La bataille de Pharsale

La bataille de Pharsale

Pharsale, dans l'est de la Grèce, a été le site d'une bataille décisive en 48 avant notre ère entre deux des plus grands généraux de Rome : Pompée le Grand et Jules César. Après plusieurs rencontres précédentes, Pharsale, la plus grande bataille de tous les temps entre les Romains, allait finalement décider lequel des deux hommes régnerait sur le monde romain. En infériorité numérique dans l'infanterie et la cavalerie, César a employé des stratégies audacieuses qui lui ont valu une victoire éclatante et, ce faisant, il a consolidé sa réputation comme l'un des plus grands commandants de l'histoire.

Prologue

Le très populaire Gnaeus Pompeius Magnus, autrement connu sous le nom de Pompée le Grand, avait remporté de grands succès militaires en Sicile et en Afrique, il avait balayé avec force la Méditerranée des pirates et, le plus impressionnant de tous, il avait vaincu Mithradate VI à l'est. Régnant en triumvirat avec Jules César et Marcus Licinius Crassus, Pompée gouvernait les provinces espagnoles de Rome tandis que César, désormais riche de ses glorieuses conquêtes, contrôlait la Gaule. Dans les dernières années de la République romaine et après la mort prématurée de Crassus en 53 av.

Pompée, toujours très préparé et méfiant de l'inévitable confrontation avec César, a décidé que sa meilleure stratégie était d'abandonner l'Italie. Les loyautés y étaient partagées et on ne pouvait pas faire confiance aux deux légions présentes pour affronter leur ancien commandant César. Au lieu de cela, Pompée a choisi de rassembler ses légions en Grèce en 49 avant notre ère. César faillit attraper l'armée de Pompée avant qu'elle ne quitte Brundisium dans le sud de l'Italie mais, échappant à un blocus partiel du port, Pompée s'enfuit pour se battre un autre jour. Il restait toujours le problème des sept légions fidèles à Pompée en Espagne, mais maintenant César contrôlait le trésor de Rome et, après avoir fait quelques nominations choisies de qui gouvernait où dans les provinces, il tourna son attention vers cette menace dangereuse sur ses arrières. En moins de sept mois, ces légions avaient été maîtrisées et, sur le chemin du retour en Italie, le siège de Massilia était achevé en prime. Nommé dictateur par Lépide, César s'était désormais bâti à la fois une formidable réputation sur le champ de bataille et une plate-forme sécurisée à partir de laquelle lancer une attaque finale et dévastatrice contre Pompée.

Il y avait eu, cependant, des revers importants pour les commandants de César en Afrique, dans l'Adriatique et à Dolabella, et Pompée a bien utilisé son temps pour rassembler à Bérée en Thessalie neuf légions romaines et une impressionnante force multinationale de 3 000 archers, 1 200 frondeurs, et 7 000 cavaliers. Et si cela ne suffisait pas, il avait également jusqu'à 600 navires à sa disposition. Comme c'était typique, ceux-ci ont été tirés de toute la Méditerranée orientale et séparés en flottes plus petites, Marcus Bibulus étant chargé du commandement général. Les chiffres étaient impressionnants, mais le mélange exotique des nationalités, leur préparation et leur fidélité à la République en cas de crise ont été remis en question, notamment par Cicéron.

Avec le soutien des classes supérieures romaines, Pompée fut officiellement nommé commandant en chef des armées de la République et il marcha pour établir un camp d'hiver sur la côte ouest de la Grèce. À la fin de la saison, il semblait maintenant qu'un engagement devrait attendre le printemps suivant, mais César fit alors l'impensable. Malgré la menace de la marine de Pompée et les risques d'une traversée hivernale, César, fidèle à sa propre maxime "la plus puissante arme de guerre est la surprise", a rassemblé autant de son armée que possible et, sans les bagages ou les esclaves habituels, a navigué vers Grèce le 4 janvier. Il débarqua à Palaeste sous le nez de la flotte de Pompée stationnée sur Corcyre. Avec la lenteur de la marine à réagir, César ne perdit pas de temps et commença à saccager des villes tandis que Pompée était obligé de le diriger vers la rivière Apsus, où chaque partie se posta sur les rives opposées.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Mark Antony, le commandant en second de confiance de Caesar, est finalement arrivé en avril avec une deuxième force qui a porté les légions de Caesar à onze. Les deux camps se déplaçaient maintenant autour de la Thessalie en essayant de contrôler la région et d'empêcher davantage de renforts d'arriver à leur adversaire jusqu'à ce qu'ils s'affrontent à nouveau, cette fois à Asparagium. Les légions qui se faisaient maintenant face étaient sept avec César et neuf avec Pompée, qui, confiant qu'il pouvait harceler les lignes d'approvisionnement de César, n'était pas pressé pour une bataille tous azimuts. Finalement, il installa son camp à Dyrrachium, mais César commença immédiatement un projet audacieux pour construire un mur d'enceinte pour s'assurer que Pompée était enfermé contre la mer. Tentant César dans une attaque en utilisant de faux traîtres qui ont promis d'ouvrir les portes du camp, Pompée a lancé tout ce qu'il pouvait sur son adversaire, y compris des tirs d'artillerie navale. César a réussi à battre en retraite mais a été attaqué à nouveau, et cette fois Pompée est allé chercher les points faibles des murs de siège, informations qui lui ont été données par deux commandants de cavalerie en défection. Dans la confusion qui a suivi, Pompée a établi un nouveau camp au sud des murs de César. Cependant, le 9 juillet, au moment où les forces de Pompée étaient réparties entre l'ancien et le nouveau camp, César attaqua le premier, forçant Pompée à envoyer cinq légions pour dégager leurs camarades. Les troupes de César ont été battues, mais Pompée n'a pas maintenu son avantage, et il n'aurait plus jamais une telle opportunité contre son ennemi juré. César a jugé le manque d'initiative de Pompée comme une preuve qu'« il ne sait pas comment gagner des guerres ».

