L'ancienne grotte des sept dormeurs

L'ancienne grotte des sept dormeurs


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La petite histoire Rip Van Winkle , écrit en 1819 par un écrivain américain, Washington Irving, parle d'un homme qui s'est réveillé après un sommeil de plus de deux décennies. Bien qu'une telle œuvre de fiction soit une écriture relativement moderne, les histoires de personnes qui s'endorment pendant une période de temps extraordinairement longue avant de se réveiller sont un motif courant dans diverses cultures. Une de ces histoires est la Grotte des Sept Dormants. Contrairement à l'histoire de Rip Van Winkle, cependant, cette histoire a un fort aspect religieux qui lui est attaché.

L'ancienne Grotte des Sept Dormants est située à Éphèse, dans l'actuelle Turquie. Selon la version chrétienne de l'histoire, l'empereur romain Decius (249-251 après J.-C.) est venu une fois à Éphèse pour faire appliquer sa loi contre les chrétiens. Il trouva sept jeunes chrétiens, les jugea et leur laissa le temps de réfléchir à leur situation avant de quitter la ville. Lorsque la nouvelle du retour de Decius parvint à Éphèse, les jeunes, refusant d'abandonner leur foi, décidèrent de donner leurs biens aux pauvres, puis se rendirent dans une grotte du mont Anchilos pour prier et se préparer à leur mort. Les jeunes se sont endormis et lorsque les soldats romains les ont trouvés dans la grotte, l'empereur leur a ordonné de sceller la grotte avec de grosses pierres, piégeant ainsi les jeunes dans la grotte.

Le site antique de la Grotte des Sept Dormants à Ephèse, Turquie ( TripAdvisor)

Environ 180 ans plus tard, un riche propriétaire terrien du nom d'Adolios a décidé d'ouvrir la grotte pour l'utiliser comme étable pour le bétail. Quand les jeunes se sont réveillés, ils avaient faim, et ont décidé d'envoyer d'eux, Diomède, dit l'histoire, dans la ville pour acheter du pain. Diomède a été étonné de voir des églises dans la ville, car il pensait qu'il n'avait dormi que depuis un jour. Lorsque Diomède a essayé de payer le pain avec de vieilles pièces de monnaie du règne de Decius, l'évêque a été convoqué. L'évêque est ensuite allé avec Diomède à la grotte, et on lui a raconté leur histoire. Les dormeurs moururent alors en louant Dieu et furent déclarés saints.

Une icône russe avec les Sept Dormants . Source photo : Wikimédia.

Il y a une histoire parallèle dans le Coran. La version islamique, cependant, est beaucoup moins détaillée que la version chrétienne. Par exemple, la version islamique de l'histoire ne mentionne pas le nombre de dormeurs ou la période dans laquelle ils vivaient. Cette version mentionne que les dormeurs ont dormi pendant 300 années solaires, ou 309 années lunaires, et que ce chien gardait la grotte.

Une histoire similaire de la grotte des dormeurs est racontée dans le Coran. (Benzozia)

Indépendamment de l'authenticité de l'histoire, elle a probablement servi un but ou un autre. Il semble que pendant la période où les dormeurs se sont réveillés, il y avait un groupe d'hérétiques niant la résurrection du corps. Les sept dormeurs étaient ainsi pris comme preuve de la résurrection du corps. Que les sept dormeurs aient réellement existé est une toute autre question.

L'occurrence de ce soi-disant miracle a signifié que la grotte a été transformée en un lieu de pèlerinage. Une église a ensuite été construite sur la grotte, comme en témoignent les fouilles menées à la fin des années 1920. La transformation de la grotte en lieu de pèlerinage aurait presque certainement été une source de revenus précieux pour l'église locale. Quant à la version islamique de l'histoire, elle doit être placée dans le contexte du Coran. L'histoire des Sept Dormants a été racontée afin de répondre à une question posée au Prophète Muhammad par les Juifs de Médine via les habitants de La Mecque afin de tester son authenticité. L'imprécision de l'histoire est censée souligner que de tels détails ne sont connus que de Dieu et ne sont pas importants pour l'homme. Au contraire, ce sont les leçons que l'on peut en tirer qui sont les plus importantes.

"Les sept dormeurs d'Éphèse découverts par Alexandre le Grand", folio d'un fonds Rogers Falnama (Livre des présages), 1935. ( Wikipédia)

L'archéologue et historien John Bedell, suggère que l'histoire pourrait être comprise comme un écho de croyances chamaniques. "Ce que les chamanes de nombreuses cultures ont fait, c'est de tomber dans une sorte de sommeil, ou de transe, dans lequel leurs âmes ont quitté leur corps et ont exploré d'autres plans d'existence", écrit Bedell sur son blog. « La tradition du chamanisme est pleine de chamanes dont le pouvoir était si grand qu'ils pouvaient le faire pendant des années ; encore plus courantes sont les histoires de chamanes qui ont fait cela lors de leurs premiers voyages magiques, tombant dans des comas d'une longueur fabuleuse avant de se réveiller pour raconter des choses merveilleuses.

Image vedette : La grotte des sept dormeurs de Ephèse, Turquie ( memphhistours.com)

Par wty

Les références

bartleby.com, 2014. 27 juillet : SS. Maximien, Malchus, Martinien, Dionysius, Jean, Sérapion et Constantin, martyrs. [En ligne]
Disponible sur : http://www.bartleby.com/210/7/272.html

Knight, K., 2012. Les Sept Dormants d'Éphèse. [En ligne]
Disponible sur : http://www.newadvent.org/cathen/05496a.htm

Lonely Planet, 2014. Grotte des Sept Dormants. [En ligne]
Disponible sur : http://www.lonelyplanet.com/turkey/around-ephesus/sights/historic/grotto-seven-sleepers

WikiIslam, 2013. Sept Dormants d'Éphèse dans le Coran. [En ligne]
Disponible sur : http://wikiislam.net/wiki/Seven_Sleepers_of_Ephesus_in_the_Quran#Vagueness_of_the_Qur.27an

www.kusadasi.biz, 2011. La Grotte des Sept Dormants. [En ligne]
Disponible sur : http://www.kusadasi.biz/historical-places/seven-sleepers.html


Histoire des dormeurs dans la grotte : les premiers voyageurs du temps ?

