Critique : Tome 23

Critique : Tome 23



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • Histoire médiévale
  • Histoire américaine
  • la guerre civile espagnole
  • Football

Problèmes disponibles

OLR se consacre à des écrits exceptionnels en déconstruction, théorie littéraire, théorie psychanalytique, théorie politique et formes connexes de pensée exploratoire. Fondé en 1977, il reste réactif aux nouvelles préoccupations et engagé dans une lecture patiente et inventive comme source de recherche critique. Elle a publié les travaux de nombreux penseurs précurseurs et cherche à faire avancer le mouvement de la pensée déconstructive face au plus grand nombre de formes et d'institutions.

La revue publie à la fois des numéros généraux et des numéros spéciaux, chacun de ces derniers présentant un thème provocateur (par exemple « Le mot de guerre », « Télépathies » ou « Désastreux Blanchot »). Il invite des contributions pertinentes à travers un large éventail de disciplines intellectuelles sur des problèmes et des écrivains appartenant ou engageant le travail de la pensée déconstructive (tels que Derrida, Heidegger, Blanchot, Levinas, Irigaray et autres).

Rédacteurs et comité de rédaction

Éditeurs

Rédacteur en chef : Geoffrey Bennington (Université Emory)
Timothy Clark (Université de Durham)
Peggy Kamuf (Université de Californie du Sud)
Michael Naas (Université De Paul)
Nicholas Royle (Université du Sussex)

Éditeur de critiques de livres

Ronald Mendoza-De Jesús (Université de Californie du Sud)

Conseil consultatif

Graham Allen (University College Cork)
Branka Arsić (Université de Colombie)
Derek Attridge (Université York)
Homi Bhabha (Université de Harvard)
Rachel Bowlby (University College de Londres)
Clare Connors (Université d'East Anglia)
Arne De Boever (California Institute of the Arts)
Thomas Dutoit (Université de Lille III)
Maud Ellmann (Université de Chicago)
Silvano Facioni (Université de Cosenza)
Matthias Fritsch (Université Concordia)
Samir Haddad (Université Fordham)
John Higgins (Université du Cap)
Elissa Marder (Université Emory)
Anthony Mellors (Université de la ville de Birmingham)
Laurent Milesi (Université Jiao Tong de Shanghai)
Timothy Morton (Université du riz)
Jeffrey T. Nealon (Université d'État de Pennsylvanie)
Eric Prenowitz (Université de Leeds)
Avital Ronell (Université de New York)
Caroline Rooney (Université du Kent)
Marta Segarra (Université de Barcelone)
Tanja Staehler (Université du Sussex)
Ashley Thompson (SOAS, Université de Londres)
Francesco Vitale (Université de Salerne)
Patricia Waugh (Université de Durham)
Samuel Weber (Université Northwestern)
David Wills (Université Brown)
Robert J. C. Young (Université de New York)

Indexage

Revue littéraire d'Oxford est résumé et indexé comme suit :


Le premier numéro est sorti vers la mi-octobre 1773, et il a été interrompu après la publication du numéro d'août 1776. Les premiers avantages ont été annulés par la tendance de Stuart à poursuivre des vendettas privées contre les avocats et autres historiens William Smellie l'imprimeur a lutté pour le contenir . L'article cinglant de Stuart sur le Éléments de critique par Lord Kames, a été complètement métamorphosé par Smellie. Stuart avait parfois sa propre voie : lorsque David Hume revoyait et louait le deuxième volume de l'ouvrage de Robert Henry Histoire de la Grande-Bretagne, l'article a été annulé et un de Stuart lui a été substitué, ce qui est allé à l'autre extrême. [1] Derrière Smellie était William Creech, qui a lancé un certain nombre de périodiques. [2]

Le point culminant a été atteint dans un article de Stuart et A. Gillies, écrit sur les protestations de Smellie, sur Lord Monboddo's Origine et progrès de la langue. Il était calomnieux et injurieux, a parcouru plusieurs numéros du cinquième volume et a provoqué l'arrêt du magazine. [1]

Les principaux écrivains, en plus de Stuart, étaient William Richardson de Glasgow, William Baron, Thomas Blacklock, le révérend Alexander Gillies et Smellie. [1]


Contenu

L'Organisation hydrographique internationale définit la limite sud-est du golfe du Mexique comme : [6]

Le consensus parmi les géologues [3] [7] [8] qui ont étudié la géologie du golfe du Mexique est qu'avant le Trias supérieur, le golfe du Mexique n'existait pas. Avant le Trias supérieur, la zone maintenant occupée par le golfe du Mexique était constituée de terres arides, qui comprenaient la croûte continentale qui sous-tend maintenant le Yucatán, au milieu du grand supercontinent de la Pangée. Cette terre se trouvait au sud d'une chaîne de montagnes continue qui s'étendait du centre-nord du Mexique, à travers le Marathon Uplift dans l'ouest du Texas et les montagnes Ouachita de l'Oklahoma, et jusqu'à l'Alabama où elle était directement liée aux Appalaches. Il a été créé par la collision des plaques continentales qui ont formé la Pangée. Tel qu'interprété par Roy Van Arsdale et Randel T. Cox, cette chaîne de montagnes a été percée à la fin du Crétacé par la formation de la baie du Mississippi. [9] [10]

Les géologues et autres scientifiques de la Terre conviennent en général que le bassin actuel du golfe du Mexique est né à la fin du Trias à la suite d'un rifting au sein de la Pangée. [11] Le rifting était associé à des zones de faiblesse dans la Pangée, y compris des sutures où les plaques Laurentia, sud-américaines et africaines se sont heurtées pour la créer. Premièrement, il y a eu une phase de rifting du Trias supérieur et du Jurassique précoce au cours de laquelle des vallées de rift se sont formées et se sont remplies de lits rouges continentaux. Deuxièmement, au fur et à mesure que le rifting progressait au cours du Jurassique inférieur et moyen, la croûte continentale s'est étirée et amincie. Cet amincissement a créé une large zone de croûte de transition, qui présente un amincissement modeste et inégal avec des failles en blocs, et une large zone de croûte de transition uniformément amincie, qui correspond à la moitié de l'épaisseur typique de 40 kilomètres (25 mi) de la croûte continentale normale. C'est à cette époque que le rifting a créé pour la première fois une connexion avec l'océan Pacifique à travers le centre du Mexique et plus tard vers l'est jusqu'à l'océan Atlantique. Cela a inondé le bassin d'ouverture pour créer le golfe du Mexique comme une mer marginale fermée. Alors que le golfe du Mexique était un bassin restreint, la croûte de transition en affaissement était recouverte par le dépôt généralisé de sel de Louann et d'évaporites d'anhydrite associées. Au cours de la fin du Jurassique, le rifting continu a élargi le golfe du Mexique et a progressé au point que l'expansion des fonds marins et la formation de la croûte océanique se sont produites. À ce stade, une circulation suffisante avec l'océan Atlantique a été établie pour que le dépôt de sel de Louann cesse. [7] [8] [12] [13] La propagation des fonds marins s'est arrêtée à la fin du Jurassique, il y a environ 145-150 millions d'années.

Du Jurassique supérieur au Crétacé inférieur, le bassin occupé par le golfe du Mexique a connu une période de refroidissement et d'affaissement de la croûte sous-jacente. L'affaissement était le résultat d'une combinaison d'étirement, de refroidissement et de chargement de la croûte. Initialement, la combinaison de l'étirement et du refroidissement de la croûte a causé environ 5 à 7 km (3,1 à 4,3 mi) d'affaissement tectonique de la mince croûte de transition et océanique centrale. Parce que l'affaissement s'est produit plus rapidement que les sédiments ne pouvaient le remplir, le golfe du Mexique s'est élargi et approfondi. [7] [13] [14]

Plus tard, le chargement de la croûte dans le golfe du Mexique et la plaine côtière adjacente par l'accumulation de kilomètres de sédiments pendant le reste du Mésozoïque et tout le Cénozoïque a encore abaissé la croûte sous-jacente à sa position actuelle d'environ 10 à 20 km (6,2– 12,4 mi) sous le niveau de la mer. Particulièrement au cours du Cénozoïque, d'épais coins clastiques ont construit le plateau continental le long des marges nord-ouest et nord du golfe du Mexique. [7] [13] [14]

À l'est, la plate-forme stable de Floride n'a été recouverte par la mer qu'à la fin du Jurassique ou au début du Crétacé. La plate-forme du Yucatán était émergente jusqu'au milieu du Crétacé. Après l'immersion des deux plates-formes, la formation de carbonates et d'évaporites a caractérisé l'histoire géologique de ces deux zones stables. La majeure partie du bassin a été bordée pendant le Crétacé inférieur par des plates-formes carbonatées, et son flanc ouest a été impliqué pendant les périodes du dernier Crétacé et du début du Paléogène dans un épisode de déformation compressive, l'Orogenèse Laramide, qui a créé la Sierra Madre Orientale de l'est du Mexique. [15]

En 2002, le géologue Michael Stanton a publié un essai spéculatif suggérant une origine d'impact pour le golfe du Mexique à la fin du Permien, qui aurait pu causer l'extinction du Permien-Trias. [16] Cependant, les géologues de la côte du Golfe ne considèrent pas cette hypothèse comme ayant une quelconque crédibilité. Au lieu de cela, ils acceptent massivement la tectonique des plaques, et non un impact d'astéroïde, comme ayant créé le golfe du Mexique, comme l'illustrent les articles rédigés par Kevin Mickus et d'autres. [3] [8] [13] [17] Cette hypothèse ne doit pas être confondue avec le cratère de Chicxulub, un grand cratère d'impact sur la côte du golfe du Mexique sur la péninsule du Yucatán. De plus en plus, le golfe du Mexique est considéré comme un bassin d'arrière-arc derrière l'arc jurassique de Nazas du Mexique. [18]

En 2014, Erik Cordes de Temple University et d'autres ont découvert un bassin de saumure à 3 300 pieds (1 000 m) sous la surface du golfe, avec une circonférence de 100 pieds (30 m) et 12 pieds (3,7 m) de profondeur, soit quatre à cinq fois plus. plus salé que le reste de l'eau. La première exploration du site s'est déroulée sans pilote, à l'aide d'Hercules et en 2015, une équipe de trois personnes a utilisé le véhicule de submersion profonde. Alvin. Le site ne peut soutenir aucune autre forme de vie que des bactéries, des moules ayant une relation symbiotique, des vers tubicoles et certains types de crevettes. On l'a surnommé le "Jacuzzi du Désespoir". Parce qu'elle est plus chaude que l'eau environnante (65 °F ou 18 °C contre 39 °F ou 4 °C), les animaux y sont attirés, mais ne peuvent pas survivre une fois qu'ils y pénètrent. [19]

Aujourd'hui, le golfe du Mexique comprend les sept zones principales suivantes : [15]

    , qui contient le Sigsbee Deep et peut être divisé en la montée continentale, la plaine abyssale de Sigsbee et le cône du Mississippi. , qui s'étend d'un point à l'est du delta du fleuve Mississippi près de Biloxi jusqu'au côté est de la baie d'Apalachee. , qui s'étend le long de la côte de la baie d'Apalachee au détroit de Floride et comprend les Florida Keys et Dry Tortugas , qui s'étend du détroit du Yucatán à l'est au bassin de Tabasco-Campeche à l'ouest et comprend Arrecife Alacran. , qui est une baie isthmique s'étendant du bord ouest du banc de Campeche aux régions offshore juste à l'est du port de Veracruz. , qui est situé entre Veracruz au sud et le Rio Grande au nord. , qui s'étend de l'Alabama au Rio Grande.

Précolombien Modifier

Dès la civilisation maya, le golfe du Mexique était utilisé comme route commerciale au large des côtes de la péninsule du Yucatán et de l'actuelle Veracruz.