Se regroupant et reconnaissant enfin que son blocus était vain, César se retira vers le sud. Pompée a envoyé sa cavalerie à sa poursuite, mais César a réussi à s'échapper dans la plaine de Thessalie en Grèce où il a établi un camp sur la rive nord de la rivière Enipeus entre Pharsalus et Palaepharsalus. Pompée et son armée sont arrivés sur les lieux peu de temps après, installant leur propre camp à un mile à l'ouest dans les basses collines voisines - une bonne position stratégique qui assurait une route sûre pour le ravitaillement. La scène était enfin prête pour une résolution décisive sur qui contrôlerait l'Empire romain.

Commandants

Jules César était connu pour son utilisation de la vitesse (celeritas) et surprise (improvisation) dans ses conquêtes militaires. Choisissant souvent d'attaquer avec les troupes à sa disposition plutôt que d'attendre de rassembler une force plus importante et d'établir des lignes d'approvisionnement sécurisées, César a conservé une grande confiance en ses propres compétences en leadership et en les prouesses au combat de ses légions. Heureusement, maintes et maintes fois, ses ennemis ont obligé César avec exactement ce qu'il voulait - des batailles décisives - et Pharsalus suivrait le même modèle.

Mark Antony était le commandant en second compétent et expérimenté de César, et il dirigerait l'aile gauche à Pharsalus. Domitius Calvinus, l'ancien tribun et consul, prit le centre. Publius Cornelius Sylla (neveu de Sylla), qui avait habilement contenu Pompée à Dyrrachium, dirigerait l'aile droite.

Pompée jouissait d'une grande réputation en tant que chef militaire à la suite de sa série de succès et était particulièrement connu pour sa planification méticuleuse.

Pompey jouissait d'une grande réputation en tant que chef militaire à la suite de sa série de succès et était particulièrement connu pour sa planification méticuleuse et son souci du détail. Il était peut-être, cependant, devenu trop prudent sur le champ de bataille dans ses dernières années, et il manquait de l'audace et de l'audace qui pouvaient remporter une victoire lorsque les choses n'allaient pas bien ou selon le plan, les compétences que son commandant adverse était trop accomplies.

Le commandement de Pompée a été renforcé par l'inclusion de Titus Labienus, le commandant en second de César pendant une grande partie de la campagne gauloise, mais qui avait depuis fait défection du côté républicain; il commanderait la grande force de cavalerie à Pharsalus. À la tête du centre de Pharsale se trouvait Scipion Metellus, un ancien consul qui avait connu du succès en Syrie, tandis qu'Africanus commandait l'aile droite et Ahenobarbus la gauche.

Positions de combat

César tenait à régler la question immédiatement, mais Pompée se montra réticent à abandonner son avantage sur les hauteurs. Après plusieurs jours et voyant l'impasse, César a décidé de plier bagage et de partir dans l'espoir d'engager Pompée ailleurs. Cependant, tôt le matin du 9 août, Pompée déplaça inexplicablement ses troupes dans la plaine. C'était la chance de César. Abandonnant leurs bagages et même renversant leurs propres défenses pour mieux permettre aux troupes d'entrer sur le champ de bataille, les troupes de César marchèrent en toute hâte pour enfin rencontrer l'ennemi.

Peut-être que Pompée en avait fini avec le jeu du chat et de la souris, peut-être voulait-il capitaliser sur le bon moral de ses hommes après la victoire de Dyrrachium, ou peut-être trouvait-il intolérable de perdre la face et de regarder son ennemi s'éloigner pour semer le chaos à une date ultérieure. Pompée aurait également subi la pression de sénateurs désireux de libérer la République de la menace de César. Quelle qu'en soit la raison, il avait abandonné son avantage sur les hauteurs et maintenant les deux armées se rencontraient dans la plaine en contrebas.

Pompée aligna onze légions, un total de 47 000 hommes. 110 cohortes alignées dans le triplica acies formation - quatre cohortes en première ligne, trois chacune en deuxième et troisième ligne. Le gros de la cavalerie, des archers et des frondeurs tenait le flanc le plus à gauche contre les basses collines, tandis qu'une plus petite force de cavalerie et d'infanterie légère était stationnée à l'extrême droite contre la rivière Enipeus. Les meilleures troupes ont pris place sur les ailes et au centre, les vétérans étant dispersés partout afin de soutenir les troupes nouvelles dans les conditions de combat. La longueur totale de la ligne de front aurait été d'environ 4 km. Le plan de Pompée était d'envoyer sa cavalerie autour du flanc ennemi et d'attaquer par l'arrière. Pendant ce temps, l'infanterie avancerait et l'armée de César serait écrasée entre les deux mouvements. Pompée lui-même commandait le terrain de sa position à l'arrière de l'aile gauche.

César a aligné ses troupes pour refléter les positions de Pompée, mais pour ce faire, il a dû éclaircir ses lignes. Il n'avait à sa disposition que 9 légions totalisant 22 000 hommes répartis en 80 cohortes, nettement moins que son adversaire. César s'est positionné face à Pompée, derrière sa meilleure légion, le X, sur l'aile droite. Son infanterie légère était placée à droite du centre. Par mesure de précaution contre les effectifs de cavalerie supérieurs de Pompée (6 700 contre 1 000), César a déplacé six cohortes (2 000 hommes) de sa ligne arrière pour servir de réserve sur son flanc droit, en les plaçant à un angle oblique.

Attaque

Pompée a attaqué d'abord en utilisant sa cavalerie et il a tiré une contre-charge de la cavalerie de César. Pendant ce temps, les deux lignes d'infanterie du front de César attaquent et engagent les trois lignes d'infanterie de Pompée qui tiennent bon plutôt que d'employer l'avance traditionnelle pour faire face à l'ennemi venant en sens inverse. Cette tactique a peut-être été de fatiguer l'infanterie de César en lui faisant couvrir plus de terrain, pour s'assurer que sa propre cavalerie avait moins de terrain à couvrir en allant derrière l'ennemi, ou simplement parce que Pompée voulait maintenir un bon ordre de bataille. Cependant, voyant que les lignes de Pompée n'avançaient pas, les légions de César s'arrêtèrent, se regroupèrent et, après une courte pause, continuèrent leur charge. César a délibérément retenu sa propre troisième ligne d'infanterie. Les premières armes lancées furent les javelots (Pila), une volée de chaque côté. Ensuite, les ennemis ont rencontré un choc de boucliers et d'épées de poussée.

