en tant que conservateur, puis indépendant, avant de rejoindre le Parti travailliste. Aux élections générales de 1924, il se présente à Birmingham Ladywood contre le futur Premier ministre Neville Chamberlain, à moins de 100 voix de le battre.

Mosley est revenu au Parlement en tant que député travailliste de Smethwick lors d'une élection partielle en 1926 et a été chancelier du duché de Lancaster dans le gouvernement travailliste de 1929-1931. Il était considéré comme un Premier ministre travailliste potentiel mais a démissionné en raison de désaccords avec les politiques de chômage du gouvernement. Il choisit de ne pas défendre sa circonscription de Smethwick aux élections générales de 1931, se présentant plutôt sans succès à Stoke-on-Trent. Le nouveau parti de Mosley est devenu l'Union britannique des fascistes (BUF) en 1932.

Mosley a été emprisonné en mai 1940 et le BUF a été interdit. Il a été libéré en 1943 et, politiquement déshonoré par son association avec le fascisme, a déménagé à l'étranger en 1951, passant la majeure partie du reste de sa vie à Paris. Il a représenté le Parlement pendant la période d'après-guerre, mais a reçu très peu de soutien.


Cobourg au centre de l'Europe :

Cobourg, bien qu'une petite ville en Allemagne, est la pièce maîtresse des monarchies en Europe.

Saxe-Cobourg et Gotha était la maison royale du prince Albert, époux de la reine Victoria de Grande-Bretagne. Coburg était si proche du cœur de la reine Victoria qu'elle l'a visité 13 fois au cours de sa vie.

De nombreux mariages royaux européens ont eu lieu au château de Cobourg. Après la mort du frère du roi Albert et de son fils, le trône de Cobourg avait besoin d'un remplacement. La reine Victoria a envoyé son fils cadet, le prince Léopold, Charles Edward, pour prendre le poste de duc de Cobourg.

Charles Edward a perdu son père très jeune. Sa mère et sa sœur soutenaient sa nouvelle entreprise. À l'âge de 13 ans, Charles Edward devient duc de Saxe-Cobourg et Gotha.

Il y avait une énorme différence entre le mode de vie britannique et les modes de vie allemands, pour lesquels il a lutté initialement. Kaiser, le roi de Prusse, était le cousin de la reine Victoria et s'occupait de l'éducation de Charles Edward. Charles Edward était inscrit dans une école militaire allemande et était marié à la princesse Victoria Adélaïde de Schleswig-Holstein de la famille royale allemande.


Un soldat britannique aurait épargné la vie d'un Adolf Hitler blessé

Le 28 septembre 1918, dans un incident qui entrerait dans l'histoire de la Première Guerre mondiale&# x2014bien que les détails de l'événement ne soient pas encore clairs&# x2014Private Henry Tandey, un soldat britannique servant près du village français de Marcoing, aurait rencontré un soldat allemand blessé et refuse de lui tirer dessus, épargnant la vie du caporal suppléant Adolf Hitler, 29 ans.

Tandey, originaire du Warwickshire, participa à la première bataille d'Ypres en octobre 1914 et à la bataille de la Somme en 1916, où il fut blessé à la jambe. Après sa sortie de l'hôpital, il est transféré au 9e bataillon en France et est à nouveau blessé lors de la troisième bataille d'Ypres à Passchendaele à l'été 1917. De juillet à octobre 1918, Tandey sert avec le 5e régiment du duc de Wellington il C'est à cette époque qu'il a participé à la capture britannique réussie de Marcoing, pour laquelle il a obtenu une Croix de Victoria pour « bravoure remarquable. »

Comme Tandey l'a dit plus tard à des sources, au cours des derniers instants de cette bataille, alors que les troupes allemandes étaient en retraite, un soldat allemand blessé est entré dans la ligne de feu de Tandey&# x2019s. &# x201CI a visé mais n'a pas pu tirer sur un homme blessé, &# x201D Tandey s'est souvenu, &# x201D je l'ai donc laissé partir.&# x201D Le soldat allemand a hoché la tête en signe de remerciement et a disparu.

Bien qu'il n'existe pas de sources pour prouver l'endroit exact où se trouvait Adolf Hitler ce jour-là en 1918, un lien intrigant a émergé pour suggérer qu'il était en fait le soldat que Tandey a épargné. Une photographie parue dans les journaux londoniens de Tandey portant un soldat blessé à Ypres en 1914 a ensuite été représentée sur toile dans une peinture de l'artiste italien Fortunino Matania glorifiant l'effort de guerre des Alliés. Comme le raconte l'histoire, lorsque le Premier ministre britannique Neville Chamberlain s'est rendu en Allemagne en 1938 pour engager Hitler dans un ultime effort pour éviter une autre guerre en Europe, il a été emmené par le f&# xFChrer dans sa nouvelle retraite en Bavière. Là, Hitler a montré à Chamberlain sa copie de la peinture Matania, commentant, &# x201CC'est l'homme qui m'a presque tiré dessus.&# x201D

L'authenticité de la rencontre Tandey-Hitler reste contestée, bien que des preuves suggèrent qu'Hitler avait une reproduction de la peinture Matania dès 1937&# x2014une étrange acquisition pour un homme qui avait été furieux et dévasté par la défaite allemande aux mains des Alliés dans la grande Guerre. Deux fois décoré comme soldat, Hitler a été temporairement aveuglé par une attaque au gaz moutarde en Belgique en octobre 1918 et se trouvait dans un hôpital militaire de Pacewalk, en Allemagne, lorsqu'il a appris la capitulation allemande. Les expériences de bataille&# x2014première gloire et finalement la désillusion et le découragement&# x2014coloreraient le reste de la vie et de la carrière d'Hitler&# x2019, comme il l'admettait en 1941, après avoir mené son pays dans un autre conflit dévastateur : &# x201CLorsque je suis revenu de la guerre, je ramené à la maison avec moi mes expériences au front, j'ai construit ma communauté national-socialiste.”


