Frank Merrill

Frank Merrill


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Frank Merrill est né aux États-Unis le 4 décembre 1903. Il a rejoint l'armée américaine et a atteint le grade de sergent avant de fréquenter l'Académie militaire de West Point. Merrill obtient son diplôme en 1929 (147/299) et est commissionné dans la cavalerie.

Merrill a continué à étudier et a obtenu un BS du Massachusetts Institute of Technology. Il a également passé un an à étudier les armes et a été étudiant en langues à Tokyo.

En octobre 1941, Merrill est promu au grade de major et est affecté à l'état-major du général Douglas MacArthur aux Philippines. Après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, Merrill est transféré en Birmanie où il sert sous les ordres du général Joseph Stilwell.

En août 1943, il fut décidé de former une unité militaire américaine spécialisée dans la guérilla et les tactiques de pénétration à longue portée. Merrill a été placé en charge du groupe qui était basé sur ceux formés par Orde Wingate, Evans Carlson et Merritt Edson.

Les recrues des Maraudeurs de Merrill venaient des États-Unis et des Caraïbes. Le colonel Charles Hunter était le commandant en second de Merrill et était responsable de l'entraînement dans la jungle qui se tenait à Deogarth.

Merrill mena ses hommes lors de leur première campagne le 24 février 1944 lorsqu'ils attaquèrent la 18e division japonaise en Birmanie. Cette action a permis au général Joseph Stilwell de prendre le contrôle de la vallée de Hakawing.

Lors de la deuxième campagne de l'unité en mars 1944, Merrill subit une grave crise cardiaque à Hsamshingyang et dut être évacué vers Ledo.

Merrill reprend du service le 17 mai et participe à l'avancée vers Myitkyina. A cette époque, les Maraudeurs avaient perdu 700 hommes et devaient être renforcés par des troupes chinoises.

Sur le chemin de Myitkyina, les Maraudeurs ont marché sur 750 miles et ont combattu dans 5 engagements majeurs et 32 ​​escarmouches avec l'armée japonaise. Les pertes sont élevées et seuls 1 300 Maraudeurs ont atteint leur objectif et parmi eux, 679 ont dû être hospitalisés. Cela comprenait Merrill qui avait subi une deuxième crise cardiaque avant de contracter le paludisme. Le reste des Maraudeurs dut attendre des renforts avant que Myitkyina ne soit prise le 3 août 1944.

Merrill est promu général de division le 5 septembre 1944 et placé à la tête du Groupe de liaison allié. L'année suivante, Merrill devint commandant adjoint des États-Unis en Birmanie et se rendit avec le général Joseph Stilwell et la 10e armée à Okinawa.

Après avoir pris sa retraite de l'armée américaine en 1948, Merrill est nommé commissaire des travaux publics dans le New Hampshire. Frank Merrill a continué à souffrir d'une mauvaise santé et est décédé à l'âge de cinquante-deux ans le 11 décembre 1955. Le film Maraudeurs de Merrill est sorti en 1962.


Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase Frank Dow Merrill est né à Woodville, Massachusetts, États-Unis, descendant des colons britanniques de la colonie de la baie du Massachusetts dans les années 1600. Dans son adolescence, il a travaillé pour United Fruit Company sur un cargo en tant qu'opérateur radio, puis s'est enrôlé dans l'armée américaine alors qu'il était encore mineur. Il détenait tous les grades enrôlés ainsi que le grade d'officier de lieutenant et avait de l'expérience en Haïti et au Panama avant d'entrer à l'Académie militaire des États-Unis à West Point, mais jusqu'à ce qu'il passe l'examen d'entrée à l'académie six fois avant de pouvoir convaincre le faculté que sa volonté surmonterait son astigmatisme. Il est diplômé de West Point en 1929 et a été affecté au Vermont et en Virginie avant d'être nommé officier de cavalerie. En 1931, il obtient un baccalauréat au Massachusetts Institute of Technology, puis fréquente la Cavalry School de Fort Riley, Kansas, États-Unis. Il a également passé du temps à donner un cours sur les armes légères, puis a passé trois ans à Tokyo en tant qu'officier de langue japonaise. Affecté à l'origine pour servir au Japon pendant quatre ans, il n'y est resté que trois ans en raison de la tension entre le Japon et les États-Unis.