Le voyage dans le temps est-il possible ? Est-ce que cela devient lentement une réalité?

Pourquoi pas, si l'on considère le fait que nous vivons à une époque où la «théorie du trou de ver» élargit nos horizons et nous aide à explorer la possibilité d'un voyage interstellaire. Les événements de voyage dans le temps font partie de diverses traditions religieuses, les textes sacrés n'abordent pas directement l'idée de voyage dans le temps, mais indiquent l'idée que le puissant pouvoir (Dieu, Allah, créateur, etc.) ne vit pas le temps de la même manière étroite que les êtres humains. faire. Si nous ouvrons nos esprits, nous pourrons voir que la science moderne nous aide à prouver plutôt qu'à réfuter des miracles religieux comme l'histoire des dormeurs de la grotte, le trône de Sheeba (Saba) ou le voyage nocturne (Isra wal Miraj). Ils sont tous enregistrés dans le Coran et certains dans l'Ancien Testament.

La Légende des Sept Dormants

L'histoire des dormeurs de la grotte (Ashab al Kahf) est peut-être l'histoire la plus revisitée du Coran et suscite l'intérêt de tous les groupes d'âge.

Dans la tradition judaïque, cet événement est communément appelé l'histoire des sept dormeurs. Le Coran a jugé le détail de leur nombre sans importance. Il s'agit de la façon dont un groupe de jeunes pieux ont fui la persécution de leur peuple pour leur croyance. Ils ont cherché refuge avec leur chien dans une grotte. Beaucoup, y compris Maulana Mawdudi (célèbre érudit islamique), pensent que leur grotte était située à Éphèse, en Turquie d'aujourd'hui.

La traduction de trois versets du Coran est copiée ci-dessous :

[18:19] Lorsque nous les avons réveillés, ils se sont demandé : « Depuis combien de temps êtes-vous ici ? « Nous avons été ici un jour ou une partie de la journée », ont-ils répondu. « Votre Seigneur sait le mieux combien de temps nous sommes restés ici, alors envoyons l'un de nous avec cet argent à la ville. Qu'il aille chercher la bonne nourriture légale et qu'il nous en achète. Qu'il fasse profil bas et qu'il n'attire pas l'attention.

[18:25] Ils restèrent dans leur grotte trois cents ans, augmentés de neuf.

[18:26] Dites [leur], « Dieu est le meilleur connaisseur de combien de temps ils sont restés là-bas. Il connaît tous les secrets des cieux et de la terre. Par sa grâce vous pouvez voir par sa grâce vous pouvez entendre. Il n'y a personne à côté de Lui en tant que Seigneur et Maître, et Il ne permet jamais à aucun partenaire de partager sa royauté.

Comme on peut le noter dans les versets ci-dessus, le sommeil leur arrive lorsqu'ils sont dans la grotte. Quand ils se réveillèrent, ils envoyèrent parmi eux un membre pour apporter de la nourriture. Lorsque cette personne arrive en ville, elle découvre les vastes changements qui se sont produits. Sa pièce est vieille de 100 ans. Le Coran mentionne le chiffre de 309 ans. Des histoires similaires ont fait partie du folklore à travers différentes cultures.

La Grotte, lieu de pèlerinage

Il n'y a aucune preuve que l'incident ait eu lieu, la grotte a cependant été transformée en lieu de pèlerinage.

La grotte associée aux Sept Dormants, située sur le versant oriental de la colline de Panayirdag, est devenue un site très vénéré et un haut lieu de pèlerinage du Ve au XVe siècle. De nombreuses personnes ont été enterrées dans la grotte avec les Dormants. Une église en briques a été construite au-dessus des sept tombes d'origine, avec des sols en mosaïque et des revêtements en marbre. Un grand mausolée en forme de dôme a été ajouté à la grotte au 6ème siècle.

Des fouilles ont été menées dans la Grotte des Sept Dormants entre 1927 et 1930. Curieusement, les archéologues ont découvert que le complexe de grottes est antérieur à la légende de plusieurs siècles. Une abondance de lampes trouvées dans la grotte datent d'avant le 5ème siècle, et toutes ne sont pas chrétiennes.

Certains chercheurs suggèrent que l'histoire pourrait être comprise comme un écho de croyances chamaniques. "Ce que les chamanes de nombreuses cultures ont fait, c'est tomber dans une sorte de sommeil, ou de transe, dans lequel leurs âmes ont quitté leur corps et ont exploré d'autres plans d'existence", écrit l'archéologue et historien John Bedell sur son blog. « La tradition du chamanisme est pleine de chamanes dont le pouvoir était si grand qu'ils pouvaient faire cela pendant des années. . "

Bien que la légende n'ait pas d'explication réelle, il s'agit de l'un des premiers rapports authentiques de voyage dans le temps et jusqu'à la date reste un mystère.