1939 Titres de journaux

Le monde en 1939 ne semblait pas être l'endroit le plus sûr. L'invasion de la Pologne par l'Allemagne a marqué le début de la Seconde Guerre mondiale, commençant la guerre de 6 ans qui dévasterait et détruirait la vie de millions de personnes. Les gros titres de 1939 incluent la déclaration de guerre à l'Allemagne par les forces alliées, les États-Unis annonçant leur neutralité dans la guerre et la tentative d'assassinat d'Adolf Hitler à Munich.

1939 a été une année fascinante dans l'histoire, remplie d'événements qui allaient changer à jamais le cours de l'histoire. Découvrez comment la guerre a commencé étape par étape, avec des rapports couvrant le début de tout cela. La meilleure façon de comprendre notre monde d'aujourd'hui est d'avoir un aperçu du passé et des personnes et des événements, bons et mauvais, qui ont façonné la société et le monde d'aujourd'hui. Un journal de 1939 peut donner une perspective sur toutes ces choses.

Jetez également un œil à une ventilation complète de l'année 1939 dans notre chronologie 1939.

1er janvier 1939
La société Hewlett-Packard est fondée et devient la plus grande entreprise technologique au monde.

5 janvier 1939
Amelia Earhart est officiellement déclarée morte après sa disparition en 1937.

6 février 1939
Le Premier ministre britannique Neville Chamberlain déclare officiellement que toute attaque allemande contre la France sera également considérée comme une attaque contre la Grande-Bretagne.

2 mars 1939
Le pape Pie XII (cardinal Pacelli) succède au pape Pie XI en tant que 260e pape.

1er avril 1939
La guerre civile espagnole se termine lorsque les dernières forces républicaines se rendent.

14 avril 1939
Le roman classique de John Steinbeck « Les raisins de la colère » est publié pour la première fois.

30 avril 1939
L'Exposition universelle de New York de 1939 s'ouvre.

1er mai 1939
Batman fait sa première apparition dans Detective Comics #27.

17 juin 1939
Le meurtrier Eugen Weidmann est décapité par la guillotine lors de la dernière guillotine publique à avoir eu lieu en France.

24 juin 1939
Le gouvernement du Siam change son nom en Thaïlande, ce qui signifie ‘Free Land’.

2 août 1939
Albert Einstein écrit au président Franklin D. Roosevelt au sujet du développement de la bombe atomique à l'aide d'uranium. Cela conduit à la création du projet Manhattan.

15 août 1939
Film musical classique de la MGM Le magicien d'Oz, basé sur le célèbre roman de L. Frank Baum et mettant en vedette Judy Garland dans le rôle de Dorothy, présenté en avant-première au Grauman's Chinese Theatre à Hollywood.

1er septembre 1939
L'Allemagne nazie envahit la Pologne, déclenchant ainsi la Seconde Guerre mondiale en Europe.

3 septembre 1939
Le Royaume-Uni, la France, la Nouvelle-Zélande et l'Australie déclarent la guerre à l'Allemagne.

5 septembre 1939
Les États-Unis déclarent leur neutralité dans la guerre.

8 novembre 1939
Adolf Hitler échappe de peu à une tentative d'assassinat à Munich par Georg Elser, alors qu'il célébrait le seizième anniversaire du putsch de Beer Hall.

16 novembre 1939
Al Capone est libéré de la prison d'Alcatraz.

15 décembre 1939
Le film Emporté par le vent premières au Loew’s Grand Theatre à Atlanta, Géorgie. Il est basé sur le roman à succès de Margaret Mitchell et est le plus long film américain réalisé à ce jour (près de quatre heures).

27 décembre 1939
Le tremblement de terre d'Erzincan en 1939 tue 30 000 personnes en Anatolie orientale, en Turquie. Le tremblement de terre comporte sept secousses puissantes et l'une de ces secousses est mesurée à 8,2 sur l'échelle de magnitude de Richter.


Chronologie 1939

Tournez la page vers :

Janvier

1er janvier: Le partenariat Hewlett-Packard a été formé à Palo Alto, en Californie, par Bill Hewlett et David Packard.

4 janvier: Le leader politico-militaire allemand, Hermann Goering, nomme Reinhard Heydrich à la tête de l'émigration juive.

6 janvier: Une femme juive, Lise Meitner de Vienne publie sa découverte connue sous le nom de « division de l'atome » lors de son exil en Suède.

13 janvier: Cinq hommes s'échappent de la prison fédérale américaine sur l'île d'Alcatraz et tentent de s'évader.

16 janvier: La BD du quotidien Superman débuts par l'auteur, Jerry Siegel, illustré par Joe Shuster.

16 janvier: Le meurtrier reconnu coupable, Hamilton Howard Fish, également connu sous le nom de “Albert Fish”, “The Boogey Man” et “The Grey Man” est exécuté.

