19 décembre 1943

19 décembre 1943


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

19 décembre 1943

Décembre 1943

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
> janvier

Front de l'Est

La contre-attaque allemande repousse le 2e front ukrainien soviétique de 12 milles



19 décembre 1943 - Histoire

Première Guerre mondiale
front occidental
Guerre de tranchées : 1914-1916

Offensive alliée : 1916

Offensives alliées : 1917

Offensive allemande : 1918

Avancement vers la victoire : 1918

Les Campagne d'Italie a été l'une des principales campagnes que les Canadiens ont menées pendant la Seconde Guerre mondiale. Les soldats canadiens ont servi en Italie du 10 juillet 1943 au printemps 1945.

La campagne italienne comprenait la participation canadienne à plusieurs grandes périodes d'action

Campagne d'Italie

La Sicile a été la première campagne à laquelle les Canadiens ont contribué une formation de la taille d'une division. Les opérations alliées sur l'île ont fait l'objet de nombreuses critiques, il a fallu 38 jours après le débarquement initial du 10 juillet 1943 pour s'emparer de l'île, la majorité des forces allemandes sur l'île traversant le continent en toute sécurité. Néanmoins, la bataille a permis aux hommes et aux commandants de l'Armée canadienne d'acquérir de l'expérience au combat, et de l'avis de tous, les soldats canadiens (de la 1re Division d'infanterie canadienne et de la 1re Brigade de chars de l'Armée canadienne) ont extrêmement bien exécuté les tâches qui leur étaient confiées. Politiquement, la bataille a mis fin à l'alliance officielle de l'Italie avec l'Allemagne. Le leader italien Benito Mussolini a été déposé fin juillet. Début septembre, après l'invasion du continent italien, l'Italie s'est rapidement rendue, provoquant une invasion allemande du pays pour poursuivre le combat, avec un État fantoche fasciste établi dans le nord.


18 DÉCEMBRE

2016 Fifth Harmony annonce que Camila Cabello a quitté le groupe. Ils continuent en tant que quatuor mais gardent le nom de Cabello qui se débrouille assez bien toute seule, décrochant un n ° 1 avec "Havana" en 2018.

2014 Larry Henley (chanteur du groupe pop des années 60 The Newbeats) décède à 77 ans des suites de la maladie d'Alzheimer et de la maladie de Parkinson. Co-écrit le tube de 1989 "The Wind Beneath My Wings".

2012 L'auteur-compositeur Earl Shuman dépose une plainte pour violation du droit d'auteur contre la chanteuse Alicia Keys, affirmant que son single "Girl On Fire" dans le Top 20 ressemble trop à la chanson de 1970 de Shuman, "Lonely Boy", qui a fini par être enregistrée par Eddie Holman sous le nom de "Hey There Lonely Girl". ." Le costume est un peu vague sur les détails, mais apparemment, cela se résume à quelques notes que Keys et Shuman règlent plus tard.

2011 Les One Direction jouent leur premier spectacle au Watford Colosseum de Londres. Cela ne va pas bien. "Nous n'étions qu'une blague", dit Niall Horan.

2011 Ralph MacDonald, un percussionniste et auteur-compositeur qui a composé les duos à succès "Where Is the Love" (Roberta Flack/Donny Hathaway) et "Just The Two Of Us" (Bill Withers/Grover Washington Jr.), meurt d'un cancer du poumon à l'âge 67.

2004 T.I. est arrêté pour possession d'armes à feu pour la troisième fois en trois ans. Les autorités fouillent son domicile et trouvent une arme à silencieux, plusieurs cartouches et des photos du rappeur manipulant des armes à feu. Il est placé en résidence surveillée après avoir déposé une caution de 3 millions de dollars.

2001 Billie Eilish est née à Los Angeles. En collaboration avec son frère Finneas, elle compose son premier album primé aux Grammy, Quand nous nous endormons tous, où allons-nous ?, qui sort en 2019 quand elle a 17 ans.

2000 La chanteuse britannique Kirsty MacColl, fille d'Ewan MacColl, est tuée par une hélice de bateau lors d'une plongée sous-marine à Cozumel, au Mexique, à l'âge de 41 ans.

1980 Paul McCartney sort McCartney III. C'est un one-man band sur l'album, jouant de tous les instruments et écrivant toutes les chansons, ce qu'il a également fait sur les prequels, McCartney en 1970 et McCartney II en 1980.

1972 DJ Lethal (de Limp Bizkit, House of Pain) naît Leor Dimant à Riga, en Lettonie, et s'installe finalement à New York.

1972 Début du tournage du rôle de Bob Dylan dans Pat Garrett et Billy l'enfant.

1972 Le documentaire T. Rex réalisé par Ringo Starr, Né à Boogie, premières au cinéma Oscar à Brewer Street, Soho (Royaume-Uni). Sont présents Starr, les membres de T. Rex et Elton John.

1970 Le rappeur DMX est né Earl Simmons à Mount Vernon, New York. Il tire son nom de scène de la boîte à rythmes Oberheim DMX, un instrument qu'il utilisait lorsqu'il était adolescent.

1970 Le gouverneur ségrégationniste de Géorgie, Lester Maddox, s'en va Le spectacle de Dick Cavett lorsque l'hôte laisse entendre que ses partisans sont des fanatiques. Randy Newman écrit une chanson à ce sujet, "Rednecks", qui commence : Hier soir, j'ai vu Lester Maddox dans une émission de télévision

1965 Le sergent d'état-major Barry Sadler enregistre "La ballade des bérets verts".


Noël victorien - Histoire de Noël

Noël tel que nous le célébrons aujourd'hui a ses origines dans la Grande-Bretagne victorienne.

C'est difficile à imaginer maintenant, mais au début du 19e siècle, Noël était à peine célébré. De nombreuses entreprises ne considéraient même pas cela comme un jour férié. Cependant, à la fin du siècle, elle était devenue la plus grande célébration annuelle et a pris la forme que nous connaissons aujourd'hui.

La transformation s'est produite rapidement et est venue de tous les secteurs de la société.

Victoria et Albert se sont réunis autour du sapin de Noël avec leurs enfants.

Beaucoup attribuent le changement à la reine Victoria, et c'est son mariage avec le prince Albert, né en Allemagne, qui a introduit certains des aspects les plus importants de Noël. En 1848 le Nouvelles illustrées de Londres a publié un dessin de la famille royale célébrant autour d'un sapin de Noël décoré, une tradition qui rappelle l'enfance du prince Albert en Allemagne. Bientôt, chaque foyer en Grande-Bretagne avait un arbre orné de bougies, de bonbons, de fruits, de décorations faites maison et de petits cadeaux.

En 1843, Henry Cole a chargé un artiste de concevoir une carte pour Noël. L'illustration montrait un groupe de personnes autour d'une table et un message de Noël. À un shilling chacun, ils étaient chers pour les Victoriens ordinaires et n'étaient donc pas immédiatement accessibles. Cependant, le sentiment s'est propagé et de nombreux enfants - y compris la reine Victoria - ont été encouragés à créer leurs propres cartes de Noël. En cette ère d'industrialisation, la technologie d'impression couleur est rapidement devenue plus avancée, entraînant une baisse significative du prix de production des cartes. Avec l'introduction du tarif postal d'un demi-penny, l'industrie des cartes de Noël a décollé. Dans les années 1880, l'envoi de cartes était devenu extrêmement populaire, créant une industrie lucrative qui a produit 11,5 millions de cartes rien qu'en 1880. La commercialisation de Noël était en bonne voie.