Par le poids du nombre, la cavalerie de Pompée a submergé la cavalerie ennemie et s'est placée derrière l'infanterie de César. Maintenant, alors que la cavalerie de Pompée se réorganisait en escadrons plus petits, César en profita pour attaquer. Après avoir retiré ce qui restait de sa propre cavalerie (c'était peut-être une stratégie préméditée), il envoya ses six cohortes d'infanterie de réserve disant à ses hommes de pointer leurs javelots sur le visage des ennemis. L'attaque inattendue a jeté la cavalerie républicaine dans la panique et ils se sont précipités hors du champ dans la confusion. Cela a laissé les frondeurs et les archers de Pompée à l'arrière ouverts à l'attaque. Dans la retraite confuse de la cavalerie, l'attaque de la réserve de César et peut-être aussi la réintroduction de la force de cavalerie réduite de César, a entraîné une déroute complète et a laissé l'aile gauche de Pompée entièrement exposée. Ayant engagé les trois lignes de son infanterie, Pompée n'avait aucune force de contingence pour faire face à cette nouvelle menace et c'est précisément à ce moment que César lança sa troisième ligne d'infanterie dans la bataille.

Les troupes de Pompée ont d'abord résisté à l'assaut et ont conservé une formation disciplinée, mais finalement, non aidées par la désertion probable de leurs troupes alliées multinationales, les légions ont cédé et se sont retirées tête baissée vers les collines. Pompée s'est retiré dans son camp avec consternation, puis a complètement quitté le terrain, chevauchant vers Larissa avec une petite escorte loyale, se déguisant plutôt sans gloire en soldat ordinaire. César a maintenu son avantage et a anéanti le camp de Pompée, provoquant la fuite du reste de l'armée de Pompée vers la colline de Kaloyiros. César a assiégé la colline et avec quatre légions a coupé l'armée quand elle a également essayé de se retirer à Larissa. Le matin du 10, l'armée de Pompée rendit les armes. César a prétendu avoir anéanti 15 000 ennemis, mais le chiffre était plus vraisemblablement d'environ 6 000 morts du côté républicain pour la perte de 1 200 légionnaires de César. La plupart des dirigeants républicains ont fui le champ de bataille, espérant poursuivre la guerre depuis l'Afrique, mais la victoire était celle de César.

Conséquences

Arrivé par Chypre, Pompée tenta de convaincre les Égyptiens d'être son allié, mais il fut cruellement assassiné le 28 septembre 48 avant notre ère. L'Egypte avait espéré gagner la faveur de César en présentant la tête et la chevalière de son jadis grand ennemi, mais, en fait, César aurait été ému aux larmes lorsqu'il a vu le sort de son rival. Rétablissant Cléopâtre VII sur le trône d'Égypte et battant les dernières armées républicaines d'Afrique, César retourna triomphalement à Rome en 46 avant notre ère. Puis, lorsque les derniers vestiges de l'opposition ont été vaincus en Espagne, Jules César était seul, l'individu le plus puissant du monde romain et, cerise finale sur le gâteau, en février 44 avant notre ère, le Sénat l'a élu dictateur à vie.


Monde romain en 56 av. . Crédit d'image.

La grande guerre civile romaine, également connue sous le nom de guerre de César, a été le point culminant d'un conflit politique de longue date au sein de l'élite romaine. Les Populares, un groupe de dirigeants de la classe sénatoriale, avaient commencé à utiliser les assemblées populaires et le soutien populaire pour obtenir plus de pouvoir et faire avancer leur politique. Cela a alarmé les Optimates, le groupe conservateur au sein du Sénat, qui a vu le pouvoir du Sénat et de l'aristocratie érodé par cette combinaison de démagogie et de volonté populaire.

Cela a atteint son apogée avec la chute de Gaius Julius Caesar et de Gnaeus Pompeius Magnus, dont l'histoire se souvient sous le nom de Pompée le Grand. Les deux étaient auparavant des alliés politiques au sein d'un groupe de trois hommes qui dirigeait officieusement Rome. Avec la fin de ce triumvirat, Pompée s'est rangé du côté des optimaux pour freiner le pouvoir de César.

César a répondu en marchant son armée sur Rome. Les optimates ont fui vers les possessions romaines en Grèce, pour leur donner le temps de rassembler une armée. Après avoir affirmé le contrôle sur d'autres territoires romains, César les a suivis.


La bataille de Pharsale

En 49 avant JC, Jules César avait passé dix ans à conquérir la Gaule, avec des expéditions parallèles à travers la Manche en Grande-Bretagne et à travers le Rhin en Allemagne. À cette époque, ses ennemis au Sénat romain conspiraient non seulement pour priver César de ses pouvoirs proconsulaires qui lui permettaient de gouverner ses provinces, mais aussi pour le traduire en justice à Rome sur des accusations qu'il considérait comme de la falsification. C'était le désir de César de retourner à Rome sans être inquiété afin de briguer un second mandat en tant que consul, ou magistrat suprême à Rome.

César est arrivé dans la ville de Ravenne en Italie du Nord accompagné d'une seule légion pour attendre les événements et négocier un accord avec le Sénat, ainsi qu'avec son ancien partenaire du premier triumvirat et désormais rival Gnaeus Pompée. Les ennemis de César au Sénat ne bougeraient pas. Lorsque leurs mesures ont été rejetées par les Tribuns, qui étaient des alliés de César, les Tribuns ont été chassés de Rome.

Ne voyant pas d'autre choix, César a traversé le Rubicon, la rivière qui était la barrière traditionnelle entre la province romaine de la Gaule cisalpine et l'Italie proprement dite avec sa seule légion, faisant savoir que d'autres légions maintenant en Gaule marcheraient également vers le sud. En franchissant le Rubicon, César aurait crié : “Alae iacta est !” ou, “Les dés sont jetés !”