Contenu

Le nom anglais de ce site fait référence aux sept dormeurs qui ont cherché refuge dans la grotte, bien que les récits diffèrent largement concernant le nombre de dormeurs. Le texte islamique canonique fait référence à sept dormeurs et un chien. Le nom arabe du site, arabe : كهف الرقيم ‎, Kahf ar-Raqim, est basé sur la racine trilitérale arabe : ر-ق-م ‎, désignant l'écriture ou la calligraphie. Il peut faire référence au village ou à la montagne dans lequel se trouve la grotte. Il peut également faire référence au livre qui a enregistré les noms des sept dormeurs, comme le suggère l'ouvrage exégétique de Muhammad ibn Jarir al-Tabari Tafsir al-Tabari. Le nom moderne du village voisin, al-Rajib, pourrait être une corruption du terme al-Raqim. [5]

En 1951, le journaliste jordanien Taysir Thabyan découvre la Grotte des Sept Dormants. Il a précédé de publier sa photo sur le journal de la police militaire syrienne et d'informer le Département jordanien des antiquités. [6] Le département a assigné à l'archéologue jordanien Rafiq al-Dajani la tâche de recherche et d'exploration dans la grotte. [7] Ils ont trouvé huit tombes scellées plus petites à l'intérieur de la grotte principale, avec les ossements conservés à l'intérieur. [8]

Islamique Modifier

Certains prétendent que la Grotte des Sept Dormants est l'endroit mentionné dans Sourate al-Kahf du Coran. [9] La sourate porte le nom de la grotte - al-Kahf - en l'honneur de la prétendue piété des sept dormeurs. [10] La connexion du site avec le patrimoine islamique a conduit à la participation de diverses ligues islamiques dans son exploration et ses fouilles.

Cette grotte a été identifiée avec un enregistrement coranique en raison du nom du village voisin al-Rajib, qui est étymologiquement similaire au mot al-Raqim, mentionné dans al-Kahf. Certains soutiennent également la correspondance du site avec la sourate al-Kahf sur la base de la découverte d'un crâne de chien près de la porte de la grotte. [11]


Parallèles aux Sept Dormants d'Éphèse

Il existe un certain nombre de parallèles clairs entre l'histoire coranique et la légende des Sept Dormants d'Éphèse.

Les deux récits partagent clairement de nombreuses caractéristiques qui indiqueraient qu'ils sont en fait une seule et même chose. Ils sont pratiquement identiques dans les événements qu'ils décrivent et tous deux contiennent des similitudes frappantes dans les détails clés. Les deux histoires mentionnent des jeunes, une grotte, un long sommeil, l'achat de pain avec des pièces de monnaie et le Jour du Jugement. Étant donné que la légende syrienne est antérieure à l'histoire coranique de près de deux siècles, il devrait être clair que l'auteur du Coran raconte simplement l'histoire syrienne. Le Coran suggère même au verset 18:9 que le public est familier avec l'histoire car il aurait déjà dû y "réfléchir".

Difficulté

Les deux histoires commencent par déclarer qu'un groupe de jeunes est en difficulté. Alors que le Coran donne peu de détails sur la nature de leur problème, la légende syriaque parle spécifiquement d'un empereur, nommé Decius, qui forçait les chrétiens à faire des sacrifices aux dieux païens sous peine de mourir.

Inscription à la Grotte

Dans le récit coranique, l'auteur demande si le lecteur a réfléchi aux compagnons de la grotte et à leur inscription. L'inclusion du mot "inscription" est un détail important reliant l'histoire du Coran à l'histoire des Sept Dormants. Dans la légende syriaque, nous avons un récit plus détaillé qui déclare que l'histoire du martyre de la jeunesse a été écrite et déposée près de l'entrée de la grotte.

Bien que le Coran ne mentionne plus l'inscription, elle joue un rôle important dans l'histoire syriaque. Les personnes qui découvrent les dormeurs utilisent les inscriptions pour vérifier la véracité de l'histoire des sept hommes. Cela aide à comprendre pourquoi l'auteur du Coran mentionnerait ce détail dans le cadre de ce sur quoi le lecteur devrait "réfléchir".

Parmi les premiers commentateurs coraniques, il semble y avoir pas mal de désaccords sur la nature exacte du mot « ar-Raqim » qui est traduit par « inscription » par tous les principaux traducteurs anglais. Sa'id bin Jubayr, qui est tenu en plus haute estime par les érudits des traditions islamiques chiites et sunnites, a son opinion enregistrée dans le Tafsir classique d'Ibn Kathir. Ibn Kathir rapporte que Sa'id bin Jubayr a dit que le "ar-Raqim" était bien une inscription placée à l'entrée de la grotte. Cela confirme le lien direct avec la légende syrienne.

Désaccord au fil du temps dans la grotte

Dans les récits de la légende syrienne, il y a une controverse sur le moment où les dormeurs étaient dans la grotte. Apparemment, ce désaccord parmi les chrétiens était encore un problème au 7 ème siècle lorsque cette histoire fut racontée pour la première fois à la première communauté proto-islamique des croyants. Le Coran rapporte qu'Allah a réveillé les dormeurs afin de tester qui pourrait le mieux calculer la durée de leur séjour.

Jeunes

Un autre détail important entre les deux histoires est que les compagnons sont appelés "jeunes". Il s'agissait probablement d'un dispositif littéraire dans l'histoire originale pour montrer que les jeunes étaient plus dévots et fervents dans leur foi que les croyants plus âgés. De même, l'histoire coranique met l'accent sur leur âge comme une polémique contre ceux coincés dans la même croyance que leurs ancêtres.

Perception du temps

Même si les jeunes hommes dorment dans la grotte depuis des centaines d'années, ils pensent qu'ils n'ont dormi qu'un jour.

De l'argent pour du pain

Une autre similitude entre les deux histoires est que toutes deux déclarent qu'un des compagnons se rend en ville pour acheter du pain avec des pièces de monnaie. La légende syriaque affirme que le nom de la personne qui achète du pain est Malchus.

Peur de la capture

Alors qu'il tentait d'acheter du pain en ville, Malchus est détenu par des habitants de la ville qui sont étonnés qu'il ait une ancienne pièce de monnaie en sa possession. Il craint que l'empereur et les gens de la ville ne soient des païens qui le punissent. Dans le récit coranique, un compagnon avertit l'autre d'éviter d'être capturé de peur qu'il ne soit contraint de revenir au polythéisme.

