Comment c'était de voyager sur un bateau viking ?

Comment c'était de voyager sur un bateau viking ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Comment c'était de voyager sur un bateau viking à l'époque ?

S'il vous plaît, concentrez-vous sur ces points:

  • Combien de temps il faudrait à un groupe de raiders vikings pour se rendre à leurs destinations préférées en utilisant un viking navire de guerre?
  • Combien de temps il faudrait pour transporter les marchandises vers leurs partenaires commerciaux les plus courants pour un marchand viking utilisant un Viking navire de commerce?
  • Quelle était la vitesse moyenne d'un Navire de guerre viking et Navire de commerce viking?
  • Quels facteurs ont affecté la vitesse de Viking navires de guerre et navires de commerce et combien?
  • Quelle est la plus grande distance qu'ils pourraient parcourir et quels seraient les facteurs limitatifs ?

Combien de temps faudrait-il à un groupe de raiders vikings pour se rendre à leurs destinations préférées à l'aide d'un navire de guerre viking ?

Pour aller de la Scandinavie à l'Irlande, y compris divers arrêts et divers détours, il peut s'écouler environ 900 milles marins. Les bons rameurs peuvent parcourir environ 60 milles marins par jour dans des conditions océaniques. En supposant qu'aucun arrêt ne soit effectué, il faudrait donc environ 15 jours pour faire le voyage. Pour se rendre en Islande depuis la Norvège, il fallait environ 10 à 12 jours.

Combien de temps faudrait-il pour transporter les marchandises vers leurs partenaires commerciaux les plus courants pour un marchand viking utilisant un navire de commerce viking ?

En supposant que le marchand compte sur la voile, cela dépendrait entièrement de la route, des vents et d'autres facteurs.

Quelle était la vitesse moyenne d'un navire de guerre viking et d'un navire de commerce viking ?

J'ai déjà répondu pour un navire de guerre à rames. La vitesse de navigation varie énormément en fonction des vents, de la saison, de la cargaison, etc. Un navire à vide et très équilibré peut faire jusqu'à 100 milles nautiques par jour. Un knorr chargé pourrait ressembler davantage à 20 milles marins par jour. Plus il a de cargaison, plus il va lentement.

Quels facteurs ont affecté la vitesse des navires de guerre et des navires de commerce vikings et dans quelle mesure ?

Les vents, l'assiette du navire, l'habileté de l'équipage, l'habileté du capitaine, les courants. En pratique, un navire ferait de nombreuses escales. Le nombre et la durée de ces arrêts affecteraient considérablement le degré de progression.

Quelle est la plus grande distance qu'ils pourraient parcourir et quels seraient les facteurs limitatifs ?

En haute mer, le facteur limitant est l'eau douce pour l'équipage. Un membre d'équipage actif aura besoin d'environ 1 gallon d'eau par jour. Un gros drakkar de 60 pieds peut facilement transporter 1200 gallons, assez pour 100 hommes pendant 12 jours. Dans une zone hostile, ou en explorant de longues distances, ou en faisant une longue campagne militaire, la nourriture sera un facteur. Il est beaucoup plus facile de trouver de l'eau douce sur terre que de la nourriture.


Je peux ajouter quelques commentaires à la réponse de Tyler Durden. Les navires vikings n'étaient pas optimisés pour les performances de navigation en haute mer. Mais ils étaient bons pour ramer, voyager près du rivage et dans les rivières. Ils étaient relativement longs et étroits et avaient un faible tirant d'eau. En conséquence, ils ne pouvaient pas transporter beaucoup de voile. Le gouvernail n'était pas encore inventé, ils utilisaient une palette de direction. La seule petite voile carrée qu'ils avaient est peu performante sauf au portant. Comme je l'ai déjà dit dans mes commentaires, ramer en pleine mer n'est pas un moyen de transport efficace, surtout en présence de vagues, de vent et de courant. Bien sûr, certains voyages océaniques à bord de ces navires sont connus et bien enregistrés. Ils ont certainement colonisé le Groenland et ont probablement eu une colonie en Amérique du Nord. Mais je suppose que ces voyages dépendaient de vents favorables et de beaucoup de chance.

Les voiliers optimisés pour la navigation ont une forme de coque très différente et des voiles et des gréements différents.

D'un autre côté, la plage de déplacement près du rivage (ce qu'ils faisaient la plupart du temps) était illimitée, en supposant que vous puissiez faire le plein d'eau et de nourriture sur le rivage. Et nous savons par l'histoire qu'ils ont parcouru des milliers de kilomètres le long du rivage.

Il faut également tenir compte du fait que les voyages en haute mer dans l'Antiquité et au Moyen Âge n'étaient possibles qu'en été dans la plupart des cas.

ÉDITER. Voici un livre qui analyse les performances des répliques modernes de navires anciens et médiévaux : Sailing into the Past : Learning from Replica Ships Par Jenny Bennett (2009). Il n'est pas disponible gratuitement mais peut être recherché sur Google Books. Il mentionne un essai en mer d'une réplique d'un drakkar. La vitesse atteinte au vent était d'environ 1 nœud, sous le vent de 4 à 8, en rame d'environ 3 nœuds. Bien entendu, les vitesses atteintes lors d'un essai ne sont pas les vitesses moyennes sur de longs trajets.