ww2dbase Lorsque les États-Unis ont été attaqués par le Japon et sont entrés en guerre, Merrill était officier d'état-major sous Douglas MacArthur aux Philippines. Il est rapidement transféré en Birmanie en tant qu'officier de liaison avec les forces britanniques et relève de Joseph Stilwell. Il devint plus tard officier des opérations de Stilwell en 1942 et se rendit au Caire avec lui pour la conférence du Caire de novembre 1943.

ww2dbase Début 1944, Merrill est devenu le chef de la 5307th Composite Unit (Provisional), une unité inspirée du corps expéditionnaire du général britannique Orde Wingate Chindits qui a pénétré profondément dans les lignes japonaises pour perturber les communications. L'unité Merrill's gagnera plus tard le nom de Merrill's Marauders. Le colonel Charles Hunter a été affecté au 5307th, car l'officier supérieur de Merrill Hunter a décrit son commandant comme étant assez grand, il n'était en aucun cas un individu robuste, ayant la poitrine étroite et plutôt mince. Ses traits étaient nets mais sa nature exubérante, affable et confiante. La première campagne des Maraudeurs a eu lieu fin février 1944 alors qu'ils attaquaient la 18e division japonaise à Walawbum, permettant aux unités régulières de Stilwell de prendre le contrôle de la vallée de Hakawing.

ww2dbase En mars 1944, Merrill subit une crise cardiaque à Hsamshingyang et est évacué vers l'Inde. Attendu de lui, il a refusé de monter à bord de l'avion pour évacuation jusqu'à ce que tous les blessés embarquent avant lui, retardant son départ d'un jour. Hunter a pris ses responsabilités le 29 mars et a écrit plus tard à propos de la santé de Merrill :

"Je n'ai eu aucun avertissement de l'approche de la maladie de Merrill. Il n'avait subi aucun exercice violent ces derniers jours pour avoir mis son cœur à rude épreuve. Je savais qu'il utilisait une sorte de médicament violacé épais pris avec de l'eau qu'il m'a dit était pour la dysenterie."

ww2dbase Merrill a repris du service le 17 mai et a commandé des Maraudeurs près de la ville de Myitkyina qui abritait des aérodromes importants pour la supériorité aérienne locale ainsi que pour les lignes de ravitaillement en Chine. À Myitkyina, ses Maraudeurs ont marché sur 750 miles et se sont engagés dans 5 batailles et 32 ​​escarmouches, les taux de pertes étaient élevés en raison de la fatigue, des maladies, des blessures et des décès au combat. Merrill a été compté parmi les victimes d'une deuxième crise cardiaque suivie du paludisme. Le 5 septembre 1944, Merrill est promu au grade de général de division et, en 1945, il devient le commandant en second de toutes les forces américaines en Birmanie. À la fin de la guerre, il servait dans la 10e armée américaine à Okinawa.

ww2dbase Le soldat britannique Jack Girsham a noté Merrill comme un "homme de combat cool, intelligent et coriace, le type qui ne perdrait jamais son sang-froid ou son sang-froid". Girsham a ajouté qu'il prenait soin de ses hommes.

ww2dbase Après la guerre, Merrill a servi comme chef d'état-major du commandement de la défense occidentale, commandant de la 6e armée et chef adjoint de la mission consultative militaire américaine aux Philippines. Il a pris sa retraite de l'armée en 1948 et est devenu commissaire des travaux publics dans le New Hampshire, aux États-Unis. Il est décédé en 1955. Ses récompenses et décorations comprennent la Médaille du service distingué, la Purple Heart, l'Étoile de bronze, la Légion du mérite et l'Insigne du fantassin de combat.

ww2dbase Sources:
Frank McLynn, La campagne de Birmanie
Nathan préfère, La guerre de Vinaigre Joe

Dernière révision majeure : novembre 2005

Carte interactive de Frank Merrill

Chronologie de Frank Merrill

4 décembre 1903 Frank Merrill est né.
19 mai 1944 Frank Merrill a subi une autre crise cardiaque.
22 juin 1944 Frank Merrill a téléphoné à Joseph Stilwell pour l'avertir que Louis Mountbatten était intrigant pour remplacer Stilwell par un autre commandant américain qui était plus susceptible d'être soumis à l'autorité de Mountbatten.
11 déc. 1955 Frank Merrill est décédé.

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.

Partagez cet article avec vos amis:

Commentaires soumis par les visiteurs

1. rob crawford dit :
11 févr. 2007 13:14:36

Beaucoup d'entre nous ne seraient-ils pas un héros avec les mêmes opportunités et la même période dans l'histoire ?