Jour du Jugement

La légende syrienne et l'histoire coranique déclarent que les jeunes ont été réveillés comme un moyen de renforcer la foi des croyants au dernier jour du jugement.

Lieu de culte à la grotte

Le Coran déclare qu'un lieu de culte a été construit sur le site de la grotte après les événements qu'il décrit. Fait intéressant, une église a été construite sur la prétendue vue du miracle d'Éphèse. Cette grotte était une destination pour les pèlerins pendant près de mille ans. À la fin du VI e siècle, cette église contenait des structures en marbre et un grand mausolée en forme de dôme. Cette information aurait été connue des chrétiens en Syrie et probablement également transmise à l'auteur des versets coraniques.

Nombre de dormeurs

L'auteur de ces versets du Coran ne fournit pas de réponse définitive pour le nombre de dormeurs, affirmant la possibilité qu'il y en ait eu trois, cinq ou sept. La légende syrienne déclare clairement et catégoriquement dans la première phrase que l'histoire est d'environ sept dormeurs.

J'ai dormi pendant des centaines d'années

Les deux récits indiquent que les jeunes ont dormi pendant des centaines d'années. Le Coran déclarait que c'était 300 ans et la version syrienne indiquant le nombre était plus proche de 200. Il existe des variations considérables dans les différentes versions de la légende des Sept Dormeurs quant à la période pendant laquelle ils dormaient. Bien que tous aient plus de 200 ans.

Le récit syrien identifie l'empereur persécutant les sept jeunes hommes comme Trajan Decius, qui régna de 249 à 251 CE. Étant donné que l'histoire est apparue pour la première fois vers le milieu du 5 e siècle (vers 450 de notre ère), un sommeil de 200 ans serait le nombre le plus précis. Compte tenu de ce lien, certains érudits et apologistes islamiques des temps modernes ont fait marche arrière sur le nombre de 300 donné dans le Coran, le réinterprétant comme un nombre donné par le peuple à l'époque et non comme un nombre définitif donné par Allah. .


La Grotte des Sept Dormants

Les sept jeunes d'Éphèse : Maximilien, Iamblicus, Martinien, Jean, Dionysos, Exacustodianus (Constantine) et Antonin, ont vécu vers 250 après JC. Saint Maximilien était le fils de l'administrateur de la ville d'Éphèse, et les six autres jeunes étaient les fils d'illustres citoyens d'Éphèse. L'histoire raconte que pendant les persécutions de l'empereur romain Decius, vers 250 après JC, sept jeunes hommes ont été accusés de suivre le christianisme. Ils ont eu un certain temps pour renoncer à leur foi, mais ont plutôt choisi de donner leurs biens matériels aux pauvres et de se retirer dans une grotte de montagne pour prier. Pendant la prière, ils ont été envahis par une grande somnolence. Lorsqu'ils ont été retrouvés endormis dans la grotte, à la demande de l'empereur, l'entrée de la grotte a été scellée. Une version alternative de cette histoire prétend que Decius a ordonné l'incarcération de jeunes hommes dans une grotte en guise de punition pour leurs croyances.

Lorsque les hommes ont été réveillés des siècles plus tard par un propriétaire terrien cherchant à utiliser la grotte, ils ont estimé qu'ils n'avaient dormi qu'un jour et ont envoyé un volontaire à Éphèse pour acheter de la nourriture. En arrivant à Ephèse, cette personne a été stupéfaite de trouver des bâtiments avec des croix attachées. La plus grande sensation a été causée par sa tentative de payer la nourriture avec de vieilles pièces de monnaie de l'époque de Decius. Les habitants de la ville ont appelé l'évêque local, qui a entendu l'histoire de sept jeunes hommes.

Lorsque ces jeunes hommes sont morts, à la suite d'un enterrement impressionnant, ils ont été enterrés dans la grotte sur laquelle une église a été construite plus tard. Les fouilles menées ici en 1927-28 ont mis au jour une église et plusieurs centaines de tombes datées des Ve et VIe siècles. Des inscriptions dédiées aux Sept Dormants ont été trouvées sur les murs de l'église et dans les tombes.

Pendant des centaines d'années, les gens ont voulu être enterrés aussi près que possible des Sept Dormants qui étaient considérés comme saints. Selon une croyance chrétienne, Sainte-Marie-Madeleine est également enterrée ici.

L'endroit est également connu sous le nom de Grotte des Sept Dormants et c'est maintenant une ruine. Dans les murs latéraux de l'église, il y a des niches avec des voûtes en arc, et dans les profondeurs de la grotte il y a une abside. Les inscriptions dédiées aux Sept Dormants ont été retrouvées sur les murs.


Que voir

La Grotte des Sept Dormants est clôturée, mais un grand trou dans la clôture offre actuellement un accès complet à la grotte. Le site est un peu hors des sentiers battus, mais toujours visité par de nombreux pèlerins et touristes. Il y a un petit restaurant à proximité.

La partie principale du complexe est l'église troglodytique dans laquelle les Sept Dormants ont dormi et ont été enterrés. La grande grotte, avec un plafond aussi haut que de nombreuses églises régulières, a été bordée de maçonnerie en briques pour former une église. Il y a des niches en arc sur les côtés et une abside arrondie à l'arrière. Les sépultures des dormeurs dans le sol sont désormais des trous ouverts et vides.

Bien qu'il ne puisse pas être apprécié sur le site, l'un des aspects les plus intéressants de la Grotte est le trésor de lampes en terre cuite qui a été découvert à l'intérieur.

Ils datent principalement des IVe et Ve siècles. La plupart des lampes sont ornées d'une croix, d'autres portent des scènes de l'Ancien Testament appréciées des chrétiens, telles que Adam et Veille, Abraham et Isaac, et Daniel dans les lions‘ tanière. Il existe également une grande variété de scènes profanes, telles que des pêcheurs et des représentations théâtrales.