AJOUTÉ le 12 août 2015. Hier, j'ai vu un excellent film :

https://www.youtube.com/watch?v=Q8jhnrNHk3g qui documente un voyage du Danemark à l'Irlande sur une réplique d'un grand drakkar viking. Le film confirme très bien ce que j'ai écrit. 1. Ramer dans les vagues de l'océan n'est pas une option. 2. Naviguer contre le vent était impossible ou inutile. 3. Même pendant la meilleure saison, vous ne pouvez pas être sûr de la durée du voyage.

Peu de gens modernes survivraient à un tel voyage dans de véritables "conditions du temps des Vikings", je veux dire sans vêtements high-tech modernes et sans prévisions météorologiques radio.

Peut-être que la bonne question ne serait pas "combien de temps cela prend-il", mais "quel a été le taux de survie dans ces voyages". Les pertes en vies humaines en mer étaient-elles plus importantes ou moins importantes qu'au combat ?


Navires vikings

Comment les Vikings ont-ils navigué sur les océans du monde à la recherche de terres et de trésors ?

Les « Vikings » étaient des raiders marins et des commerçants de Scandinavie. La période connue sous le nom d'âge viking a duré de 700 à 1100 après JC.

« Viking » était le nom donné aux marins de Norvège, du Danemark, de Finlande et de Suède. À l'époque des Vikings, de nombreux Vikings ont voyagé dans d'autres pays, tels que la Grande-Bretagne et l'Irlande. Soit ils se sont installés dans ces nouvelles terres en tant que fermiers et artisans, soit sont allés se battre et chercher des trésors.


10 faits sur les drakkars vikings

On se souvient mieux des Vikings comme de redoutables guerriers, mais leur héritage de longue date doit tout autant à leur aptitude à la navigation. Les navires des Vikings et l'habileté avec laquelle ils les utilisaient ont été la clé du succès de bon nombre de leurs exploits, de la pêche à l'exploration des océans en passant par les raids.

Bien que les bateaux vikings se présentent sous de nombreuses formes et tailles, le navire viking le plus emblématique et le plus efficace était sans aucun doute le drakkar. Longs, étroits et plats, les drakkars étaient rapides, durables et capables de naviguer à la fois sur des mers agitées et des rivières peu profondes. Ils étaient également assez légers pour être transportés sur terre.

Il est facile de caractériser les Vikings comme des réprouvés assoiffés de sang qui se déchaînent à travers l'Europe, mais l'artisanat et l'innovation de la construction navale qui ont permis leurs conquêtes méritent d'être reconnus.

Le fait que Leif Erikson ait mené un équipage viking en Amérique du Nord dans environ 1 000 – 500 ans avant que Christophe Colomb ne pose le pied sur le Nouveau Monde – montre clairement les prouesses maritimes remarquables des Vikings et met en valeur la robustesse de leurs bateaux.

Voici 10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur les impressionnants drakkars.


Quels sont les meilleurs sites, musées et ruines vikings à visiter ?

1. La forteresse viking de Trelleborg

La forteresse viking de Trelleborg est l'une des quatre forteresses circulaires les mieux conservées du Danemark. La collection de forteresses circulaires au Danemark remonterait au Xe siècle et aurait été fortement défendue par une armée de guerriers dirigée par Harald Ier, qui était le fils de Gorm l'Ancien.

En plus de la forteresse, les visiteurs peuvent voir un grand cimetière viking, un village viking et un musée abritant de nombreux objets mis au jour, une boutique du musée et un café. Trelleborg est très adapté aux enfants, avec des démonstrations, des guides costumés et des activités.

2. Centre viking de Jorvik

Le Jorvik Viking Centre à York abrite une reconstruction d'une ville viking telle qu'elle aurait été en 975 après JC environ. La reconstruction de la ville est complétée par des figures représentant les Vikings dont la ressemblance est basée sur des crânes trouvés sur le site. Des scènes de marché à celles montrant les Vikings à la maison et au travail, Jorvik recrée la vie des Vikings telle qu'elle aurait été dans ce qui est maintenant York.

3. Le Musée Viking à Ladby

Le musée Viking de Ladby abrite le navire funéraire Ladby, une tombe de navire viking trouvée là-bas en 1935. Datant d'environ 925 après JC, on pense que le navire est le lieu de sépulture d'un prince ou d'un autre chef, tel qu'un chef.

Présentant le navire funéraire Ladby au milieu d'une série d'autres découvertes de fouilles, le musée offre un aperçu de l'histoire des Vikings et de leur vie dans la région.

4. Gelée

Jelling est un site archéologique viking impressionnant et important contenant une série de découvertes importantes du Xe siècle. À l'origine la maison royale des Gorm l'Ancien, Jelling reste un élément essentiel de l'histoire du Danemark, d'autant plus que ce roi viking était le premier de la lignée royale qui règne encore aujourd'hui sur le pays.