Contenu

La publicité initiale de pré-publication utilisait le slogan « Mark Waid is Evil ! Mark Waid is Irredeemable ! Comic Con. [4] Le 23 février 2009, Boum ! Studios a publié une bande-annonce, par Craig Kennedy chez CK Creative, pour la série sur YouTube et a publié les 7 premières pages du premier numéro sur le site Web de l'entreprise. [5]

Le premier numéro, qui comprenait une postface de Grant Morrison, comportait une couverture de John Cassaday, une variante de couverture 1 sur 4 de Barry Kitson et une couverture incitative 1 sur 50 signée par Mark Waid avec des illustrations de Jeffrey Spokes. Les variantes incitatives de Spokes pour les 12 premiers numéros de la série indiqueront Irredeemable, avec une lettre figurant sur chaque couverture. [2] Une édition holographique argentée, limitée à 500 exemplaires avec une couverture indiquant « Mark Waid is Evil », a été publiée à la Convention Emerald City de 2009. [6] Le premier numéro s'est vendu hors de Diamond Comics Distribution le jour de la sortie, ce qui a amené l'éditeur à solliciter immédiatement une deuxième impression de la bande dessinée. La couverture de la deuxième impression est une version croquis de la variante Kitson et une réimpression incitative 1 sur 20 de la couverture Spokes, non signée par Waid. [7]

En avril 2011, Krause a annoncé qu'il quitterait la série pour se concentrer sur des opportunités en dehors de la bande dessinée. Krause a affirmé qu'il avait pris la décision en février 2011 après s'être retrouvé face au stress et aux délais d'engagements multiples. Ces engagements ont abouti à des devoirs artistiques pour plusieurs numéros de la série partagés entre Krause, qui a dessiné des pages impliquant le Plutonien, et Diego Barreto, qui a dessiné des pages relatives au Paradigm. [8] Commençant par Irrachetable #29 en septembre 2011, Krause a officiellement quitté la série, étant remplacé par Diego et son père Eduardo Barreto. [9]

Le 3 février 2012, Waid a annoncé qu'il apportait les deux Irréparable et Incorruptible à la fin avec les numéros 37 et 30 respectivement en mai 2012. Waid a déclaré qu'il était « étiré en ce moment à la fois personnellement et professionnellement », et que le casting de Irréparable se dirigeaient naturellement vers la fin de la série qu'il avait prévue, et Waid souhaitait donc "sortir grand et grand". Waid n'excluait pas de revoir le Irréparable série à l'avenir pour explorer certains des personnages, mais a laissé entendre que cela ne serait pas possible pour certains d'entre eux, après la fin de la série. [dix]

Mark Waid sur la base de Irréparable [11]

Irréparable est la troisième et "la plus complexe" histoire de l'auteur Mark Waid concernant le "coût des super-héros" ou le "chemin de la méchanceté". [2] [12] règne vienne concernait le « prix éthique de l'héroïsme » et Empire présupposait l'échec ultime des super-héros, mais Irréparable est « sur la façon dont les leçons que nous apprenons sur le bien et le mal en tant qu'enfants peuvent être déformées et tordues lorsqu'elles sont contestées par les réalités du monde des adultes ». [12] Waid s'est rendu compte que le concept était un concept qu'il ne pourrait jamais explorer correctement à DC ou à Marvel Comics, [12] une histoire de style "Twilight of the Superheroes" tournant autour de la prémisse de "comment un homme passe-t-il d'être le plus grand super-héros à son plus grand super-vilain ?" [2] [13]

La prémisse de Waid découle du rejet de l'idée que, dans "les bandes dessinées de super-héros, à peu près tous ceux qui sont appelés à mettre une cape sont, au fond, émotionnellement équipés pour le travail". [2] Il explique cela en déclarant que :

La beauté de Superman est qu'il peut faire face à ce niveau d'adulation sans que cela lui monte à la tête, sans que cela le déforme, mais c'est un individu très spécial. Nous supposons, chaque fois que nous écrivons des super-héros et que nous trouvons des origines de super-héros, que toute personne qui obtient les pouvoirs d'un super-héros - même s'ils sont comme Spider-Man et qu'ils ont des choses qu'ils doivent résoudre ce problème et cette responsabilité et le pouvoir et la responsabilité - nous supposons qu'ils ont finalement la composition émotionnelle qu'il faut pour surmonter ces choses. Et si vous donniez ce niveau de pouvoir à quelqu'un qui, au fond, n'avait pas cette capacité émotionnelle ? [11]

Waid note en outre que, "selon les règles classiques des super-héros", un héros ne peut pas se préoccuper de ce que les gens pensent d'eux, mais que si "vous êtes si éloigné que vous ne vous souciez pas de ce que les gens pensent de vous, il en faut un de moins étape pour ne pas se soucier de ce que les gens pensent." [11]

Au cours du San Diego Comic-Con International 2011, Waid a déclaré qu'il avait développé des idées pour mettre fin à l'histoire, mais qu'il n'avait aucun problème final prévu pendant que les ventes du livre se poursuivaient. Au cours du même événement, il a ajouté qu'il n'avait aucune intention de réhabiliter le caractère plutonien ou de le racheter pour ses actions, en disant "Il n'y a aucun espoir pour Plutonien. Mais cela dit, je n'ai jamais vraiment dit le titre Irréparable fait référence au Plutonien." [14]

Volume 1 (#1-4) Modifier

Le Plutonien, un être puissant autrefois considéré comme le plus grand super-héros du monde, est maintenant devenu son plus grand super-vilain. Il a détruit Sky City – la métropole qu'il protégeait autrefois – et assassiné des millions de personnes à travers le monde. La série commence avec le Plutonien tuant son ancien allié, le Hornet, et toute sa famille. Les super-héros restants, le Paradigm - Bette Noir, Scylla, Charybdis (Cary), Volt, Qubit, Gil et Kaidan - cherchent la raison du changement de Plutonian en parlant à son ancien acolyte Samsara, que Plutonian a lobotomisé.

D'anciens ennemis de Plutonian tentent de travailler avec lui, mais ils le trahissent immédiatement lorsqu'il propose un moyen de gagner sa confiance, entraînant une autodestruction de l'installation dans laquelle ils se rencontrent. L'explosion qui en résulte tue Scylla et blesse Cary, les frères super-héros qui observent les méchants.

Les Nations Unies offrent à Plutonian leur soumission, espérant éviter sa colère. Le Plutonien s'offusque quand, après avoir parlé au représentant singapourien, il se rend compte que la décision est prise par peur. En réponse, Plutonian plonge Singapour dans l'océan. Pendant ce temps, Qubit recherche Modeus, l'ennemi juré du Plutonien, en utilisant plusieurs robots conçus pour ressembler et penser comme le méchant. [15]

2ieme volume (#5–8) Modifier

Qubit et les autres héros découvrent l'emplacement de Modeus dans la citadelle de Plutonian. Plutonian est alerté de l'emplacement caché des héros et les attaque. Cary attend d'affronter Plutonian pendant que les autres se téléportent dans son antre. Cary révèle qu'il est conscient que Plutonien, lorsqu'il était encore un héros, a utilisé une technologie extraterrestre récupérée d'une invasion pour acheter le silence d'un scientifique qui était un critique véhément plutonien en raison du contrôle étroit de ce dernier sur ladite technologie. Plutonian pensait que la technologie était sûre et pensait que le scientifique était sincère dans ses critiques, mais une falsification ultérieure a libéré un virus qui a entraîné la mort de nombreux enfants. Plutonian a essayé de cacher son implication dans l'événement, mais lorsque Samsara a appris la vérité, Plutonian a craqué, furieux que peu importe ce qu'il tente de faire, les gens sont terrifiés par lui.

Plutonian tente de tuer Cary, mais Cary révèle que la mort de son frère l'a rendu beaucoup plus puissant. Le reste du Paradigm revient, n'ayant pas réussi à localiser Modeus, mais ils ont récupéré l'Encanta captive de Plutonian. Le témoin du groupe Cary a battu Plutonian jusqu'à ce qu'il se soumette. Plutonian s'enfuit et se cache dans la tombe de Samsara. [16]

Tome 3 (#9-12) Modifier

Qubit se téléporte à sa base avec Encanta, croyant qu'elle peut savoir comment trouver Modeus.Encanta détaille comment Modeus lui a fait lancer un sort qui le placerait dans "l'endroit le plus sûr sur Terre". Les pouvoirs de restauration de Samsara le raniment dans sa tombe à la gratitude de Plutonian, mais il est révélé que Modeus possède secrètement le corps de Samsara. Pendant ce temps, en réponse au nouveau pouvoir de Cary, l'armée américaine invoque le démon Orian pour détruire entièrement les héros. Orian kidnappe Bette pour l'utiliser comme appât et apprend son passé secret en menaçant la vie de son mari Gil. Bette révèle qu'elle a eu une liaison avec Plutonian avant sa chute, en utilisant une bougie magique qui rend Plutonian mortel pour leur permettre d'avoir des relations sexuelles. Bette a volé un morceau de cire de bougie, mais elle n'en a pas parlé aux autres membres de Paradigm, craignant que son affaire ne soit révélée. Le Paradigm affronte Orian, mais même Cary est incapable de rivaliser avec son pouvoir. L'armée capture l'équipe, à l'exception d'une Bette en fuite et de Cary, qui est entraîné par Orian dans sa propre dimension. [17]

Tome 4 (#13-15) Modifier

Encanta est téléporté du laboratoire de Qubit par un robot Modeus voyou qui se révèle être en possession de Scylla, qui est toujours en vie. Cary et Orian retournent sur Terre, acceptant de travailler ensemble pour tuer Plutonian. Bette libère Qubit, Kaidan et Volt de prison, mais elle découvre que Gil s'est déjà échappé. Le groupe se téléporte chez Bette pour récupérer le fragment de cire qu'elle a transformé en une balle, mais Gil l'a déjà pris. Cary, Orian, Gil et Bette affrontent Plutonian. Pendant qu'ils se battent, Modeus/Samsara pousse Volt par-dessus une falaise jusqu'à sa mort. Bette tire sur Plutonian avec la balle de cire, mais Qubit utilise ses portails pour rediriger la balle et tuer Orian, ayant correctement supposé qu'Orian avait l'intention d'envahir la Terre après la mort de Plutonian. Plutonien et Samsara se retirent, et le Paradigm évite Qubit pour avoir gaspillé l'opportunité d'arrêter Plutonien. Il est révélé que Qubit a récupéré la balle de cire après avoir tué Orian. [18]

Tome 5 (#16–19) Modifier

Aux funérailles de Volt, Kaidan découvre qu'elle peut invoquer les esprits de ses camarades tombés au combat. Pour leur alliance avec Orian, Cary détruit les contrôles de l'arsenal nucléaire américain, les rendant dépendants de la puissance du Paradigm. Ailleurs, Modeus/Samsara offre à Plutonian une chance d'annuler ses actions. Kaidan se rend compte que Scylla est en vie quand elle ne parvient pas à invoquer son esprit. Modeus/Samsara et Plutonian se rendent à Sky City avec un joyau magique. Plutonian déplore que seul Modeus puisse comprendre comment utiliser la gemme pour restaurer Sky City, et il se souvient du moment où il s'est rendu compte que Modeus était amoureux de lui. Plutonian révèle qu'il est conscient de la possession par Modeus de Samsara et brûle le visage de Samsara. Qubit montre à Kaidan et Cary un enregistrement réalisé par Hornet avant sa mort, détaillant un accord qu'il a conclu avec les extraterrestres Vespan lorsqu'ils ont envahi la Terre les emplacements des mondes extraterrestres habitables en échange de leur départ de la Terre seule, mais de retour pour maîtriser le Plutonien si il est jamais devenu mauvais. Hornet a activé le signal vers le Vespan avant qu'il ne soit tué. Le Vespan arrive et soumet Plutonien avec une technologie de pointe. Le robot voyou Modeus et Encanta trouvent le Modeus/Samsara blessé et transfèrent Modeus dans le corps du robot. Plutonien est enlevé du monde, maintenu passif dans une réalité artificielle où il est toujours un héros. [19]

Tome 6 (#20–23) Modifier

Cary s'attribue le mérite de la défaite de Plutonian et offre l'amnistie aux super-vilains qui rejoignent le Paradigm pour aider à reconstruire la Terre. Plutonian est équipé d'un exosquelette pour mettre son corps inconscient au travail en minant un monde extraterrestre que Vespan découvre qu'ils ne peuvent pas le réveiller de son fantasme. Qubit confronte Cary, l'accusant de ne pas chercher Scylla par peur de perdre son nouveau pouvoir. Cary menace de dire au monde que Qubit a épargné la vie de Plutonian. Modeus complote pour ramener le Plutonien sur Terre. Dans l'espace, les Vespan se rendent compte qu'ils ne peuvent contenir le Plutonien et l'envoient à Gehnom, un asile d'aliénés au cœur d'un soleil.

Sur Terre, Cary utilise le méchant télépathique Burrows pour interroger les méchants en quête d'amnistie afin de déterminer si leurs motivations sont pures. Qubit demande à Burrows de scanner secrètement Cary et en apprend suffisamment pour le considérer comme une menace aussi importante que Plutonian. Modeus kidnappe Kaidan pour forcer Qubit à former une alliance pour récupérer Plutonian. Sur Gehnom, Plutonian se réveille de son fantasme pour trouver l'Aurore, une figure héroïque de son rêve, est présent dans le monde éveillé. [20]

Tome 7 (#24-27) Modifier

Qubit et Modeus se rendent sur le monde natal de Vespan et contrarient l'emplacement de Plutonian à l'ambassadeur de Vespan en menaçant de désactiver la technologie de portail qu'ils utilisent et qui est basée sur les conceptions de Qubit. Sur Gehnom, Plutonian et Auroran travaillent ensemble pour échapper à l'asile, se frayant un chemin à travers les détenus jusqu'à ce qu'ils affrontent Mordanse, un extraterrestre bestial. [21] Ils négocient une alliance avec Mordanse pour s'échapper, et ils sont plus tard rejoints par un autre extraterrestre, Kurne.