Mais à côté de celles-ci se trouvent des scènes religieuses païennes telles que Hercule et le Lion, Zeus et Aphrodite, des images de façades de temples et la tête du dieu Attis. Ces lampes ont-elles été fabriquées et utilisées par des Éphésiens qui se considéraient comme chrétiens mais conservaient des traditions païennes, ou les païens se sont-ils joints aux chrétiens dans les dévotions à la Grotte des Sept Dormants ? La réponse n'est pas claire, mais de toute façon, c'est la preuve que le paganisme était encore vivant à Ephèse au 5e siècle.


Ephèse : La Légende des Sept Dormants

Nous sommes en 250 après JC, et l'empereur romain Trajan Decius a trouvé un moyen infaillible de se débarrasser de ces satanés chrétiens. Il ordonne à tout le monde dans l'empire - sous peine de mort - de faire des sacrifices aux idoles des dieux romains, pensant que les chrétiens ne le feraient pas. Il avait raison, ils ne le feraient pas. Et donc les lions ont eu des repas à base de viande.


Ephèse accueille près d'un million de visiteurs par an.

Certains récits disent que l'édit de l'empereur visait particulièrement à anéantir le grand groupe de chrétiens nichant dans la mégapole d'Éphèse sur la côte de la Turquie moderne. Là, dans la capitale romaine de l'Asie Mineure, sept garçons chrétiens auraient échappé à l'assaut en s'enfonçant dans une grotte de montagne, où ils se sont endormis pendant très, très longtemps.

Comme la plupart des légendes, celle-ci a de nombreuses versions différentes - des contes anciens d'écrivains grecs, romains et syriens à un récit dans le Coran musulman. Voici l'une des versions les plus populaires.

Les jeunes se sont réveillés quelque 180 ans plus tard, ne sachant pas qu'en 313 après JC, il serait acceptable d'être chrétien et qu'en 380 après JC, le christianisme serait la religion officielle de l'empire romain.


Saint Paul a présenté le christianisme à 25 000 Ephésiens dans leur amphithéâtre.

Selon la légende, vers 430 après JC, le propriétaire de la grotte a rencontré les sept dormeurs et les a réveillés. Pensant qu'ils venaient de dormir une nuit, quand les garçons sortirent de la grotte, ils furent choqués de voir des croix sur les portes de la ville et sur les églises, et le nom de Jésus "sur toutes les lèvres".

Les Légendes Dorées, un best-seller du Moyen Âge, raconte l'histoire à travers quelques rebondissements supplémentaires, puis raconte comment l'empereur romain (Théodose) de l'époque a comparé le réveil des sept jeunes à la résurrection de Lazare par Jésus. Comment et quand les dormeurs sont morts est un peu flou, mais ils ont finalement été honorés en tant que saints avec une fête catholique le 27 juillet et les 4 août et 22 octobre dans l'église orthodoxe grecque.

Les visiteurs d'Éphèse peuvent voir ce que l'on pense être le site de la grotte dans une grotte de catacombes, de tombes et de tombes près de la ville.

À propos d'Éphèse

La ville accueille près d'un million de visiteurs par an, dont beaucoup viennent de bateaux de croisière amarrés au port turc de Kusadasi. Les bus touristiques emmènent les touristes dans un trajet de 20 minutes jusqu'aux ruines, au cours duquel les guides notent qu'ils sont sur le point de voir les vestiges partiellement restaurés de la deuxième plus grande ville de tout l'empire romain, surmontée uniquement par Rome elle-même.


La bibliothèque de Celsus est l'une des principales attractions de la ville.

La plupart du temps, la ville est animée par les touristes qui gambadent autour de l'emblématique bibliothèque de Celsus (où les érudits ont autrefois versé 12 000 rouleaux), une maison close à proximité, toutes sortes de temples, de fontaines et de portes, un amphithéâtre de 25 000 places (où Saint Paul a essayé pour prêcher aux Ephésiens), les pots publics "latriana" (gardés au chaud par des esclaves assis dessus pendant l'hiver) et les maisons à flanc de colline de l'ensemble soyeux romain.

Au cœur de la ville se trouve une colonne de marbre d'apparence étrange, assemblée à partir de morceaux de colonnes plus petites. La colonne solitaire marque l'emplacement du plus grand trésor d'Éphèse : l'endroit où se trouvait autrefois la plus merveilleuse des sept merveilles du monde - l'immense temple d'Artémis (la sœur jumelle du super-dieu grec Apollon).


Grotte d'Ashabe Kahf (La Grotte des Sept Dormants)

La grotte du Ashaba Kahaf est une grotte mentionnée dans la parabole des compagnons de la grotte dans le Coran et la tradition chrétienne. Ashab Kahf est un groupe de personnes mentionnées dans le Coran et la Bible, qui sont allés dans le désert pour échapper à la poursuite d'un roi cruel. On dit que ces personnes sont restées dans une grotte où elles se sont endormies pendant plusieurs années.

Contenu

Citez cet article

APA
Grotte d'Ashabe Kahf (La Grotte des Sept Dormants) (n.d.). Récupéré le 17 juin 2021 sur https://madainproject.com/cave_of_ashab_e_kahf

MLA8
Grotte d'Ashabe Kahf (La Grotte des Sept Dormants).” Projet Madain, madainproject.com/cave_of_ashab_e_kahf.

Chicago
Grotte d'Ashabe Kahf (La Grotte des Sept Dormants).” Projet Madain, s.d. https://madainproject.com/cave_of_ashab_e_kahf.

Noter: Vérifiez toujours vos références et apportez les corrections nécessaires avant utilisation. Faites attention aux noms, aux majuscules et aux dates.