2. Kerry Johnson dit :
1 mai 2007 18:55:06

Frank Merrill est lié à la famille de ma mère qui était Merrills de Hopkinton, MA. Il a une ressemblance frappante avec les frères de mes grands-mères. J'aimerais en savoir plus sur les membres survivants de sa famille. Je comprends qu'il avait deux fils. Il y a un mémorial aux Maraudeurs à Charlotte, Caroline du Nord, qui a été dédié à la présence de quelques membres survivants. J'ai parlé avec l'un d'entre eux qui était connu sous le nom de Fighting Preacher. Je pense que son nom de famille était Weston ou quelque chose comme ça. Chaque membre est un héros total et un vrai patriote à mes yeux. Que Dieu les bénisse tous pour toujours !

3. John Cressy dit :
26 juin 2009 18:51:47

Frank Merrill était le cousin germain de ma grand-mère. Il est né à Hopkinton, Massachusetts. et a déménagé avec son père Charles à Amesbury Ma. Où il a vécu sur le Merrill Homestead situé sur la route 110. Il est diplômé de l'école secondaire Amesbury. Il est inscrit sur au moins un recensement vivant à Amesbury.

4. Jean-Paul-Hilliard dit :
6 novembre 2011 06:45:53

Mon père J. Stanton Hilliard, également un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, était le chauffeur du général Merrill pendant son mandat de commissaire du département des travaux publics et des autoroutes de NH. Il a toujours fait l'éloge de lui et de sa présence imposante. Or vous bénisse monsieur.

5. gué dit :
22 avril 2012 06:37:40

Je ne connaissais pas Frank Merrill.. mais j'ai bavardé avec son fils Obie Merrill quand ils vivaient à Amesbury Mass.. Obie est mort très jeune.

6. Anonyme dit :
23 mars 2015 06:45:16

Mon arrière-grand-père était pendant la Seconde Guerre mondiale et il écrivait des lettres à son cousin, Frank Merrill.

7. Bruce Lewis dit :
3 janv. 2020 21:25:16

Ce dont ce monde a vraiment besoin, c'est de plus de Frank Merrill. Il se classe le plus haut dans la bravoure militaire. Bravo Frank Merrill.

Tous les commentaires soumis par les visiteurs sont des opinions de ceux qui les soumettent et ne reflètent pas les vues de WW2DB.


Frank Merrill - Histoire

Frank Merrill

S'il existe une chose telle que le "coup de foudre", cela s'est produit en 1960 lorsqu'un jeune homme - lisant un magazine à Fremont, Michigan - a vu les résultats du Houston Stock Show et une photo de Miss Jim 45, donc..... ce jeune homme a appelé Matlock Rose, l'un des propriétaires et a dit « M. Rose, je suis Frank Merrill de Fremont, Michigan, et je me demandais si Miss Jim 45 était à vendre et pour combien ». Le prix de 25 000 $ était un choc pour un gars de 19 ans, mais Frank est allé à Gainesville, au Texas, et après de nombreuses négociations, a acheté la jument avec une condition. À condition qu'il aille travailler pour Matlock Rose et George Tyler, mais pas dans un poste rémunéré – juste pour le logement et la pension et la possibilité d'apprendre de deux des meilleurs.

Le déménagement de Fremont, Michigan, à Gainesville, Texas, a été le début de l'histoire de Frank Merrill – sur laquelle des volumes pourraient être écrits. Tout en travaillant et en apprenant de Matlock et George, il attribue à Carol Rose une grande partie de son éducation, en particulier les petits détails sur la façon de bien prendre soin d'un cheval.

Il a rencontré Jerry Wells au Texas et environ 2 ans plus tard quand il a déménagé à Purcell, OK, lui et Jerry sont devenus de bons amis et partenaires sur un grand nombre de chevaux.

Frank a formé et exploité Windward Stud sur son ranch de 140 acres à Purcell. Initialement, la fonction principale était de préparer les chevaux à vendre. Cela a pris un départ enthousiasmant lorsque lui et Jim Wells ont été chargés de préparer tous les chevaux de Bud Warren pour la vente Haymaker. Mais ce travail a exposé Frank et Jim à beaucoup de trafic en raison de la réputation de Bid Warren et de ses chevaux. Plus de gens sont venus chez Frank et Jim pour le travail de préparation, et plus d'étalons sont venus à Windward Stud pour se tenir debout.

Frank a épousé Robin Severinsen en 1975, qui est immédiatement devenu une partie intégrante de l'entreprise. C'était naturel, car Robin avait déjà participé à un championnat du monde lors de la finale de l'AQHYA et elle dirigeait sa propre ferme équestre à Aubrey, au Texas.