Alarmé par l'approche de César avec une armée, le Sénat charge Pompée de la défense de Rome. Pompée, estimant qu'il n'avait pas suffisamment de troupes de qualité douteuse pour faire face à l'armée de vétérans aguerris de César, choisit une retraite stratégique, d'abord vers le sud jusqu'à Brundesium, puis à travers l'Adriatique jusqu'en Macédoine où il pourrait rassembler plus de troupes. La plupart du Sénat l'a suivi.

César envahit rapidement l'Italie du Nord et entra à Rome sans opposition. Tout en organisant la gouvernance de Rome, César était toujours confronté au problème de traiter avec les forces de Pompée, non seulement en Macédoine, mais à l'ouest, en Espagne en particulier. César a décidé de frapper d'abord à l'ouest, assiégeant et prenant la ville de Massila (aujourd'hui Marseille), puis battant les forces ennemies sous les ordres des lieutenants de Pompée en Espagne.

Maintenant, César a décidé d'affronter Pompée directement. Sa tâche était ardue. Pompée avait des effectifs supérieurs ainsi qu'une flotte et le soutien de la plupart des provinces orientales. Néanmoins, César traversa l'Adriatique avec deux légions et se mit à la poursuite de Pompée.

Bien que ses forces dépassent largement en nombre l'armée de César, Pompée refuse de livrer bataille. Pompée savait que ses troupes n'étaient pas à la hauteur des vétérans de César et son armée comptait un grand nombre de troupes de cavalerie, d'infanterie légère et de missiles difficiles à manier. Pompée a plutôt choisi d'attendre César, coupant ses approvisionnements et tentant de l'affamer.

César marcha vers le nord en direction du camp fortifié de Pompée à Dyrrachium. César a tenté d'investir Pompée, afin de l'affamer. Au lieu de cela, Pompée attaqua César à gauche, le cédant, forçant César à fuir le terrain. César se retira vers la Thessalie, ramassant des renforts d'Italie dirigés par Marc Antoine. Finalement, César se tourna pour livrer bataille à Pharsale.

César a ancré ses troupes avec la rivière Enipeus sur la gauche. Il déploya ses légions sur trois lignes, avec une quatrième en réserve, et sa cavalerie sur le flanc droit. César avait 23 000 légionnaires, 5 à 10 000 auxiliaires et environ 1 400 cavaliers. Pompée l'a confronté avec trois lignes de légionnaires et sa cavalerie à gauche face à la cavalerie de César. Il avait 50 000 légionnaires, 4 200 auxiliaires et 4 à 7 000 cavaliers.

Les légionnaires des deux côtés se sont rapprochés et enfermés dans le combat, produisant une impasse. Alors que les auxiliaires se sont affrontés sur les César à gauche, Titus Labienus, qui avait autrefois été l'un des amis les plus proches de César, mais qui était maintenant l'un des généraux de Pompée, a mené une charge de cavalerie qui a mis en déroute la cavalerie et les auxiliaires de César sur les César. droit. Mais César envoya la quatrième ligne pour arrêter l'enveloppement et, utilisant leurs javelots comme lances de poussée, mit en déroute la cavalerie de Pompée à son tour.

La quatrième ligne de César a donné la chasse, poussant la cavalerie de Pompée dans les contreforts de Dogandzis. Ensuite, la quatrième ligne a fait volte-face et a pris l'armée principale de Pompée à l'arrière. Les forces principales de César ont renouvelé leur attaque par le front et en peu de temps, l'armée de Pompée a été pratiquement détruite ou capturée. Pompée et quelques partisans ont fui le terrain.

Pompée s'enfuit à Alexandrie en Égypte, poursuivi de près par César. Avant que César ne puisse rattraper Pompée, il a été assassiné sur les ordres du roi Ptolémée. Ptolémée, un adolescent contrôlé par ses ministres de la cour, était enfermé dans une guerre civile avec sa sœur Cléopâtre pour le trône d'Égypte. Lorsque César est arrivé à Alexandrie, il a entrepris de mettre fin à la guerre civile, qui s'est avérée inclure la fin de Ptolémée et la mise sur le trône de Cléopâtre en tant que souverain unique de l'Égypte. César et Cléopâtre devinrent amants et eurent un fils, nommé Césarion.

César entreprit alors d'éponger le reste de son opposition, dans des campagnes en Afrique, en Asie Mineure et enfin en Espagne. Au début de 44 avant JC, il était le maître absolu du monde romain. Il a commencé à faire des plans pour des réformes massives de la République romaine, ainsi qu'une campagne contre l'Empire parthe à l'est du territoire romain. Les réformes comprenaient l'élargissement du Sénat et divers projets de travaux publics.

César ne jouira pas longtemps de son pouvoir. Aux ides de mars, le 15 mars, en 44 av. J.-C., il fut attaqué et assassiné lors d'une réunion du Sénat au théâtre de Pompée. Les assassins, tous sénateurs, dont beaucoup avaient été graciés par César pour avoir soutenu Pompée, pensaient restaurer la République en tuant César. Au lieu de cela, ils étaient tous morts dans les deux ans et un nouvel ordre a été créé, sous un triumvirat qui comprenait Marc Antoine et le petit-neveu de César, Octavian, qui allait devenir plus tard le premier empereur de Rome.


Champ de bataille de Pharsale aujourd'hui

L'emplacement exact du champ de bataille de Pharsalus a fait l'objet de nombreux débats et il n'existe aucun cadre définitif universellement accepté. De même, aujourd'hui, il n'y a aucun monument à la bataille et il n'y a rien à voir à l'endroit le plus accepté, indiqué sur la carte, qui se trouve juste à l'extérieur de la ville grecque moderne de Farsala.

La pensée dominante place le champ de bataille sur la rive nord de la rivière Enipeus, à environ 10 miles au nord-ouest de la ville moderne. Vous pouvez visiter gratuitement, laissant votre imagination jouer la bataille décisive à travers les plaines et les basses collines de la région.