Aperçu

Différentes sources donnent un emplacement différent pour la grotte, certains disent qu'elle est située en Jordanie, en Syrie, au Yémen, en Turquie, en Afghanistan et même en Espagne.

Alors que les premières versions de la légende se propageaient à partir d'Éphèse, une catacombe paléochrétienne y fut associée, attirant des dizaines de pèlerins. Sur les pentes du mont Pion (mont Coelian) près d'Éphèse (près de l'actuelle Selçuk en Turquie), la grotte des Sept Dormants avec les ruines du site religieux construit dessus a été fouillée en 1926-1928. D'autres sites possibles de la grotte des Sept Dormants se trouvent à Afşin et à Tarse, en Turquie.

Lieux notables

Turpan, Chine
Le dôme vert couvre la prétendue grotte d'Ashab en Chine, il est situé dans un petit village, Mazar Aldi, près de la mosquée Toyuq près du canton de Tuyoq, Turpan, Chine. Une tombe rupestre dans un village chinois est considérée par les habitants comme la tombe des Sept Dormants (Ashab Kahf). Mais la tradition est relativement nouvelle, remontant à environ 1600 CE à sa plus ancienne. Le tombeau était très probablement un lieu de sépulture/sanctuaire bouddhiste d'un saint homme transformé plus tard en sanctuaire musulman et étiqueté comme la grotte d'Ashab Kahf (Sept Dormants).

Amman, Jordanie
La façade et l'entrée principale de la grotte en Jordanie. A gauche de l'entrée se trouve un vieil olivier. À un moment donné, une petite église a été construite au sommet de la grotte, elle a été convertie en mosquée avec le mihrab toujours visible au-dessus de l'entrée. Le site - parfois appelé Kahaf ahl al-Kahaf ou Kahaf al-Raqeem ou Kahaf al-Rajeeb, est une grotte assez petite en partie naturelle et en partie artificielle. À l'extérieur du « tombeau », il y a d'anciennes ruines de sanctuaires, deux mosquées et des tombes. L'une des anciennes mosquées se trouve juste au-dessus de la grotte.

Ephèse, Turquie
La grotte Eshab-ı Kehf ou la grotte des Sept Dormants à Ephèse, en Turquie. C'est une nécropole byzantine où l'on peut voir des dizaines de tombes taillées dans la roche. La grotte est l'un des nombreux endroits liés à la légende d'un groupe de jeunes qui se sont cachés dans une grotte et se sont réveillés des années après pour découvrir que le monde avait changé. Cette légende a deux versions, chrétienne et islamique. L'endroit connu sous le nom de Grotte des Sept Dormants est maintenant une église en ruine creusée dans la roche. La grotte était autrefois bordée de briques qui créaient l'impression d'un bâtiment.

Chenini, Tunisie
La légende raconte que 7 chrétiens ont été emprisonnés par les Romains à cet endroit et enfermés pendant 400 ans. Lorsqu'ils ont été libérés, ils avaient atteint une hauteur d'environ 4 mètres. Appelé par Augustin d'Hippone « Kenini » qui tirerait son origine de Kanaan, tout porte à croire que c'est l'origine du mot Chenini, le village berbère historique de Tunisie.

Mar Musa, Syrie
Une petite grotte près de la Mar Musa al-Habbashin (Saint Moïse l'Abyssin) a été découverte et a été surnommée la grotte des sept dormeurs (C34). Les fouilles archéologiques ont révélé au moins 30 grottes autour de la zone et un point d'eau. Un grand nombre d'icônes des Sept Dormants ont été trouvés lors du récent processus de restauration du bâtiment et des artefacts qu'il contient.

Izmir, Turquie
Le site connu sous le nom de Grotte des Sept Dormants est un site archéologique où se trouvent les vestiges d'une église de l'époque byzantine taillés dans la roche. La grotte était autrefois bordée de briques qui créaient l'impression d'un bâtiment. Dans les murs latéraux de l'église, il y a des niches avec des voûtes en arc, et dans le mur nord de la grotte il y a une abside. Les inscriptions dédiées aux Sept Dormants ont été retrouvées sur les murs.

Kahramanmaraş, Turquie
Eshab-ı Kehf Kulliye est un complexe de bâtiments historiques dans la province de Kahramanmaraş, en Turquie. Le külliye est connu comme la grotte des Sept Dormants, un peuple légendaire a probablement vécu au 5ème siècle de notre ère. À l'origine, une église a été construite par l'empereur byzantin Théodose II en 446 de notre ère sur ce site. Pendant l'ère seldjoukide d'Anatolie, le gouverneur seldjoukide Nasretüddin a construit une mosquée, un caravansérail et une caserne fortifiée entre 1215 et 1233.

Tradition

"Les sept dormeurs d'Éphèse découverts par Alexandre le Grand", folio d'un Falnama (Livre des présages) ou Les sept dormeurs d'Éphèse, folio d'un Nuzhatnama dispersé, 1550 CE. Dans la tradition chrétienne et musulmane, les Sept Dormants (اصحاب الکهف), aṣḥāb al kahf, le « Peuple de la grotte » est l'histoire d'un groupe de jeunes qui se sont cachés dans une grotte à l'extérieur de la ville d'Éphèse vers 250 CE pour échapper à un religieux persécution et a émergé quelque 300 ans plus tard.

La première version de cette histoire vient de l'évêque syrien Jacob de Serugh (vers 450 - 521), elle-même dérivée d'une source grecque antérieure, aujourd'hui perdue. L'histoire apparaît dans le Coran (Sourate Al-Kahf 9-26) et est donc importante pour l'Islam. La version islamique inclut la mention d'un chien, qui a accompagné les jeunes dans la grotte et semble surveiller. Dans l'Islam, ces jeunes sont appelés les Gens de la Caverne.