Gorm et son fils, Harald I Bluetooth, ont érigé plusieurs monuments à Jelling, dont une paire d'énormes tumulus funéraires, qui sont les plus grands du Danemark. Ceux-ci sont encore incroyablement bien conservés et peuvent être consultés sur le site. Gorm a été enterré dans le plus grand, bien que le second ne semble pas avoir été utilisé. Des pierres runiques se dressent également devant l'église Jelling, qui date d'environ 1100. Le site dispose d'un centre d'accueil avec une série d'expositions racontant l'histoire des monuments.

5. Le musée des navires vikings

Le musée des navires vikings présente cinq navires vikings et offre un aperçu incroyable du monde du peuple viking et de son époque entre 800 et 1100 après JC.

Les navires sont connus sous le nom de "Navires Skuldelev" en raison du fait qu'ils ont été retrouvés coulés à Skuldelev, un acte délibéré des Vikings pour former une barrière - le blocus de Peberrende - aux navires ennemis. Les navires vont d'un navire de guerre de 30 mètres de long connu sous le nom d'« épave 2 » à un bateau de pêche de 11,2 mètres. Chacun a été soigneusement reconstitué. Le musée propose également une exposition racontant l'histoire d'une attaque norvégienne et des excursions en bateau sont même disponibles en été pour une expérience viking authentique.

6. L'exposition de colonisation

L'exposition sur les colonies présente les vestiges de la première colonie viking connue d'Islande, située à son emplacement d'origine à Reykjavik. Les visiteurs de l'exposition sur les colonies peuvent voir un éventail d'artefacts mis au jour sur le site ainsi que les fondations en pierre d'une longue maison viking.

Le site de l'exposition des colonies remonte à 871 après JC, tandis que la maison longue daterait du Xe siècle.

7. L'Anse aux Prés

L'Anse aux Meadows est le seul site connu d'établissement viking en Amérique du Nord, ceux-ci étant également les premiers visiteurs européens de la région.

Aujourd'hui, les visiteurs peuvent visiter les reconstitutions d'un trio de structures vikings reconstituées à ossature de bois du XIe siècle ainsi que les découvertes des fouilles archéologiques du centre d'interprétation.

8. Musée viking de Hedeby

Le musée Hedeby Viking est situé sur le site d'une importante colonie viking et offre un excellent aperçu de la vie des Vikings. Le musée est situé juste en face du site d'implantation d'origine et présente les résultats de plus d'un siècle de découvertes archéologiques. De plus, plusieurs maisons vikings voisines ont été reconstruites et les fortifications sont également en évidence.

9. Fyrkat

Fyrkat est un site archéologique composé de neuf maisons vikings reconstruites et d'un ringfort ainsi que d'un cimetière viking. On pense que le fort de Fyrkat a été créé sous le règne de Harald I Bluetooth vers 980 après JC. Il y a aussi des expositions sur l'histoire des Vikings.

10. Lindholm Hoje

Lindholm Hoje est un grand site archéologique abritant le cimetière viking et germanique de l'âge du fer le plus impressionnant du Danemark. Avec plus de 700 tombes de différentes formes et tailles découvertes en 1952, Lindholm Hoje offre un aperçu fascinant des coutumes funéraires de l'époque. Des visites guidées peuvent être organisées à l'avance. Lindholm Hoje possède également un musée présentant des découvertes archéologiques et racontant l'histoire des âges des Vikings et du fer.


Comment c'était de voyager sur un bateau viking ? - Histoire

Vous aimez cette galerie ?
Partagez-le:

Et si vous avez aimé cet article, n'oubliez pas de consulter ces articles populaires :

Cependant, comme la plupart d'entre nous l'imaginent souvent, les navires vikings étaient régulièrement équipés de postes de tête redoutables représentant des dragons et d'autres créatures mythiques.

Pour plus d'informations sur les Vikings sur les navires, consultez ce rapport.

Avec la possibilité de divorcer et de se remarier, de posséder des biens et de siéger à la tête d'un clan familial, les femmes vikings avaient plus de droits que celles de l'Europe chrétienne.

Pour plus de faits sur les Vikings liés aux femmes, consultez cet aperçu.

Leif Erikson, un explorateur nordique, a découvert l'Amérique du Nord 500 ans avant Christophe Colomb. Les Vikings l'appelaient Vinland.

Pour plus de faits sur les Vikings liés à leurs voyages en Amérique du Nord, consultez ce rapport.

Les Vikings n'étaient pas une race ou une nationalité unifiée, mais plutôt une collection non affiliée d'innombrables petits groupes venant de la Finlande, du Danemark, de la Norvège, de la Suède, de l'Estonie et d'ailleurs.

Lisez plus de faits sur les Vikings dans ce regard sur leurs origines et leurs coutumes.

Vous aimez cette galerie ?
Partagez-le:

Des siècles après leur apogée au Moyen Âge, les Vikings restent un sujet de fascination populaire.

Et à juste titre : audacieux et résistants, ils se sont déployés depuis leurs bases en Scandinavie pour devenir la terreur des monastères et des villages européens dans toute la chrétienté. Avec un mélange astucieux de commerce et de pillage, ils ont abattu des sociétés entières et ont finalement colonisé des terres de l'Amérique du Nord à la mer Noire.