Conséquences

Pompée, après avoir perdu la bataille 2, s'enfuit immédiatement en Égypte alliée, où il voulait reconstruire son armée et diriger les légions restantes. Cependant, il n'a pas pu mettre en œuvre le plan, car immédiatement après avoir débarqué à Alexandrie, il a été assassiné par le jeune pharaon Ptolémée XIII, et sa tête fut envoyée en cadeau à César. Le souverain, encore enfant, le fit sous l'influence de ses régents : son tuteur, l'eunuque Pothinus, son maître et le rhétorique Théodote de Chios. De cette façon, il voulait gagner la faveur de César, en entendant parler de la bonne nature du vainqueur 3 .

La mort d'un rival dans de telles circonstances exaspéra César plus qu'elle ne lui plaisait. Plutarque a rapporté que « César a refusé de le regarder, mais il a pris la chevalière de Pompée et a versé des larmes en le faisant » 4 . Après tout, la mort du principal adversaire de l'Empire signifiait un chemin plus facile pour régner. César a perdu son rival sur le trône, mais Pompée a laissé derrière lui deux fils : Gnaeus et Sextus, qui étaient soutenus par les partisans de Pomeyus, avec Scipion Metellus et Caton le Jeune à la barre.

César a passé les années suivantes à vaincre ses adversaires, à renforcer son pouvoir et à soumettre la scène politique, y compris le Sénat. Une dictature indéfinie et le pouvoir de César en tant que pouvoir ont conduit à son assassinat le 15 mars 44 avant notre ère.


BATAILLE DE PHARSALUS (CHAMP DE BATAILLE DE PHARSALUS)

La bataille de Pharsale a été l'engagement décisif de la guerre du premier triumvirat et l'une des batailles les plus importantes et les plus célèbres de toutes les nombreuses guerres civiles de Rome. Opposant les partisans de Jules César aux armées de son ancien allié Pompée et du sénat romain, la bataille a été immortalisée à la fois dans l'histoire et la littérature classique. Plus important encore, il a marqué un tournant critique dans la transition de Rome d'une république à un empire, car il a préparé le terrain pour la montée de la dynastie Julio-Claudienne qui régnerait jusqu'au milieu du siècle prochain. La bataille de Pharsale fut l'un des engagements les plus importants combattus en Grèce après l'âge classique.

Histoire

Au cours de la première moitié du Ier siècle av. Pendant près de deux décennies à partir de 70 av. Cependant, en 52 av.

En 49 avant JC, Jules César et les légions qui lui sont fidèles envahissent l'Italie centrale, qui était le territoire de Pompée. Après avoir traversé la célèbre rivière Rubicon, l'armée de César a marché sur la ville de Rome. En réponse, Pompée et la plupart de ses alliés ont fui en Grèce. Grâce à son contrôle de la flotte, Pompée espérait pouvoir lever de nouvelles forces dans la sécurité de l'est tout en bloquant l'aide à César. Cependant, César a réussi à faire entrer un corps expéditionnaire en Grèce pendant l'hiver.

Pendant une grande partie de 48 avant JC, les deux forces se sont affrontées. Un bref engagement a presque conduit à la défaite de César. Le prudent Pompée se méfiait d'une confrontation directe. Après avoir échoué à achever l'armée de César, il a essayé de vaincre son ennemi par le blocus et la famine. Cela a conduit à plusieurs mois d'impasse, et finalement ses alliés et ses officiers l'ont pressé de chercher une conclusion décisive à l'impasse.

Le 9 août, l'armée de Pompée partit à la rencontre de César sur le terrain. Pompée détenait un terrain avantageux, était deux fois plus nombreux que César et était très conscient de la capacité de César en tant que commandant sur le terrain, mais tout cela n'était pas suffisant pour lui. Une fois à l'air libre, César a déjoué Pompée, prenant la cavalerie de Pompée par surprise et les vainquant. Voyant cela, Pompée a paniqué et a fui le terrain, abandonnant son armée, qui s'est effondrée peu de temps après. La victoire a assuré Jules César comme le seul pouvoir restant du triumvirat. Pompée s'est enfui en Égypte où il a été assassiné un mois plus tard.

Visiter

Le champ de bataille de Pharsalus a eu lieu sur la plaine de Pharsalus, bien qu'il y ait un différend quant à savoir si les combats ont eu lieu du côté nord ou sud de la rivière Enipeus. La pensée dominante place le site de la bataille le long de la rive nord. Les deux côtés de la rivière se composent de plaines et de collines basses qui ressemblent beaucoup à ce qu'elles étaient au moment de la bataille.


Bataille de Pharsale

Après sa défaite à Dyrrachium en juillet 48 avant JC, César s'installa rapidement en Thessalie, incorporant les villes de la région sous son contrôle. Son armée épuisée et mal approvisionnée a pu s'assurer de nouvelles sources de nourriture et se redynamiser pour la poursuite de la campagne.

Après Dyrrachium, Pompée et les sénateurs se sont disputés sur la prochaine ligne de conduite et ils ont fait pression sur Pompée pour terminer César le plus rapidement possible. Pompée a préféré un plan d'action similaire à celui de Fabius contre Hannibal pour empêcher César de devenir en sécurité dans un seul endroit, menaçant constamment son approvisionnement et résistant aux batailles majeures chaque fois que possible.

Avec leur succès à Dyrrachium, cependant, les légions initialement craintives de Pompée étaient maintenant remplies de confiance contre le célèbre conquérant de la Gaule. Cette exubérance, associée à la pression du Sénat et au manque de détermination de Pompée, allait s'avérer un mélange fatal.

Pendant ce temps, alors que les deux armées marchaient et cherchaient une position, Pompée était rejoint par les légions de Metellus Scipion venant de l'est. Domitius Calvinus, qui a été détaché par César plus tôt dans l'année pour arrêter Scipion, est également revenu à César, mettant les deux armées à pleine puissance.