17 janvier: Le Reich rend une ordonnance interdisant à toute personne de nationalité juive d'exercer la profession de chimiste, vétérinaire et dentiste, l'un des événements majeurs du mois 1939.

20 janvier: Adolf Hitler, homme politique allemand et chef du parti nazi proclame son intention d'exterminer tous les Juifs européens au parlement.

25 janvier: Enrico Fermi participe à la toute première expérience de fission nucléaire (fractionnement d'un atome d'uranium) aux côtés de John R. Dunning et Herbert L. Anderson.

30 janvier: Adolf Hitler menace les Juifs tout en s'adressant au parlement, affirmant que si les "financiers juifs internationaux" mènent le monde dans une autre guerre, cela provoquera "l'annihilation de la race juive en Europe".

Le premier abri anti-bombes Anderson est construit à Islington, Londres

Février

2 février: Le gouvernement belge Spaak dirigé par Paul-Henri Spaak, tombe.

6 février: Le gouvernement espagnol s'enfuit en France. Francisco Franco est maintenant le général espagnol au pouvoir en Espagne.

14 Février: Le cuirassé allemand “Bismarck”, du nom du chancelier Otto von Bismarck, est lancé à Hambourg.

16 février: À 26 ans, l'écrivain juif politique et de cabaret Jura Soyfer meurt au camp de concentration de Buchenwald.

20 février: Fondé en 1936 pour promouvoir le nazisme en Amérique, le German American Bund organise un rassemblement à New York, attirant 20 000 partisans.

22 février: Les Pays-Bas reconnaissent formellement le régime franquiste en Espagne, dirigé par le général Francisco Franco.

24 février: Le pacte anticommuniste est signé par la Hongrie, avec l'Allemagne, l'Italie et le Japon.

25 février: Le premier abri antiaérien Anderson est érigé dans un jardin d'Islington en Grande-Bretagne.

27 février: Dans l'affaire Leser v. Garnett, la Cour suprême des États-Unis confirme le 19e amendement à la Constitution qui garantit aux femmes le droit de vote.

27 février: La Grande-Bretagne et la France reconnaissent le régime franquiste comme le gouvernement de l'Espagne, l'un des événements clés de 1939 à se produire ce mois-ci.

Mahatma Gandhi lors de son jeûne à Mumbai

Mars

le 2 Mars: Howard Carter, l'archéologue principal sur la découverte de la tombe de Toutankhamon en 1922 décède.

3 mars: Pacifiste et chef spirituel, Mahatma Gandhi, commence un jeûne à Mumbai, Bombay, pour protester contre le régime autocratique en Inde.

14 mars: La République de Tchécoslovaquie est dissoute par l'Allemagne nazie.

15 mars: La Bohême et la Moravie sont occupées par les militaires allemands et deviennent un protectorat allemand. La Slovaquie et Ruthenice deviennent indépendantes, encouragées par l'Allemagne.

16 mars: L'Allemagne occupe le reste de la République tchèque. Hitler prononce les fameuses paroles : “La Tchécoslovaquie a cessé d'exister”.

16 mars: La République de Karpato-Ukraine est annexée par la Hongrie.

le 20 mars: 7 000 Juifs fuient Memel Lituanie occupée par les Allemands par peur du régime hitlérien.

21 mars: L'Allemagne réclame Gdansk (Dantzig) à la Pologne.

28 mars: La Pologne rejette formellement la demande d'Hitler de céder Dantzig à l'Allemagne.

31 mars: La Grande-Bretagne et la France acceptent de soutenir la Pologne en cas d'invasion allemande.

Winston Churchill et Joseph Staline partagent un sourire

Avril

le premier avril: Suite à la fin de la guerre civile espagnole, les États-Unis reconnaissent le gouvernement franquiste en Espagne.

3 avril: “Fall Weiss” est délivré par Adolf Hitler au haut commandement de l'armée pour se préparer à une attaque contre la Pologne et doit être mis en œuvre le 1er septembre.

6 avril: La Grande-Bretagne et la Pologne signent un pacte militaire.

8 avril: Sous la dictature fasciste de Benito Mussolini, l'Italie s'empare du pays d'Albanie.

10 avril: Le gouvernement néerlandais d'Hendrikus Colijn ouvre le camp de transit de Westerbork pour les Juifs allemands.

11 avril: La Hongrie quitte la Société des Nations en accord avec l'opinion allemande.

16 avril: Le secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, Joseph Staline, demande un pacte antinazi britannique, français et russe.

19 avril: En cas de guerre, la Grande-Bretagne annonce qu'elle défendra le Danemark, les Pays-Bas et la Suisse.

17 avril: L'URSS Joseph Staline signe le pacte anti-allemand franco-britannique-russe.

28 avril: Adolf Hitler affirme que le traité de non-attaque germano-polonais est toujours en vigueur.

4 mai: Kiichiro Hiranuma, le Premier ministre japonais, déclare que le Japon soutiendra l'Allemagne et l'Italie en cas d'attaque, mais pas dans l'immédiat.

7 mai: L'axe « Rome-Berlin » est annoncé entre l'Allemagne et l'Italie, une alliance militaire sous le nom de « Pacte d'acier ».

11 mai: La Mongolie extérieure à Nomonhan (Khalkin Gol) est attaquée par l'armée japonaise.

Mai 13: Le SS St Louis part de Hambourg avec plus de 937 passagers. Les passagers comprennent plus de 900 réfugiés juifs.