Depuis lors, les romantiques hollywoodiens et victoriens nous ont laissé des images de la culture pop de ces aventuriers des mers, mais quelle est la précision de notre image collective d'eux ? Les faits Viking surprenants et intéressants ci-dessus détiennent les réponses.

Fasciné par ces faits vikings de l'histoire ? Pour en savoir plus sur ce que les Vikings ont réellement fait, découvrez ce que les chercheurs ont récemment trouvé à l'intérieur de cet ancien navire viking. Ensuite, découvrez les pires méthodes d'exécution de l'histoire, telles que conçues par les Vikings et plusieurs autres groupes brutaux.


Raids et armes vikings

Traditionnellement, les archéologues ont suggéré que les changements climatiques ont stimulé l'agriculture, provoquant une forte augmentation de la population, ce qui a inspiré les Vikings à rechercher de nouvelles terres. D'autres maintiennent des raids de chasse au trésor financés par des chefs locaux pour asseoir davantage leur richesse, leur domination et leur pouvoir. Il y a encore un débat sur la participation des femmes vikings à la guerre. Les Vikings ont effectué des raids et ont établi des colonies ailleurs en Europe et aussi loin à l'est que la Russie. Au milieu du XIe siècle, l'empire nordique s'est étendu à la Grande-Bretagne, à l'Islande, au Groenland et au Canada, et ils ont également attaqué les ports italiens et espagnols ainsi que Constantinople.

Entre au moins 795 et 836 après JC, il y a eu d'innombrables raids « hit and run » par les Norsemen et les Danois en Irlande. Il est probable que les monastères chrétiens d'Irlande aient été initialement ciblés parce qu'ils étaient mal défendus et contenaient des richesses portables sous forme de ferronnerie et de personnes. S'installer dans des terres chrétiennes plus riches offrait également de meilleures perspectives pour certains que de rester dans une Scandinavie pauvre en ressources.

Un raid célèbre eut lieu à Luni, où Bjorn (ou Hastein) envoya des messagers à l'évêque pour l'informer de la mort de leur chef. Ils ont dit que sur son lit de mort, il s'était converti au christianisme et que son dernier souhait était d'être enterré sur une terre consacrée. L'évêque a autorisé plusieurs Vikings à amener le corps du chef dans la ville. Une fois entrés dans Luni, Bjorn aurait sauté de son cercueil, se serait frayé un chemin jusqu'aux portes de la ville et aurait laissé entrer le reste des Vikings.

Il y a un malentendu répandu selon lequel les Vikings se tenaient bouclier par bouclier, formant une formation rapprochée au combat. Un bouclier viking typique était relativement petit et léger, et utilisé comme arme active. Ils ont utilisé un large éventail de techniques de combat. L'un d'eux est ce qu'on appelle svinfylking ("Swine Array" ou "Boar's Snout"), une version de la formation en coin utilisée pour attaquer et percer les murs de bouclier ennemis avec une hache comme arme principale, quelque chose qui était efficace pour créer la peur et la panique.

La hache danoise est une arme à deux mains et a été utilisée exclusivement pour la bataille. Il est surtout connu pour son utilisation par les huscarls (troupes domestiques) du roi Harold II à la bataille d'Hastings en 1066 après JC et est représenté sur la tapisserie de Bayeux. Un autre type de hache viking est la hache barbue qui peut être maniée d'une seule main et utilisée pour accrocher l'arme ou le bouclier d'un ennemi. En dehors du champ de bataille, cette hache servait également à couper du bois.


Construire la coque

La première virure à continuer s'appelle la virure Garboard (je ne sais pas pourquoi, c'est juste) et elle est rivetée et clouée sur la quille. Les rivets en fer sont la méthode viking la plus courante pour assembler des planches (les bateaux à clins modernes utilisent du cuivre). Les clous sont utilisés là où l'extrémité du rivet ne peut pas être atteinte - généralement à la tige et à la poupe, où l'espace est restreint. Les têtes des rivets sont pliées sur des rondelles rectangulaires (ish), appelées mèches. La planche suivante est rivetée sur la virure de garboard, de sorte qu'elle la chevauche lorsqu'elle est vue de l'extérieur. Le rivet passe à travers l'extérieur de la planche près de son bord inférieur, à travers la virure garboard près de son bord supérieur, et il est plié sur une rondelle à l'intérieur du bateau.

Une autre virure est calée en place prête à être muté en permanence sur le navire émergent.

Le calfeutrage (ou scellement) est utilisé pour empêcher l'eau de pénétrer dans les bateaux. Aucun bateau en bois ne peut prétendre être entièrement étanche, mais les Vikings ont fait de leur mieux. Le calfeutrage était fait de poils d'animaux (comme la laine de mouton) qui avaient été trempés dans une poix collante à base de résine de pin. Il a été posé dans la rainure de la planche et, lorsque la planche a été rivetée au reste du bateau, a créé un joint presque étanche, tout en ayant la flexibilité de se déplacer avec le bateau.

