Le trésor romain de Tomares a une valeur de près d'un demi-million d'euros

Le trésor romain de Tomares a une valeur de près d'un demi-million d'euros


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

le Trésor de Tomares, a accidentellement localisé le 27 avril 2016 lors de certains travaux de canalisation électrique dans le parc métropolitain d'Olivar del Zaudín de la commune sévillane, il est composé de 53208 monnaies romaines des IIIe et IVe siècles Oui a une valeur de 468230 euros.

Ce est la conclusion de l'étude réalisée par une commission d'experts en charge de son appréciation afin de déterminer l'attribution légale qui pourrait correspondre aux découvreurs de la découverte.

Les membres de la commission accordent un valeur moyenne de huit euros pour chaque pièce, en tenant compte du fait que 49 277 sont des pièces non nettoyées, ce qui représente un montant total de 425 664 euros.

Un 10% (42 566 euros) s'ajoute à cette valorisation car il s'agit d'une découverte documentée archéologiquement et qui sera exposée dans un cadre pédagogique et muséal.

Le trésor a été divisé en 19 amphores, dont dix ont été fragmentés sous l'impact de la machinerie, mais neuf sont restés intacts et fermés.

Son évaluation a été faite sur la base des conclusions du rapport des équipes techniques du Musée archéologique de Séville, en charge du déballage et de la manipulation des pièces, et de l'Institut andalou du patrimoine historique (IAPH), qui a traité les travaux de documentation et vidéo-endoscopie.

Le trésor sera exposé dans ce centre muséal de la capitale de Séville et à l'Hacienda Montefuerte de Tomares, une fois les travaux terminés pour adapter cet espace datant du XVIe siècle en site culturel et muséal, ont indiqué des sources du ministère de la Culture et du Patrimoine historique.

Suite à la recommandation des experts, il a été convenu que, pour documenter le contenu des amphores, il n'était pas nécessaire d'inspecter les neuf conteneurs scellés, donc quatre ont été sélectionnés pour leur étude par vidéo-endoscopie.

Dans certains d'entre eux, la perte de matière a laissé une ouverture pour introduire la sonde. Dans d'autres, la quantité minimale de saleté nécessaire a été éliminée avec des instruments spécifiques pour l'endoscope vidéo.

Le matériau extrait a été collecté pour une analyse plus approfondie.

Un trésor de 600 kilos

L'étude technique a confirmé que le trésor de Tomares - d'un poids approximatif de 600 kilos - est situé à Période de la tétrarchie, système de gouvernement établi par l'empereur Dioclétien en 293 d. C. basé sur la division administrative de l'Empire romain en quatre régions, dans lesquelles deux août et deux césars exerçaient le pouvoir.

Cette organisation n'a duré que vingt ans, jusqu'à la réunification du pouvoir en 313 j. au mois d'août dernier, Constantine.

Lors de l'analyse avec un endoscope vidéo, des pièces ont été observées offrant une lecture partielle de leurs légendes, identifiant des morceaux de Dioclétien, Maximiano, Galerio Maximiano et Constantcio, avec une chronologie entre 294 et 310 après JC. C.

Il a également été documenté que la terre a pénétré à l'intérieur des conteneurs, ainsi que la présence de quelques racines et petits animaux (restes d'escargot) dans les amphores qui avaient un trou.

D'une manière générale, les pièces de bronze présentent un bon état de conservation - au moins dans 15% d'entre elles, c'est très bon - étant les pièces qui sont en contact avec les parois en céramique celles qui ont subi le plus de détérioration. .

En outre, on a constaté que, bien qu'ils soient en contact les uns avec les autres, ils ne forment pas un bloc compact, mais sont séparés. Les pièces étaient d'usage courant, utilisées dans les paiements réguliers par les citoyens.

Enfin, les recherches indiquent que dans le premier tiers du quatrième siècle, les 19 amphores servaient de `` tirelires '' ou de `` coffres-forts '' et déposé au sous-sol ou sous le plancher d'un entrepôt construit au IIIe siècle.

Ce bâtiment a été rasé jusqu'à ses fondations, entre la seconde moitié du Ve siècle et le début du siècle suivant.

Via IAPH / Sinc


Vidéo: Pilleurs de trésors, trafique et réseau. Documentaire choc