Sur Terre, Cary incite Burrows à révéler qu'il a lu dans les pensées de Cary, apprenant son instabilité et sa colère croissantes. [22] Sur Gehnom, le groupe de Plutonian est rejoint par les extraterrestres Cutter et Mallus, ce dernier pouvant frapper une personne à travers le temps. Avant de s'échapper, Plutonian confronte Auroran sur les raisons pour lesquelles il ressemble à la première personne que Plutonian ait jamais sauvée. Auroran est dévoilé comme un symbiote changeant de forme se nourrissant des rêves de Plutonian. Plutonian tue Auroran et voyage avec son groupe jusqu'au portail qui les mènera de Gehnom. Là, ils trouvent Qubit et Modeus en attente. Qubit détruit à distance toute sa technologie de téléportation pour empêcher la fuite de Plutonian. Plutonien remarque un flou et se rend compte qu'il s'agit de lui-même du futur immédiat, renvoyé dans le temps par le pouvoir de Mallus. Alors que Qubit croyait avoir téléporté les alliés de Plutonian, le futur Plutonien avait rassemblé ses alliés et traversé le portail Gehnom vers la Terre. Le Plutonien actuel s'estompe et le corps du robot de Modeus s'effondre, laissant Qubit et Mallus piégés sur Gehnom. [23]

Tome 8 (#28–31) Modifier

Témoin du retour de Plutonien, le public se tourna contre le Paradigme pour la Terre prometteuse était sûr. Le groupe de Plutonian attaque le nouveau Paradigm, mais se tient à l'écart alors que leurs recrues méchantes attaquent Cary pour les avoir portés à l'attention de Plutonian. Après avoir scruté l'esprit de Plutonian, Burrows se pend. [24] Plutonian part, emmenant avec lui certaines des recrues méchantes, qu'il tue plus tard. Des représentants chinois et japonais rencontrent le président américain pour révéler leur plan de tuer Plutonian, qui entraînera la mort de deux milliards de personnes. Plutonian localise Bette et l'amène dans son groupe.

Ailleurs, Kaidan échappe à l'emprisonnement de Modeus, invoquant l'esprit de Scylla pour combattre son corps sans cervelle. Le corps de Scylla est tué pendant la bataille. L'esprit libéré de Kaidan et Scylla trouve Gil et le recrute pour localiser Elliott, le frère triplé de Scylla et Cary, afin d'arrêter Cary. [25] Cary rencontre Elliott, qui est devenu prêtre et a abandonné ses pouvoirs. Bette tente à plusieurs reprises de se suicider mais est sauvée par le Plutonien. La Chine, le Japon et les États-Unis lancent leur plan, libérant deux créatures imposantes d'une installation cachée, provoquant des destructions généralisées et des milliards de morts. [26] Scylla, Gil et Kaidan trouvent Elliott avec Cary et Gil tue Cary pour transférer son pouvoir à Elliott, ne sachant pas que Cary est la source du pouvoir. Une fois que Cary est mort, le pouvoir est perdu.

Cutter affronte Bette et se révèle être possédé par Modeus. Il prend possession de Bette et se débarrasse du corps de Cutter. Ailleurs, les deux imposantes créatures extraterrestres affrontent Plutonian, prétendant être ses parents. [27]

Tome 9 (#32–33) Modifier

Les créatures emmènent Plutonian à la fin des temps et de l'existence, avec l'intention de l'y laisser. Plutonien leur demande d'expliquer comment il est né. Les créatures se révèlent comme les Eleos, une race d'êtres interdimensionnels qui explorent et enregistrent les univers. Au cours de leur mission sur Terre des années auparavant, ils trouvent les humains intéressants et sacrifient une partie d'eux-mêmes pour créer une sonde pour explorer l'humanité. La sonde est transformée par inadvertance en un nourrisson humain en réponse aux émotions fortes d'une mère qui avait tué son enfant. [28] Il est plus tard élevé par Bill Hartigan, le seul parent adoptif qui n'a pas peur des pouvoirs de Plutonian et l'entraîne à être un super-héros altruiste. Après avoir appris le cancer inopérable de sa femme, Bill et sa femme sont tués dans un accident que Plutonian croit être un suicide.

Plutonian révèle qu'il déteste son ennemi Max Damage plus que quiconque parce que Max a vu Plutonian comme un enfant alors qu'il vivait dans la nature en tant que "garçon-loup" et a inspiré son premier acte de colère effrénée. Les Eleos acceptent que Plutonian ressente maintenant des remords, mais ils l'abandonnent à la fin des temps, refusant de l'absoudre de ses crimes. [29] Qubit et Max Damage se téléportent sur Plutonian et le ramènent sur Terre. [29] [30]

Tome 10 (#34-37) Modifier

Qubit amplifie les pouvoirs de Mallus pour lui permettre de recréer rapidement sa technologie de téléportation et d'échapper à Gehnom. De retour pour trouver la Terre dévastée par les radiations, et croyant que l'humanité s'éteindra d'ici trois générations, Qubit recrute Max comme muscle et recherche Plutonian. Lorsque Qubit propose de rendre le Plutonien encore plus fort afin d'éliminer les radiations, Max abandonne le plan et s'en va. [30]

Les efforts de Qubit pour éliminer le rayonnement échouent. Au cours d'une conversation sur la façon dont Modeus a aidé à créer le rayonnement lorsqu'il était enfant, Plutonian se rend compte qu'il a possédé Cutter et vole après Bette, croyant que Modeus lui fera du mal. [30] Modeus/Bette envoie Kurne après Gil et Kaidan et capture Mordanse. Plutonien revient, mais Modeus utilise la manipulation de la gravité de Bette pour maîtriser Plutonien. Modeus utilise son pouvoir pour battre brutalement Plutonian lorsque ses avances sont rejetées, mais Plutonian se retrouve incapable de nuire au corps de Bette. [31] Gil conduit Kaidan et Scylla au jardin d'Eden. [30] Kaidan et Scylla débattent de la plantation des graines de l'Arbre de Vie, accordant l'immortalité à l'humanité et l'immunité contre les radiations mais les condamnant à une éternité de torture par Plutonian et empêchant Kaidan d'invoquer les morts. [31] Qubit confronte Modeus/Bette et convainc Plutonian de tuer son corps, admettant l'hypocrisie de sa règle de non-meurtre. Modeus se transfère dans Qubit mais reste piégé par les protections mentales de Qubit. Qubit utilise les souvenirs de Modeus pour découvrir comment arrêter le rayonnement, et Plutonian récupère la connaissance des pouvoirs de Bette, nécessaires pour arrêter le rayonnement. Plutonian confronte Qubit à propos de sa promesse de rédemption après avoir utilisé son pouvoir d'observation du temps pour découvrir que Mallus a été tué en envoyant Qubit sur Terre. [32]

Qubit téléporte la balle de cire magique dans le cœur de Plutonian comme une menace finale, forçant Plutonian à utiliser la dernière énergie de déformation gravitationnelle de Bette pour absorber le rayonnement mortel en parcourant la planète aussi vite que possible.

Le plan réussit et le rayonnement est supprimé, mais l'énergie combinée est trop importante et ravage fatalement le corps de Plutonian. Qubit révèle son véritable plan pour racheter Plutonian : utiliser ses portails pour transporter l'essence originale de Plutonian, telle que créée par les Eleos, dans des univers parallèles pour lui donner une chance de se transformer en quelque chose de bien. Dans un univers, l'essence inspire deux jeunes garçons, qui seraient Jerry Siegel et Joe Shuster, pour créer le super-héros comique ultime, dessinant un personnage d'apparence similaire à Superman.

Modification centrale

Le paradigme Modifier

Un groupe de super-héros et d'anciens coéquipiers du Plutonien. Créé quatre ans avant le début de la série par le Plutonien, Bette Noir, Qubit, Charybdis, Scylla, Metalman, Hornet et Kaidan. [40] Les membres survivants travaillent ensemble pour découvrir un moyen d'arrêter le saccage du Plutonien.

Bette Noir Une combattante du crime qui augmente son objectif étrange avec des munitions personnalisées pour faire face à des menaces spécifiques. Ses balles sont capables de faire sauter des bâtiments. [26] Marié à Gilgamos, mais a une liaison avec le Plutonien avant sa chute. [41] À la suite de l'affaire, Bette possède de la cire de bougie capable de faire du Plutonien un homme mortel, utilisé pour leur permettre de consommer leur relation. [41] Elle tente de tuer le Plutonien avec une balle fabriquée à partir de la cire magique mais échoue en raison de l'interférence de Qubit. Incapable de faire face à la culpabilité d'avoir laissé des millions de personnes mourir en n'agissant pas plus tôt, elle se cache. [42] Bette est découverte par le Plutonien en Irrachetable #29, vivant un style de vie hédoniste en attendant la mort. [25] Bette est plus tard possédée par Modeus. [27] Dans Numéro 35, Modeus libère le véritable potentiel de Bette, la physique modifiant les singularités de la gravité. Bette n'était pas au courant de ses pleines capacités, ne les utilisant que pour améliorer les balles simples. En modifiant chimiquement le lobe frontal de Bette, Modeus acquiert suffisamment de force pour manipuler la gravité à une échelle capable de maîtriser la capacité du Plutonien à voler ou à se déplacer. Modeus est capable d'utiliser son pouvoir pour ouvrir des trous de ver d'une portée illimitée, lui permettant de consommer des systèmes stellaires entiers, accordant au corps de Bette suffisamment de puissance pour blesser physiquement et submerger le Plutonien. [31] Selon Modeus, chaque coup capable de blesser Plutonian nécessite la mort d'un seul système stellaire. [31] À la demande de Qubit, le corps de Bette est finalement détruit par Plutonian. [32] Charybdis/Survivor/Cary Twin et partenaire de Scylla. Cary possède des pouvoirs de manipulation et de projection d'énergie, et il est la source du pouvoir utilisé par Scylla. Après la mort apparente de Scylla, sa part de leur pouvoir revient à Cary, qui adopte le nom de code Survivant. Avec sa force restaurée, Cary est capable d'égaler la puissance du Plutonien. [38] Cary est jaloux de la relation de son frère avec Kaidan. Son rejet des propres avancées de Cary, combiné à ses responsabilités croissantes à la tête du Paradigm, et son pouvoir l'ont rendu instable, ce qui a amené Kaidan et Qubit à comploter contre lui, craignant qu'il ne soit plus dangereux que Plutonian. [25] Numéro 30 montre que Cary et Scylla étaient des triplés avec leur frère Elliott. Cary a partagé son pouvoir à parts égales entre ses frères mais ne peut le reprendre jusqu'à leur mort. Cary est tué par Gil dans Numéro 31 et tout son pouvoir et celui d'Elliott sont perdus en conséquence. [27] Gilgamos/Gil Un guerrier ailé de deux mille ans [43] marié à Bette Noir. Possède une force surhumaine et est capable de voler sans assistance. Dans les événements entourant l'arrestation de Paradigm, Gilgamos a perdu ses ailes. Alors que le premier a été perdu au combat contre Orian, [43] il s'est arraché le second après avoir été incarcéré par le gouvernement américain, utilisant les os à l'intérieur pour crocheter la serrure de sa cellule. [44] Suite à une tentative infructueuse de tuer le Plutonien et la révélation de l'infidélité de sa femme, Gilgamos quitte l'équipe et erre seul sur la Terre. [45] Gil revient dans Numéro 29 quand le fantôme de Kaidan et Scylla le fait sortir de sa retraite. [25] Kaidan/Keiko D'ascendance japonaise, les femmes de la famille de Kaidan peuvent invoquer de puissants esprits du folklore à travers la narration verbale pour se battre en leur nom. [35] [46] Kaidan se limite initialement à invoquer les esprits du folklore japonais, mais en pleurant la mort de Volt, elle commence à se remémorer ses camarades perdus et invoque de façon inattendue leurs formes fantomatiques. [45] Kaidan et son collègue Scylla sont amoureux, au grand dam de son frère Cary. Qubit Possède un intellect de génie et est capable de réorganiser mentalement les composants mécaniques pour former n'importe quel appareil qu'il imagine, y compris la technologie de téléportation. [47] Impassible et logique, il agit comme la voix de la raison et de la conscience de l'équipe, refusant de tuer sauf si nécessaire. Il refuse à plusieurs reprises de tuer le Plutonien, insistant sur le fait qu'il peut être racheté, allant jusqu'à sauver volontairement la vie de Plutonien. [48] ​​Scylla Twin et partenaire de Cary. Il est amoureux de Kaidan. Scylla possède la capacité de siphonner l'énergie de Cary et de l'utiliser lui-même, lui permettant de générer des explosions d'énergie et de voler, mais ce faisant, il diminue le propre pouvoir de Cary. [38] En enquêtant sur un rassemblement de méchants tentant d'unir leurs forces avec Plutonian, il est pris dans une explosion et apparemment tué. [36] On montre plus tard que son corps en état de mort cérébrale mais vivant est en possession du robot voyou Modeus de Qubit et plus tard de Modeus lui-même. [48] ​​Lorsque Kaidan ne peut pas invoquer son fantôme, elle se rend compte que Scylla est toujours en vie. [49] Scylla revient en fantôme dans Numéro 29 après que Kaidan ait libéré son esprit en tuant son corps. Il révèle plus tard que lui et Cary ne sont pas des jumeaux mais des triplés. [25] Après la mort de son esprit, sa part du pouvoir de Scylla est partagée également entre Scylla et leur frère Elliott. [26] Scylla retourne volontairement dans le monde des esprits pour sauver Kaidan de l'extraterrestre Kurne, promettant de lui revenir. [32] Volt Un héros afro-américain renforcé par l'énergie extraterrestre pendant l'invasion de Vespan. [50] Il est capable d'émettre de puissantes décharges électriques de ses mains et de voler via une libération contrôlée d'énergie de ses mains. Il perd la capacité de voler après que le Plutonien lui arrache le bras gauche. [50] Lorsque Modeus, dans le corps de Samsara, considère Volt comme une menace pour le plan de Qubit pour sauver le Plutonien, il pousse Volt d'une falaise à sa mort. [42]