Craquelins victoriens traditionnels

Une autre industrie commerciale de Noël a été portée par les Victoriens en 1848 lorsqu'un confiseur britannique, Tom Smith, a inventé une nouvelle façon audacieuse de vendre des bonbons. Inspiré par un voyage à Paris où il a vu des bons bons - des dragées enveloppées dans des torsades de papier - il a eu l'idée du biscuit de Noël : un simple emballage rempli de bonbons qui se brisent lorsqu'on les sépare. Les bonbons ont été remplacés par de petits cadeaux et des chapeaux en papier à la fin de la période victorienne, et restent sous cette forme comme un élément essentiel d'un Noël moderne.

Décorer la maison à Noël est également devenu une affaire plus élaborée. La tradition médiévale d'utiliser des conifères s'est poursuivie, mais le style et l'emplacement de ces décorations sont devenus plus importants. La vieille coutume consistant simplement à recouvrir les murs et les fenêtres de brins et de brindilles a été reniflée. L'uniformité, l'ordre et l'élégance étaient encouragés. Il y avait des instructions sur la façon de fabriquer des décorations synthétiques élaborées pour les habitants des villes. En 1881 Le magazine familial de Cassell a donné des instructions strictes à la maîtresse de maison : « Pour amener un sentiment général de plaisir, beaucoup dépend de l'environnement… Cela vaut la peine de donner quelques petits soucis à la décoration des chambres ».

Les cadeaux avaient traditionnellement été offerts au Nouvel An, mais ont été déplacés à mesure que Noël devenait plus important pour les Victoriens. Au départ, les cadeaux étaient plutôt modestes – fruits, noix, bonbons et petits bibelots faits à la main. Ceux-ci étaient généralement accrochés au sapin de Noël. Cependant, à mesure que les cadeaux devenaient de plus en plus importants pour le festival et que les cadeaux devenaient plus gros et achetés en magasin, ils se déplaçaient sous l'arbre.

La fête de Noël a ses racines avant le Moyen Âge, mais c'est à l'époque victorienne que le dîner que nous associons maintenant à Noël a commencé à prendre forme. L'examen des premières recettes victoriennes montre que les tartes hachées étaient initialement faites à partir de viande, une tradition remontant à l'époque des Tudor. Cependant, au cours du 19ème siècle, il y a eu une révolution dans la composition de ce plat de fête. Les mélanges sans viande ont commencé à gagner en popularité dans certains des échelons supérieurs de la société et sont devenus les petits pâtés que nous connaissons aujourd'hui.

La dinde rôtie a également ses débuts dans la Grande-Bretagne victorienne. Auparavant, d'autres formes de viande rôtie comme le bœuf et l'oie étaient la pièce maîtresse du dîner de Noël. La dinde a été ajoutée à cela par les sections les plus riches de la communauté au 19ème siècle, mais sa taille parfaite pour une réunion de famille de la classe moyenne en a fait le plat dominant au début du 20ème siècle.

Alors que les chants de Noël n'étaient pas nouveaux pour les Victoriens, c'était une tradition qu'ils ont activement ravivée et popularisée. Les Victoriens considéraient les chants de Noël comme une délicieuse forme de divertissement musical et un plaisir qu'il vaut la peine de cultiver. De vieux mots ont été mis sur de nouveaux airs et le premier recueil important de chants de Noël a été publié en 1833 pour le plaisir de tous.

Les Victoriens ont également transformé l'idée de Noël pour qu'elle soit centrée sur la famille. La préparation et le repas de la fête, les décorations et les cadeaux, les animations et les jeux de société, tous étaient essentiels à la célébration de la fête et devaient être partagés par toute la famille.

Alors que Charles Dickens n'a pas inventé le Noël victorien, son livre Un chant de noel est crédité d'avoir aidé à populariser et à diffuser les traditions du festival. Ses thèmes de famille, de charité, de bonne volonté, de paix et de bonheur résument l'esprit du Noël victorien et font partie intégrante du Noël que nous célébrons aujourd'hui.


Dans une atmosphère d'hystérie de la Seconde Guerre mondiale, le président Roosevelt, encouragé par des responsables à tous les niveaux du gouvernement fédéral, a autorisé l'internement de dizaines de milliers de citoyens américains d'ascendance japonaise et d'étrangers résidents du Japon. Le décret 9066 de Roosevelt, daté du 19 février 1942, a donné à l'armée de larges pouvoirs pour interdire à tout citoyen d'accéder à une zone côtière de cinquante à soixante milles de large s'étendant de l'État de Washington à la Californie et s'étendant à l'intérieur des terres jusqu'au sud de l'Arizona. L'ordonnance autorisait également le transport de ces citoyens vers des centres de rassemblement mis en place à la hâte et régis par l'armée en Californie, en Arizona, dans l'État de Washington et en Oregon. Bien que cela ne soit pas bien connu, le même décret (et d'autres décrets et restrictions en temps de guerre) a également été appliqué à un plus petit nombre de résidents des États-Unis d'origine italienne ou allemande. Par exemple, 3 200 résidents étrangers d'origine italienne ont été arrêtés et plus de 300 d'entre eux ont été internés. Environ 11 000 résidents allemands, y compris des citoyens naturalisés, ont été arrêtés et plus de 5 000 ont été internés. Pourtant, alors que ces individus (et d'autres de ces groupes) ont subi de graves violations de leurs libertés civiles, les mesures de temps de guerre appliquées aux Américains d'origine japonaise étaient pires et plus radicales, déracinant des communautés entières et ciblant les citoyens ainsi que les étrangers résidents.

Autoriser le secrétaire à la guerre à prescrire des zones militaires

Considérant que le succès des poursuites de la guerre nécessite toute protection possible contre l'espionnage et contre le sabotage du matériel de défense nationale, des locaux de la défense nationale et des services publics de défense nationale tels que définis à l'article 4 de la loi du 20 avril 1918, 40 Stat. 533, tel que modifié par la loi du 30 novembre 1940, 54 Stat. 1220, et la loi du 21 août 1941, 55 Stat. 655 (U.S.C., titre 50, article 104)

Maintenant, par conséquent, en vertu de l'autorité qui m'est conférée en tant que président des États-Unis et commandant en chef de l'armée et de la marine, j'autorise et dirige par la présente le secrétaire à la guerre et les commandants militaires qu'il peut de temps à autre désigner, chaque fois que lui ou tout commandant désigné juge une telle action nécessaire ou souhaitable, de prescrire des zones militaires dans les lieux et dans la mesure qu'il ou le commandant militaire approprié peuvent déterminer, dont une ou toutes les personnes peuvent être exclues, et en ce qui concerne qui, le droit de toute personne d'entrer, de rester ou de sortir sera soumis à toutes les restrictions que le secrétaire à la guerre ou le commandant militaire approprié peuvent imposer à sa discrétion. Le Secrétaire à la Guerre est autorisé par la présente à fournir aux résidents de cette zone qui en sont exclus, le transport, la nourriture, l'abri et autres logements qui peuvent être nécessaires, selon le jugement du Secrétaire à la Guerre ou dudit commandant militaire, et jusqu'à ce que d'autres dispositions soient prises, pour accomplir l'objet de la présente ordonnance. La désignation de zones militaires dans toute région ou localité remplacera les désignations de zones interdites et restreintes par le procureur général en vertu des proclamations des 7 et 8 décembre 1941, et remplacera la responsabilité et l'autorité du procureur général en vertu desdites proclamations en ce qui concerne de ces zones interdites et restreintes.