Dans les plaines de Pharsale, juste au nord de la rivière Enipeus, les deux armées se sont positionnées en opposition. Pompée était largement plus nombreux que César avec quelque 45 000 fantassins et 7 000 cavaliers contre 22 000 et 1 000 pour César respectivement. Il est important de noter, cependant, qu'une partie considérable des forces de Pompée étaient des auxiliaires alliés envoyés par ses clients orientaux, et non des légions romaines entièrement entraînées.

Pompée a organisé ses forces et a offert la bataille sur une colline appelée mont Dogantzes, et César était certainement ravi. C'est exactement ce dont il avait besoin, l'opportunité d'affronter l'ennemi en terrain découvert dans une bataille où ses hommes étaient bien approvisionnés et en bon ordre.

Après plusieurs jours d'escarmouches et de manœuvres pour la position, César a tellement nargué Pompée qu'il l'a finalement forcé à prendre position sur un terrain plat. Le 9 août 48 avant JC, la bataille cruciale pour le contrôle du monde romain devait commencer. Trouvant son armée dans les meilleures circonstances, César inspira ses hommes et prépara ses lignes : "Nous devons différer notre marche à présent et fixer nos pensées sur la bataille, ce qui a été notre souhait constant, nous permettons alors de rencontrer l'ennemi avec des âmes résolues. Nous ne trouverons pas plus tard facilement une telle opportunité."

L'armée de Pompée était organisée avec son aile droite, des légionnaires ciliciens et des auxiliaires espagnols, protégés par le fleuve sous le commandement de Cornelius Lentulus. Au centre, les troupes syriennes et africaines étaient dirigées par Scipion. À sa gauche se trouve l'endroit où Pompée a couvert tous ses paris et espérait la victoire par la force du nombre. L'infanterie était commandée par Lucius Domitius Ahenobarbus, et sur le flanc, Pompée plaça toute sa cavalerie, ses archers et ses frondeurs sous l'ancien légat de César, Titus Labienus. Plus nombreux que la cavalerie de César 7:1, Pompée et son armée étaient convaincus qu'ils pourraient facilement déborder la droite de César et gagner la guerre rapidement avec un minimum d'effusion de sang.

César, cependant, a vu une grande opportunité de contrer le plan apparemment tout ou rien de Pompée. Marcus Antonius était placé à gauche, Calvinus au centre et Publius Sylla à droite. L'infanterie de César a été éclaircie pour correspondre à la longueur des lignes numériquement supérieures de Pompée, diminuant la profondeur de ses lignes, mais protégeant les flancs. Le plan de César exigeait seulement que son infanterie reste ferme, et non la force qui a percé. Sa cavalerie beaucoup plus petite a été placée sur la droite pour contrer la cavalerie de Pompée, mais la faiblesse du nombre était une menace sérieuse. César, cependant, s'est également rendu compte que ce serait évidemment ce qui semblait être la cible vulnérable et serait irrésistible. Il réduisit ensuite encore ses principales lignes d'infanterie, attirant 3 000 de ses meilleurs hommes parmi les différentes cohortes. Ces hommes qu'il a placés quelque peu cachés derrière sa cavalerie et son infanterie de flanc droit. Cette unité devait être la clé de la bataille. S'ils pouvaient utiliser l'élément de surprise pour contrer la cavalerie de Labienus, ce serait l'aile de Pompée qui serait mise en déroute et flanquée, pas celle de César.

Avec les deux armées en place, c'est César et non Pompée qui a ordonné l'avance initiale. Pompée espérait que la longue charge fatiguerait l'armée de César, mais les vétérans comprirent le danger et s'arrêtèrent lorsqu'ils remarquèrent que l'ennemi ne venait pas à leur rencontre.

The battle slowly developed as an infantry skirmish in the center, until Pompey finally unleashed Labienus and the cavalry. Pompey's horsemen hit Caesar's Germanic and Gallic cavalry hard, buckling their resistance. Pompey ordered his archers and slingers to fill in behind the cavalry to push the assault and provide a heavy blanket of covering fire.

Just as Caesar's cavalry was beginning to retreat, and Labienus was starting to turn the right flank, Caesar ordered his reserve infantry to launch their surprise assault. Using their pila much like medieval pikes, Caesar's 3,000 infantry attacked the 7,000 Pompeian cavalry with ferocity, targeting the riders exposed faces. The effect was devastating, and Labienus was overwhelmed. The cavalry routed and turned towards its own lines, not only leaving their own vulnerable archer units completely exposed, but likely trampling many as they went.

Caesar now wheeled around on Pompey's exposed left flank. Cutting the archers and slingers to pieces, they hit the Pompeian lines hard, crumbling the flank. Pompey, still with a vast numerical superiority, seems to have panicked and failed to engage his right wing to stem Caesar's momentum. Instead, he simply quit the battle rather than attempt to rally or salvage what he could. Pompey retreated and retired to his fortified camp while his army was routed, waiting for the imminent arrival of the victor.

Caesar, meanwhile, pressed his advantage. He encouraged the remaining Pompeian legionaries to withdraw without more bloodshed, while instilling in his men not to attack their fellow Romans provided they offered no resistance. Instead, he smashed what remained of Pompey's auxiliary allies, leaving a devastating wake as he approached Pompey's camp.

At this point, Pompey seems to have regained his senses, but still he didn't act with the honor of a noble Roman. Rather than fall upon his own sword in the Roman tradition, Pompey fled the camp, leaving his army to the enemy.

Caesar entered the camp to find that the command tent had been arranged in such a manner to receive an elegant feast and laurels of victory, clearly indicating the supreme confidence of his opponents. Conveniently taking advantage of this gift, Caesar also captured his rival's personal papers and effects. In a shrewd political move - yet an unfortunate event for historians - Caesar burned Pompey's papers supposedly without reading them, in order to bring closure to the matter and restore a sense of unity in Rome.

As the battle closed, Caesar reviewed the field and was likely shaken by the effects of civil war. He claimed that 15,000 enemy soldiers were killed, including 6,000 Romans, whilst losing only 200 of his own men, though both numbers are likely either over or under exaggerated. Still, the sight of the field apparently had a profound effect on the new master of the Roman world. In surveying the carnage, Caesar supposedly said, "They would have it so, I, Gaius Caesar, after so much success, would be condemned had I dismissed my army."