17 mai: La Finlande, la Suède et la Norvège rejettent les offres de pacte de non-agression de l'Allemagne.

19 mai: Le Premier ministre britannique, Winston Churchill, signe le pacte antinazi anglo-russe.

22 mai: Joachim von Ribbentrop et Galeazzo Ciano, les ministres des Affaires étrangères d'Allemagne et d'Italie, signent le "Pacte d'acier" engageant l'Allemagne et l'Italie dans une alliance militaire.

23 mai: Adolf Hitler proclame qu'il veut s'installer en Pologne.

27 mai: DC Comics publie sa deuxième édition de la bande dessinée de super-héros, Homme chauve-souris.

27 mai: Le SS St Louis navigue dans la baie de La Havane, à Cuba, avec 937 passagers juifs fuyant les nazis, mais ils sont refoulés et se voient refuser le refuge.

1 juin: Le HMS Thetis, un sous-marin britannique, coule dans la baie de Liverpool, faisant 99 morts.

1 juin: Gerd von Rundstedt, le colonel-général allemand à la retraite reprend du service en tant que commandant du groupe d'armées Sud.

3 juin: Winston Churchill dans le magazine Collier&8217s proclame "A moins qu'un changement d'avis ou de régime n'ait lieu en Allemagne, elle jugera qu'il est dans son intérêt de faire la guerre, et cela a plus de chances de se produire cette année-là que plus tard". ”

4 juin: Le SS St. Louis se voit refuser l'autorisation d'atterrir en Floride et est refoulé. Le navire contient 937 Juifs fuyant les nazis.

7 juin: George VI et Elizabeth deviennent les premiers roi et reine de Grande-Bretagne à visiter les États-Unis d'Amérique.

11 juin: Le roi George VI et son épouse, la reine Elizabeth, dégustent leurs tout premiers hot-dogs à la fête de Franklin D. Roosevelt.

17 juin: Eugen Weidmann, le meurtrier condamné est guillotiné à Versailles et devient le dernier homme exécuté publiquement en France.

le 21 juin: Lou Gehrig, légende du baseball est contraint de prendre sa retraite en raison de la sclérose latérale amyotrophique.

24 juin: Le Siam déclare un nouveau nom pour son pays, “Thailand” qui se traduit par “Free Land”.

29 juin: Les autorités françaises et turques orchestrent un référendum annexant Hatay, dont la ville d'Antakya (Antioche).

3 juillet: Ernst Heinkel, un concepteur d'avions allemand, constructeur et Wehrwirtschaftsführer fait une démonstration d'un avion-fusée à 800 km/h à Hitler.

4 juillet: Lou Gehrig est le premier joueur de la Ligue majeure de baseball à retirer son numéro. Il fait son discours de l'homme le plus chanceux.

6 juillet: Les Allemands nazis ferment les dernières entreprises et commerces juifs.

9 juillet: 6000 Indiens se réunissent pour lancer la campagne de résistance passive contre l'apartheid et la politique raciale en Afrique du Sud.

10 juillet: L'interdiction de Pie XI de la participation catholique à l'Action française raciste de droite est annulée par le pape Pie XII.

13 juillet: La légende de la musique, Frank Sinatra, enregistre sa première chanson avec le Harry James Band, intitulée “From the Bottom of my Heart”.

18 juillet: Chiune Sugihara, un diplomate japonais en poste en Lituanie, commence à aider les personnes ayant des visas de transit à travers l'Union soviétique vers le Japon.

23 juillet: Gandhi, l'activiste indien, écrit une lettre à Adolf Hitler l'exhortant à empêcher une guerre qui pourrait réduire l'humanité à l'état sauvage.

28 juillet: Les combats cessent finalement à travers la frontière entre l'Union soviétique et la Mandchourie entre les forces soviétiques et japonaises.

26 juillet: Le London Times rapporte la découverte d'un navire enterré et d'autres artefacts à Sutton Hoo.

Août

2 août: Albert Einstein correspond avec le président Franklin Roosevelt à propos de l'utilisation de l'uranium pour développer la bombe atomique.

8 août: La 7e Mostra de Venise est boycottée par les États-Unis en raison du régime fasciste italien de Benito Mussolini.

15 août: Le magicien d'Oz, réalisé par Victor Fleming et King Vidor, présenté en avant-première au Grauman’s Chinese Theatre, à Hollywood.

22 août: Les gardes-frontières néerlandais prennent position pour l'invasion allemande en attendant l'ordre d'Hitler.

24 août: L'Allemagne et l'Union des Républiques socialistes soviétiques signent un pacte de non-agression de 10 ans.

23 août: Le pacte de non-agression Molotov-Ribbentrop est convenu par l'Allemagne nazie et l'Union soviétique pour diviser secrètement la Pologne entre eux.

28 août: Clare Hollingworth, journaliste, observe un grand nombre de troupes et des centaines de chars alignés le long de la frontière polonaise, prêts à attaquer.

30 août: Isoroku Yamamoto, est nommé commandant suprême de la flotte japonaise et est l'amiral maréchal par intérim de la marine.

30 août: La Pologne commence la mobilisation pour se défendre, interceptant une éventuelle attaque de l'Allemagne.

31 août: Les nazis se déguisent en Polonais pour « provoquer la guerre » et organiser un assaut « polonais » contre une station de radio à Gleiwitz comme excuse pour que l'Allemagne envahisse la Pologne.