Windward Stud a continué de croître et de prospérer, amenant Frank et Robin de plus en plus vers le côté course de l'entreprise. En 1978, ils se sont associés à Bob Weik de San Antonio sur une jument nommée Holme Maid qui a terminé troisième du All American Futurity et qui a gagné plus de 230 000 $ sur la piste. Mais à mesure que leur famille s'agrandissait et que leurs enfants, Megan, McKenzie et Tyler commençaient à se montrer, leur attention est revenue à se montrer, et leur intérêt s'est porté sur les événements dans lesquels une vache était impliquée. Frank dit que cela reflète les traditions de l'Occident et la culture des cow-boys.

Frank et Robin ont vendu le ranch à la famille Cowan de Havre, Montana en 2006, mais Frank est CO-PDG de Cowan Select Horses LLC chez Windward Stud LLC. En réfléchissant sur l'exploitation Merrill de Windward Stud, Frank a possédé, géré ou syndiqué plus de 95 étalons et s'est occupé de plus de 25 000 juments.

Frank a élevé, possédé et élevé des Quarter Horses américains champions qui ont remporté des honneurs dans les courses, la coupe, le reining, le cowhorse, le lasso, le licou et d'autres événements. Il en a également possédé et exposé deux. Chevaux du Temple de la renommée de l'AQHA, Miss Jim 45 et Royal Santana. Frank, Robin et leurs trois enfants ont remporté des championnats du monde et/ou de réserve dans une variété d'événements aux trois expositions du championnat du monde AQHA. Frank est actif dans la compétition de coupe non professionnelle avec plus de 440 000 $ de gains à vie dans les événements de coupe de la NCHA.

Frank est un ancien président de l'Oklahoma Quarter Horse Association, un ancien président de l'American Quarter Horse Association, un directeur national de la National Cutting Horse Association, un administrateur de la United States Equine Foundation et un directeur de la National Cowboy and Western Heritage. Musée. De plus, il écrit une chronique mensuelle intitulée « Franchement parlant » pour le Quarter Horse News.

Il y a eu beaucoup de grands cavaliers dans l'histoire de l'Oklahoma, mais probablement aucun plus intensément impliqué, plus dévoué au bien-être et à l'avenir de l'industrie, ou aucun qui a mené ses affaires personnelles et professionnelles avec plus de dignité, d'intégrité, d'honnêteté et de caractère que Frank Merrill. . C'est un honneur de l'accueillir dans l'Oklahoma Quarter Horse Hall of Fame.


Étant donné que le Camp Frank D. Merrill ressemble plus à une école ou à un camp d'entraînement qu'à une base réelle, il est relativement petit par rapport aux autres bases. Les possibilités de logement ici sont presque nulles. Si vous déménagez ici pour une mission à long terme, vous devrez probablement vous installer hors site. De plus, le système privatisé représente ici la meilleure option. Si vous êtes sur le point de venir ici pour une mission à court terme, un hôtel pourrait être la meilleure option que vous ayez.

En revanche, les étudiants ont plus de chance. La plupart d'entre eux sont hébergés dans des camps sur site, mais il y a aussi des personnes moins chanceuses qui doivent trouver une maison par elles-mêmes.


Facebook

Nous nous excusons, mais nous sommes en train de déplacer le site Web merrillhistory.org vers un nouveau fournisseur. Cela ne se passe pas aussi bien que nous le pensions. - Si vous avez besoin d'atteindre la société historique dès maintenant, utilisez - www.merrillhistory2021.org

Merci de votre compréhension!

MERRILLHISTORY2021.ORG

Merrill Historical Society - Merrill Historical Society History & Culture Center

Pat Burg ‎Centre d'histoire et de culture Merrill

Merci à tous ceux qui se sont rendus à la vente de la Merrill Historical Society dans le bâtiment de la Légion américaine. Nous avons pu transmettre la plupart de nos articles à des personnes très heureuses de les recevoir, cela vous fait du bien quand les gens apprécient l'histoire. Nous avons également beaucoup appris de certaines des personnes qui ont pu nous éclairer sur l'utilisation de certains de nos artefacts les plus intéressants.
Il y a des trucs gratuits dans la tente à l'extérieur du bâtiment - probablement mardi. N'hésitez pas à vous arrêter et à prendre tout ce que vous pouvez utiliser.