Par la présente, j'autorise et ordonne en outre au secrétaire à la guerre et auxdits commandants militaires de prendre toutes autres mesures qu'il ou le commandant militaire approprié peuvent juger souhaitables pour faire respecter les restrictions applicables à chaque zone militaire ci-dessus autorisée à être désignée, y compris l'utilisation des troupes fédérales et d'autres agences fédérales, avec le pouvoir d'accepter l'aide des agences étatiques et locales.

Par la présente, j'autorise et ordonne en outre à tous les départements exécutifs, établissements indépendants et autres agences fédérales, d'assister le secrétaire à la guerre ou lesdits commandants militaires dans l'exécution du présent décret, y compris la fourniture d'aide médicale, d'hospitalisation, de nourriture, de vêtements, de transport, l'utilisation des terres, des abris et d'autres fournitures, équipements, services publics, installations et services.

Cet ordre ne doit pas être interprété comme modifiant ou limitant de quelque manière que ce soit l'autorité accordée jusqu'ici en vertu du décret exécutif n° 8972, en date du 12 décembre 1941, ni comme limitant ou modifiant le devoir et la responsabilité du Federal Bureau of Investigation, en ce qui concerne l'enquête sur des actes présumés de sabotage ou le devoir et la responsabilité du procureur général et du ministère de la Justice en vertu des proclamations des 7 et 8 décembre 1941, prescrivant des règlements pour la conduite et le contrôle des ennemis étrangers, à l'exception de ce devoir et la responsabilité est remplacée par la désignation des zones militaires ci-dessous.


Choses chanceuses pour les chevaux :

Par rapport aux autres signes du zodiaque, les personnes du signe du zodiaque chinois Cheval sont plus vives, énergiques, courageuses et enthousiastes à propos des gens et de la vie. Cependant, ils ne sont pas doués pour cacher les émotions et leurs sentiments seront facilement affichés sur le visage. Mais cela n'affecte pas leur grande popularité parmi les gens, et il n'est pas étonnant que la plupart d'entre eux aiment participer à des activités sociales.

  • Forces: Inspiré, joyeux, talentueux, perspicace, intelligent et populaire dans le cercle social
  • Faiblesses: Trop ambitieux, trop confiant et parfois trop sophistiqué
  • Hommes à cheval : Les hommes de cheval vifs laissent toujours une impression sur les gens qu'ils sont pleins d'énergie. De plus, ils sont décisifs et hésitent rarement, ce qui leur fait gagner beaucoup d'opportunités. Avec un sens aigu de la justice, les hommes Cheval ne peuvent tolérer le péché et sont heureux d'offrir leur aide aux faibles. Cependant, ils dépensent sans compter et aiment payer les factures de leurs amis.
  • Cheval Femmes : Les femmes à cheval sont remarquables parmi les gens, non seulement parce qu'elles ont une belle silhouette, mais aussi en raison du code vestimentaire élégant et à la mode. Ils ont leur propre style de vie et sont des experts en gestion du temps. En conséquence, ils peuvent bien équilibrer leur carrière et leur famille. De plus, ce sont des amoureux de la nature qui aiment sortir.
  • Personnalité par cinq éléments : quel type de 'Cheval' êtes-vous ?
    Les personnes nées dans les différentes années du cheval peuvent montrer des personnalités différentes selon les cinq éléments : le bois, le feu, la terre, le métal et l'eau. Votre élément sera déterminé par les années de naissance et consultez le tableau suivant pour connaître votre type et vos traits.
Les types Années de naissance Traits de personnalité
Cheval de bois 1906, 1966 Leader et décideur imaginatif, observateur, perspicace.
Cheval de feu 1918, 1978 Intelligent, passionné, énergique sensible à l'habillement et à la mode.
Cheval de Terre 1930, 1990 Optimiste, avec un sens aigu de la justice, un homme d'action typique.
Cheval de métal 1910, 1970 Franc de nature, ne ménageant aucun effort pour aider ses amis, ayant une langue rapide.
Cheval maritime 1942, 2002 Prévenant, dévoué et ambitieux au travail.
  • Personnalité des chevaux par groupes sanguins
    &bull Blood Type O : Les chevaux de groupe sanguin O sont des optimistes nés qui aiment se faire des amis et mener une vie animée. Cependant, par peur de faire face aux défis et à la pression, ils sont désinvoltes quant à l'avenir et n'ont pas de plans ou d'objectifs clairs dans la vie.
    &bull Groupe sanguin A : Ils sont actifs, confiants et peuvent parfois être très simples. Au travail, ils sont pratiques et hautement efficaces. Si vous rencontrez quelqu'un qui ne peut pas suivre son rythme, il peut devenir impatient.
    &bull Blood Type B : Ces personnes sont vives, réactives et pleines de passion pour la vie. Ils ont de l'espoir pour l'avenir et voient plus souvent les côtés positifs des choses. De plus, les Chevaux femelles sont de véritables pionnières de la mode.
    &bull Blood Type AB : Avec un caractère sophistiqué, ils peuvent bien s'entendre avec la majorité des gens, et rarement détestés par les autres. Ils ne sont pas verbeux mais peuvent fournir des informations très pratiques en quelques mots. Bien qu'étant sages et intelligents, ils n'aiment pas se montrer.
  • Meilleurs matchs : Tigre, Mouton, Lapin
    Le Cheval peut parfois être très têtu mais il peut suivre les conseils du Tigre et il peut faire une belle paire. En raison du caractère vif du cheval, il lui est difficile de s'entendre avec des personnes irritables, afin qu'il puisse établir une relation harmonieuse avec le mouton de bonne humeur. Pour le Cheval, le Lapin est à la fois un ami et un partenaire.
  • Mauvaises correspondances : rat, bœuf, coq, cheval
    Le Cheval aime la liberté et aspire au monde extérieur tandis que le Rat est axé sur la famille, et donc les différentes valeurs conduiront à beaucoup de désaccords. Il est également difficile pour le cheval de faire des compromis lorsqu'il est avec le bœuf, le coq et le cheval, ce qui rend difficile pour eux de devenir de bons partenaires l'un avec l'autre.

Les chevaux n'aiment pas la vie ennuyeuse et leur vie est pleine d'entrain. Ils ne seront donc attirés que par des personnes innovantes et intéressantes. Lorsque vous vous entendez avec les chevaux, créer une atmosphère romantique de temps en temps est très essentiel, et quelques mots d'amour doux seront également très utiles pour améliorer la relation. Cependant, un tabou pour le Cheval dans une relation est le mensonge. Essayez de rester authentique car le Cheval déteste vraiment les mensonges, même les blancs.

  • Meilleurs emplois : Aventuriers, écrivains, architectes, hommes d'affaires, artistes, entrepreneurs, scientifiques, artistes, politiciens, critiques, guides touristiques.