The following day, the remaining Pompeian forces surrendered to Caesar, and the major part of the war was essentially over. Though some Senators fled to Africa or other Republican strongholds, many of Caesar's most vocal enemies were killed in the campaign. Pompey himself fled to Egypt, where his own horrible fate awaited him.

Respected as the conqueror of the east, Pompey certainly felt comfortable heading into Egypt. Whilst waiting off-shore to receive word from the boy-king, Ptolemy, Pompey was betrayed and assassinated. Stabbed in the back and decapitated, his body was burned on the shore and his head was brought to the king in order to present as a gift to Caesar. On 24 July 48 BC, Gnaeus Pompeius Magnus was dead, just short of 58 years old.

Despite Pompey's prestige in the east, the legend of Caesar must have been incredible. The man had conquered Gaul, crossed the Rhine, crossed into the farthest reaches of the known world in Britannia, and now utterly destroyed the Great Pompey with a far inferior force. When Caesar arrived in pursuit of Pompey, to certainly, by all accounts, grant him a pardon and welcome him back to Rome, Ptolemy presented Caesar with Pompey's head and his signet ring. Caesar, despite realizing Pompey's death made him the master of Rome, was overcome with grief. Turning away from the slave who presented Pompey's head, Caesar wept at the sight of his rival, former friend, and son-in-law.


Emplacement

The location of the battlefield was for a long time the subject of controversy among scholars. Caesar himself, in his Commentarii de Bello Civili, mentions few place-names Ε] and although the battle is called after Pharsalos by modern authors, four ancient writers – the author of the Bellum Alexandrinum (48.1), Frontinus (Strategemata 2.3.22), Eutropius (20), and Orosius (6.15.27) – place it specifically at Palaepharsalus ("Old" Pharsalus). Strabo in his Geographica (Γεωγραφικά) mentions both old and new Pharsaloi, and notes that the Thetideion, the temple to Thetis south of Scotoussa, was near both. In 198 BC, in the Second Macedonian War, Philip V of Macedon sacked Palaepharsalos (Livy, Ab Urbe Condita 32.13.9), but left new Pharsalos untouched. These two details perhaps imply that the two cities were not close neighbours. Many scholars, therefore, unsure of the site of Palaepharsalos, followed Appian (2.75) and located the battle of 48 BC south of the Enipeus or close to Pharsalos (today's Pharsala). Ζ] Among the scholars arguing for the south side are Béquignon (1928), Bruère (1951), and Gwatkin (1956).

An increasing number of scholars, however, have argued for a location on the north side of the river. These include Perrin (1885), Holmes (1908), Lucas (1921), Rambaud (1955), Pelling (1973), Morgan (1983), and Sheppard (2006). John D. Morgan in his definitive “Palae-pharsalus – the Battle and the Town”, Η] shows that Palaepharsalus cannot have been at Palaiokastro, as Béquignon thought (a site abandoned c. 500 BC), nor the hill of Fatih-Dzami within the walls of Pharsalus itself, as Kromayer (1903, 1931) and Gwatkin thought and Morgan argues that it is probably also not the hill of Khtouri (Koutouri), some 7 miles north-west of Pharsalus on the south bank of the Enipeus, as Lucas and Holmes thought, although that remains a possibility. However, Morgan believes it is most likely to have been the hill just east of the village of Krini (formerly Driskoli) very close to the ancient highway from Larisa to Pharsalus. ⎖] This site is some six miles (10km) north of Pharsalus, and three miles north of the river Enipeus, and not only has remains dating back to neolithic times but also signs of habitation in the 1st century BC and later. The identification seems to be confirmed by the location of a place misspelled "Palfari" or "Falaphari" shown on a medieval route map of the road just north of Pharsalus. Morgan places Pompey's camp a mile to the west of Krini, just north of the village of Avra (formerly Sarikayia), and Caesar's camp some four miles to the east-south-east of Pompey's. According to this reconstruction, therefore, the battle took place not between Pharsalus and the river, as Appian wrote, but between Old Pharsalus and the river.

An interesting side-note on Palaepharsalus is that it was sometimes identified in ancient sources with Phthia, the home of Achilles. ⎗] Near Old and New Pharsalus was a "Thetideion", or temple dedicated to Thetis, the mother of Achilles. However, Phthia, the kingdom of Achilles and his father Peleus, is more usually identified with the lower valley of the Spercheios river, much further south. ⎘] ⎙]


Battle of Pharsalus, 9 August 48 BC

The battle of Pharsalus (9 August 48 BC) was the decisive battle of the Great Roman Civil War, and saw Caesar defeat Pompey and the Senate&rsquos main army. Although the war continued for another three years, Pharsalus ended any realistic chance that Caesar could be defeated, and the war would have ended soon if Caesar hadn&rsquot become entangled in Egyptian affairs.

At the start of the civil war Pompey decided that he couldn&rsquot defend Rome against Caesar&rsquos rapidly advancing veterans, and decided to retreat to the Balkans. After failing to catch him at Brundisium, Caesar decided to deal with his army in Spain first, eventually defeating it at Ilerda. Only then did he turn back to deal with Pompey&rsquos increasingly powerful army in the Balkans. Although Pompey commanded a powerful fleet, he was unable to stop Caesar crossing to the Balkans. A long stalemate then developed at Dyrrhachium (on the coast of modern Albania). This ended with a rare battlefield defeat for Caesar (battle of Dyrrhachium, 20 May 48 BC), after which Caesar decided to end the siege and adopt a new policy.

Caesar&rsquos new plan was to advance east into Thessaly, where his legate Domitus Calvinus was being threatened by a Senatorial army under Metellus Scipio, newly arrived from Syria. Pompey was left with the choice between taking the war back to Italy or pursing Caesar, and chose the later option. For a few days Pompey attempted to catch Caesar&rsquos retreating army, but soon gave up and followed at a more leisurely pace.