Beverly Dahm Malooley ‎Centre d'histoire et de culture Merrill

Chronologie / Histoire de Scott Mansion

Sharon Karow ‎Centre d'histoire et de culture Merrill

Pat Burg ‎Centre d'histoire et de culture Merrill

Vente - Merrill Historical Society - Samedi 22 mai de 19h30 à 16h. Dans l'ancien bâtiment de la Légion américaine en face de la bibliothèque. Nous sommes en train de déménager dans notre nouvel espace de stockage - beaucoup de bonnes affaires sur l'excédent, les doublons et le débordement de livres, quelques jouets, outils, meules, machines à coudre, meubles, vêtements, étagères, etc. Veuillez porter un masque si vous allez à l'intérieur du bâtiment. Pas de ventes anticipées.

Ryan Schwartzman ‎Centre d'histoire et de culture Merrill

Merci à tous ceux qui ont rejoint le groupe Merrill History & Culture Center. Veuillez envisager de rejoindre la Merrill Historical Society et aider à préserver notre patrimoine.
Énoncé de mission :
"La mission de la Merrill Historical Society est d'éduquer le public sur notre patrimoine en utilisant les ressources historiques et culturelles uniques que nous collectons et préservons. … Ещё "

Informations sur les tarifs d'adhésion à la Merrill Historical Society Inc. :
Cotisations annuelles :
Étudiant : 5 $ (moins de 18 ans, sans droit de vote)
Individuel : 20 $
Ménage : 30 $
Maintien : 50 $
Bienfaiteur : 100 $
Affaires : 35 $
Organisme à but non lucratif : 20 $

Cotisations à vie :
Individuel : 400 $
Ménage : 600 $

Si vous avez des questions ou des préoccupations concernant l'adhésion, veuillez appeler le bureau : 715-536-5652


Les maraudeurs de Merrill se sont battus à travers 1000 miles de jungle birmane - il n'en reste plus que 13

Les Maraudeurs de Merrill étaient trois mille hommes qui se sont portés volontaires pour une mission secrète pendant la Seconde Guerre mondiale. La mission était si secrète que les hommes n'avaient même pas le droit de savoir où ils allaient.

Ils ont fini par traverser près de 1 000 miles de jungle au Myanmar, connue sous le nom de Birmanie à l'époque, et se sont battus dans cinq batailles majeures et 30 affrontements mineurs contre les Japonais.

Il n'y a que treize des Maraudeurs originaux encore en vie. Cinq d'entre eux se sont retrouvés à la Nouvelle-Orléans cette semaine pour les dernières retrouvailles du groupe. Trois autres hommes, qui ont rejoint les Maraudeurs en remplacement ou ont rejoint la bataille finale du groupe, étaient également présents pour la réunion.

Frank Dow Merrill est surtout connu pour son commandement des Merrill’s Marauders, officiellement la 5307th Composite Unit (provisoire), dans la campagne de Birmanie.

Plus de 90 enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants étaient également présents. Tous se sont réunis dans une chambre d'hôtel de la Nouvelle-Orléans pour réfléchir sur le passé, regarder des photos et des articles et partager des souvenirs. Les personnes présentes ont recueilli des autographes et écouté attentivement les histoires racontées par les anciens combattants.

Rick Lowe y a participé pour la première fois avec son petit-fils, Ethan Glen Byrne, 15 ans, de Hamilton, en Alabama. Le père de Rick était l'un des Maraudeurs, et Rick était un adolescent lorsque son père est décédé. Il a commencé à faire des recherches sur les Maraudeurs il y a des années et a appris les retrouvailles. Il est venu à ce dernier afin d'honorer son père.

Le général Stilwell quitte la Birmanie, mai 1942

Pour leur service, dans le passé, le groupe a reçu une Presidential Unit Citation, six Distinguished Service Cross, quatre Légions du mérite, 44 Silver Stars, et chaque homme du régiment a reçu une Bronze Star. Leurs familles poussent le Congrès à délivrer aux Maraudeurs une médaille d'or du Congrès.

La 5307 th Composite Unit (Provisional) a été surnommée Merrill's Marauders lorsqu'un correspondant de guerre a trouvé que le nom officiel était encombrant. Dirigé par le brigadier-général Frank Merrill, le groupe était un mélange d'hommes : certains avaient l'habitude des combats dans la jungle, d'autres venaient tout juste de quitter leurs maisons en ville, et certains étaient des criminels condamnés qui se sont portés volontaires en échange d'un pardon.