Dans l'ensemble, la plupart des chevaux sont en bonne santé. Ils sont énergiques, pleins d'entrain et dynamiques quand ils sont jeunes. Cependant, le mode de vie excitant mais malsain à long terme peut entraîner des risques potentiels pour la santé. Par exemple, l'habitude de veiller tard peut affaiblir le système immunitaire et les régimes alimentaires irréguliers peuvent également provoquer des maladies gastro-intestinales.

Les chevaux devraient se soucier davantage de leur santé maintenant. Pour les jeunes Chevaux, gardez une alimentation régulière et équilibrée et refusez certaines soirées nocturnes, qui seront de bons moyens de rester en bonne santé. Pour les chevaux d'âge moyen, apprenez à échapper au travail pénible. Prenez le temps de faire de l'exercice et de vous reposer correctement.


19 décembre 1943 - Histoire

LES DROITS DES FEMMES . Tout au long de la majeure partie de l'histoire, les femmes ont généralement eu moins de droits légaux et d'opportunités de carrière que les hommes. L'épouse et la maternité étaient considérées comme les professions les plus importantes pour les femmes. Au 20e siècle, cependant, dans la plupart des pays, les femmes ont obtenu le droit de vote et ont augmenté leurs possibilités d'éducation et d'emploi. Peut-être le plus important, ils se sont battus pour et dans une large mesure ont accompli une réévaluation des points de vue traditionnels de leur rôle dans la société.

Attitudes précoces envers les femmes

Depuis les temps anciens, les femmes ont été considérées de manière unique comme une source créative de vie humaine. Historiquement, cependant, ils ont été considérés non seulement comme intellectuellement inférieurs aux hommes, mais aussi comme une source majeure de tentation et de mal. Dans la mythologie grecque, par exemple, c'est une femme, Pandore, qui ouvrit la boîte interdite et apporta fléaux et malheur à l'humanité. Le droit romain primitif décrivait les femmes comme des enfants, à jamais inférieures aux hommes.

La théologie chrétienne primitive a perpétué ces points de vue. Saint Jérôme, un père latin de l'église chrétienne du IVe siècle, a dit : « La femme est la porte du diable, le chemin de la méchanceté, l'aiguillon du serpent, en un mot un objet périlleux. Thomas d'Aquin, le théologien chrétien du 13ème siècle, a déclaré que la femme a été "créée pour être l'aide de l'homme, mais son rôle unique est dans la conception... car à d'autres fins, les hommes seraient mieux aidés par d'autres hommes".

L'attitude envers les femmes en Orient fut d'abord plus favorable. Dans l'Inde ancienne, par exemple, les femmes n'étaient pas privées de leurs droits de propriété ou de leurs libertés individuelles par le mariage. Mais l'hindouisme, qui a évolué en Inde après environ 500 avant JC, exigeait l'obéissance des femmes envers les hommes. Les femmes devaient marcher derrière leur mari. Les femmes ne pouvaient pas posséder de biens et les veuves ne pouvaient pas se remarier. Dans l'Est comme dans l'Ouest, les garçons étaient préférés aux filles.

Néanmoins, lorsqu'elles ont eu la liberté personnelle et intellectuelle, les femmes ont réalisé des réalisations importantes. Au Moyen Âge, les moniales ont joué un rôle clé dans la vie religieuse de l'Europe. Les femmes aristocratiques jouissaient du pouvoir et du prestige. Des époques entières ont été influencées par des femmes dirigeantes, par exemple, la reine Elizabeth d'Angleterre au XVIe siècle, Catherine la Grande de Russie au XVIIIe siècle et la reine Victoria d'Angleterre au XIXe siècle.

Le sexe faible ?

Les femmes ont longtemps été considérées comme naturellement plus faibles que les hommes, dégoûtées et incapables d'effectuer un travail nécessitant un développement musculaire ou intellectuel. Dans la plupart des sociétés préindustrielles, par exemple, les tâches domestiques étaient reléguées aux femmes, laissant aux hommes les travaux « plus lourds » tels que la chasse et le labour. Cela ignorait le fait que s'occuper des enfants et effectuer des tâches telles que traire les vaches et laver les vêtements nécessitaient également un travail lourd et soutenu. Mais les tests physiologiques suggèrent désormais que les femmes ont une plus grande tolérance à la douleur, et les statistiques révèlent que les femmes vivent plus longtemps et sont plus résistantes à de nombreuses maladies.

La maternité, le rôle biologique naturel des femmes, a toujours été considérée comme leur rôle social majeur. Le stéréotype qui en a résulté selon lequel « la place de la femme est au foyer » a largement déterminé la manière dont les femmes se sont exprimées. Aujourd'hui, la contraception et, dans certaines régions, l'avortement légalisé ont permis aux femmes de mieux contrôler le nombre d'enfants qu'elles auront. Bien que ces développements aient libéré les femmes pour des rôles autres que la maternité, la pression culturelle pour que les femmes deviennent des épouses et des mères empêche encore de nombreuses femmes talentueuses de terminer leurs études universitaires ou de poursuivre une carrière.

Traditionnellement, une fille de la classe moyenne dans la culture occidentale avait tendance à apprendre de l'exemple de sa mère que cuisiner, nettoyer et s'occuper des enfants était le comportement qu'on attendait d'elle lorsqu'elle grandissait. Des tests effectués dans les années 1960 ont montré que les résultats scolaires des filles étaient plus élevés dans les premières années d'études qu'au secondaire. La principale raison invoquée était que les propres attentes des filles ont diminué parce que ni leurs familles ni leurs enseignants ne s'attendaient à ce qu'elles se préparent à un avenir autre que celui du mariage et de la maternité. Cette tendance a évolué au cours des dernières décennies.

L'éducation formelle des filles a toujours été secondaire par rapport à celle des garçons. Dans l'Amérique coloniale, les filles ont appris à lire et à écrire dans des écoles pour dames. Ils pouvaient fréquenter les écoles de maître pour garçons lorsqu'il y avait de la place, généralement pendant l'été lorsque la plupart des garçons travaillaient. À la fin du XIXe siècle, cependant, le nombre d'étudiantes avait considérablement augmenté. L'enseignement supérieur en particulier a été élargi par l'essor des collèges pour femmes et l'admission des femmes dans les collèges et universités ordinaires. En 1870, on estimait qu'un cinquième des étudiants résidents des collèges et universités étaient des femmes. En 1900, la proportion était passée à plus d'un tiers.

Les femmes ont obtenu 19 pour cent de tous les diplômes universitaires de premier cycle au début du 20e siècle. En 1984, ce chiffre avait fortement augmenté pour atteindre 49 pour cent. Les femmes ont également augmenté leur nombre dans les études supérieures. Au milieu des années 80, les femmes obtenaient 49 pour cent de tous les diplômes de maîtrise et environ 33 pour cent de tous les doctorats. En 1985, environ 53 pour cent de tous les étudiants étaient des femmes, dont plus d'un quart avaient plus de 29 ans.

Le statut juridique de la femme

Le mythe de l'infériorité naturelle de la femme a fortement influencé le statut de la femme en droit. En vertu de la common law d'Angleterre, une femme non mariée pouvait posséder des biens, conclure un contrat ou poursuivre et être poursuivie. Mais une femme mariée, définie comme ne faisant qu'un avec son mari, a renoncé à son nom, et pratiquement tous ses biens sont passés sous le contrôle de son mari.