Au fur et à mesure que chaque planche est rivetée à la suivante, le bateau commence à prendre forme. Pour amener le bateau au bon profil, il faut découper les planches en des formes assez étranges. La façon dont les extrémités des planches se joignent à l'étrave et à l'arrière permet de déterminer le profil du bateau, qu'il s'agisse d'un cargo large ou d'un navire de guerre ultra-fin. Plus le navire est grand, plus il faudra de planches. Les longs navires exigeraient que plusieurs planches plus courtes soient réunies par des joints en écharpe, dont certains pourraient être assez élaborés. Comme les planches sont ajoutées les unes au-dessus des autres, des pinces ont été utilisées pour les maintenir en place et le cadre à l'intérieur a pu être ajouté.


Le voyage de Leif Erikson au Vinland

Le deuxième lundi d'octobre est un jour férié fédéral aux États-Unis. Connu sous le nom de Columbus Day, il marque l'anniversaire de l'arrivée de Christophe Colomb dans les Amériques en 1492 - un événement qui, sans aucun doute, a marqué un tournant dans la fortune des continents réunis, au nord et au sud de l'endroit où il a atterri.

Mais malgré les perceptions populaires, l'explorateur italien n'était pas le premier Européen à fouler le sol américain. Pas de loin.

Près de cinq siècles avant que Colomb ne s'écrase sur les Bahamas, une cargaison d'hommes blancs aux cheveux de lin avait touché terre en Amérique du Nord. Et tandis que la découverte initiale par les Vikings de ce qui allait devenir le Nouveau Monde était presque certainement un coup de chance, en peu de temps, les explorateurs nordiques dirigés par Leif Erikson et ses frères et sœurs pointaient délibérément leurs chaloupes vers la terre fertile de l'ouest. Au début des années 1000, une colonie viking tentait de s'enraciner dans le Valhalla terrestre qu'ils appelaient Vinland, un lieu de raisins et de blé.

Leif appartenait à une longue lignée d'aventuriers, dont certaines errances n'ont pas été entreprises entièrement volontairement. Son grand-père, Thorvald Asvaldsson, a été banni de Norvège pour homicide involontaire, une punition qui l'a poussé à chercher un nouveau foyer pour sa jeune famille. C'est ce qu'il a trouvé en Islande, une terre découverte à l'origine par son parent Naddodd. Quelque 22 ans plus tard, le fils de Thorvald (et le père de Leif), Erik le Rouge, a à son tour été expulsé d'Islande pour avoir tué Eyiolf le Foul. Pendant son exil, il a trouvé et s'est installé au Groenland.

Leif avait donc beaucoup à faire, mais semer les graines de la fondation de la première colonie européenne dans les Amériques n'est pas un mauvais héritage - même s'il est passé inaperçu de la plupart des pays du monde pour le prochain millénaire.

Mais comment ce vagabond viking a-t-il réussi à traverser l'Atlantique en colère sans aucune aide à la navigation, et qu'espérait-il y trouver ? Était-il même le premier homme blanc à mettre le pied sur le sol américain, ou certains de ses parents y sont-ils arrivés plus tôt ?

La saison 6 de Vikings est maintenant diffusée sur Amazon Prime: rattrapez-vous sur ce qui s'est passé jusqu'à présent, plus 8 questions historiques de la finale répondues

Code nordique

Il n'est jamais facile de retracer avec précision une histoire qui commence il y a plus de mille ans, mais heureusement, les Vikings ont laissé un héritage de sagas - des récits écrits détaillés des exploits de leurs héros.

Cependant, dans le cas de Leif et de la grande aventure américaine, environ deux cents ans se sont écoulés entre l'action qui se passe et les événements qui sont transcrits dans le mot écrit. Pendant ce temps, les histoires auraient été transmises oralement à travers les générations et autour des sociétés du Groenland et de l'Islande (qui sont devenues de plus en plus séparées culturellement de la patrie nordique de Norvège) avec des distorsions, des exagérations et des élaborations inévitables introduites.

35 | Le nombre de membres d'équipage de l'expédition de Leif au Vinland en l'an 1000, comme décrit dans le Saga des Groenlandais

Le résultat n'est pas un, mais deux comptes séparés - le Saga Grænlendinga (Saga des Groenlandais) et le Eiríks saga rauða (Saga d'Erik le Rouge). Collectivement, ils sont connus sous le nom de Vinland Sagas, et contiennent des versions différentes sur qui a fait quoi et quand. Selon le Saga Grænlendinga, la toute première personne à repérer le sol nord-américain était un marchand viking appelé Bjarni Herjólfsson, qui a été emporté par une tempête et s'est perdu en tentant de suivre la route de son père de l'Islande au Groenland vers 986 après JC.

Bjarni n'a jamais touché terre sur l'étrange nouveau continent, et personne ne semblait trop intéressé par son histoire pendant plus d'une décennie, jusqu'à ce qu'elle atteigne les oreilles agitées du jeune Leif Erikson. Enthousiasmé par l'histoire, Leif partit en expédition pour explorer la mystérieuse terre occidentale, suivi plus tard par ses frères Thorvald et Thorstein, et sa sœur Freydis Eriksdottir, ainsi que l'explorateur islandais Thorfinn Karlsefni.

