Des objets inconnus apparaissent dans la tombe d’un enfant Selk’nam en Terre de Feu

Des objets inconnus apparaissent dans la tombe d’un enfant Selk’nam en Terre de Feu


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

le Peuple Selk’nam de la Terre de Feu c'était une tribu qui vivait dans l'extrême sud de l'Amérique du Sud. Il était composé de chasseurs-cueilleurs nomades qui vivaient à l'origine des guanacos sauvages, des oiseaux, des rongeurs, des crustacés et des pinnipèdes (phoques, lions de mer et morses) qu'ils chassaient. Au début du XXe siècle, les maladies infectieuses et un génocide perpétré par les colons britanniques, argentins et chiliens ont anéanti la plupart d’entre eux.

Avec leurs voisins, les Haush, Cette tribu était l'un des rares groupes de chasseurs-cueilleurs en Amérique dont le gagne-pain était limité à une île. Ses archives archéologiques sont abondantes, cependant, on en sait peu sur ses pratiques mortuaires.

Une étude internationale, menée par l'Université de Magallanes à Punta Arenas (Chili), avec la participation de l'Institut de biologie évolutive (UPF-CSIC), a décrit un enterrement d'enfants de cette tribu aux caractéristiques uniques, situé à Bahía Inutil. Ladatation au radiocarbone place l'enterrement au début de la période post-colombienne.

«Ni dans la Terre de Feu chilienne ni en Argentine, un trousseau similaire n'a été retrouvé avec les restes humains de chasseurs-cueilleurs terrestres. L'ameublement était beaucoup plus simple, mais en général, il s'agissait de sépultures d'adultes », explique Alfredo Prieto, chercheur à l'Université de Magallanes, qui dirige l'étude publiée dans la revueLe Journal d'archéologie insulaire et côtière.

Dans l'œuvre, Prieto et son équipe décrivent les matériaux archéologiques trouvés avec le squelette de un enfant très bien conservé. Ce qui est frappant, ce sont les objets funéraires qui l'accompagnent, inhabituels dans cette région.

«Il existe plusieurs éléments mystérieux dont nous ne connaissons pas l'usage. On ne sait même pas s'il s'agit de copies ou d'outils en usage à l'époque. Il peut s'agir, par exemple, de reproductions d'outils en bois qui n'ont jamais duré. Nous ne pouvons pas non plus rien risquer à ce sujet. Certains d'entre eux simulent des outils bien connus, tels quepince à feu. D'autres, comme des balles à rainures ou des outils en pierre, on sait qu'ils ont été utilisés », ajoute le scientifique.

Os groupés par paires

Les restes du garçon étaient accompagnés de dessins uniques d'artefacts osseux. C'étaient pour la plupart des fragments de pointes de manchot royal(75% des restes) et les mâchoires de guanaco disposées par paires pour ressembler à des becs, quelque chose d'inhabituel et non observé auparavant dans d'autres tombes. Le manchot royal fait partie de la mythologie de Selk’nam.

L'abondance, la densité et la diversité des tombes documentent un ensemble matériel et culturel complexe, ainsi qu'une capacité technique qui n'avait pas été décrite jusqu'à présent dans ce groupe de chasseurs-cueilleurs.

"Les paires demâchoires de guanacoils sont remarquables. Ils sont apparus ensemble par paires et l'un d'eux a même des preuves d'amarrage. En raison du type de coupe et de la taille, il semble que leur fonction était de les utiliser comme des pointes, ce qui est très étrange », explique Prieto. Rien de tel ne se trouve nulle part dans le monde dans la littérature archéologique.

Ils ont également trouvé des matières premières lithiques, légèrement gravées, chose relativement rare dans ces gisements. Beaucoup de ces éléments n'avaient jamais été vus dans les archives archéologiques ou ethnographiques de la Terre de Feu.

«Une pièce étrange qui évoque une navette révélerait des techniques de tissage de filet, mais c'est le seul fragment dont la forme semble induire une fonction. De plus, toutes les pièces sont des ensembles par paires structurelles; entre le pointu et le fissuré, ou entre l'ouvert et le fermé, en divers matériaux. Comme nous perdons l'intégrité du placement d'origine, nous ne savons pas s'ils faisaient partie de «mécanismes» plus larges », poursuit-il.

Une génétique particulière

Selon les archives archéologiques, il semble que la population de Selk'nam dépasse à peine 1500 personnes, sur un territoire de près de 48000 km2. De plus, jusqu'à présent, les scientifiques ne savent pas comment déterminer si ces individus étaient des descendants directs des premiers groupes qui peuplaient l'île, ou s'ils sont arrivés plus tard.