Récurrent Modifier

Modification mineure

La réception critique initiale pour la série a été positive, le premier numéro recevant 3,5 étoiles sur 5 de Comic Book Resources, complimentant la façon dont l'art fonctionnait avec l'histoire, [56] et 4 étoiles sur 5 de Major Spoilers. [57] John Hardick de Les Express-Times décrit la série comme « en passe de devenir l'un des meilleurs livres de l'année ». [58] Stephen Joyce au Comics Bulletin a fait l'éloge de l'écriture, des personnages et de l'art (en particulier la coloration) dans le premier numéro, concluant "C'est un livre incroyable ! Je ne peux pas souligner à quel point je l'ai vraiment apprécié." [59] Bien que le deuxième numéro soit moins bourré d'action, Joyce pensait toujours que c'était une "grande histoire" et bien qu'il ne s'agisse que de deux épisodes, il dit "Je suis prêt à parier que cette histoire deviendra un classique une fois qu'elle sera terminée". [60]

Distinctions Modifier

Année Prix Catégorie Destinataire Résultat Réf.
2010 Prix ​​Eisner Meilleure série continue Irréparable (Mark Waid et Peter Krause) Nommé [61]
Meilleur écrivain Mark Waid (Partagé pour Irréparable et Les incroyables) Nommé
Meilleur artiste de couverture John Cassaday (Partagé pour Irréparable et Le Rôdeur solitaire) Nommé
Prix ​​Harvey Meilleur écrivain Mark Waid Nommé [62]
Meilleure nouvelle série Irréparable Nommé
2011 Prix ​​Harvey Meilleur écrivain Mark Waid Nommé [63]
2012 Prix ​​Eisner
Meilleur écrivain Mark Waid (Partagé pour Irréparable, Incorruptible, et casse-cou) A gagné [64]

La série est rassemblée dans des livres de poche :

Le volume ISBN Date de sortie Matériel collecté Pages
1 1-934506-90-7 6 octobre 2009 Irréparable #1–4 128
2 23 mars 2010 Irréparable #5–8 128
3 6 juillet 2010 Irréparable #9–12 112
4 9 novembre 2010 Irréparable #13-15 et Spécial #1 112
5 1 février 2011 Irréparable #16–19 128
6 7 juin 2011 Irréparable #20–23 128
7 4 octobre 2011 Irréparable #24–27 128
8 7 février 2012 Irréparable #28–31 128
9 5 juin 2012 Irréparable #32–33 et Incorruptible #25–26 128
10 4 septembre 2012 Irréparable #34–37 128

Aussi l'unique couverture rigide Édition définitive a été publié:

  • L'édition définitive (collecte les numéros 1 à 12, avec suppléments, 304 pages, Boom! Studios, surdimensionné, couverture rigide emboîtée, septembre 2011, 978-1-60886-071-5)

Le 5 mai 2016, Deadline a annoncé que la 20th Century Fox produisait une adaptation cinématographique de la bande dessinée écrite par Tommy Wirkola et réalisée par Adam McKay. [65]

En décembre 2009, une spin-off intitulée Incorruptible a été publié, relatant la réforme de l'ancien super-vilain - et l'un des plus grands ennemis de Plutonian - Max Damage, en un héros après avoir été témoin des atrocités commises par Plutonian. La série s'est terminée en juin 2012 avec le numéro 30.


Appel à communications : Revue d'ethnomusicologie Volume 23

Revue d'ethnomusicologie accepte maintenant les soumissions pour le volume 23, dont la publication est prévue à l'automne 2020. Pacific Review of Ethnomusicology (PRE) en 1984, Revue d'ethnomusicologie est une revue annuelle à comité de lecture gérée par des étudiants diplômés de l'UCLA et un conseil consultatif de la faculté. Notre format en ligne permet aux auteurs de repenser la façon dont ils utilisent les médias pour présenter leur argumentation et leurs données, dépassant les contraintes des revues imprimées. Nous encourageons les soumissions qui utilisent de la vidéo, de l'audio, des photographies en couleur et des médias interactifs.

Les articles sont des essais originaux de pas plus de 8000 mots sur des sujets liés à la pratique musicale, et seront soumis à un processus de révision approfondi avant la publication. Ils devraient étendre les approches théoriques et/ou méthodologiques actuelles à l'étude de la musique, au sens large, et peuvent être rédigés à partir de diverses perspectives disciplinaires, notamment l'ethnomusicologie, la musicologie, l'anthropologie, la sociologie et les études culturelles. Les articles portant explicitement sur la recherche ethnomusicologique contemporaine sont particulièrement encouragés. Les essais dans des langues autres que l'anglais seront considérés pour publication, à condition que des évaluateurs qualifiés soient disponibles, mais les auteurs sont encouragés à inclure un résumé rédigé en anglais.


Cider Press Review Volume 23, Numéro 1 est maintenant en ligne

Avec le début du mois d'avril de la poésie, nous sommes ravis de lancer un nouveau volume 23, numéro 1 de Revue de presse du cidre. Lisez les nouveaux travaux passionnants de Kristen Rembold, Garett Stack, Reese Conner, Chris Abbate, William Palmer, Gabriel Bass, Karen Bjork Kubin, Julian Koslow, Judith Hoyer, D. Dina Friedman, Robert Claps, Carrie Meadows, David Vincenti, Doris Ferleger, Jane Medved, Josh Dugat, Scott Nickman, Beth Suter, Katie Richards, MB McLatchey, Nina Lindsay et Carmen Germain. Le numéro comprend également des critiques de livres d'Angela Dribben’s Toutes les filles par Michael Garrigan et Connie Post’s Premier méridien par Erica Goss.

À partir du volume 23, CPR passe à six numéros par an au lieu des quatre numéros précédents. Attendez-vous à voir de la nouvelle poésie chaque avril, juin, août, octobre, décembre et février. Nous incluons également de nouveaux fichiers audio et vidéo avec les poèmes lorsqu'ils sont disponibles.

Le CPR acceptera les soumissions de nouveaux poèmes pour la revue jusqu'au 31 mai 2021.


Deuxième partie : les livres

W. T. S. Daniel The History and Origin of “The Law Reports,” London: Wildy & Sons Ltd., Frankfurt: Jauer Auvermann, 1884.

Description : L'histoire de la jurisprudence moderne en Angleterre, en mettant l'accent sur l'histoire récente des « Law Reports » et la nécessité d'une réforme. Les Annuaires sont mentionnés à la page 17 et brièvement discutés aux pages 84-86.

F. W. Maitland éd. Annuaires d'Edouard II. 1 & 2 Edward II (1307-1309 après J.-C.), Londres : Selden Society, 1903.

Description : Nouvelle édition des cas de l'Annuaire enregistrés entre 1307-1309. L'introduction de Maitland contient une longue discussion sur les annuaires des pages ix-xx intitulée “Of the Year Books in General.”

G. J. Turner éd. Annuaires d'Edouard II. 4 Edouard II (1310-1311 après J.-C.), Londres : Selden Society, 1914.

Description : Nouvelle édition des cas de l'Annuaire enregistrés entre 1310-1311. Une longue introduction traite des origines des annuaires, des abrégés, de la découverte des MSS et des relations entre les divers MSS.

William Craddock Bolland The Year Books, Cambridge [Anglais] : Cambridge University Press, 1921.

Description : Recueil de conférences. La première conférence (p. 1-25) est une vue d'ensemble des Annuaires, ce qu'ils sont et pourquoi ils sont importants. La deuxième conférence (p. 26-53) traite des Plea Rolls, en quoi ils diffèrent des Year Books, l'origine des Year Books, leur impression et le travail de la Selden Society. La troisième conférence (p. 54-82) contient des traductions des Annuaires illustrant la vie et les coutumes sociales de l'Angleterre médiévale.

William Craddock Bolland A Manual of Year Book Studies, Cambridge [Anglais] : Cambridge University Press, 1925.

Description : L'histoire et les caractéristiques des Annuaires, l'origine et l'évolution de la production de manuscrits, les éditions imprimées et leur utilisation pour l'information historique. L'annexe B contient plusieurs fac-similés de l'Annuaire MSS tous d'Edouard I et II, chacun avec une reproduction de la loi en français et une traduction complète en anglais.

W. S. Holdsworth Sources and Literature of English Law, Oxford : Clarendon Press, 1925.

Description : Basé sur six conférences destinées à initier les étudiants en droit aux sources historiques du droit anglais : lois, cas et livres d'autorité de toutes les périodes de l'histoire anglaise. Le chapitre 3 (p. 74-111) traite des annuaires, des rapports et des abrégés.

Percy H. Winfield Les principales sources d'histoire juridique anglaise, Cambridge [MA] : Harvard University Press, 1925.

Description : Introduction à l'étude de l'histoire du droit anglais. Dans le chapitre VII (p. 145-183) « Jurisprudence », la section 2 est un aperçu des Annuaires en tant que sources de jurisprudence. La section 4 est un traitement plus détaillé des Annuaires, de leur origine, de leur contenu et de leur déclin. La section 4 contient également une bibliographie des premières éditions en lettres noires, des éditions modernes et des sources secondaires. Le chapitre VIII (p. 200-251) “Abridgements” contient un aperçu des abrégés de l'Annuaire : Statham, Abridgement of the Book of Assises, Fitzherbert et Brooke.

Sir Carleton Kemp Allen Law in the Making, Oxford : Clarendon Press, 1927.

Description : Ouvrage philosophique analysant les différentes instances par lesquelles les règles de conduite accèdent au statut de loi. Les chapitres I et II traitent de la coutume. et VII traitent de la législation.

Jacques Lambert Les Annuaires de Langue Française, Paris : Sirey, 1928. John D. Cowley A Bibliography of Abridgements, Digests, Dictionaries and Indexes of English Law to the Year 1800, Londres : Selden Society, 1932.

Description : La page xxxix-l dans “Abridgements of Common Law and Equity” traite de Statham, de l'abrégé du livre des assises, de Fitzherbert et de Brooke et de leur publication. La page 1-157 est une bibliographie chronologique d'abrégés, de résumés, de dictionnaires et d'index.

C. H. S. Fifoot English Law and Its Background, Londres : G. Bell and Sons Ltd., 1932.

Description : Aperçu général de l'histoire du droit anglais du début du Moyen Âge à la Grande-Bretagne moderne. Au chapitre III, pages 83-84, les Annuaires sont brièvement discutés.

Henri Lévy-Ullmann La tradition juridique anglaise, ses sources et son histoire, trad. du français par M. Mitchell, et rev. et éd. par Frederic M. Goadby, avant-propos de W. S. Holdsworth, Londres : MacMillan and Co., 1935.

Description : L'origine et l'histoire du droit anglais. La partie I traite de la common law, la partie II du droit écrit et la partie III de l'équité. La partie I, chapitre IV (p. 89-126) traite des rôles, des annuaires et de leur impression, des abrégés et du droit français en général.

Monsieur. William Holdsworth Some Makers of English Law, Cambridge [Anglais] : The University Press, 1938.

Description : Basé sur une série de conférences destinées à décrire les hommes les plus importants du droit anglais, reliant leurs biographies à l'histoire de la Common Law. Comprend : Glanvil et Bracton, Edward I, Littleton et Fortescue, les hommes de la Renaissance et de la Réforme, Coke, Hale, Nottingham, Holt, Mansfield, Hardwicke, Eldon, Jenkins, Stowell, les civils, Blackstone, Bentham, Austin, Maine, Maitland et Pollock. Les annuaires sont discutés tout au long.

C. G. Moran The Heralds of the Law, Londres : Stevens & Sons Limited, 1948.

Description : Une histoire de reportage de cas en Angleterre se concentrant principalement sur Plowden, Coke, Mansfield et les reporters modernes. Le chapitre un de la page 5-9 contient une discussion sur la bourse récente de l'Annuaire avec quelques citations et citations des Annuaires eux-mêmes.

T. F. T. Plucknett Early English Legal Literature, Cambridge, [Anglais] : Cambridge University Press, 1958.

Description : Recueil de conférences sur le travail de Maitland, la littérature juridique anglaise ancienne, Bracton et les annuaires. Le chapitre VI “Cas and Year Books” (p. 98-114) traite des Annuaires, de leurs origines, de leurs prédécesseurs et de leurs impressions.