Septembre

1er septembre: L'Allemagne envahit la Pologne en utilisant la Blitzkrieg, ou "guerre éclair" en attaquant la ville libre de Dantzig. Adolf Hitler initie également le programme d'euthanasie T4, ordonnant l'extermination des malades mentaux.

3 septembre: La Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne. La France suit de peu, y compris l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud et le Canada.

4 septembre: Les troupes allemandes entrent dans la ville libre de Dantzig. Le ghetto nazi de Mir en Pologne occupée est exterminé. “Bloody Monday” est en vigueur un jour plus tard à Czestochowa, en Pologne. Environ 150 Juifs ont été abattus par les Allemands.

4 septembre: Les Pays-Bas et la Belgique déclarent leur neutralité au milieu du conflit croissant tandis que la RAF attaque les navires de guerre allemands basés dans le Helgoland Bight.

6 septembre: Jan Smuts, chef du nouveau gouvernement sud-africain, déclare la guerre à l'Allemagne après un vote la veille du parlement sud-africain rejetant une motion pour rester neutre dans la guerre.

6 septembre: L'Egypte rompt également ses relations avec l'Allemagne. Le gouvernement français commence à rassembler les citoyens allemands. La première attaque aérienne allemande contre la Grande-Bretagne commence.

17 septembre: Le porte-avions britannique Courageous est coulé par l'U-29 allemand. 519 meurent.

21 septembre: One of the head Nazi leaders, Reinhard Heydrich, meets in Berlin to discuss the final solution of Jews.

September 27: After 19 days of resistance and German Luftwaffe strikes with (fire)bombs, Warsaw surrenders to the Germans.

September 30: Britain first evacuates citizens in anticipation of war.

Winston Churchill delivers a speech

Octobre

October 1: Amidst the outbreak of war on Britain, Winston Churchill makes his famous speech calling Russia a “riddle wrapped in a mystery inside an enigma”.

October 6: In one of the most important 1939 events of the month, Adolf Hitler denies claims he intends to go to war against Britain and France. He announces his plans to solve the “Jewish problem” and the last Polish army is defeated.

October 11: Theoretical Physicist, Albert Einstein, informs FDR of the possibilities of an atomic bomb.

14 octobre: Commanded by Kapitan Gunther Prien, the German U-47 sinks British battleship HMS Royal Oak. 833 are killed.

October 19: Throughout Nazi-occupied areas, the Nazi politician, Hermann Goering, plunders through art treasures. The right-wing opponent, Ulrich von Hassell declares Germany’s good name is being disgraced.

24 octobre: In one of the defining 1939 events in Adolf Hitler’s regime, Nazis require Jews to wear the Star of David to be recognised and segregated.

October 26: Adolf Hitler forces Polish Jews into obligatory work service, an act of slave labour.

October 28: One of the most crucial things that happened in 1939, Anti-German demonstrations and strikes take place in Czechoslovakia. A Spitfire shoots down a German Heinkel-111.

October 30: Germany and the USSR agree on partitioning Poland and Adolf Hitler begins deporting Jews.

October 30: With Winston Churchill, Charles Forbes and Dudley Pound aboard, the English battleship “Nelson” is attacked by a German U boat but the attack fails.

Novembre

November 4: In the U.S, Congress amends the Neutrality Act allowing “cash and carry” arms sales to aid Britain and France.

6 novembre: 184 professors are arrested in Krakow and deported under “Sonderaktion Krakau”, the Nazi operation against academics.

8 novembre: Of the most important 1939 events this month, a failed assassination attempt is made on Adolf Hitler’s life in Burgerbraukeller, Munich.

November 12: In Lodz, Poland, Jews are ordered to wear the yellow star of David by the Nazis.

15 novembre: In Czechoslovakia, Anti-German demonstrations break out. Nazis begin their mass murder of Warsaw Jews.

November 16: 120 miles southeast of Rockall, the Sliedrecht is stopped and documents examined. The tanker is subsequently torpedoed by a German U-boat.

24 novembre: The Gestapo in Czechoslovakia execute 120 students accused of anti-Nazi plotting.

November 26: Soviets charge Finland with an artillery attack. The Foreign Minister V.M. Molotov accuses Finnish troops of firing at the Russians.

28 novembre: Pending the accusations against Finland two days earlier, the Soviet Government scraps the Russian-Finnish non-aggression pact.

30 novembre: The Russo-Finnish war begins. Stalin attacks Finland with 540,000 men, 2000 guns and 2486 tanks. Helsinki is bombed.

Décembre

December 1: Leading Nazi and Reichsführer of the SS, Heinrich Himmler begins deportation of Polish Jews.

13 décembre: The Battle of River Plate commences three British cruisers, the “Exeter”, “Ajax”, and “Achilles” fight against German pocket battleship “Graf Spee”.

14 décembre: After the 105-day Russo-Finnish war, the League of Nations expels the Soviet Union for attacking Finland.

December 16: In the U.S., immediate congressional action on equal rights is urged by the National Women’s Party, founded by Alice Paul and Lucy Burns.

December 17: In the Battle of River Plate near Montevideo, Uruguay, the German pocket battleship “Graf Spee” is trapped by the British.

December 18: German battleship “Graf Spee” is scuttled by its crew members believing resistance is hopeless, trapped by the British cruisers.