Les restes humains de l'enfant révèlent qu'il appartenait à un jeune homme qui avait une alimentation principalement terrestre. Les analyses ostéologiques n'ont révélé aucun problème osseux ni aucune pathologie, suggérant qu'il s'agissait d'un individu sans anomalies. "Nous ne connaissons pas les causes du décès", ajoute l'expert.

Les informations ethnographiques indiquent que les décès de nourrissons non accidentels étaient incompréhensibles pour les Selk'nam, qui accusaient généralement un chaman d'un groupe ennemi et promuactes de vengeance.

Une autre particularité de cette découverte est qu'elle fournit la première preuve génétique du sous-haplogroupe mitochondrial D1g5 dans la population de Selk'nam en Terre de Feu. Ce fait pourrait indiquer que ses origines sont dans la première vague de colonisation humaine de l'Amérique du Sud.

"Lehaplotype mitochondrial D1g5Il n'a été décrit qu'en 2012 et en partie parce qu'il a une distribution plutôt restreinte au sud de l'Amérique du Sud. Localement, dans le sud du Chili et en Patagonie, cela peut être assez fréquent. Il a été estimé à environ 15000 ans, c'est-à-dire le résultat de l'arrivée de certains des premiers colonisateurs d'Amérique et de leur dispersion ultérieure à travers le cône sud », explique Carles Lalueza Fox, chercheur à l'Institut de biologie évolutive (UPF- CSIC) et co-auteur de l'étude.

C'est la première fois qu'il est décrit en Terre de Feu, mais cela concorde avec la possibilité qu'il y ait eu des contacts avec les populations locales au nord du détroit de Magellan. «Cela correspond également aux indications de restes marins, puisque le garçon a été retrouvé sur la côte du canal et bien que les Selk’nam soient des chasseurs-cueilleurs terrestres, indiquerait moins d'isolement que supposé par des témoignages ethnographiques et plus de contacts avec les populations voisines », fait valoir Lalueza Fox.

Son équipe est actuellement en train de séquencer certains génomes de aborigènes de la Terre de Feu pour les intégrer dans le contexte de la diversité génomique du continent américain. «Il est possible que nous puissions trouver des preuves de sélection naturelle et d'adaptation au froid dans certains gènes liés au métabolisme», conclut-il.

Seuls cinq autres haplogroupes d'ADNmt ont été découverts à ce jour dans des échantillons d'anciennes populations de cette région: ce garçon Selk'nam, deux Yamana et deux Kawesar.

Interaction avec d'autres cultures

L'enterrement témoigne d'interactions de grande portée avec d'autres cultures à la fois sur le continent et ailleurs sur l'île. Leurs voisins immédiats étaient d'autres groupes nomades, deux maritimes (Yamana et Kawesar) et deux terrestres (Haush sur l'île etAonikenk Sur le continent).

Les Selk’nam n’étaient pas des navigateursPar conséquent, tous les objets de ce type qui ont été trouvés dans l'enterrement proviendraient de l'extérieur de la Terre de Feu, obtenus de ses voisins proches.

Des contacts directs et indirects avec ces groupes seraient cruciaux pour avoir accès aux animaux exotiques et aux matières premières, comme le rhéa de Darwin (Rhea pennata), des restes d'obsidienne verte ou de mollusqueD. magellanicum trouvé dans les gisements de cette région.

leRhéa de Darwin il s'est éteint en Terre de Feu à la fin du Pléistocène, et sa présence parmi les tombes signifie qu'il a probablement été importé de la steppe continentale.

La obsidienneIl avait déjà été découvert précédemment à Bahía Inutil, non loin de cet enterrement.D. magellanicum habite la mer profonde de Magellan et a probablement été collecté par mer dans des bateaux. «Les Selk'nam n'étaient pas des marins», dit Prieto.

Cet enterrement offre une fenêtre unique pour découvrir des aspects jusqu'alors inconnus de la Société Selk'nam.

Référence bibliographique:

Alfredo Prieto et coll. "Un nouvel enterrement d'enfant de la Terre de Feu: un rapport préliminaire”. Le Journal d'archéologie insulaire et côtière.


Vidéo: Les scientifiques nont pas pu en croire leurs yeux quand ils ont vu cela..


Commentaires:

  1. Saud

    Voici ceux! La première fois que j'ai entendu!

  2. Kalil

    A trouvé un site avec un thème qui vous intéresse.

  3. Selwine

    Je m'excuse, mais je pense que vous vous trompez. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi dans PM, nous allons le gérer.

  4. Mit

    C'est une bonne idée. C'est prêt pour te soutenir.

  5. Anakin

    C'était intéressant de voir !!!



Écrire un message