Cependant, dans le Eiríks saga rauða, Leif a un rôle moins important, repérant simplement la côte de l'Amérique du Nord à peu près de la même manière que Bjarni (déviant de sa trajectoire et perdu en revenant de Norvège), et c'est Thorfinn Karsefni qui dirige l'expédition principale dans la zone nommée dans les deux livres comme Vinland.

Les principaux acteurs

Leif Erikson

Explorateur viking et évangéliste des premiers chrétiens, né entre 960 et 970 après JC, et le deuxième des trois fils d'Erik le Rouge et de Thjohild. Il était également connu sous le nom de « Leif the Lucky », célèbre pour avoir découvert l'Amérique.

Le serviteur plus âgé de Leif - une figure de père adoptif (peut-être un esclave allemand affranchi), qui a accompagné l'explorateur au cours de son aventure américaine et a découvert les «raisins» qui ont donné au continent le nom de Vinland.

Erik le Rouge

Le père de Leif, qui, exilé d'Islande pour avoir tué Eyiolf le Foul vers l'an 982, fut le premier à s'installer au Groenland.

Thorvald Asvaldsson

Le grand-père de Leif, qui, banni de Norvège en 960 après JC pour homicide involontaire, s'est exilé en Islande, une terre découverte pour la première fois par son parent Naddodd.

Bjarni Herjólfsson

Peut-être le tout premier Européen à apercevoir les Amériques, vers 986 après JC. Bien que non mentionné dans le Eiríks saga rauða, dans le La saga de Groenlendinga Bjarni est dévié de sa trajectoire en tentant d'atteindre le Groenland et aperçoit l'atterrissage loin à l'ouest, mais il choisit de ne pas atterrir.

Thorfinn Karlsefni

Explorateur islandais et personnage éminent dans le Saga d'Erik le Rouge, dans laquelle on lui attribue la direction de la première grande expédition d'exploration du sol nord-américain et l'établissement d'une colonie.

Bien que les deux histoires soient fortement parsemées de fioritures fantastiques, les historiens ont longtemps cru qu'elles étaient à l'origine tissées de fils factuels, une théorie qui s'est avérée correcte lorsqu'une colonie de l'ère viking a été découverte à L'Anse aux Meadows à Terre-Neuve, au Canada, en au début des années 1960 par l'explorateur norvégien Helge Ingstad et son épouse archéologue Anne Stine Ingstad.

Certains savants considèrent la Saga Grænlendinga, écrit un peu plus tôt que le Eiríks saga rauða, pour être le plus fiable des deux récits, bien que les histoires respectives partagent plusieurs aspects et personnages, et que de nombreux événements décrits ne s'excluent pas mutuellement.

Qui était Leif Erikson ?

Selon la tradition viking, quand il était enfant, Leif était soigné et éduqué en dehors de la cellule familiale. Son tuteur et gardien était un homme appelé Tyrker, qui aurait été un esclave allemand libéré (ou esclave) capturé des années plus tôt par Erik le Rouge. Tyrker est devenu plus une figure de père adoptif qu'un serviteur de Leif, l'accompagnant plus tard dans ses expéditions de grande envergure.

Ayant sans aucun doute entendu les récits d'aventure de son père et de son grand-père dès son plus jeune âge, au début de la vingtaine, Leif éprouvait une forte envie d'explorer. Son escapade initiale l'a vu quitter le Groenland en 999 après JC pour un voyage en Norvège, où il avait l'intention de servir le roi, Olaf Tryggvason.

En route, cependant, le navire de Leif a dévié de sa trajectoire et des conditions météorologiques extrêmes l'ont forcé à se réfugier dans les Hébrides, au large de la côte nord-ouest de l'Écosse continentale. Les conditions difficiles ont duré un mois ou plus, empêchant les Vikings de mettre les voiles, mais Leif s'est occupé et a fini par mettre enceinte la fille du seigneur local qui l'hébergeait. La femme, Thorgunna, a donné naissance à un fils, Thorgils, mais pas avant que Leif ne soit parti pour la Norvège.

Leif fit bonne impression sur Olaf et le roi l'invita à rejoindre sa suite en tant que hirdman, l'un des membres d'un cercle rapproché de soldats armés. Au cours de son séjour en Norvège, qui a duré tout l'hiver, Leif et tout son équipage ont été convertis au christianisme, une foi suivie par Olaf, et baptisés. Au printemps, Leif s'est vu confier une mission : présenter le christianisme au peuple du Groenland. C'était un défi qu'il finirait par relever avec enthousiasme, mais il n'avait pas encore assouvi son appétit d'aventure.

Les histoires entourant la première rencontre de Leif avec les Amériques diffèrent considérablement. Dans le Eiríks saga rauða, des tempêtes font à nouveau s'éloigner le Viking de retour après qu'il ait quitté la Norvège, l'emmenant cette fois si loin à l'ouest qu'il vire près de la côte d'un continent qui n'est pas familier à tous à bord, mais qui semble prometteuse et fertile.