The two armies ended up camped close to Pharsalus in Thessaly. Caesar was in a difficult position - outnumbered, short of supplies and surrounded by hostile locals. Pompey realised this, and would have preferred to besiege Caesar and starve him out. However Pompey wasn&rsquot entirely in command of his own army, which was accompanied by a crowd of senators who saw him as &lsquotheir&rsquo commander and complained whenever he delayed. Eventually the pressure got to Pompey, and he agreed to risk a battle.

This decision came just in time for Caesar. On the morning of the battle Pompey drew up his army at the foot of the heights he was camped on, and offered battle. Caesar decided that it wasn&rsquot worth risking an attack on this strong position, and decided to break camp and move off, in the hope that Pompey would make a mistake in the pursuit. Just as Caesar&rsquos men were preparing to move off, he realised that Pompey had moved further out from the mountains and there was now a chance for a battle on more equal terms.

Caesar reported that Pompey had 110 cohorts, or 45,000 men in his army, along with two cohorts of volunteers. He also had 7,000 cavalry. His right flank was protected by the Enipeus River. He posted a Cilician legion and his surviving Spanish troops on his right. Metellus Scipio commanded in the centre with the army he had brought from Syria. Pompey himself commanded on the left, where he posted two legions that Caesar had given to him before the outbreak of the civil war, when the Romans were planning to fight the Parthians in Syria. The cavalry, slingers and archers were all placed on the left.

Pompey&rsquos plan was to use his superior cavalry to outflank and defeat Caesar&rsquos right wing, and from there role up the rest of the army.

Caesar had eighty under-strength cohorts, a total of 22,000 men. He only had 1,000 cavalry. He placed the 9th and 10th legions on the left, commanded by Mark Antony. Domitius Calvinus was in the centre and P. Sulla on the right, as was Caesar, who placed himself at the head of the 10th legion, facing Pompey. Pompey&rsquos disposition made it clear that his plan was to attack around Caesar&rsquos right flank, and so he took six cohorts from his rear line and placed them on the right, with orders to stop Pompey&rsquos cavalry.

Pompey ordered his men to stand their ground and wait for Caesar&rsquos attack to reach them, instead of taking the normal step of a counter-charge. His theory was that this would leave his men fresher than Caesar&rsquos, and reduce the power of his javelins, but Caesar believed that it reduced the enthusiasm of Pompey&rsquos men, who had to passively stand and wait to be attacked. In the event this plan had little impact, as Caesar&rsquos men simply paused for a rest after marching halfway across the gap between the two armies.

The battle began with a clash between the two lines of infantry. Once Caesar&rsquos men were committed, Pompey ordered his cavalry to attack. They were able to push back Caesar&rsquos smaller cavalry force as planned, but were then attacked by Caesar&rsquos six reserve cohorts. Pompey&rsquos cavalry was caught out of formation, defeated and forced to flee from the battle. The archers and slingers were left without protection, and were also defeated. The six cohorts then outflanked Pompey&rsquos left flank and attacked it from the rear. At this point Caesar ordered his third line to join the battle. Pompey&rsquos left wing was now close to defeat. According to Caesar Pompey himself retired to his camp, and took shelter in his tent. Pompey&rsquos infantry now retreated into their camp, with Caesar&rsquos men close behind. Caesar convinced his men to attack the enemy camp before they had time to restore order. The camp was defended by the cohorts that had been left behind for that purpose and Pompey&rsquos Thracian allies, but the defeated troops from the main army didn&rsquot contribute much. Soon Caesar&rsquos men were able to break into the camp, and the survivors of Pompey&rsquos army fled into the mountains.

Caesar claimed to have only lost 200 men during the battle, amongst then 30 centurions. In contrast he gave casualty figures of 15,000 for Pompey, along with 24,000 prisoners. Amongst the dead was Domitius Ahenobarbus, but many of the surviving Senators were forgiven by Caesar. Most famous of these was Marcus Brutus, later one of the leaders of Caesar&rsquos assassins. Cicero, who had not been present at the battle, also decided to seek Caesar&rsquos forgiveness. Cato, who had also not been with the army, escaped to Africa, where he joined up with Metellus Scipio. Between them they raised the last significant Republican army, eventually forcing Caesar to move against them. Eventually he caught and defeated them at Thapsus (47 BC).

After a day or two most of the survivors surrendered to Caesar, and were treated with his normal mercy. Some of the surviving noblemen fled, and either escaped into exile or joined the remaining Republics back on the west coast.

In the aftermath of the battle Pompey fled to the coast, where he found a friendly ship. He fled to Lesbos, where he joined with his wife. From there he moved to Egypt, where he expected to receive aid from his client Ptolemy XIII. Instead he was murdered on the beach. Caesar was close behind, and reached Alexandria three days later. Caesar was greatly angered by the Egyptian treachery, and soon got dragged into Egyptian politics, siding with Ptolemy&rsquos sister Cleopatra VII. Caesar ended up being besieged in Alexandria for sixth months, giving his enemies one last chance to unite against him, but without success.


Works Cited

Ardant, Charles-Jean, Battle Studies. New York: Kessinger Publishing, 2004.

Dando-Collins, Stephen. Caesar’s Legion: The Epic Saga of Julius Caesar’s Elite Tenth Legion and the Armies of Rome. New York: John Wiley and Sons, 2002.

“Historical Map of the Roman Civil War 49-45 BC.” Map. Emerson Kent: History for the Relaxed Historian. 2010. Web. < http://www.emersonkent.com/map_archive/battle_of_pharsalus.htm >.

Leoni, Manuela. In Caesar’s Rome with Cicero. Tarrytown, NY: Marshal Cavendish, 2009.

McCarty, Nick. Rome: The Greatest Empire of the Ancient World. New York: The Rosen Publishing Group, 2008.

Rice, Rob and Anglim, Simon. Fighting Techniques of the Ancient World 3000 BC – AD 500: Equipment, Combat Skills and Tactics. New York: Thomas Dunne Books.


Voir la vidéo: Vae Victis: La bataille de Pharsale - 48 av. JC