Au début de l'histoire des États-Unis, un homme possédait virtuellement sa femme et ses enfants tout comme il possédait ses biens matériels. Si un pauvre choisissait d'envoyer ses enfants à la maison des pauvres, la mère était légalement sans défense de s'y opposer. Certaines communautés, cependant, ont modifié la common law pour permettre aux femmes d'agir en tant qu'avocates devant les tribunaux, d'intenter des poursuites pour des biens et de posséder des biens en leur propre nom si leurs maris étaient d'accord.

La loi sur l'équité, qui s'est développée en Angleterre, a mis l'accent sur le principe de l'égalité des droits plutôt que sur la tradition. La loi sur l'équité a eu un effet de libéralisation sur les droits légaux des femmes aux États-Unis. Par exemple, une femme pourrait poursuivre son mari. Le Mississippi en 1839, suivi de New York en 1848 et du Massachusetts en 1854, ont adopté des lois autorisant les femmes mariées à posséder des biens séparés de leurs maris. Dans le droit du divorce, cependant, en général, le mari divorcé gardait le contrôle légal des enfants et des biens.

Au XIXe siècle, les femmes ont commencé à travailler en grand nombre à l'extérieur de leur domicile, notamment dans les usines de textile et les magasins de vêtements. Dans des pièces surpeuplées et mal ventilées, les femmes (et les enfants) travaillaient jusqu'à 12 heures par jour. La Grande-Bretagne a adopté une loi de dix heures par jour pour les femmes et les enfants en 1847, mais aux États-Unis, ce n'est que dans les années 1910 que les États ont commencé à adopter une législation limitant les heures de travail et améliorant les conditions de travail des femmes et des enfants.

Finalement, cependant, certaines de ces lois du travail ont été considérées comme restreignant les droits des travailleuses. Par exemple, les lois interdisant aux femmes de travailler plus de huit heures par jour ou de travailler la nuit empêchaient effectivement les femmes d'occuper de nombreux emplois, en particulier des postes de supervision, qui pouvaient nécessiter des heures supplémentaires. Les lois de certains États interdisaient aux femmes de soulever des poids au-dessus d'un certain montant variant d'aussi peu que 15 livres (7 kilogrammes), interdisant encore une fois aux femmes de nombreux emplois.

Au cours des années 1960, plusieurs lois fédérales améliorant le statut économique des femmes ont été adoptées. La loi sur l'égalité de rémunération de 1963 exigeait un salaire égal pour les hommes et les femmes à travail égal. Le Civil Rights Act de 1964 interdit la discrimination à l'égard des femmes par toute entreprise de 25 employés ou plus. Un décret présidentiel en 1967 interdit les préjugés contre les femmes dans l'embauche par les entrepreneurs du gouvernement fédéral.

Mais la discrimination dans d'autres domaines a persisté. De nombreux magasins de détail n'émettraient pas de cartes de crédit indépendantes aux femmes mariées. Les femmes divorcées ou célibataires ont souvent du mal à obtenir un crédit pour acheter une maison ou une voiture. Les lois relatives à l'aide sociale, à la criminalité, à la prostitution et à l'avortement affichaient également un préjugé contre les femmes. En cas de violation possible du droit d'une femme à la vie privée, par exemple, une mère recevant des prestations d'aide sociale du gouvernement a fait l'objet de fréquentes enquêtes afin de vérifier sa demande d'aide sociale. La discrimination sexuelle dans la définition des crimes existait dans certaines régions des États-Unis. Une femme qui a tiré et tué son mari serait accusée d'homicide, mais le fait de tirer sur une femme par son mari pourrait être qualifié de « tir passionnel ». Ce n'est qu'en 1968, pour un autre exemple, que les tribunaux de Pennsylvanie ont annulé une loi de l'État qui exigeait que toute femme reconnue coupable d'un crime soit condamnée à la peine maximale prescrite par la loi. Souvent, les femmes prostituées étaient poursuivies, bien que leurs clients masculins aient été autorisés à sortir gratuitement. Dans la plupart des États, l'avortement n'était légal que si la vie de la mère était considérée comme physiquement en danger. En 1973, cependant, la Cour suprême des États-Unis a statué que les États ne pouvaient pas restreindre le droit d'une femme à un avortement au cours de ses trois premiers mois de grossesse.

Jusqu'au début du 20e siècle, les femmes des pays d'Europe occidentale vivaient avec bon nombre des mêmes handicaps juridiques que les femmes aux États-Unis. Par exemple, jusqu'en 1935, les femmes mariées en Angleterre n'avaient pas le plein droit de posséder des biens et de conclure des contrats sur un pied d'égalité avec les femmes célibataires. Ce n'est qu'après 1920 qu'une loi a été adoptée pour offrir aux femmes qui travaillent des possibilités d'emploi et un salaire égal à celui des hommes. Ce n'est qu'au début des années 1960 qu'une loi a été adoptée pour égaliser les échelles salariales pour les hommes et les femmes dans la fonction publique britannique.

Les femmes au travail

Dans l'Amérique coloniale, les femmes qui gagnaient leur vie devenaient généralement couturières ou tenaient des pensions. Mais certaines femmes travaillaient dans des professions et des emplois réservés principalement aux hommes. Il y avait des femmes médecins, avocates, prédicateurs, enseignantes, écrivains et chanteuses. Au début du XIXe siècle, cependant, les occupations acceptables pour les femmes actives se limitaient au travail en usine ou au travail domestique. Les femmes étaient exclues des professions, sauf pour l'écriture et l'enseignement.

La profession médicale est un exemple des changements d'attitude aux XIXe et XXe siècles concernant ce qui était considéré comme un travail convenable pour les femmes. Avant les années 1800, il n'y avait presque pas d'écoles de médecine et pratiquement toute personne entreprenante pouvait pratiquer la médecine. En effet, l'obstétrique était le domaine des femmes.

À partir du XIXe siècle, la préparation pédagogique requise, notamment pour la pratique de la médecine, s'est accrue. Cela tendait à empêcher de nombreuses jeunes femmes, qui se sont mariées tôt et ont eu de nombreux enfants, d'entrer dans les carrières professionnelles. Bien que les soins infirmiers à domicile soient considérés comme une profession proprement féminine, les soins infirmiers dans les hôpitaux étaient presque exclusivement exercés par des hommes. Des discriminations spécifiques à l'égard des femmes ont également commencé à apparaître. Par exemple, l'American Medical Association, fondée en 1846, a interdit l'adhésion des femmes. Barred also from attending "men's" medical colleges, women enrolled in their own for instance, the Female Medical College of Pennsylvania, which was established in 1850. By the 1910s, however, women were attending many leading medical schools, and in 1915 the American Medical Association began to admit women members.

In 1890, women constituted about 5 percent of the total doctors in the United States. During the 1980s the proportion was about 17 percent. At the same time the percentage of women doctors was about 19 percent in West Germany and 20 percent in France. In Israel, however, about 32 percent of the total number of doctors and dentists were women.

Women also had not greatly improved their status in other professions. In 1930 about 2 percent of all American lawyers and judges were women in 1989, about 22 percent. In 1930 there were almost no women engineers in the United States. In 1989 the proportion of women engineers was only 7.5 percent.