December 19: Finnish positions near Summa are thwarted by Russian air and ground attack just a day after the Finnish army recaptures Agläjärvi.

December 20: German captain of the “Graf Spee”, Hans Langsdorff, commits suicide.

December 21: Adolf Hitler names Adolf Eichmann, a high-ranking Nazi SS Officer as the leader of “Referat IV B”, responsible for evictions and Jewish immigration.

December 22: A chain of cataclysmic 1939 events occurs: a train wreck at Magdeburg, Germany kills 125 a Finnish counter offensive at Petsamo is actioned and 99 die in a train wreck at Friedrichshafen, Germany.


Staline

The future dictator of the Soviet Union exhibited a contradictory mix of behaviour traits, being both studious at school and wildly rebellious as a youth. His penchant for mischief would sometimes involve extreme stunts, such as igniting explosive cartridges in a shop. Stalin’s early upbringing in an environment with a bullying, alcoholic father, may have contributed to his propensity to bullying and ruthlessness. But his experiences of poverty, witnessing its effects on his mother and being aware of the plight of the working class at the expense of an elite ruling system shaped his radicalism.

As a teenager, Stalin and other fellow students were taken by their teachers to watch the public hanging of several peasant bandits. The incident had a profound effect on the young revolutionary who sympathised with the condemned prisoners. At the Tiflis Seminary where the teenage Stalin was training to be a priest the institute’s Russian nationalistic and anti-semitic ideology may have influenced his negative view of Jews. Bizarrely for a young socialist, passionate about the arts, poetry (he had works published) and a genuine desire to help the impoverished, he managed to become one of the most feared and murderous dictators in the world with thwarted plans to commit genocide of Russian Jews in 1953.


Henry Tandey spared wounded Adolf Hitler's life in First World War - and changed the world forever

Standing in his wrecked home, Henry Tandey watched his city burn and heard the screams of hundreds of men, women and children after an attack by 515 German bombers in wave after sickening wave.

The brave air raid warden had spent the previous 10 hours fighting his way into blazing houses, rescuing victims and pulling out bodies as the Luftwaffe tried to destroy the Coventry factories powering Britain’s war effort.

But nothing Henry did that night could ease his sickening sense of guilt.

He could have stopped this. Saved the 560-plus lives lost that night, all the horror wreaked by the Nazis and the 60million lives lost in the Second World War.

He could have changed the course of history. If only.

Two years earlier Henry Tandey, 49, had discovered that HE was the man who let Adolf Hitler live.

In the dying moments of the First World War 22 years earlier, he had pointed his rifle at a wounded German soldier trying to flee a French battlefield. Their eyes met and Henry lowered his gun. The German nodded in thanks then disappeared.

In that moment of compassion for a fellow human being, Henry, then 27, let 29-year-old Corporal Adolf Hitler walk free.

Free to become the most reviled dictator and mass murderer of all time.

“I didn’t like to shoot at a wounded man,” he said in 1940. “But if I’d only known who he would turn out to be. I’d give 10 years now to have five minutes of clairvoyance then.”

It was the biggest “what if?” in history and, until his death in 1977 at the age of 86, Henry had to live with the stigma of being “The Man Who Didn’t Shoot Hitler”.

In fact, he was a hero – the most highly decorated British private soldier of the First World War, holder of the Victoria Cross, Distinguished Conduct Medal, Military Medal, five mentions in dis­patches and three wound stripes.

Now a new book by author and historian David Johnson has set out to make sure Henry is remembered for his astonishing gallantry.

David, who lives in Warwickshire close to Henry’s old home, spent years of research to get to the truth.

He said: “Britain’s most decorated private soldier sparing the life of Adolf Hitler makes a great story. It’s accepted by some but disputed by many others.

"The truth may never be absolutely known. But for Henry Tandey to be known more for his alleged compassion towards Hitler than for his undoubted bravery seemed to me to do him a disservice.”

The book has won praise from the former head of the Army, General Lord Dannatt, who served in the same regiment as Henry, the Green Howards.

He said: “Henry Tandey will always be remembered as the most decorated private soldier of the First World War who, with one squeeze of the trigger, might have prevented the Second World War. Dr Johnson has managed to winnow fact from fiction and produce the definitive life history of this remarkable British soldier – an ordinary man who did extraordinary things.”

For 20 years Henry had no idea he had missed the chance to kill Hitler. But in 1938 he received a shocking phone call from Prime Minister Neville Chamberlain, who had just returned from a fruitless meeting with Hitler to try to talk him out of war.

Chamberlain had been invited to Hitler’s hilltop retreat in Bavaria and shown a reproduction of a famous painting called The Menin Crossroads.


Revealed: the fascist past of the Daily Mirror

Article mis en signet

Retrouvez vos favoris dans votre rubrique Indépendant Premium, sous mon profil

It is one of the choicest pieces of journalistic dinner party general knowledge that the filthy right-wing Daily Mail was officially a fascist newspaper in the 1930s. The paper was burned on the streets after running the headline "Hurrah for the Blackshirts" and backing Oswald Mosley's plan to make himself Britain's equivalent of Adolf Hitler. No surprise then, so the conversational gambit goes, that the Mail is still beating up on asylum seekers today.

What is less well known is that the Mail's former stablemate the Daily Mirror was just as pro-fascist. On Monday, 22 January, 1934 the Mirror ran the headline "Give the Blackshirts a helping hand". The paper went one further than the Mail, urging readers to join Mosley's British Union of Fascists, and giving the address to which to send membership applications.