Les maraudeurs se reposent pendant une pause le long d'un sentier dans la jungle près de Nhpum Ga. Le nom de code de la 5307e unité composite (provisoire) GALAHAD est devenu célèbre sous le nom de Merrill’s Marauders

Robert Passanisi, 94 ans, a déclaré qu'il s'était porté volontaire par patriotisme et solidarité envers sa famille. Deux de ses frères servaient déjà en Europe. Gilbert Howland, 95 ans, l'a rejoint pour rester avec ses copains. Marcos Barelas, 96 ans, s'est porté volontaire parce qu'il avait l'impression qu'il était destiné à mourir à la guerre, alors autant en finir.

Les Maraudeurs utilisaient des mules pour transporter leurs radios et leurs fournitures de 70 livres. Muleskinners s'occupait des bêtes de somme. Lester Hollenbeck, 70 ans, de Deltona, en Floride, a travaillé à mettre des chaussures sur les mules. Il se souvint de leur entêtement et de la façon dont les hommes devaient les faire s'allonger sur le côté pour les ferrer.

Général “Vinegar Joe” Stilwell

Lorsque le groupe a traversé la Birmanie en 1944, 93 ont été tués par balles et éclats d'obus et 293 ont été blessés. Mais le paludisme, la dysenterie amibienne et d'autres maladies ont anéanti cinq fois plus de leurs hommes. Au moment où ils atteignirent l'aérodrome de Myitkyina, moins de 500 hommes étaient capables de combattre.

Howland et Passanisi étaient tous deux à l'hôpital lorsque les troupes ont pris l'aérodrome des Japonais. Howland avait été blessé et Passanisi luttait contre le paludisme. Ils ont tous deux été renvoyés à l'aérodrome plus tard afin d'aider à le défendre.

Stilwell remettant des médailles à Myitkyina, 1944

Même s'ils ne tiendront plus de réunions, le lien étroit entre les familles de ces anciens combattants demeurera. Linda Rose Burchett de Hampton, en Virginie, a déclaré que son père avait assisté à toutes les réunions de 1949 jusqu'à sa mort en 2003. Elle et sa fille y ont également assisté régulièrement.

Elle a dit que les Maraudeurs l'avaient regardée grandir et qu'elle les considérait comme sa famille, et qu'ils pourront rester en contact via les réseaux sociaux.


Frank Dow Merrill

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Frank Dow Merrill, (né le 4 décembre 1903 à Hopkinton, Mass., États-Unis - décédé le 11 décembre 1955, Fernandina Beach, Floride), officier de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale qui a dirigé avec succès des combattants de la jungle spécialement entraînés appelés « Merrill's Marauders » opérations contre les positions japonaises en Birmanie (1944).

Diplômé de l'Académie militaire des États-Unis à West Point, N.Y., en 1929, Merrill a été affecté à l'ambassade des États-Unis à Tokyo (1938) et a été reconnu comme une autorité exceptionnelle sur l'esprit et le système militaires japonais. Avant l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, il a été envoyé (1941) au théâtre Chine-Birmanie-Inde, devenant finalement officier des opérations sous le général Joseph W. Stilwell. Pour reprendre le nord de la Birmanie aux forces japonaises, Merrill a organisé et dirigé un groupe de la taille d'un régiment de volontaires américains amenés en Inde pour s'entraîner aux tactiques de guérilla. Les « Maraudeurs » ont quitté Ledo, dans l'Assam (février 1944), et ont parcouru plusieurs centaines de kilomètres à travers les jungles montagneuses birmanes pour déborder l'ennemi, harceler ses lignes de communication et le vaincre dans une série d'engagements acharnés. Sous-alimentés, fiévreux et proches de l'épuisement, les « Maraudeurs » culminent en mai en s'emparant, avec l'aide de renforts chinois, de l'aérodrome de Myitkyina. La ville est tombée en août, rendant possible l'extension de la route Stilwell (anciennement Ledo) depuis l'Inde jusqu'à la jonction avec la route de Birmanie vers la Chine, offrant ainsi une route d'approvisionnement terrestre pour compléter la route aérienne au-dessus de l'Himalaya connue sous le nom de « Hump ». "

Après avoir été commandant adjoint des forces américaines sur le théâtre indo-birman, Merrill a servi (1945) en tant que chef d'état-major de la 10e armée, à Okinawa. Deux ans plus tard, il faisait partie du groupe de conseillers militaires américains auprès de la République des Philippines. Il prend sa retraite en 1948 avec le grade de général de division.

Cet article a été récemment révisé et mis à jour par William L. Hosch, rédacteur en chef adjoint.