Dans le Saga Grænlendinga, cependant, Leif apprend l'existence de cette terre mystérieuse de Bjarni Herjólfsson, et est tellement intrigué qu'il achète le knarr (un navire viking) et décide de retracer sa route. Selon ce récit, avec un équipage de 35 hommes et armé uniquement d'un bateau d'occasion et d'une description verbale de la route à suivre, Leif entreprend son voyage de 1 800 milles vers un monde complètement nouveau en l'an 1000 après JC.

Le voyage de Leif Erikson au Vinland : une chronologie

La chronologie et la géographie exactes des aventures de Leif Erikson sont des sujets discutables, les deux sources principales offrant des récits différents, mais ce qui suit est une représentation des événements principalement décrits dans le Saga Grænlendinga (Saga des Groenlandais), que la plupart des chercheurs acceptent comme étant le texte le plus fiable.

1 | Printemps/début été 999 après JC – Groenland

Leif quitte le Groenland, en direction de la patrie nordique de Norvège, où il a l'intention de servir le roi, Olaf Tryggvason. Cependant, son bateau dévie de sa route et il touche terre de force dans les Hébrides.

2 | L'été - Hébrides, Ecosse

Confiné dans les îles pendant un mois ou plus par des conditions météorologiques extrêmes, Leif reçoit l'hospitalité d'un chef local et entame une liaison avec sa fille, Thorgunna, qui se traduit par la naissance d'un fils, Thorgils.

3 | L'hiverNidaros (aujourd'hui Trondheim), Norvège

En arrivant en Norvège, Leif est bien reçu par Olaf Tryggvason. Alors qu'il passe l'hiver en Norvège, Leif adopte la foi chrétienne suivie par son hôte, et est renvoyé au Groenland en mission pour convertir ses frères. Selon la saga rauða d'Eiríks (Saga d'Erik le Rouge), le bateau de Leif est à nouveau dévié de sa route lors de son voyage de retour, l'emmenant au-delà de la région de l'Amérique du Nord qui deviendra plus tard connue sous le nom de Vinland. Les rapports diffèrent quant à savoir si cela s'est produit du tout et, si c'est le cas, s'il a atterri.

4 | J.-C. 1000Brattahlíð (Brattahlid), Groenland

Ayant été soit inspiré par les contes de Bjarni Herjólfsson (un commerçant viking qui a repéré la côte américaine après s'être perdu en 986), soit cherchant à retourner sur la terre fertile qu'il avait aperçue en revenant récemment de Norvège (selon la saga que vous croyez ), Leif navigue délibérément vers le nord-ouest pour localiser et explorer le mystérieux continent.

5 | Helluland (considéré comme l'île de Baffin dans l'actuel territoire canadien du Nunavut)

Après avoir traversé les eaux glacées maintenant connues sous le nom de détroit de Davis, Leif rencontre une côte aride et gelée, qu'il nomme Helluland («terre de dalles de pierre»).

6 | Markland (probablement partie de la côte du Labrador, Canada)

En naviguant, en suivant la côte sud, Leif trouve un terrain boisé bordé d'un rivage blanc. Leif appelle cela Markland («terre boisée»), mais il n'y demeure pas longtemps.

7 | Hiver 1000 après JCVinland (L'Anse aux Meadows, Terre-Neuve, Canada)

Poussé par un vent du nord-est pendant deux jours, Leif trouve enfin le genre de paysage qu'il recherchait - fertile et plein de nourriture, y compris des raisins (bien qu'il s'agisse peut-être de groseilles à maquereau). Ils hivernent ici, dans un petit village appelé Leifsbúðir (« les abris de Leif »). Au printemps, Leif et son équipage retournent au Groenland, transportant une précieuse cargaison de raisins et de bois. En route, ils tombent par hasard sur des naufragés vikings, qu'ils sauvent.

Erik, qui aurait nourri des réserves sur l'expédition, était prêt à accompagner son fils, mais s'est retiré du voyage après être tombé de cheval peu de temps avant le départ, ce qu'il a interprété comme un mauvais présage. Sans se laisser décourager, Leif a mis les voiles et a suivi la route de retour de Bjarni AD 986 à l'envers, traçant un parcours au nord-ouest à travers l'extrémité supérieure de l'Atlantique. Le premier endroit qu'ils ont rencontré est décrit comme une terre aride, que l'on croit maintenant être l'île de Baffin. Leif l'appelait comme il le voyait, et nomma l'endroit Helluland, signifiant « le pays des pierres plates ».

Il a poursuivi en se dirigeant vers le sud et en longeant la côte du pays que nous connaissons sous le nom de Canada. Le prochain endroit à noter, où le paysage a changé pour devenir fortement boisé, Leif a marqué Markland - ce qui signifie «terre de forêts» - qui était probablement la rive du Labrador. Le pays semblait prometteur, notamment en raison de l'abondance d'arbres, quelque chose qui manquait cruellement au Groenland (malgré son nom, qu'Erik le Rouge a choisi pour le rendre attrayant pour les gens qu'il voulait y attirer depuis l'Islande). Bien que le bois soit très demandé pour la construction de maisons et de bateaux, Leif a continué à naviguer vers le sud.

Pourquoi le Vinland est-il connu comme le « pays du vin » ?