L. W. Abbott Law Reporting in England 1485-1585, Londres : The Athlone Press at the University of London, 1973.

Description : Un historique des rapports de cas commençant par le dernier des Annuaires. Le premier chapitre "Le dernier des annuaires" (p. 9-36) traite des annuaires d'Henri VII et VIII. Les pages xi-xii contiennent une liste de tous les cas cités de l'Annuaire ainsi que les cas cités de Fitzherbert’s et Brooke’s Abridgement.

J. H. Baker English Legal Manuscripts, Zoug [Suisse] : Inter Documentation Company AG, 1975.

Description : Le volume I est un catalogue du manuscrit de l'Annuaire, des lectures théoriques et des rapports de droit de la bibliothèque de droit de Harvard. La partie I (p. 1-64) organise ces documents par ordre numérique selon les numéros d'étagère. Les pages 77-78 sont un tableau chronologique des Annuaires. Le volume II est un catalogue d'annuaires manuscrits, de lectures fictives et de rapports juridiques dans Lincoln’s Inn, Bodleian Library et Gray’s Inn.

J. H. Baker Manual of Law French, Avebury : Avebury Publishing Co., 1979 2e éd. Londres : Scholar Press, 1990.

Description : L'histoire et l'étude du droit français. Comprend des notes sur la grammaire, les abréviations courantes et les contractions que l'on trouve couramment dans les livres de droit. Les pages 29-37 sont une bibliographie d'aides à l'interprétation. La page 43-205 est un glossaire du vocabulaire actif (moins de 1000 mots) de l'époque mi-Tudor.

J. H. Baker Why the History of English Law Has Not Been Finished, Cambridge [Anglais] : Cambridge University Press, 1999.

Description: Une conférence inaugurale donnée à la Cambridge University Law School le 14 octobre 1998. La conférence évalue les réalisations, ou l'absence de celles-ci, dans le domaine de l'histoire juridique anglaise en mettant l'accent sur le travail de Maitland. Après avoir discuté des annuaires et des listes de plaidoiries, Baker pose la question « qu'est-ce que la loi aux fins de l'histoire du droit ? » Il répond que la « droit commun » n'était pas simplement une affaire décidée, mais plutôt un ensemble de & #8220a reçu la sagesse” dont les rapports n'étaient qu'une partie.


Partager

Résumé

Le traitement savant du communisme américain a commencé à la fin des années 1950 et dans les années 1960. Les « traditionalistes » ont fait valoir que le Parti communiste, États-Unis, était subordonné à l'Union soviétique, possédait une idéologie totalitaire et n'avait aucune place légitime dans la gauche démocratique. Dans les années 1970 et 1980, une vague d'universitaires « révisionnistes » a présenté une vision bienveillante du communisme américain en tant que force progressiste, a souligné les histoires sociales orientées localement, a placé le mouvement dans les traditions du radicalisme amérindien et a minimisé l'importance des liens soviétiques. L'ouverture des archives russes dans les années 1990 a redynamisé l'approche traditionaliste et inséré dans le débat la coopération du CPUSA avec l'espionnage soviétique. Aujourd'hui, le terrain est instable et le débat vigoureux. Les révisionnistes sont sur la défensive tandis que les traditionalistes contrôlent de plus en plus l'argument.

J. E. Haynes, Communisme et anticommunisme aux États-Unis. Un guide annoté des écrits historiques, New York, Garland, 1987. Communisme et anticommunisme aux États-Unis. Un guide annoté des écrits historiques

Le Fund for the Republic était une fondation privée dirigée par l'ancien président de l'Université de Chicago, Robert Hutchins. Les livres de la série sont : T. Draper, The Roots of American Communism, New York, Viking Press, 1957 R. W. Iversen, The Communists and the Schools, New York, Harcourt, Brace, 1959 D. ​​A. Shannon, The Decline of American Communism. Une histoire du Parti communiste des États-Unis depuis 1945, New York, Harcourt, Brace, 1959 T. Draper, American Communism and Soviet Russia, New York, Viking Press, 1960 C. L. Rossiter, Marxism. The View from America, New York, Harcourt, Brace, 1960 RL Roy, Communism and the Churches, New York, Harcourt, Brace, 1960 N. Glazer, The Social Basis of American Communism, New York, Harcourt, Brace, 1961 FS Meyer , Le moulage des communistes. La formation du cadre communiste, New York, Harcourt, Brace, 1961 D. Aaron, Écrivains de gauche. Épisodes du communisme littéraire américain, New York, Harcourt, Brace and World, 1961 E. Latham, The Communist Controversy in Washington. From the New Deal to McCarthy, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1966. Les racines du communisme américain

I. Howe et L. A. Coser, Le Parti communiste américain. A Critical History, 1919-1957, Boston, Beacon Press, 1957. M. M. Kampelman, The Communist Party Vs. le DSI. A Study in Power Politics, New York, F. A. Praeger 1957. Le Parti communiste américain. Une histoire critique, 1919-1957

M. Isserman, « Trois générations : les historiens voient le communisme américain », Labor History, 26, 4, 1985, pp. 539-40 M. Isserman, De quel côté étiez-vous ? Le Parti communiste américain pendant la Seconde Guerre mondiale, Middletown, Connecticut, Wesleyan University Press, 1982. « Trois générations : les historiens voient le communisme américain » Histoire du travail 26 539 40

Encore une fois, la plupart des études révisionnistes sur les communistes dans le mouvement ouvrier tendent à éviter une perspective large. L'une des exceptions est H. A. Levenstein, Communism, Anti-Communism, and the CIO , Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1981, la réponse révisionniste à Kampelman, Communist Party Vs. le CIO et B. Cochran, Labour and Communism. Le conflit qui a façonné les syndicats américains, Princeton University Press, 1977. Communisme, anticommunisme et CIO

H. Klehr et J. E. Haynes, Le mouvement communiste américain. Storming Heaven Itself, New York, Twayne, 1992, pp. 4, 179. Le mouvement communiste américain. Prise d'assaut le ciel lui-même 4

T. Draper, ‘Life of the party’, New York Review of Books, 13 janvier 1994. ‘Life of the party’ New York Review of Books

M. Denning, Le Front culturel. The Laboring of American Culture in the Twentieth Century, Londres et New York, Verso, 1997. Le Front Culturel. Le travail de la culture américaine au XXe siècle

P. Rachleff, 'Comprendre les héritages, comprendre les possibilités', Labor History, 39, 3, 1998, pp. 330-4 M. Denning, 'The future of the cultural front', Labor History, 39, 3, 1998, pp. 334-7. Waiting for Lefty était une pièce de Clifford Odets de l'époque où l'action se déroule tandis que les joueurs et le public attendent le retour d'un chef de grève, « Lefty ». « Comprendre les héritages, comprendre les possibilités » Histoire du travail 39 330 4

J. R. Starobin, American Communism in Crisis, 1943-1957 , Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1972. American Communism in Crisis, 1943-1957

H. Klehr, L'apogée du communisme américain. The Depression Decade, New York, Basic Books, 1984. D'autres études traditionalistes des années 1970 et 1980 incluent : H. Klehr, Communist Cadre. The Social Background of the American Communist Party Elite, Stanford, Californie, Hoover Institution Press, 1978 L. K. Dyson, Red Harvest. Le Parti communiste et les agriculteurs américains, Lincoln, University of Nebraska Press, 1982 A. S. Kraditor, « Jimmy Higgins ». The Mental World of the American Rank-and-File Communist, 1930-1958, New York, Greenwood Press, 1988 J. E. Haynes, Dubious Alliance. The Making of Minnesota's DFL Party, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1984. L'apogée du communisme américain. La décennie de la dépression

T. Draper, 'American communism revisited', New York Review of Books , 9 mai 1985 T. Draper, 'The popular front revisited', New York Review of Books , 30 mai 1985. Pour une autre critique du révisionnisme par une gauche , point de vue anti-stalinien, voir J. Jacobson, « L'Union soviétique est morte, la "question russe" reste : Partie 1 : Le Parti communiste — mythe et réalité », New Politics, 5, 2 (ns) 1995, http : //www.wpunj.edu/newpol/issue18/jacobs18.htm. http://www.wpunj.edu/newpol/issue18/jacobs18.htm ‘American communism revisited’ New York Review of Books

MOI.Brown, 'Introduction: the history of the history of US communism', in ME Brown, R. Martin, F. Rosengarten et G. Snedeker (eds), New Studies in the Politics and Culture of US Communism, New York, Monthly Review Press, 1993, pp. 21, 28, 31. Les autres auteurs de ce volume comprenaient Rosalyn Baxandall, John Gerassi, Marvin Gettleman, Gerald Horne, Roger Keeran, Mark Naison, Stephen Leberstein, Ellen Schrecker, Annette Rubinstein, Alan Wald et Anders Stephanson . Keeran est surtout connu pour un ouvrage révisionniste majeur sur l'histoire syndicale, R. Keeran, The Communist Party and the Auto Workers' Unions, Bloomington, Indiana University Press, 1980. Wald, qui a une orientation trotskyste, s'est ensuite dissocié de ce qu'il appelé « opinions étranges » de Brown et a suggéré que peu de révisionnistes partageaient les vues de Brown. Voir A. M. Wald, « Search for a method : recent historys of American communism », Radical History Review, 61, 1995, p. 173, n. 10. Nouvelles études sur la politique et la culture du communisme américain 21

Isserman de De quel côté êtes-vous ? est l'une des rares études centrées sur le parti, et elle se concentre sur la période de six ans allant de la fin de 1939 à 1946 avec seulement de brefs résumés pour les périodes d'avant et d'après-guerre.

Les deux études traditionalistes en un volume sont : Howe et Coser, The American Communist Party et Klehr et Haynes, The American Communist Movement.

F. M. Ottanelli, Le Parti communiste des États-Unis. De la dépression à la Seconde Guerre mondiale, Nouveau-Brunswick, Rutgers University Press, 1991, p. 4, 213. Le Parti communiste des États-Unis. De la Dépression à la Seconde Guerre mondiale 4

New York Times, 24 août 1939 Daily Worker, 23 août 1939.

Rapport Browder au comité national du CPUSA, cité dans Daily Worker, 5 septembre 1939.

Ottanelli, Le Parti communiste des États-Unis, p. 194.

N. Markowitz, ‘The new Cold-War "scholarship", Political Affairs, 62, 1983, pp. 27-38 N. D. Markowitz, The Rise and Fall of the People's Century. Henry A. Wallace et le libéralisme américain, 1941-1948, New York, Free Press, 1973. « La nouvelle « bourse » de la guerre froide » Affaires politiques 62 27 38

M. Naison, Les communistes à Harlem pendant la dépression, Urbana, University of Illinois Press, 1983. Les communistes à Harlem pendant la dépression

G. Horne, « Les communistes à Harlem pendant la dépression », Political Affairs, 63, 1984, pp. 36-8. Les œuvres majeures de Home comprennent : G. Horne, Black and Red. W. E. B. Du Bois and the Afro-American Response to the Cold War, 1944-1963, Albany, N.Y., State University of New York Press, 1986 G. Horne, Communist Front? The Civil Rights Congress, 1946-1956, Rutherford, N.J. et Londres, Fairleigh Dickinson University Press and Associated University Presses, 1988 et G. Horne, Black Liberation/Red Scare. Ben Davis and the Communist Party, Newark, Del., University of Delaware Press, 1993. « Les communistes à Harlem pendant la dépression » Affaires politiques 63 36 8

P. Lyons, Philadelphie Communistes, 1936-1956 , Philadelphie, Temple University Press, 1982, pp. 18, 238. Philadelphie Communistes, 1936-1956 18

E. Schrecker, Nombreux sont les crimes. Le maccarthysme en Amérique, Boston, Little, Brown, 1998, p. xviii. Nombreux sont les crimes. Le maccarthysme en Amérique xviii

N. Markowitz [email protected], « FDR et le socialisme », 14 novembre 2001, dans H-1918-45, archivé sur www2.h-net.msu.edu/lists/

A. Wald, « Les écrivains communistes se battent contre l'Amérique de la guerre froide », dans P. Goldstein (éd.), Styles of Cultural Activism. From Theory and Pedagogy to Women, Indians, and Communism , Cranbury, NJ, University of Delaware Press and Associated University Presses, 1994. Les travaux de Wald incluent A. M. Wald, Writing from the Left. Nouveaux essais sur la culture et la politique radicales, Londres et New York, Verso, 1994 A. M. Wald, The New York Intellectuals. La montée et le déclin de la gauche antistalinienne des années 1930 aux années 1980, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1987 A. M. Wald, Exiles from a Future Time. The Forging of the Mid-Twentieth-Century Literary Left, Chapel Hill. University of North Carolina Press, 2002. Styles d'activisme culturel. De la théorie et de la pédagogie aux femmes, aux Indiens et au communisme

R.D.G. Kelley, Hammer et Hoe. Communistes de l'Alabama pendant la Grande Dépression, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1990 R. D. G. Kelley, Race Rebels. Culture, politique et classe ouvrière noire, New York et Toronto, Free Press et Maxwell Macmillan, 1994. Hammer et Hoe. Les communistes de l'Alabama pendant la Grande Dépression

R. Neumann, « L'empire contre-attaque », Village Voice, 3-9 octobre 2001 http://www.villagevoice.com/issues/0140/neumann.php

H. Klehr, JE Haynes et FI Firsov, The Secret World of American Communism, New Haven, Yale University Press, 1995 H. Klehr, JE Haynes et KM Anderson, The Soviet World of American Communism, New Haven, Yale University Press, 1998 JE Haynes et H. Klehr, Venona. Décoder l'espionnage soviétique en Amérique, New Haven, Yale University Press, 1999 J. E. Haynes, Red Scare or Red Menace ? Communisme américain et anticommunisme à l'époque de la guerre froide, Chicago, Ivan R. Dee, 1996. Le monde secret du communisme américain

A. Weinstein et A. Vassiliev, Le bois hanté. L'espionnage soviétique en Amérique — l'ère stalinienne, New York, Random House, 1999. The Haunted Wood. L'espionnage soviétique en Amérique - l'ère stalinienne

M. Isserman, ‘Ils ont mené deux vies’, New York Times Book Review, 9 mai 1999. ‘Ils ont mené deux vies’, New York Times Book Review

J. Ryan, ‘Earl Browder and American communism at high time : 1934-1945’, thèse de doctorat, Université de Notre Dame, 1981 J. G. Ryan, Earl Browder. L'échec du communisme américain, Tuscaloosa, Alabama, University of Alabama Press, 1997, p. xi.