In contrast, the teaching profession was a large field of employment for women. In the late 1980s more than twice as many women as men taught in elementary and high schools. In higher education, however, women held only about one third of the teaching positions, concentrated in such fields as education, social service, home economics, nursing, and library science. A small proportion of women college and university teachers were in the physical sciences, engineering, agriculture, and law.

The great majority of women who work are still employed in clerical positions, factory work, retail sales, and service jobs. Secretaries, bookkeepers, and typists account for a large portion of women clerical workers. Women in factories often work as machine operators, assemblers, and inspectors. Many women in service jobs work as waitresses, cooks, hospital attendants, cleaning women, and hairdressers.

During wartime women have served in the armed forces. In the United States during World War II almost 300,000 women served in the Army and Navy, performing such noncombatant jobs as secretaries, typists, and nurses. Many European women fought in the underground resistance movements during World War II. In Israel women are drafted into the armed forces along with men and receive combat training.

Women constituted more than 45 percent of employed persons in the United States in 1989, but they had only a small share of the decision-making jobs. Although the number of women working as managers, officials, and other administrators has been increasing, in 1989 they were outnumbered about 1.5 to 1 by men. Despite the Equal Pay Act of 1963, women in 1970 were paid about 45 percent less than men for the same jobs in 1988, about 32 percent less. Professional women did not get the important assignments and promotions given to their male colleagues. Many cases before the Equal Employment Opportunity Commission in 1970 were registered by women charging sex discrimination in jobs.

Working women often faced discrimination on the mistaken belief that, because they were married or would most likely get married, they would not be permanent workers. But married women generally continued on their jobs for many years and were not a transient, temporary, or undependable work force. From 1960 to the early 1970s the influx of married women workers accounted for almost half of the increase in the total labor force, and working wives were staying on their jobs longer before starting families. The number of elderly working also increased markedly.

Since 1960 more and more women with children have been in the work force. This change is especially dramatic for married women with children under age 6: 12 percent worked in 1950, 45 percent in 1980, and 57 percent in 1987. Just over half the mothers with children under age 3 were in the labor force in 1987. Black women with children are more likely to work than are white or Hispanic women who have children. Over half of all black families with children are maintained by the mother only, compared with 18 percent of white families with children.

Despite their increased presence in the work force, most women still have primary responsibility for housework and family care. In the late 1970s men with an employed wife spent only about 1.4 hours a week more on household tasks than those whose wife was a full-time homemaker.

A crucial issue for many women is maternity leave, or time off from their jobs after giving birth. By federal law a full-time worker is entitled to time off and a job when she returns, but few states by the early 1990s required that the leave be paid. Many countries, including Mexico, India, Germany, Brazil, and Australia require companies to grant 12-week maternity leaves at full pay.

Women in Politics

American women have had the right to vote since 1920, but their political roles have been minimal. Not until 1984 did a major party choose a woman Geraldine Ferraro of New York to run for vice-president (see Ferraro).

Jeanette Rankin of Montana, elected in 1917, was the first woman member of the United States House of Representatives. In 1968 Shirley Chisholm of New York was the first black woman elected to the House of Representatives (see Chisholm). Hattie Caraway of Arkansas first appointed in 1932 was, in 1933, the first woman elected to the United States Senate. Senator Margaret Chase Smith served Maine for 24 years (1949-73). Others were Maurine Neuberger of Oregon, Nancy Landon Kassebaum of Kansas, Paula Hawkins of Florida, and Barbara Mikulski of Maryland.

Wives of former governors became the first women governors Miriam A. Ferguson of Texas (1925-27 and 1933-35) and Nellie Tayloe Ross of Wyoming (1925-27) (see Ross, Nellie Tayloe). In 1974 Ella T. Grasso of Connecticut won a governorship on her own merits.

In 1971 Patience Sewell Latting was elected mayor of Oklahoma City, at that time the largest city in the nation with a woman mayor. By 1979 two major cities were headed by women: Chicago, by Jane Byrne, and San Francisco, by Dianne Feinstein. Sharon Pratt Dixon was elected mayor of Washington, D.C., in 1990.

Frances Perkins was the first woman Cabinet member as secretary of labor under President Franklin D. Roosevelt. Oveta Culp Hobby was secretary of health, education, and welfare in the Dwight D. Eisenhower Cabinet. Carla A. Hills was secretary of housing and urban development in Gerald R. Ford's Cabinet. Jimmy Carter chose two women for his original Cabinet Juanita M. Kreps as secretary of commerce and Patricia Roberts Harris as secretary of housing and urban development. Harris was the first African American woman in a presidential Cabinet. When the separate Department of Education was created, Carter named Shirley Mount Hufstedler to head it. Ronald Reagan's Cabinet included Margaret Heckler, secretary of health and human services, and Elizabeth Dole, secretary of transportation. Under George Bush, Dole became secretary of labor she was succeeded by Representative Lynn Martin. Bush chose Antonia Novello, a Hispanic, for surgeon general in 1990.

Reagan set a precedent with his appointment in 1981 of Sandra Day O'Connor as the first woman on the United States Supreme Court (see O'Connor). The next year Bertha Wilson was named to the Canadian Supreme Court. In 1984 Jeanne Sauve became Canada's first female governor-general (see Sauve).

In international affairs, Eleanor Roosevelt was appointed to the United Nations in 1945 and served as chairman of its Commission on Human Rights (see Roosevelt, Eleanor). Eugenie Anderson was sent to Denmark in 1949 as the first woman ambassador from the United States. Jeane Kirkpatrick was named ambassador to the United Nations in 1981.

Three women held their countries' highest elective offices by 1970. Sirimavo Bandaranaike was prime minister of Ceylon (now Sri Lanka) from 1960 to 1965 and from 1970 to 1977 (see Bandaranaike). Indira Gandhi was prime minister of India from 1966 to 1977 and from 1980 until her assassination in 1984 (see Gandhi, Indira). Golda Meir was prime minister of Israel from 1969 to 1974 (see Meir). The first woman head of state in the Americas was Juan Peron's widow, Isabel, president of Argentina in 1974-76 (see Peron). Elisabeth Domitien was premier of the Central African Republic in 1975-76. Margaret Thatcher, who first became prime minister of Great Britain in 1979, was the only person in the 20th century to be reelected to that office for a third consecutive term (see Thatcher). Also in 1979, Simone Weil of France became the first president of the European Parliament.

In the early 1980s Vigdis Finnbogadottir was elected president of Iceland Gro Harlem Brundtland, prime minister of Norway and Milka Planinc, premier of Yugoslavia. In 1986 Corazon Aquino became president of the Philippines (see Aquino). From 1988 to 1990 Benazir Bhutto was prime minister of Pakistan the first woman to head a Muslim nation (see Bhutto).

In 1990 Mary Robinson was elected president of Ireland and Violeta Chamorro, of Nicaragua. Australia's first female premier was Carmen Lawrence of Western Australia (1990), and Canada's was Rita Johnston of British Columbia (1991). In 1991 Khaleda Zia became the prime minister of Bangladesh and Socialist Edith Cresson was named France's first female premier. Poland's first female prime minister, Hanna Suchocka, was elected in 1992.