Finalement, les explorateurs sont arrivés à un endroit, considéré comme l'île de Terre-Neuve, qui a coché toutes les cases de Leif. The expedition set up camp in a place that would come to be called Leifsbúðir (literally Leif’s Booths) near Cape Bauld, close to present-day L’Anse aux Meadows on the northern tip of Newfoundland. Here they spent at least one winter, enthusing about the comparatively mild climate, fertile conditions and abundance of food. One day, Tyrker apparently went missing from a group gathering supplies, and when Leif located him, he was drunk and babbling happily about some berries he’d found.

These are referred to in the saga as grapes, although modern experts think it unlikely that grapes as we know them would have grown so far north, and speculate that Tyrker had been scrumping naturally fermenting squashberries, gooseberries or cranberries. Either way, this discovery was greeted with delight, and the place was subsequently named Vinland, meaning ‘land of wine’.

Why was Leif Erikson called Leif the Lucky?

At some point in 1001, laden down with supplies of precious wine ‘grapes’ and wood, Leif and his men made the return journey to Greenland, full of tales about a western land of bounty and beauty. On their way home, they chanced upon and rescued a group of shipwrecked Norse sailors, an adventure that added to the captain’s fame and led to him acquiring the nickname ‘Leif the Lucky’.

Leif subsequently remained in Greenland, enthusiastically espousing Christianity, while his brother Thorvald undertook a second expedition to Vinland, during which he was killed. Unlike Greenland and Iceland, Vinland had a population of indigenous people – known to later Viking explorers as the Skrælings – who were less than impressed at the sudden arrival of the Scandinavians. Thorvald earned the unfortunate honour of becoming the first European to die on the continent when he was killed in a skirmish with the Skrælings.

His other brother, Thorstein, attempted to retrieve Thorvald’s body, but died following an unsuccessful voyage. His wife, Gudrid Thorbjarnardóttir, then met and married Thorfinn Karlsefni, an Icelandic merchant who subsequently led an attempt to establish a bigger, more permanent settlement on the new continent. This failed, but the couple did give birth to a son, Snorri Thorfinnsson, the first European to be born on the American continent.

Freydis Eiriksdottir, Leif’s sister, also travelled to Vinland, either with Thorfinn Karlsefni or as part of an expedition with two other Icelandic traders, who she subsequently betrayed and had killed (depending on which saga you read). Ultimately, although the terrain offered a good supply of wood and supplies, operating a permanent settlement so far from home proved too hard for the Vikings.

The American chapter of the Vikings’ saga had begun by accident, and their subsequent attempts to deliberately colonise the continent were doomed to fizzle out. Ferocious attacks from First Nation peoples, climate change and distance from their Norse brethren have all been blamed for their failure.

But these intrepid and fearsome folk knew how to wield pens as well as battleaxes and oars, and news of the Norsemen’s globe-bending discovery percolated through European ports over the centuries, influencing the ambitions of later European explorers, including Columbus, who claimed to have visited Iceland in 1477.

When is Leif Erikson day?

Very belatedly, Leif’s achievements are now being recognised in the land he explored more than 1,000 years ago, with Leif Erikson Day being celebrated on 9 October – the same day that the first organised immigration from Norway to the US took place in 1825. Today, there are more than 4.5 million people of Norwegian ancestry living in the United States the saga continues.

Pat Kinsella is a freelance writer specialising in the travel and history


The Beginning of an Era

Before they were Vikings, Scandinavians have always relied largely on the sea that surrounds the Scandinavian countries. Many of these older boats were much smaller than the famed longships. Ravn says that the Norse would have used smaller boats built from planks of wood and dugout canoes built by felling thick trees and hollowing out their trunks. These vessels were largely propelled by rowing, according to archaeological evidence. While northern Europeans certainly had some contact with Roman provinces about 2,000 years ago and likely had some knowledge of sail technology, archaeologists have never found any evidence either in ship finds or depictions that Scandinavians began to use sails themselves until the 7th or 8th centuries.

“It might just be that we simply haven’t found the ship finds where we would see this technology being used,” Ravn says. But this timeline roughly makes sense when understanding why Scandinavian people began to expand outwards on longer sea voyages and raids about 1,200 years ago.

But by the time they began to use the sail, Scandinavians would certainly have been well versed in carpentry since most of their houses and settlements were built of wood. “They would definitely already have excellent skills in selecting proper woods and using these resources in different construction projects,” Ravn says. The combination of their knowledge of boatbuilding with sailing technology likely led to the construction of the first longships.


Waning influence

By about 1100, Viking dominance diminished. Political power consolidated as scattered chiefdoms gave way to Scandinavian kingdoms and legal institutions. Vikings' targets had invested in fortifications and learned to defend themselves. The Battle of Hastings brought the end of Viking rule in England in 1066, and the adoption of Christianity within Scandinavia slowed the raids.

Though popular culture continues to depict Vikings as wearing horned helmets (they didn’t) and drinking from skulls (also a myth), their peaceful trading and cultural sharing belies the violent legend. The Vikings’ cultural power and contributions to the communities in which they settled were just as potent as their ability to sail and pillage.


Voir la vidéo: ELINA ITKEE VIIKINGISSÄ eka kerta pelotti