Les références

  • Iqbal, R. (2017). Une nouvelle théorie sur Aṣḥāb al-kahf ("Les dormeurs de la grotte") basée sur les preuves des manuscrits de la mer Morte (DSS). Al-Bayān – Journal of Qurʾān and adīth Studies, 15. Extrait de https://www.academia.edu/33487916/A_New_Theory_on_Aṣḥāb_al-kahf_The_Sleepers_of_the_Cave_Based_on_Evidence_from_the_Dead_Sea_pdfa
  • Coran, Sourate al-Kahf (La Grotte, chapitre 18)
  • Martyrologium Romanum (Libreria Editrice Vaticana 2001 ISBN 88-209-7210-7)
  • Peeters, P. Société de Bollandistes (25 octobre 2018). "Bibliotheca hagiographica orientalis". Bruxellis, apud editores [Beyrouth (Syrie) Imprimerie catholique] – via Internet Archive.
  • Les Sept Dormants". La Légende Dorée. Archivé de l'original le 6 janvier 2003. Il est douteux de ce qui est dit qu'ils dormirent trois cent soixante-deux ans, car ils furent ressuscités l'année de notre Seigneur quatre cent et seventy-eight, and Decius reigned but one year and three months, and that was in the year of our Lord two hundred and seventy, and so they slept but two hundred and eight years.
  • Gassner, John, ed. (1987). Medieval and Tudor Drama. New York: Applause. p. 245. ISBN 9780936839844.
  • Abdolah, Kader (2006) [2000]. Spijkerschrift [My Father's Notebook].
  • Pieter W. van der Horst (February 2011). Pious Long-Sleepers in Greek, Jewish, and Christian Antiquity (pdf). The Thirteenth International Orion Symposium: Tradition, Transmission, and Transformation: From Second Temple Literature through Judaism and Christianity in Late Antiquity. Jerusalem, Israel. pp. 14–5.
  • Mersin Valiliği:Mersin, ISBN 978 605 4196-07-4.
  • Mersin traveller page (in Turkish)
  • McCullough, John C., ''The Syriac Inscriptions'', Pages 145-155 in The Frescoes of Mar Musa al-Habashi: A Study in Medieval Painting in Syria. Edited by Dodd, Erica Cruikshank. Studies and Texts 139. Toronto: Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2001.
  • Badamo, Heather A., ''Image and Community: Representations of Military Saints in the Medieval Eastern Mediterranean''. Ph.D. dissertation, University of Michigan, 2011.
  • dall’Oglio, Paolo, ''Storia del Monastero di San Mose’ l’Abissino e descrizione degli affreschi della sua Chiesa'', Pages 11-22 in Il restauro del monastero di san Mose’ l’Abissino Nebek, Siria. Damascus: Ministero degli esteri della repubblica Italiana, 1999.
  • "Eshab-ı Kehf Kulliye (Islamic-Ottoman Social Complex)". UNESCO World Heritage Centre. Retrieved 1 July 2018.
  • Afşin municipality page (Images and multi-language summary)
  • Immerzeel, Mat, ''Some Remarks about the Name of the Monastery and an Enigmatic Scene'', Eastern Christian Art 4 (2007): 127-131.
  • Mason, R. (2014, July 11). The Monastery of St Moses, Syria: The Cave Survey. Retrieved April 4, 2019, from https://www.rom.on.ca/en/blog/the-monastery-of-st-moses-syria-the-cave-survey.
  • Miszczak, I. (2016). Around Ephesus and Kusadasi: TAN Travel Guide. Published: ASLAN Publishing House.

Basilica of the Holy Blood (Heiligbloodbasiliek)

The left image shows the outside of the church, and the middle shows the interior of the upper chapel with its vivid colors. On the right is a view of the austere lower chapel.

Our next stop in the tale is ancient Ephesus, near modern day Selçuk. Along with the numerous sites in Ephesus is the Grotto of the Seven Sleepers, a tale dating to at least the sixth century (and retold in the Qu’ran, of all places, which has undoubtedly led to the site’s survival all this time).


The Seven Sleepers in the Cave

During the reign of the Emperor Decius, seven noble men—Achillidis (son of a prefect), Diomedis, Diogenus, Probatus, Sambatus, Stephanus, and Quiriacus—were prominent figures in the palace, and held in great affection by the emperor. Even so, they were appalled by his worship of idols, and after a time converted to Christianity and were baptized, taking the names Maximianus, Malchus, Martinianus, Constantinus, Dionisius, Johannis, and Serapion.

When Decius arrived in Ephesus, he ordered that Christians be sought out and compelled to offer sacrifice to the gods. Seeing this, the seven converts sprinkled themselves with ashes and fervently prayed to God for deliverance. Their actions were made known to the emperor, and he raged against them. Brought to him in chains and challenged to sacrifice, they replied “Our God is the one, true God… We know that those names which you urge us to worship under the name of gods are absolutely nothing. And so those who worship them are by the sanction of the prophets condemned to become like them.”

Once more, the emperor raged against them, but his affection for them was such that he was unwilling to put them to torture. And so he had them freed until he returned once again to the city, when he would test them a second time. Returning to their homes, they gathered their possessions and gave them to the poor, and then retired to a cave on Mount Chilleus with only enough money to sustain them. One of them, Malchus, was chosen to keep the purse, return to the city for food and to inquire about the emperor and the fate of their fellow Christians.

When the Decius once again returned to Ephesus, he inquired about Maximianus and his comrades to their parents, who revealed where they were. Malchus, having returned to the city for food, heard of this and reported back to his comrades. In fear for what might come next, they fell down in prayer. Because God knew they would be needed in the future, he caught up their souls into heaven, and left their bodies in the cave as if in a sweet sleep.