"As a purely British organisation, the Blackshirts will respect those principles of tolerance which are traditional in British politics," the Mirror told readers, complaining that "timid alarmists" had "been whimpering that the rapid growth in numbers of the British Blackshirts is preparing the way for a system of rulership by means of steel whips and concentration camps".

This was nonsense, the Mirror said, the result of ignorance of the reality of "Blackshirt government" in Hitler's Germany: "The notion that a permanent reign of terror exists there has been evolved entirely from their own morbid imaginations, fed by sensational propaganda from opponents of the party now in power."

The paper added that anyone who had visited Germany or Mussolini's Italy "would find that the mood of the vast majority of their inhabitants was not cowed submission but confident enthusiasm."

The Mirror's Sunday sister paper, then known as The Pictorial, followed up with a Hello!-style picture essay showing uniformed blackshirt paramilitaries playing table tennis and enjoying a sing-song around the piano while off duty inside the Black House, Mosley's barracks-cum-dungeon on London's King's Road.

The Mirror and the Pictorial also planned a photographic beauty contest aimed at finding Britain's prettiest woman fascist - though Mosley personally objected to this, saying the paper was trivialising his movement.

The author of the Mirror's "helping hand" article was Harold Harmsworth, the first Lord Rothermere, great grandfather of the current Daily Mail proprietor. Rothermere had inherited both papers from his older brother Lord Northcliffe, but had slowly sold off shares in the Mirror, enabling him to invest in the more profitable Mail. Surprisingly, perhaps, when the Mirror piece was published, he no longer owned the paper. But he still held considerable sway over the paper's board of directors, which he had appointed, including editorial director Harry Guy "Bart" Bartholomew - the man credited with creating the modern tabloid Mirror - and Rothermere's nephew Cecil King, who was to run the paper in its glory years of the 1950s and 1960s.

The change of ownership did not at first change the paper's pro-fascist editorial stance. And when the change came it had more to do with money than ideology. Rothermere's right-wing propaganda had badly hit the paper's sales. Bartholomew and King's solution was to re-launch the paper as a New York-style tabloid aimed at a working-class audience.

"Our best hope," King later wrote in his memoirs, "was to appeal to young, working-class men and women. If this was the aim, the politics had to be made to match. In the depression of the thirties, there was no future in preaching right-wing politics to young people who were in the lowest income bracket."

When the political shift in the Mirror came it was cautious. The paper backed the Conservative leader Stanley Baldwin in the 1935 election, and then gradually adopted an anti-appeasement policy. But politics was far less important in the re-launched, tabloid Mirror. The paper cut its politics coverage by half and vastly increased its sport reporting, shock-horror pictures, lurid crime tales, cartoons, human-interest material and pin-up pictures.

King and Bartholomew's American-style tabloid formula - put into action with enormous panache by legendary Welsh tabloid feature-writer Hugh Cudlipp - doubled the circulation to 1.5 million by 1939.

During the war - in true tabloid style - the Mirror became super-patriotic, and won for itself the reputation of being "the soldiers' paper". Much of the paper's radical reputation rested on its demagogic attacks on the "Colonel Blimp" Conservative politicians and upper-class army officers who made such a mess of the war effort in its early stages.

But the idea of the 1930s Mirror as a great champion of the anti-Nazi cause is largely mythical. And there is no indication that Cecil King ever changed his politics. King remained an admirer of Oswald Mosley, announcing in his memoirs that Mosley had been "the outstanding politician of his generation" and that his only mistake was to have "chosen the wrong side during the war".

After the war, Cecil King came to run the Mirror with as much autocratic power as any proprietor. But wisely, he left the contents of the paper to Cudlipp, the man with the common touch. Despite the paper's reputation for supporting all things socially radical in the 1950s and 1960s, its editorial support for Labour was lukewarm.

King still felt the Harmsworth-Rothermere blood coursing through his veins and loathed Labour's post-war leaders Attlee ("a complete drip") and Gaitskell ("a vain man without substance or principle"). He warmed at first to Harold Wilson, mainly because Wilson had promised to take the UK into the European Common Market.

By the 1960s the theme of a "united Europe" standing between what the Mosleyites saw as a Mongolian-Asiatic Russia and a Jewish-Negro America had become an obsession with the exiled Mosley and also with King. Dumbfounded hacks at the Mirror were required to write article after article setting out the plan for "Nation Europa", which were then foisted on a mostly baffled Mirror readership.

In 1968, after Wilson dragged his feet on Europe, and at the height of a run on the pound, King commandeered the front page of the Mirror to demand Wilson's removal from office. At the same time, amid talk of a military coup, King held a meeting with Mosley at his mansion outside Paris, sounding him out as a possible member of a "government of national unity".

Peter Stephens, the Mirror's Paris correspondent sent a report back to Cudlipp in London (now contained in Cudlipp's private archive at Cardiff University) reporting that King had said that Mosley was still "an extremely brilliant man" who could "still make a useful contribution" to the running of the country. Stephens, astonished, had asked: "You are surely not thinking of including him in your replacement government?" King had replied: "Why not? People have forgotten about his past."

In the event - after some further meetings with military officers and an audience with the potential figurehead Lord Mountbatten - King's plan for the establishment of a Mirror-led military dictatorship fizzled out and was written off as an act of insanity.