Histoire familiale et photos - Packer/McKinlay

Je mentionne toutes ces maisons car chaque déménagement est une grosse corvée, surtout pour une femme. Cependant, Dora aimait planifier des maisons et les décorer. Et je dois dire que chaque maison dans laquelle nous vivions était faite pour être une vraie maison. Ils étaient impeccablement propres et décorés pour en faire un petit coin de paradis. Dora a dit à plusieurs reprises que si elle était un garçon, elle aimerait être architecte ou ingénieur.

Une autre version de l'histoire de Philemon Merrill :

Voici une histoire vraie qui raconte une expérience simple d'un jeune de dix-neuf ans qui est devenu un remarquable une. Il était magnifié et avait de grands pouvoirs au-delà de ses capacités naturelles alors que le Seigneur agissait à travers lui. Il y avait un jeune admirateur de Joseph Smith âgé de dix-neuf ans, Philemon Merrill, qui était venu avec d'autres fidèles pour sauver leur prophète des mains des shérifs Reynolds et Wilson. En rentrant à Nauvoo, la compagnie se reposa "dans un petit bosquet de bois". L'un des avocats du shérif et des ravisseurs se vantait de ses pouvoirs de lutte. Il a offert un pari qu'il pourrait jeter n'importe quel homme dans l'Illinois. Stephen Markham, un garde du corps de Joseph et un homme énorme, également un lutteur expérimenté, a relevé le défi. Le vantard lança Stephen, et un cri de raillerie s'éleva des ennemis du Prophète.

Alors que les railleries continuaient, Joseph Smith s'est tourné vers le jeune Philemon Merrill et lui a dit : " Lève-toi et lance cet homme ".

Le garçon était sur le point de refuser, de s'excuser en disant qu'il n'était pas un lutteur, mais le regard dans les yeux du Prophète fit taire sa langue. “Il se leva rempli de la force d'un Samson.”Philemon “leva les bras” et dit à l'avocat de choisir son camp.
« L'homme a pris le côté gauche avec sa main droite en dessous, ce qui lui a donné un avantage décisif. Les amis de Philemon Merrill ont protesté, mais le jeune Philemon avait une telle confiance dans les paroles du Prophète que peu lui importait l'avantage que prenait son antagoniste. Alors qu'ils commençaient à se débattre, Joseph lui dit : “ ‘Philemon, quand j'en compte trois, le jeter!’

« L'instant où le mot de trois est tombé des lèvres de Joseph, » Philemon Merrill, « avec la force d'un géant, a jeté l'avocat sur son épaule gauche, et il est tombé en se frappant la tête sur la terre. ”
Rien d'étonnant à ce qu'il soit rapporté que "la crainte est tombée sur les adversaires du Prophète quand ils ont vu cela, et qu'il n'y avait plus de défis à relever pendant le voyage" (George Q. Cannon, Vie de Joseph Smith le prophète, Classics in Mormon Literature, Salt Lake City: Deseret Book Co., 1986, pp. 450–821151).

Ensign » 1986 » Novembre Mon fils et le vôtre—Chacun remarquable
Ted E. Brewerton - du premier collège des soixante-dix


Samuel Merrill

Mormon Pioneer Overland Travel, 1847�

Philémon C. Merrill Compagnie (1856)
Départ: 5-6 juin 1856
Arrivée: 13-18 août 1856

Informations sur la société:
200 personnes et 50 wagons étaient dans l'entreprise lorsqu'elle a commencé son voyage depuis la pourvoirie de Florence, Nebraska (maintenant Omaha) http://www.lds.org/churchhistory/library/pioneercompany/1,15797,4017-1- 204,00.html.

Le père de Dora - Samuel Adam Merrill
1846-1922

Mère - Elvira Tidwell
1846-1939


Samuel Adam Merrill
par une fille

Fréquemment, nous vivons comme des enfants à la maison en contact quotidien avec nos parents sans jamais nous rendre compte qu'ils font partie des grands esprits de la terre. Peut-être qu'en vivant si près d'eux, nous ne voyons que de petites faiblesses de la nature humaine et manquons la grandeur et la grandeur de leurs caractères et de leur noble vie.

Je sais que notre Père était parmi les nobles du monde des esprits, choisi pour venir sur terre par une noble filiation pour porter la prêtrise et assumer la responsabilité d'agir en tant que notre gardien, pourvoyeur, instructeur et modèle. En vieillissant, je réalise les sacrifices qu'il a faits pour la vérité et son service altruiste et aimant pour nous.