Feminist Philosophies

At the end of the 18th century, individual liberty was being hotly debated. In 1789, during the French Revolution, Olympe de Gouges published a 'Declaration of the Rights of Woman' to protest the revolutionists' failure to mention women in their 'Declaration of the Rights of Man'. In 'A Vindication of the Rights of Women' (1792) Mary Wollstonecraft called for enlightenment of the female mind.

Margaret Fuller, one of the earliest female reporters, wrote 'Woman in the Nineteenth Century' in 1845. She argued that individuals had unlimited capacities and that when people's roles were defined according to their sex, human development was severely limited.

Elizabeth Cady Stanton was a leading theoretician of the women's rights movement. Her 'Woman's Bible', published in parts in 1895 and 1898, attacked what she called the male bias of the Bible. Contrary to most of her religious female colleagues, she believed further that organized religion would have to be abolished before true emancipation for women could be achieved. (See also Stanton, Elizabeth Cady.)

Charlotte Perkins Gilman characterized the home as inefficient compared with the mass-production techniques of the modern factory. She contended, in books like 'Women and Economics' (1898), that women should share the tasks of homemaking, with the women best suited to cook, to clean, and to care for young children doing each respective task.

Politically, many feminists believed that a cooperative society based on socialist economic principles would respect the rights of women. The Socialist Labor party, in 1892, was one of the first national political parties in the United States to include woman suffrage as a plank in its platform.

During the early 20th century the term new woman came to be used in the popular press. More young women than ever were going to school, working both in blue- and white-collar jobs, and living by themselves in city apartments. Some social critics feared that feminism, which they interpreted to mean the end of the home and family, was triumphing. Actually, the customary habits of American women were changing little. Although young people dated more than their parents did and used the automobile to escape parental supervision, most young women still married and became the traditional housewives and mothers.

Women in Reform Movements

Women in the United States during the 19th century organized and participated in a great variety of reform movements to improve education, to initiate prison reform, to ban alcoholic drinks, and, during the pre-Civil War period, to free the slaves.

At a time when it was not considered respectable for women to speak before mixed audiences of men and women, the abolitionist sisters Sarah and Angelina Grimke of South Carolina boldly spoke out against slavery at public meetings (see Grimke Sisters). Some male abolitionists including William Lloyd Garrison, Wendell Phillips, and Frederick Douglass supported the right of women to speak and participate equally with men in antislavery activities. In one instance, women delegates to the World's Anti-Slavery Convention held in London in 1840 were denied their places. Garrison thereupon refused his own seat and joined the women in the balcony as a spectator.

Some women saw parallels between the position of women and that of the slaves. In their view, both were expected to be passive, cooperative, and obedient to their master-husbands. Women such as Stanton, Lucy Stone, Lucretia Mott, Harriet Tubman, and Sojourner Truth were feminists and abolitionists, believing in both the rights of women and the rights of blacks. (See also individual biographies.)

Many women supported the temperance movement in the belief that drunken husbands pulled their families into poverty. In 1872 the Prohibition party became the first national political party to recognize the right of suffrage for women in its platform. Frances Willard helped found the Woman's Christian Temperance Union (see Willard, Frances).

During the mid-1800s Dorothea Dix was a leader in the movements for prison reform and for providing mental-hospital care for the needy. The settlement-house movement was inspired by Jane Addams, who founded Hull House in Chicago in 1889, and by Lillian Wald, who founded the Henry Street Settlement House in New York City in 1895. Both women helped immigrants adjust to city life. (See also Addams Dix.)

Women were also active in movements for agrarian and labor reforms and for birth control. Mary Elizabeth Lease, a leading Populist spokeswoman in the 1880s and 1890s in Kansas, immortalized the cry, "What the farmers need to do is raise less corn and more hell." Margaret Robins led the National Women's Trade Union League in the early 1900s. In the 1910s Margaret Sanger crusaded to have birth-control information available for all women (see Sanger).

Fighting for the Vote

The first women's rights convention took place in Seneca Falls, N.Y., in July 1848. The declaration that emerged was modeled after the Declaration of Independence. Written by Elizabeth Cady Stanton, it claimed that "all men and women are created equal" and that "the history of mankind is a history of repeated injuries and usurpations on the part of man toward woman." Following a long list of grievances were resolutions for equitable laws, equal educational and job opportunities, and the right to vote.

With the Union victory in the Civil War, women abolitionists hoped their hard work would result in suffrage for women as well as for blacks. But the 14th and 15th Amendments to the Constitution, adopted in 1868 and 1870 respectively, granted citizenship and suffrage to blacks but not to women.

Disagreement over the next steps to take led to a split in the women's rights movement in 1869. Elizabeth Cady Stanton and Susan B. Anthony, a temperance and antislavery advocate, formed the National Woman Suffrage Association (NWSA) in New York. Lucy Stone organized the American Woman Suffrage Association (AWSA) in Boston. The NWSA agitated for a woman-suffrage amendment to the Federal Constitution, while the AWSA worked for suffrage amendments to each state constitution. Eventually, in 1890, the two groups united as the National American Woman Suffrage Association (NAWSA). Lucy Stone became chairman of the executive committee and Elizabeth Cady Stanton served as the first president. Susan B. Anthony, Carrie Chapman Catt, and Dr. Anna Howard Shaw served as later presidents.

The struggle to win the vote was slow and frustrating. Wyoming Territory in 1869, Utah Territory in 1870, and the states of Colorado in 1893 and Idaho in 1896 granted women the vote but the Eastern states resisted. A woman-suffrage amendment to the Federal Constitution, presented to every Congress since 1878, repeatedly failed to pass.

Excerpted from Compton's Interactive Encyclopedia
Copyright (c) 1994, 1995 Compton's NewMedia, Inc.


Discover free online learning resources on Australia's Defining Moments Digital Classroom.

Suggest a moment

I would like to see the election of the Gough Whitlam government as a defining moment.

Thanks. The election of the Whitlam government has been on our site for a while: https://www.nma.gov.au/defining-moments/resources/whitlam-election

COVID-19 response and 2019-2020 bushfires across Australia

Thanks, we are working on adding moments for both. Meantime, you might be interested in our Momentous website: https://momentous.nma.gov.au/

19 October 2001: SIEV X asylum seeker boat sinks in Australia's aerial border protection zone, 353 people drowned. There is a memorial to these people in Weston Park, not far from the Museum.

The first COVID-19 vaccinations in Australia

The demise of the local car manufacturing industry should be on the timeline, since the first Holden is there

Yes, the end of this era is mentioned at the end of our Holden launch moment: https://www.nma.gov.au/defining-moments/resources/holden-launch

Can you tell me about the first prime minister

See our Defining Moment on Federation in 1901. You can also learn more about Edmund Barton on our Prime Ministers of Australia website: https://www.nma.gov.au/explore/features/prime-ministers/edmund-barton

Formation of TISM and subsequently the end of TISM

Thanks for your suggestion Ollie. TISM has some great songs but if we chose one band we’d have to do many. We're after a defining moment when a person or band is responsible for a significant change.

2000 Olympic Games Sydney

How about adding some moments in history from the past 10 years to the defining moments wall.

Surely AFLW, marriage equality , stopping people climbing Uluru.