V. Pedersen, 'Riding the wave: the Indiana Communist Party, 1929-1934', mémoire de maîtrise, Indiana State University, 1987 VL Pedersen, The Communist Party in Maryland, 1919-57, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 2001 , p. 3.

M. Isserman, ‘Notes from underground’, Nation, 12 juin 1995. ‘Notes from underground’ Nation

E. Schrecker, « Post-Cold War triomphalism and historic révisionism », présentation de conférence, American Historical Association, Boston, 2001. Radosh, ancien jeune militant communiste et néo-gauchiste, irrite particulièrement les révisionnistes. Ses œuvres majeures incluent : R. Radosh et J. Milton, The Rosenberg File. A Search for the Truth, New York, Holt, Rinehart et Winston, 1983 H. Klehr et R. Radosh, The Amerasia Spy Case. Prélude au maccarthysme, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1996 R. Radosh, M. R. Habeck et G. N. Sevostinov, Spain Betrayed. L'Union soviétique dans la guerre civile espagnole, New Haven, Yale University Press, 2001.

E. P. Johanningsmeier, Forger le communisme américain. La vie de William Z. Foster, Princeton University Press, 1994, p. 6-7. Forger le communisme américain. La vie de William Z. Foster 6 7

Johanningsmeier, Forger le communisme américain, pp. 284, 307.

J. R. Barrett, William Z. Foster et la tragédie du radicalisme américain, Urbana, University of Illinois Press, 1999, pp. 4-5. William Z. Foster et la tragédie du radicalisme américain 4 5

M. Solomon, « Red and black : negroes and communism, 1929-1932 », thèse de doctorat, Harvard University, 1972, publiée sous le titre M. I. Solomon, Red and Black. Communism and Afro-Americans, 1929-1935, New York, Garland, 1988. La citation est extraite de la préface de ce dernier.

M. I. Salomon, Le cri était à l'unité. Communistes et Afro-Américains, 1917-36, Jackson, University Press of Mississippi, 1998, pp. xxiii-xxiv. Le cri était l'unité. Communistes et Afro-Américains, 1917-36 xxiii xxiv

Schrecker, Nombreux sont les crimes, p. X. Ses autres œuvres incluent : E. Schrecker, No Ivory Tower. McCarthyism and the Universities, Oxford University Press, 1986, et E. Schrecker, The Age of McCarthyism. Une brève histoire avec des documents, Boston, Bedford Books of St. Martin's Press, 1994.

Schrecker, « Post-Cold War triomphalism » E. Schrecker et M. Isserman, « The Right's Cold War revision: current espionage fears have given new life to Liberal anticommunism », Nation, 24 juillet 2000.

D. Caute, La grande peur. La purge anticommuniste sous Truman et Eisenhower, New York, Simon et Schuster, 1977, p. 54. La grande peur. La purge anticommuniste sous Truman et Eisenhower 54

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. 5-6, 10, 18, 22, 36, 166.

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. 178-9, 181.

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. xviii, 46, 178-9.

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. x, xii, 75-6. Nombreux sont les crimes x

Schrecker, Nombreux sont les crimes , pp. 375-6, 381, 399, 402. Nombreux sont les crimes 375 6

J. E. Haynes, Communisme et anticommunisme aux États-Unis. Un guide annoté des écrits historiques, New York, Garland, 1987. Communisme et anticommunisme aux États-Unis. Un guide annoté des écrits historiques

Le Fund for the Republic était une fondation privée dirigée par l'ancien président de l'Université de Chicago, Robert Hutchins. Les livres de la série sont : T. Draper, The Roots of American Communism, New York, Viking Press, 1957 R. W. Iversen, The Communists and the Schools, New York, Harcourt, Brace, 1959 D. ​​A. Shannon, The Decline of American Communism. Une histoire du Parti communiste des États-Unis depuis 1945, New York, Harcourt, Brace, 1959 T. Draper, American Communism and Soviet Russia, New York, Viking Press, 1960 C. L. Rossiter, Marxism. The View from America, New York, Harcourt, Brace, 1960 RL Roy, Communism and the Churches, New York, Harcourt, Brace, 1960 N. Glazer, The Social Basis of American Communism, New York, Harcourt, Brace, 1961 FS Meyer , Le moulage des communistes. La formation du cadre communiste, New York, Harcourt, Brace, 1961 D. Aaron, Écrivains de gauche. Épisodes du communisme littéraire américain, New York, Harcourt, Brace and World, 1961 E. Latham, The Communist Controversy in Washington. From the New Deal to McCarthy, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1966. Les racines du communisme américain

I. Howe et L. A. Coser, Le Parti communiste américain. A Critical History, 1919-1957, Boston, Beacon Press, 1957. M. M. Kampelman, The Communist Party Vs. le DSI. A Study in Power Politics, New York, F. A. Praeger 1957. Le Parti communiste américain. Une histoire critique, 1919-1957

M. Isserman, « Trois générations : les historiens voient le communisme américain », Labor History, 26, 4, 1985, pp. 539-40 M. Isserman, De quel côté étiez-vous ? Le Parti communiste américain pendant la Seconde Guerre mondiale, Middletown, Connecticut, Wesleyan University Press, 1982. « Trois générations : les historiens voient le communisme américain » Histoire du travail 26 539 40

Encore une fois, la plupart des études révisionnistes sur les communistes dans le mouvement ouvrier tendent à éviter une perspective large. L'une des exceptions est H. A. Levenstein, Communism, Anti-Communism, and the CIO , Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1981, la réponse révisionniste à Kampelman, Communist Party Vs. le CIO et B. Cochran, Labour and Communism. Le conflit qui a façonné les syndicats américains, Princeton University Press, 1977. Communisme, anticommunisme et CIO

H. Klehr et J. E. Haynes, Le mouvement communiste américain. Storming Heaven Itself, New York, Twayne, 1992, pp. 4, 179. Le mouvement communiste américain. Prise d'assaut le ciel lui-même 4

T. Draper, ‘Life of the party’, New York Review of Books, 13 janvier 1994. ‘Life of the party’ New York Review of Books

M. Denning, Le Front culturel. The Laboring of American Culture in the Twentieth Century, Londres et New York, Verso, 1997. Le Front Culturel. Le travail de la culture américaine au XXe siècle

P. Rachleff, 'Comprendre les héritages, comprendre les possibilités', Labor History, 39, 3, 1998, pp. 330-4 M. Denning, 'The future of the cultural front', Labor History, 39, 3, 1998, pp. 334-7. Waiting for Lefty était une pièce de Clifford Odets de l'époque où l'action se déroule tandis que les joueurs et le public attendent le retour d'un chef de grève, « Lefty ». « Comprendre les héritages, comprendre les possibilités » Histoire du travail 39 330 4

J. R. Starobin, American Communism in Crisis, 1943-1957 , Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1972. American Communism in Crisis, 1943-1957

H. Klehr, L'apogée du communisme américain. The Depression Decade, New York, Basic Books, 1984. D'autres études traditionalistes des années 1970 et 1980 incluent : H. Klehr, Communist Cadre. The Social Background of the American Communist Party Elite, Stanford, Californie, Hoover Institution Press, 1978 L. K. Dyson, Red Harvest. Le Parti communiste et les agriculteurs américains, Lincoln, University of Nebraska Press, 1982 A. S. Kraditor, « Jimmy Higgins ». The Mental World of the American Rank-and-File Communist, 1930-1958, New York, Greenwood Press, 1988 J. E. Haynes, Dubious Alliance. The Making of Minnesota's DFL Party, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1984. L'apogée du communisme américain. La décennie de la dépression

T. Draper, 'American communism revisited', New York Review of Books , 9 mai 1985 T. Draper, 'The popular front revisited', New York Review of Books , 30 mai 1985. Pour une autre critique du révisionnisme par une gauche , point de vue anti-stalinien, voir J. Jacobson, « L'Union soviétique est morte, la "question russe" reste : Partie 1 : Le Parti communiste — mythe et réalité », New Politics, 5, 2 (ns) 1995, http : //www.wpunj.edu/newpol/issue18/jacobs18.htm. http://www.wpunj.edu/newpol/issue18/jacobs18.htm ‘American communism revisited’ New York Review of Books

ME Brown, 'Introduction: the history of the history of US communism', in ME Brown, R. Martin, F. Rosengarten et G. Snedeker (eds), New Studies in the Politics and Culture of US Communism , New York, Monthly Review Press, 1993, pp. 21, 28, 31. Les autres auteurs de ce volume comprenaient Rosalyn Baxandall, John Gerassi, Marvin Gettleman, Gerald Horne, Roger Keeran, Mark Naison, Stephen Leberstein, Ellen Schrecker, Annette Rubinstein, Alan Wald et Anders Stephanson. Keeran est surtout connu pour un ouvrage révisionniste majeur sur l'histoire syndicale, R. Keeran, The Communist Party and the Auto Workers' Unions, Bloomington, Indiana University Press, 1980. Wald, qui a une orientation trotskyste, s'est ensuite dissocié de ce qu'il appelé « opinions étranges » de Brown et a suggéré que peu de révisionnistes partageaient les vues de Brown. Voir A. M. Wald, « Search for a method : recent historys of American communism », Radical History Review, 61, 1995, p. 173, n. 10. Nouvelles études sur la politique et la culture du communisme américain 21

Isserman de De quel côté êtes-vous ? est l'une des rares études centrées sur le parti, et elle se concentre sur la période de six ans allant de la fin de 1939 à 1946 avec seulement de brefs résumés pour les périodes d'avant et d'après-guerre.

Les deux études traditionalistes en un volume sont : Howe et Coser, The American Communist Party et Klehr et Haynes, The American Communist Movement.

F. M. Ottanelli, Le Parti communiste des États-Unis. De la dépression à la Seconde Guerre mondiale, Nouveau-Brunswick, Rutgers University Press, 1991, p. 4, 213. Le Parti communiste des États-Unis. De la Dépression à la Seconde Guerre mondiale 4

New York Times, 24 août 1939 Daily Worker, 23 août 1939.

Rapport Browder au comité national du CPUSA, cité dans Daily Worker, 5 septembre 1939.

Ottanelli, Le Parti communiste des États-Unis, p. 194.