Still unwilling to put them to torture, Decius ordered his men to seal up the cave and leave them to their fates. Among those sent were two Christians who wrote the story of the Seven on lead tablets and placed them at the entrance to the cave, so that whenever God willed their blessed bodies should be revealed, others could know of their sacrifice. Thus was the cave sealed, and the seven sleepers left within.

Time passed, Decius died, and yet the sleepers remained preserved, their bodies and even their clothing not undergoing decay. Almost two centuries later, a new emperor—Theodosius, son of Arcadius—rose to power. The empire, however, was now Christian, and although the persecutions had ended, error still stalked the land. New teachings were in the air, among them the notion that the body would not experience a physical resurrection. In desperation to do the right thing, Theodosius prayed for some revelation that would teach him the truth.

At the same time, shepherds were building enclosures on Mount Chilleus using the rocks from the mouth of the cave. Thus was the cave opened, and the breath of life returned to the sleepers. Thinking they had slept a single night, they sent Malchus to the city to inquire about Decius and return with news and food.

When Malchus approach the gates, he saw a cross raised high above them, and within the city he heard to the name of Christ and saw priests going about their business. “What is this miracle?” he wondered. “Has the emperor converted overnight?”

Now the silver Malchus had was imprinted with the image of Decius, and when he tried to pay for food with it, the merchants thought he had found ancient treasure. Because of his obvious confusion, they brought him to the bishop and the prefect, who told him that Decius had been dead many years.

“I thought that I with my brothers had slept only one night, but as I learn, the course of many years has passed during our sleep. And now the Lord has aroused me with my brothers that every age might know that the resurrection of the dead will come to pass. Therefore follow me and I will show you my brothers who have arisen with me.”

Saying this, he led them to the cave, and all the city followed with him. And there at the entrance they found the tablets engraved with their story, and learned that all Malchus said was true. The bishop sent messengers to the emperor, urging him to hasten to the location “for a great miracle has been manifested so he will know that the hope of the resurrection is real.”

And Theodosius fell to the ground in thanksgiving to God for answering his prayer, then mounted his horse and hastened to the location. He embraced each of the sleepers and did them homage, saying, “I see your faces as if I saw my Lord Jesus Christ when He called Lazarus from the Tomb.”

Maximianus replied, “The Lord ordered us to rise again to strengthen your faith. Trust always in him that resurrection of the dead will come to pass, since today you see us resurrected and telling of the greatness of God.”

Having said this, the seven stretched themselves out upon the ground, and slept once more until the trumpet shall summon them once more to the resurrection of the flesh.

Remarques

I adapted various sources to retell the story of the Seven Sleepers of Ephesus, but primarily St. Gregory of Tours (538-594), whose version became the standard and was hugely popular. I’ve attempted to preserve the folkloric feel of the material, which is a notable feature of various retellings. Earlier versions survive in Greek and Syriac, with Gregory was probably using the latter. The story was later retold in the Koran (Surah 18: 9-26), which adds a dog for some reason, and is found in a homily by Aelfric (#23 on the Saints).

Different caves are cited as the location, and one account of a pilgrimage (De situ terrae sanctae, by the deacon Theodosius, early 5th century) mentions such a site of veneration in a grotto on a mountain in Ephesus. Numerous burials have been found around this location, indicating the desire to be buried close to saints and holy sites, a practice which St. Augustine strongly opposed.

The narrative begins in the reign of Decius (249-251) and culminates in the reign of Theodosius II (407-450). This places the origin point in the large-scale Decian persecutions that began in 250. As the story relates, these persecutions were triggered by the insistence that all citizens perform acts of worship to the gods. Once they had done so, they were given a certificate of proof. A surviving example of this kind of document reads:

”We have always followed the practice of sacrificing to the gods, and now while you are present we have sacrificed, have made libations, and have tasted the offerings in accordance with the regulations and we request you to certify this.” (Winter, Papyri in the University of Michigan Collection: III Misc. Papyri)

Naturally, a Christian could not do this, so there was widespread persecution.

The end-point of the narrative also provides interesting historical context. The 5th century saw the rise of controversies over Christology, as well as continued debate about the legacy of Origin, particularly how Christians should view the resurrection of the body. Theodosius II, presided over two theological disputes 20 years apart. The first was triggered when he named Nestorius Archbishop of Constantinople. Nestorius is kind of a hapless figure, since in attempting to find a middle way between two theological positions (that Christ was both God and man and that God could not be born in the flesh) he wound up with a heresy named for him. Essentially, he denied the hypostatic union—that full humanity and divinity exist in Christ—before anyone really understood what the hypostatic union was. To resolve the issue, Theodosius called the Council of Ephesus in 431 and Nestorius lost. Twenty years later, Theodosius convened another council (the Second Council of Ephesus) to resolve once again the Monophysite heresy, which suggested a fusion of the divine and human natures. The results were chaos, and Leo the Great later dubbed it the Robber Council and nullified its acts.

All of which is to say that the character of Theodosius who appears in the Seven Sleepers was carrying a lot of meaning for the readers of Gregory’s time. That the sleepers awaken to convince him of a truth about resurrection and the body suggests that the story had a pedagogical purpose. The characters, narrative, and language of the story have the feel of a folktale rather than a history. Gregory of Tours was a historian, and although there is debate about the accuracy of his History of the Franks, there’s no question that he could write in a purely historical way. His shaping of the material in his story of the Seven Sleepers doesn’t have that feel, and thus any historical core to the story is beside the point. This is a tale with a purpose: to amaze and inspire while also delivering a lesson about the body and the resurrection. It is certainly built on a tradition related to Decian martyrs, as is obvious from the graves located near the pilgrimage site in Ephesus, but given the sketchy information about most Roman martyrs, its historical content must remain uncertain.

Main image from the Menologion of Basil II

Seven Sleepers Cave, Ephesus, Turkey (Image: Ephesus Tour)


Voir la vidéo: LA MÉDITERRANÉE DES SEPT DORMANTS 2011