Thanks for your great suggestions Elle. Our Defining Moments Discovery Wall is only a selection of the moments that we have on our Defining Moments website. There you’ll find full feature moments on two of your suggestions — marriage equality and women’s AFL. We will soon be publishing a full feature moment on the handback of Uluru, as well as the closure of the climb. Some of these more recent defining moments will also be added to the Discovery Wall soon, as we know our visitors are interested in them. Thanks for being involved in our Defining Moments program.

Early aboriginal history maybe through archaeological finds across Australia

Thank you for your suggestion Sabrina. We have recently published a Defining Moment on First Rock Art, which can be viewed on our timeline.

Cathy freeman winning Gold at Sydney Olympics.

Hi Shelley, thank you for this great suggestion. This moment has already been suggested and is on our timeline.

I believe we should have Sam the Koala as a moment in Australia as it tells the tale of the koala who drank from a water bottle and was taken to Southern Ash Wildlife Shelter in the 2009 Bushfires

Hi Sam, we have already written a feature moment on the 2009 Bushfires. However we think this is a great idea and are working on adding a photo of Sam the Koala to the 2009 bushfire moment.

28th Jun 2019 15:41undefined

Proposal for a new Australian Defining Moment:

Can a small group change a nation (and the world) through a clear, passionate, well-researched message?

Small Melbourne based protest group wins a nobel peace prize for calling to attention weapons against humanity https://www.armscontrol.org/act/2017-11/news/ican-wins-nobel-peace-prize

Despite being a small group, stripped of funding, and essentially challenging the Australian government and world’s super powers in their love of weapons which do not differentiate between soldiers or civilians, ICAN’s message prevailed!

Why does the world need cluster bombs? Or nuclear weapons?
http://www.icanw.org/au/ican-australia-people/

This Defining Moment would have direct links to the current NMA Defining Moment https://www.nma.gov.au/defining-moments/resources/maralinga

Come-on NMA! The public and primary and secondary educators across the country need and want to recognise the power of active citizenship, pressure groups, and have quality resources for Civics and Citizenship units in the Australian Curriculum.

Also, some of us have seen and heard the inspiring Former Federal MP and UN lawyer Melissa Parke speak at History Teachers' Conferences and about a small Melbourne group challenging and changing the world and 'Australia’s role leading the world to get rid of nuclear weapons and weapons that harm civilians is critically important’ (hear! hear!).

Hi Mat, thanks for your suggestion. This moment has been suggested previously and can be viewed on our timeline.

20th Jun 2019 10:48undefined

Nicky Winmar mid 90s lifting his jumper and pointing to his skin mid AFL game - indigenous Australian

Thanks for your suggestion Andrew. Nicky Winmar’s stand is already a moment and on our timeline.

8th Jun 2019 11:08undefined

The burning of gold licences and the anti Chinese party is not included in the defining moments wall

Thanks for the suggestion, Abigail. The riots at Lambing flat are a defining moment on our timeline. We also have a few lines covering this in the Gold Rushes feature moment.

27th May 2019 14:39undefined

hello, this helped my son, benny and my daughter, mia
she finally understood the ending of the phar lap mystery book.
from archie ( not the one from riverdale) thanks

27th May 2019 14:38undefined

thank you! it worked wonderfuly for my kid, liah.

Percy Trezise and Dick Roughsey's friendship and bond resulting in them winning the Order of Australia and the Order of the British Empire as they created and left a legacy of more than 30 childrens books about indigenous history and culture published in every state and territory in Australia, and worldwide.

Dick Roughsey was awarded the Order of the British Empire, as an Officer of the Order of the British Empire, for Service to Aboriginal Art and Culture in 1978.
Percy Trezise AM (1923 - 2005) was a painter and writer as well as an historian and documenter of Aboriginal rock art. Trezise served in the RAAF during WW2, and from 1956 he worked in northern Australia as an airline pilot. From the air he would gauge areas likely to contain Aboriginal rock art that he would later explore. Trezise collaborated on a series of children’s books with Aboriginal artist Dick Roughsey, and as well as being a member of the Order of Australia, in 2004 he received an Honorary Doctorate from James Cook University.

Roughsey's passion for the preservation of Indigenous culture and traditions presented him with the opportunity to be appointed to the Aboriginal Advisory Committee for the Australia Council in 1970. In 1971 he wrote the first autobiography by an Aboriginal author. In 1973 Roughsey became the Chair of the Aboriginal Arts Board, continuing this role until 1975. He was also a member of the Institute of Aboriginal studies.

Children's Book Council of Australia Book of the Year Award, Picture Book of the Year, 1974: commended for The Giant Devil-Dingo
Fellowship of Australian Writers Patricia Weickhardt Award to an Aboriginal Writer, 1976 for The Rainbow Serpent
Fellowship of Australian Writers Patricia Weickhardt Award to an Aboriginal Writer, 1976.
Children's Book Council Book of the Year Award, Picture Book of the Year, 1976: winner for The Rainbow Serpent
Children's Book Council Book of the Year Award, Picture Book of the Year, 1979: winner for The Quinkins
IBBY (International Board on Books for Young People) Honour Diploma, Illustration, 1980 for The Quinkins
Children's Book Council Book of the Year Award, Picture Book of the Year, 1983: commended for Turramulli the Giant Quinkin
The Order of the British Empire, Officer of the Order of the British Empire, for Service to Aboriginal Art and Culture, 1978
These notable awards for his publications were significant in contributing to cross-cultural communication between Indigenous and non-Indigenous Australians.

His cultural contributions inspired the establishment of the Gooalathaldin Memorial Community Centre, which opened in his honour on Mornington Island in 2003.


Colossus

Les Colossus was the first electric programmable computer used by the British during World War II. The Colossus was used as a codebreaker to decode the Lorenz cipher, giving the Allies valuable military intelligence during the war.

There were two versions of the Colossus computer: the Mark 1 Colossus with 1,600 vacuum tubes, which became operational on February 5, 1944, and the Mark 2 Colossus on June 1, 1944. By the end of the war, there were ten total Colossus computers in use.


  • USA TODAY, Dec. 21, President-elect Joe Biden receives first dose of COVID-19 vaccine
  • USA TODAY, Dec. 18, 'I didn't feel a thing': Vice President Mike Pence gets COVID-19 vaccine on camera
  • USA TODAY, Dec. 14, A 'magical' moment: First COVID-19 vaccinations raise hopes on historic day marked by another grim milestone
  • Reuters, April 29, False claim: Bill Gates refused to vaccinate his children
  • Associated Press, May 6, Bill Gates did not refuse to vaccinate his children
  • Melinda Gates' Facebook, April 18, 2019, post
  • NBC's "Today," Dec. 3, Bill Gates: ‘It looks like almost all the vaccines are going to succeed’
  • Bill & Melinda Gates Foundation, VACCINE DEVELOPMENT AND SURVEILLANCE
  • USA TODAY, Dec. 10, The Gates Foundation adds $250M gift to fight COVID-19 worldwide: Melinda Gates explains why
  • Email correspondence with Amy Rose, a Pfizer spokesperson
  • CNBC, Dec. 14, Pfizer’s CEO hasn’t gotten his Covid vaccine yet, saying he doesn’t want to cut in line

Our fact check work is supported in part by a grant from Facebook.


Voir la vidéo: Rzhev Slaughterhouse - Battles of the Rzhev Salient 1942-1943