N. Markowitz, ‘The new Cold-War "scholarship", Political Affairs, 62, 1983, pp. 27-38 N. D. Markowitz, The Rise and Fall of the People's Century. Henry A. Wallace et le libéralisme américain, 1941-1948, New York, Free Press, 1973. « La nouvelle « bourse » de la guerre froide » Affaires politiques 62 27 38

M. Naison, Les communistes à Harlem pendant la dépression , Urbana, University of Illinois Press, 1983. Les communistes à Harlem pendant la dépression

G. Horne, « Les communistes à Harlem pendant la dépression », Political Affairs, 63, 1984, pp. 36-8. Les œuvres majeures de Home comprennent : G. Horne, Black and Red. W. E. B. Du Bois and the Afro-American Response to the Cold War, 1944-1963, Albany, N.Y., State University of New York Press, 1986 G. Horne, Communist Front? The Civil Rights Congress, 1946-1956, Rutherford, N.J. et Londres, Fairleigh Dickinson University Press and Associated University Presses, 1988 et G. Horne, Black Liberation/Red Scare. Ben Davis and the Communist Party, Newark, Del., University of Delaware Press, 1993. « Les communistes à Harlem pendant la dépression » Affaires politiques 63 36 8

P. Lyons, Philadelphie Communistes, 1936-1956 , Philadelphie, Temple University Press, 1982, pp. 18, 238. Philadelphie Communistes, 1936-1956 18

E. Schrecker, Nombreux sont les crimes. Le maccarthysme en Amérique, Boston, Little, Brown, 1998, p. xviii. Nombreux sont les crimes. Le maccarthysme en Amérique xviii

N. Markowitz [email protected], « FDR et le socialisme », 14 novembre 2001, dans H-1918-45, archivé sur www2.h-net.msu.edu/lists/

A. Wald, « Les écrivains communistes se battent contre l'Amérique de la guerre froide », dans P. Goldstein (éd.), Styles of Cultural Activism. From Theory and Pedagogy to Women, Indians, and Communism , Cranbury, NJ, University of Delaware Press and Associated University Presses, 1994. Les travaux de Wald incluent A. M. Wald, Writing from the Left. Nouveaux essais sur la culture et la politique radicales, Londres et New York, Verso, 1994 A. M. Wald, The New York Intellectuals. La montée et le déclin de la gauche antistalinienne des années 1930 aux années 1980, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1987 A. M. Wald, Exiles from a Future Time. The Forging of the Mid-Twentieth-Century Literary Left, Chapel Hill. University of North Carolina Press, 2002. Styles d'activisme culturel. De la théorie et de la pédagogie aux femmes, aux Indiens et au communisme

R.D.G. Kelley, Hammer et Hoe. Communistes de l'Alabama pendant la Grande Dépression, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1990 R. D. G. Kelley, Race Rebels.Culture, politique et classe ouvrière noire, New York et Toronto, Free Press et Maxwell Macmillan, 1994. Hammer et Hoe. Les communistes de l'Alabama pendant la Grande Dépression

R. Neumann, « L'empire contre-attaque », Village Voice, 3-9 octobre 2001 http://www.villagevoice.com/issues/0140/neumann.php

H. Klehr, JE Haynes et FI Firsov, The Secret World of American Communism, New Haven, Yale University Press, 1995 H. Klehr, JE Haynes et KM Anderson, The Soviet World of American Communism, New Haven, Yale University Press, 1998 JE Haynes et H. Klehr, Venona. Décoder l'espionnage soviétique en Amérique, New Haven, Yale University Press, 1999 J. E. Haynes, Red Scare or Red Menace ? Communisme américain et anticommunisme à l'époque de la guerre froide, Chicago, Ivan R. Dee, 1996. Le monde secret du communisme américain

A. Weinstein et A. Vassiliev, Le bois hanté. L'espionnage soviétique en Amérique — l'ère stalinienne, New York, Random House, 1999. The Haunted Wood. L'espionnage soviétique en Amérique - l'ère stalinienne

M. Isserman, ‘Ils ont mené deux vies’, New York Times Book Review, 9 mai 1999. ‘Ils ont mené deux vies’, New York Times Book Review

J. Ryan, ‘Earl Browder and American communism at high time : 1934-1945’, thèse de doctorat, Université de Notre Dame, 1981 J. G. Ryan, Earl Browder. L'échec du communisme américain, Tuscaloosa, Alabama, University of Alabama Press, 1997, p. xi.

V. Pedersen, 'Riding the wave: the Indiana Communist Party, 1929-1934', mémoire de maîtrise, Indiana State University, 1987 VL Pedersen, The Communist Party in Maryland, 1919-57, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 2001 , p. 3.

M. Isserman, ‘Notes from underground’, Nation, 12 juin 1995. ‘Notes from underground’ Nation

E. Schrecker, « Post-Cold War triomphalism and historic révisionism », présentation de conférence, American Historical Association, Boston, 2001. Radosh, ancien jeune militant communiste et néo-gauchiste, irrite particulièrement les révisionnistes. Ses œuvres majeures incluent : R. Radosh et J. Milton, The Rosenberg File. A Search for the Truth, New York, Holt, Rinehart et Winston, 1983 H. Klehr et R. Radosh, The Amerasia Spy Case. Prélude au maccarthysme, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1996 R. Radosh, M. R. Habeck et G. N. Sevostinov, Spain Betrayed. L'Union soviétique dans la guerre civile espagnole, New Haven, Yale University Press, 2001.

E. P. Johanningsmeier, Forger le communisme américain. La vie de William Z. Foster, Princeton University Press, 1994, p. 6-7. Forger le communisme américain. La vie de William Z. Foster 6 7

Johanningsmeier, Forger le communisme américain, pp. 284, 307.

J. R. Barrett, William Z. Foster et la tragédie du radicalisme américain, Urbana, University of Illinois Press, 1999, pp. 4-5. William Z. Foster et la tragédie du radicalisme américain 4 5

M. Solomon, « Red and black : negroes and communism, 1929-1932 », thèse de doctorat, Harvard University, 1972, publiée sous le titre M. I. Solomon, Red and Black. Communism and Afro-Americans, 1929-1935, New York, Garland, 1988. La citation est extraite de la préface de ce dernier.

M. I. Salomon, Le cri était à l'unité. Communistes et Afro-Américains, 1917-36, Jackson, University Press of Mississippi, 1998, pp. xxiii-xxiv. Le cri était l'unité. Communistes et Afro-Américains, 1917-36 xxiii xxiv

Schrecker, Nombreux sont les crimes, p. X. Ses autres œuvres incluent : E. Schrecker, No Ivory Tower. McCarthyism and the Universities, Oxford University Press, 1986, et E. Schrecker, The Age of McCarthyism. Une brève histoire avec des documents, Boston, Bedford Books of St. Martin's Press, 1994.

Schrecker, « Post-Cold War triomphalism » E. Schrecker et M. Isserman, « The Right's Cold War revision: current espionage fears have given new life to Liberal anticommunism », Nation, 24 juillet 2000.

D. Caute, La grande peur. La purge anticommuniste sous Truman et Eisenhower, New York, Simon et Schuster, 1977, p. 54. La grande peur. La purge anticommuniste sous Truman et Eisenhower 54

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. 5-6, 10, 18, 22, 36, 166.

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. 178-9, 181.

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. xviii, 46, 178-9.

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. x, xii, 75-6. Nombreux sont les crimes x

Schrecker, Nombreux sont les crimes , pp. 375-6, 381, 399, 402. Nombreux sont les crimes 375 6

J. E. Haynes, Communisme et anticommunisme aux États-Unis. Un guide annoté des écrits historiques, New York, Garland, 1987. Communisme et anticommunisme aux États-Unis. Un guide annoté des écrits historiques

Le Fund for the Republic était une fondation privée dirigée par l'ancien président de l'Université de Chicago, Robert Hutchins. Les livres de la série sont : T. Draper, The Roots of American Communism, New York, Viking Press, 1957 R. W. Iversen, The Communists and the Schools, New York, Harcourt, Brace, 1959 D. ​​A. Shannon, The Decline of American Communism. Une histoire du Parti communiste des États-Unis depuis 1945, New York, Harcourt, Brace, 1959 T. Draper, American Communism and Soviet Russia, New York, Viking Press, 1960 C. L. Rossiter, Marxism. The View from America, New York, Harcourt, Brace, 1960 RL Roy, Communism and the Churches, New York, Harcourt, Brace, 1960 N. Glazer, The Social Basis of American Communism, New York, Harcourt, Brace, 1961 FS Meyer , Le moulage des communistes. La formation du cadre communiste, New York, Harcourt, Brace, 1961 D. Aaron, Écrivains de gauche. Épisodes du communisme littéraire américain, New York, Harcourt, Brace and World, 1961 E. Latham, The Communist Controversy in Washington. From the New Deal to McCarthy, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1966. Les racines du communisme américain

I. Howe et L. A. Coser, Le Parti communiste américain. A Critical History, 1919-1957, Boston, Beacon Press, 1957. M. M. Kampelman, The Communist Party Vs. le DSI. A Study in Power Politics, New York, F. A. Praeger 1957. Le Parti communiste américain. Une histoire critique, 1919-1957

M. Isserman, « Trois générations : les historiens voient le communisme américain », Labor History, 26, 4, 1985, pp. 539-40 M. Isserman, De quel côté étiez-vous ? Le Parti communiste américain pendant la Seconde Guerre mondiale, Middletown, Connecticut, Wesleyan University Press, 1982. « Trois générations : les historiens voient le communisme américain » Histoire du travail 26 539 40

Encore une fois, la plupart des études révisionnistes sur les communistes dans le mouvement ouvrier tendent à éviter une perspective large. L'une des exceptions est H. A. Levenstein, Communism, Anti-Communism, and the CIO , Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1981, la réponse révisionniste à Kampelman, Communist Party Vs. le CIO et B. Cochran, Labour and Communism. Le conflit qui a façonné les syndicats américains, Princeton University Press, 1977. Communisme, anticommunisme et CIO

H. Klehr et J. E. Haynes, Le mouvement communiste américain. Storming Heaven Itself, New York, Twayne, 1992, pp. 4, 179. Le mouvement communiste américain. Prise d'assaut le ciel lui-même 4

T. Draper, ‘Life of the party’, New York Review of Books, 13 janvier 1994. ‘Life of the party’ New York Review of Books

M. Denning, Le Front culturel. The Laboring of American Culture in the Twentieth Century, Londres et New York, Verso, 1997. Le Front Culturel. Le travail de la culture américaine au XXe siècle

P. Rachleff, 'Comprendre les héritages, comprendre les possibilités', Labor History, 39, 3, 1998, pp. 330-4 M. Denning, 'The future of the cultural front', Labor History, 39, 3, 1998, pp. 334-7. Waiting for Lefty était une pièce de Clifford Odets de l'époque où l'action se déroule tandis que les joueurs et le public attendent le retour d'un chef de grève, « Lefty ». « Comprendre les héritages, comprendre les possibilités » Histoire du travail 39 330 4

J. R. Starobin, American Communism in Crisis, 1943-1957 , Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1972. American Communism in Crisis, 1943-1957

H. Klehr, L'apogée du communisme américain. The Depression Decade, New York, Basic Books, 1984. D'autres études traditionalistes des années 1970 et 1980 incluent : H. Klehr, Communist Cadre. The Social Background of the American Communist Party Elite, Stanford, Californie, Hoover Institution Press, 1978 L. K. Dyson, Red Harvest. Le Parti communiste et les agriculteurs américains, Lincoln, University of Nebraska Press, 1982 A. S. Kraditor, « Jimmy Higgins ». The Mental World of the American Rank-and-File Communist, 1930-1958, New York, Greenwood Press, 1988 J. E. Haynes, Dubious Alliance. The Making of Minnesota's DFL Party, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1984. L'apogée du communisme américain. La décennie de la dépression

T. Draper, 'American communism revisited', New York Review of Books , 9 mai 1985 T. Draper, 'The popular front revisited', New York Review of Books , 30 mai 1985. Pour une autre critique du révisionnisme par une gauche , point de vue anti-stalinien, voir J. Jacobson, « L'Union soviétique est morte, la "question russe" reste : Partie 1 : Le Parti communiste — mythe et réalité », New Politics, 5, 2 (ns) 1995, http : //www.wpunj.edu/newpol/issue18/jacobs18.htm. http://www.wpunj.edu/newpol/issue18/jacobs18.htm ‘American communism revisited’ New York Review of Books

ME Brown, 'Introduction: the history of the history of US communism', in ME Brown, R. Martin, F. Rosengarten et G. Snedeker (eds), New Studies in the Politics and Culture of US Communism , New York, Monthly Review Press, 1993, pp. 21, 28, 31. Les autres auteurs de ce volume comprenaient Rosalyn Baxandall, John Gerassi, Marvin Gettleman, Gerald Horne, Roger Keeran, Mark Naison, Stephen Leberstein, Ellen Schrecker, Annette Rubinstein, Alan Wald et Anders Stephanson. Keeran est surtout connu pour un ouvrage révisionniste majeur sur l'histoire syndicale, R. Keeran, The Communist Party and the Auto Workers' Unions, Bloomington, Indiana University Press, 1980. Wald, qui a une orientation trotskyste, s'est ensuite dissocié de ce qu'il appelé « opinions étranges » de Brown et a suggéré que peu de révisionnistes partageaient les vues de Brown. Voir A. M. Wald, « Search for a method : recent historys of American communism », Radical History Review, 61, 1995, p. 173, n. 10. Nouvelles études sur la politique et la culture du communisme américain 21

Isserman de De quel côté êtes-vous ? est l'une des rares études centrées sur le parti, et elle se concentre sur la période de six ans allant de la fin de 1939 à 1946 avec seulement de brefs résumés pour les périodes d'avant et d'après-guerre.

Les deux études traditionalistes en un volume sont : Howe et Coser, The American Communist Party et Klehr et Haynes, The American Communist Movement.

F. M. Ottanelli, Le Parti communiste des États-Unis. De la dépression à la Seconde Guerre mondiale, Nouveau-Brunswick, Rutgers University Press, 1991, p. 4, 213. Le Parti communiste des États-Unis. De la Dépression à la Seconde Guerre mondiale 4

New York Times, 24 août 1939 Daily Worker, 23 août 1939.

Rapport Browder au comité national du CPUSA, cité dans Daily Worker, 5 septembre 1939.

Ottanelli, Le Parti communiste des États-Unis, p. 194.