King's role in the 1968 "coup that never was" is still controversial. But the fact remains that for much of the Mirror's admittedly brilliant 100-year reign as the self-proclaimed "Newspaper of the Century", it had a dark side which many now prefer discreetly to forget.

Chris Horrie is author of 'Tabloid Nation: From the birth of the Mirror to the death of the tabloid newspaper' Andre Deutsch, £17.99


Conséquences

    Bergen-Belsen /beagen belzen/ : Nazi concentration camp in northwestern Germany. Erected in 1943. Thousands of Jews, political prisoners, and POWs were killed there. Liberated by British troops in April 1945, although many of the remaining prisoners died of typhus after liberation.

B'richa: The organized and illegal mass movement of Jews throughout Europe following World War II.

British White Paper of 1939: British policy of restricting immigration of Jews to Palestine.

DP: Displaced Person. The upheavals of war left millions of soldiers and civilians far from home. Millions of DPs had been eastern European slave laborers for the Nazis. The tens of thousands of Jewish survivors of Nazi camps either could not or did not want to return to their former homes in Germany or eastern Europe, and many lived in special DP camps while awaiting migration to America or Palestine.

Displaced Persons Act of 1948: Law passed by U.S. Congress limiting the number of Jewish displaced persons who could emigrate to the United States. The law contained antisemitic elements, eventually eliminated in 1950.

Eichmann, Adolph (1906 - 1962): SS Lieutenant Colonel and head of the Gestapo department dealing with Jewish affairs.

Einsatzgruppen /ainzatsgroopen/ : Mobile units of the Security Police and SS Security Service that followed the German armies to Poland in 1939 and to the Soviet Union in June, 1941. Their charge was to kill all Jews as well as communist functionaries, the handicapped, institutionalized psychiatric patients, Gypsies, and others considered undesirable by the nazi state. They were supported by units of the uniformed German Order Police and often used auxiliaries (Ukrainian, Latvian, Lithuanian, and Estonian volunteers). The victims were executed by mass shootings and buried in unmarked mass graves later, the bodies were dug up and burned to cover evidence of what had occurred.

Genocide: The deliberate and systematic destruction of a racial, political, cultural, or religious group.

Gestapo /geshtahpoh/ : Acronym for Geheime Staatspolizei /gehaime shtahtspolitsai/ , meaning Secret State Police. Prior to the outbreak of war, the Gestapo used brutal methods to investigate and suppress resistance to Nazi rule within Germany. After 1939, the Gestapo expanded its operations into Nazi-occupied Europe.

Gypsies: A collective term for Romani and Sinti. A nomadic people believed to have come originally from northwest India. They became divided into five main groups still extant today. By the sixteenth century, they had spread to every country of Europe. Alternately welcomed and persecuted since the fifteenth century, they were considered enemies of the state by the Nazis and persecuted relentlessly. Approximately 500,000 Gypsies are believed to have perished in the gas chambers.

Holocaust: Derived from the Greek holokauston which meant a sacrifice totally burned by fire. Today, the term refers to the systematic planned extermination of about six million European Jews and millions of others by the Nazis between 1933-1945.

Homophobia: Fear of homosexuals.

International Military Tribunal: The United States, Great Britain, France, and the Union of Soviet Socialist Republics charted this court to prosecute Nazi war criminals.

The Nazi (National Socialist German Workers') Party: The Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei /natsional sotsialistishe doiche abaita patai/ or NSDAP was founded in Germany on January 5, 1919. It was characterized by a centralist and authoritarian structure. Its platform was based on militaristic, racial, antisemitic and nationalistic policies. Nazi Party membership and political power grew dramatically in the 1930s, partly based on political propaganda, mass rallies and demonstrations.

Nuremberg Trials: Trials of twenty-two major Nazi figures in Nuremberg, Germany in 1945 and 1946 before the International Military Tribunal.

Nuremberg Laws: The Nuremberg Laws were announced by Hitler at the Nuremberg Party conference, defining 'Jew' and systematizing and regulating discrimination and persecution. The "Reich Citizenship Law" deprived all Jews of their civil rights, and the "Law for the Protection of German Blood and German Honor" made marriages and extra-marital sexual relationships between Jews and Germans punishable by imprisonment.

SA (Sturmabteilung /shtoormabtailung/ or Storm Troopers) : Also known as "Brown Shirts," they were the Nazi party's main instrument for undermining democracy and facilitating Adolf Hitler's rise to power. The SA was the predominant terrorizing arm of the Nazi party from 1923 until "The Night of the Long Knives" in 1934. They continued to exist throughout the Third Reich, but were of lesser political significance after 1934.

Scapegoat: Person or group of people blamed for crimes committed by others.

SD (Sicherheitsdienst /zikherhaitsdeenst/ or Security Service) : The SS security and intelligence service established in 1931 under Reinhard Heydrich.

Wiesenthal, Simon(1908- ): Famed Holocaust survivor who has dedicated his life since the war to gathering evidence for the prosecution of Nazi war criminals.

Zionism: Political and cultural movement calling for the return of the Jewish people to their Biblical home.

Zyklon B: (Hydrogen cyanide) Pesticide used in some of the gas chambers at the death camps.

Display vocabulary list on a separate page suitable for printing. NOTE: You will have to use your browser's back button to return to this page.

Discussion Questions/Research Topics

    Identify examples current human rights violations. Research and discuss.


Voir la vidéo: URBEX: Le camp militaire dAdolf Hitler - HISTORIA