N. Markowitz, ‘The new Cold-War "scholarship", Political Affairs, 62, 1983, pp. 27-38 N. D. Markowitz, The Rise and Fall of the People's Century. Henry A. Wallace et le libéralisme américain, 1941-1948, New York, Free Press, 1973. « La nouvelle « bourse » de la guerre froide » Affaires politiques 62 27 38

M. Naison, Les communistes à Harlem pendant la dépression , Urbana, University of Illinois Press, 1983. Les communistes à Harlem pendant la dépression

G. Horne, « Les communistes à Harlem pendant la dépression », Political Affairs, 63, 1984, pp. 36-8. Les œuvres majeures de Home comprennent : G. Horne, Black and Red. W. E. B. Du Bois and the Afro-American Response to the Cold War, 1944-1963, Albany, N.Y., State University of New York Press, 1986 G. Horne, Communist Front? The Civil Rights Congress, 1946-1956, Rutherford, N.J. et Londres, Fairleigh Dickinson University Press and Associated University Presses, 1988 et G. Horne, Black Liberation/Red Scare. Ben Davis and the Communist Party, Newark, Del., University of Delaware Press, 1993. « Les communistes à Harlem pendant la dépression » Affaires politiques 63 36 8

P. Lyons, Philadelphie Communistes, 1936-1956 , Philadelphie, Temple University Press, 1982, pp. 18, 238. Philadelphie Communistes, 1936-1956 18

E. Schrecker, Nombreux sont les crimes. Le maccarthysme en Amérique, Boston, Little, Brown, 1998, p. xviii. Nombreux sont les crimes. Le maccarthysme en Amérique xviii

N. Markowitz [email protected], « FDR et le socialisme », 14 novembre 2001, dans H-1918-45, archivé sur www2.h-net.msu.edu/lists/

A. Wald, « Les écrivains communistes se battent contre l'Amérique de la guerre froide », dans P. Goldstein (éd.), Styles of Cultural Activism. From Theory and Pedagogy to Women, Indians, and Communism , Cranbury, NJ, University of Delaware Press and Associated University Presses, 1994. Les travaux de Wald incluent A. M. Wald, Writing from the Left. Nouveaux essais sur la culture et la politique radicales, Londres et New York, Verso, 1994 A. M. Wald, The New York Intellectuals. La montée et le déclin de la gauche antistalinienne des années 1930 aux années 1980, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1987 A. M. Wald, Exiles from a Future Time. The Forging of the Mid-Twentieth-Century Literary Left, Chapel Hill. University of North Carolina Press, 2002. Styles d'activisme culturel. De la théorie et de la pédagogie aux femmes, aux Indiens et au communisme

R.D.G. Kelley, Hammer et Hoe. Communistes de l'Alabama pendant la Grande Dépression, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1990 R. D. G. Kelley, Race Rebels. Culture, politique et classe ouvrière noire, New York et Toronto, Free Press et Maxwell Macmillan, 1994. Hammer et Hoe. Les communistes de l'Alabama pendant la Grande Dépression

R. Neumann, « L'empire contre-attaque », Village Voice, 3-9 octobre 2001 http://www.villagevoice.com/issues/0140/neumann.php

H. Klehr, JE Haynes et FI Firsov, The Secret World of American Communism, New Haven, Yale University Press, 1995 H. Klehr, JE Haynes et KM Anderson, The Soviet World of American Communism, New Haven, Yale University Press, 1998 JE Haynes et H. Klehr, Venona. Décoder l'espionnage soviétique en Amérique, New Haven, Yale University Press, 1999 J. E. Haynes, Red Scare or Red Menace ? Communisme américain et anticommunisme à l'époque de la guerre froide, Chicago, Ivan R. Dee, 1996. Le monde secret du communisme américain

A. Weinstein et A. Vassiliev, Le bois hanté. L'espionnage soviétique en Amérique — l'ère stalinienne, New York, Random House, 1999. The Haunted Wood. L'espionnage soviétique en Amérique - l'ère stalinienne

M. Isserman, ‘Ils ont mené deux vies’, New York Times Book Review, 9 mai 1999. ‘Ils ont mené deux vies’, New York Times Book Review

J. Ryan, ‘Earl Browder and American communism at high time : 1934-1945’, thèse de doctorat, Université de Notre Dame, 1981 J. G. Ryan, Earl Browder. L'échec du communisme américain, Tuscaloosa, Alabama, University of Alabama Press, 1997, p. xi.

V. Pedersen, 'Riding the wave: the Indiana Communist Party, 1929-1934', mémoire de maîtrise, Indiana State University, 1987 VL Pedersen, The Communist Party in Maryland, 1919-57, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 2001 , p. 3.

M. Isserman, ‘Notes from underground’, Nation, 12 juin 1995. ‘Notes from underground’ Nation

E. Schrecker, « Post-Cold War triomphalism and historic révisionism », présentation de conférence, American Historical Association, Boston, 2001. Radosh, ancien jeune militant communiste et néo-gauchiste, irrite particulièrement les révisionnistes. Ses œuvres majeures incluent : R. Radosh et J. Milton, The Rosenberg File. A Search for the Truth, New York, Holt, Rinehart et Winston, 1983 H. Klehr et R. Radosh, The Amerasia Spy Case. Prélude au maccarthysme, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1996 R. Radosh, M. R. Habeck et G. N. Sevostinov, Spain Betrayed. L'Union soviétique dans la guerre civile espagnole, New Haven, Yale University Press, 2001.

E. P. Johanningsmeier, Forger le communisme américain. La vie de William Z. Foster, Princeton University Press, 1994, p. 6-7. Forger le communisme américain. La vie de William Z. Foster 6 7

Johanningsmeier, Forger le communisme américain, pp. 284, 307.

J. R. Barrett, William Z. Foster et la tragédie du radicalisme américain, Urbana, University of Illinois Press, 1999, pp. 4-5. William Z. Foster et la tragédie du radicalisme américain 4 5

M. Solomon, « Red and black : negroes and communism, 1929-1932 », thèse de doctorat, Harvard University, 1972, publiée sous le titre M. I. Solomon, Red and Black. Communism and Afro-Americans, 1929-1935, New York, Garland, 1988. La citation est extraite de la préface de ce dernier.

M. I. Salomon, Le cri était à l'unité. Communistes et Afro-Américains, 1917-36, Jackson, University Press of Mississippi, 1998, pp. xxiii-xxiv. Le cri était l'unité. Communistes et Afro-Américains, 1917-36 xxiii xxiv

Schrecker, Nombreux sont les crimes, p. X. Ses autres œuvres incluent : E. Schrecker, No Ivory Tower. McCarthyism and the Universities, Oxford University Press, 1986, et E. Schrecker, The Age of McCarthyism. Une brève histoire avec des documents, Boston, Bedford Books of St. Martin's Press, 1994.

Schrecker, « Post-Cold War triomphalism » E. Schrecker et M. Isserman, « The Right's Cold War revision: current espionage fears have given new life to Liberal anticommunism », Nation, 24 juillet 2000.

D. Caute, La grande peur. La purge anticommuniste sous Truman et Eisenhower, New York, Simon et Schuster, 1977, p. 54. La grande peur. La purge anticommuniste sous Truman et Eisenhower 54

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. 5-6, 10, 18, 22, 36, 166.

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. 178-9, 181.

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. xviii, 46, 178-9.

Schrecker, Nombreux sont les crimes, pp. x, xii, 75-6. Nombreux sont les crimes x

Schrecker, Nombreux sont les crimes , pp. 375-6, 381, 399, 402. Nombreux sont les crimes 375 6


Examen de l'écologie humaine

Examen de l'écologie humaine (HER) est une revue semestrielle qui publie des recherches interdisciplinaires évaluées par des pairs sur tous les aspects des interactions homme-environnement (Research in Human Ecology) et passe en revue des livres pertinents pour le sujet de la revue et l'intérêt de ses lecteurs. HER ne publiera pas de manuscrits purement biophysiques ni purement socioculturels et ne publiera pas de manuscrits monodisciplinaires ou spécialisés dans une discipline spécifique. Les auteurs sont fortement encouragés à préciser le lien de leur manuscrit avec une compréhension de l'écologie humaine et de l'érudition écologique humaine plus largement.

Propriété et gestion

Examen de l'écologie humaine est le journal officiel de la Society for Human Ecology.

Calendrier de publication

Examen de l'écologie humaine est publié par ANU Press deux fois par an, au premier et au second semestre de l'année.

Accès

Examen de l'écologie humaine est une revue en libre accès, disponible auprès de l'ANU Press. Des copies individuelles d'impression à la demande sont également disponibles auprès de l'ANU Press à la même adresse. Des copies papier sont disponibles auprès de la Society for Human Ecology pour les membres abonnés qui ont choisi de payer une prime pour eux lors de leur inscription. Ces copies sont automatiquement postées à ces membres.

Copies antérieures de Examen de l'écologie humaine sont disponibles chez ANU Press jusqu'au volume 21(2). JSTOR héberge tous les anciens numéros.

Droits d'auteur et licences

Tous les numéros publiés à partir du volume 24(2) sont publiés sous Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0). Les numéros publiés avant cela sont sous une licence de droit d'auteur standard.

Les auteurs conservent les droits d'auteur des articles publiés dans cette revue.

Sources de revenus

Le coût de la publication Examen de l'écologie humaine est couvert par les cotisations des membres de la Society for Human Ecology dans un esprit de libre accès à la connaissance et à sa diffusion. Il n'y a aucun frais pour les auteurs pour la publication ou la soumission d'un article à HER.

Les lecteurs de Examen de l'écologie humaine sont fortement encouragés à devenir membres en contactant la Société à [email protected]

Frais d'auteur

Il n'y a pas de frais facturés aux auteurs pour la publication d'œuvres en Examen de l'écologie humaine.

Processus d'examen par les pairs

Les manuscrits conformes aux instructions de l'auteur sont attribués à un éditeur associé qui possède une expertise dans le domaine abordé par le manuscrit. Le rédacteur en chef adjoint organise un examen par les pairs à l'aveugle et recommande la publication, la modification ou le rejet au rédacteur en chef. Le rédacteur en chef prend une décision finale sur la base de cette recommandation. Les manuscrits resoumis peuvent faire l'objet d'un examen plus approfondi.

Processus d'identification et de traitement des allégations d'inconduite en recherche

Si le rédacteur en chef ou un membre du comité de rédaction reçoit une allégation crédible d'inconduite de la part d'un auteur, d'un réviseur ou d'un rédacteur en chef, ils ont le devoir d'enquêter sur la question, en consultation avec l'éditeur et le comité de rédaction. Si la réclamation est fondée, l'éditeur suivra les directives établies par le COPE pour se rétracter ou corriger l'article en question.

Éthique de publication

Les auteurs peuvent être invités à confirmer que la dimension éthique de leur recherche a été approuvée par un processus d'examen éthique indépendant au sein de leur établissement, ou comme étant conforme à leurs normes nationales d'éthique de la recherche. Si nécessaire, une preuve documentée de l'approbation éthique peut être demandée. Le plagiat et la fraude ne sont pas tolérés par la revue et seraient traités conformément aux lignes directrices sur les « inconduites en matière de recherche » ci-dessus.

Devoirs/responsabilités des auteurs

Générer un manuscrit conforme aux directives de l'auteur et affirmer que l'autorisation a été obtenue pour tout matériel protégé par le droit d'auteur et que la recherche a été menée conformément aux directives éthiques appropriées et constitue leur propre travail, sauf indication contraire.

Devoirs/responsabilités des rédacteurs

Publier du matériel adapté à la revue Examen de l'écologie humaine en temps opportun et de mettre librement ce matériel à la disposition des lecteurs du monde entier. Les rédacteurs en chef doivent être vigilants en se prémunissant et en signalant tout soupçon de faute professionnelle universitaire.

Devoirs/responsabilités des réviseurs

Fournir une recommandation critique, honnête et impartiale sur l'adéquation du manuscrit à la publication dans la revue. Les évaluateurs sont encouragés à fournir des commentaires aux auteurs contributeurs dans l'esprit de soutenir et d'encourager l'amélioration de leurs compétences académiques.


Politique éditoriale et directives de soumission

Les éditeurs du Revue historique de la Caroline du Nord et le Comité éditorial consultatif cherche à publier des articles et des documents annotés relatifs à l'histoire de la Caroline du Nord. Les éditeurs et le comité tiennent compte de l'originalité du matériel et de l'interprétation, des sources, de la clarté de la pensée, du style et des intérêts des lecteurs. Les documents principalement généalogiques ne sont pas acceptés.

Les manuscrits ne doivent généralement pas dépasser trente-cinq pages dactylographiées à double interligne, y compris le texte et les notes. Parfois, des manuscrits plus longs sont acceptés. Le texte et les notes doivent être à double interligne, et ces dernières doivent apparaître sur des feuilles séparées à la fin de l'essai. Le nom de l'auteur ne doit apparaître que sur la page de titre du manuscrit. Le journal suit Le manuel de style de Chicago, dix-septième édition, en matière de majuscules, de ponctuation, d'abréviation, de citation, etc. Le guide de style est disponible en téléchargement (au format PDF) ci-dessous.


Voir la vidéo: Katsaus: Epic Spellwars