Je pense qu'il a suivi le conseil de Paul à Timothée "suivez la justice, la piété, la foi, l'amour, la patience, la douceur". C'était un homme bon.

Le premier de ses ancêtres à venir en Amérique était Nathaniel Merrill, qui est venu avant 1635 parce que son fils est né à Newbury, Massachusetts en 1635. Son grand-père était Samuel Merrill, né le 28 septembre 1778. Il a passé sa jeunesse dans l'état de New York, il a épousé Phoebe Odell et a eu une famille de 12 enfants. Son fils et cinquième enfant — Samuel Bemus Merrill est le père de mon père. Il est né à Smithfield, New York, le 4 janvier 1812.

La mère du père, Elizabeth Runyon, est née à Greenwich, New Jersey. Le père, Samuel Adam Merrill, était le troisième enfant et le fils aîné. Il est né le 12 avril 1846 à Springfield, dans l'Illinois. Ses parents étaient à Nauvoo lorsque le corps du prophète fut ramené de Carthage. Tous deux regardèrent le prophète martyrisé, dans la belle ville qui avait grandi sous sa direction.

Il disait souvent, en plaisantant, qu'il se souvenait quand il avait traversé le Mississippi. Il n'avait que deux semaines. Il avait le cœur dont il parlait tellement dans son enfance qu'il semblait qu'il s'en souvenait réellement. Ces ancêtres ont rejoint l'église à ses débuts. Ils connaissaient la voix du berger quand ils l'entendaient. Je pense qu'aucun d'entre eux n'a jamais été déloyal. Ils ont accepté Joseph comme prophète du Seigneur et ont fait ce qu'ils pouvaient pour édifier le Royaume de Dieu sur la terre. L'arrière-grand-père était l'un de ces « pionniers oubliés », le bataillon mormon arrivé dans la vallée le 29 juillet 1847.

Il devait être assez âgé, près de soixante-dix ans, lorsqu'ils commencèrent la traversée des plaines, car ils avaient eu toute leur famille. En fait, la plupart d'entre eux étaient mariés. L'un de ses fils, Philemon Merrill, était capitaine d'une compagnie de saints. L'arrière-grand-père passa le reste de sa vie à Salt Lake City, mourant dans l'ancienne propriété familiale le 28 septembre 1878, deux jours après que le père et la mère se soient mariés et lui aient rendu visite. Il n'était pas bien à ce moment-là, mais s'est levé du lit pour leur rendre visite. Il était brillant et vif dans son esprit même à cent ans. Il avait toujours appelé mon père Sammie, ce qu'il faisait à ce moment-là et l'interrogeait sur ses projets d'avenir.

Samuel Adam avait deux frères et quatre sœurs : Cynthia Ann, Elthura Elizabeth, Sarah et Princetta. Les deux frères étaient Teancum et Orrin Jackson.

La famille du grand-père Samuel Bemus Merrill est arrivée dans la vallée en 1850. Ils ont vécu pendant dix ans sur les rives du ruisseau Mill. La famille du grand-père Samuel B. Merrill a déménagé en 1860 à Smithfield, à Cache Valley, où mon père était petit homme alors qu'il n'avait que 16 ans. Il nous a souvent raconté avoir été appelé en renfort lors de la bataille de Battle Creek. Quand ils sont arrivés de Smithfield, la bataille était terminée mais il a vu toute l'horreur d'un champ de bataille. Les coteaux étaient jonchés de morts et de mourants. Les Indiens avaient utilisé leurs femmes comme remparts pensant que les hommes blancs ne tueraient pas les femmes mais quand le commandant a vu ce qu'ils faisaient, tirant de derrière les squaws, il a ordonné qu'ils les tirent tous. Un certain nombre de papooses ont été laissés sans mère ni père. Certains d'entre eux ont été emmenés dans les maisons des colons et ont gardé toute leur vie. Il y avait même des papooses morts sur le champ de bataille. La perte d'hommes blancs était lourde aussi.

Père a également passé quelque temps au service pendant la guerre de Black Hawk. Père est arrivé dans la Vallée quand il avait environ six ans. Quelle scolarisation il a eue, il l'a fait dans les écoles de la vallée. C'était un bon écrivain et un lecteur incessant. Il nous a tous encouragés à lire. Chaque fois qu'il en avait l'occasion, il nous achetait un livre et les longues soirées d'hiver à la ferme étaient consacrées à la lecture. Je me souviens d'un livre intitulé Easy Steps for Little Feet, qui était la Bible racontée dans un langage simple. Il faisait environ 2 1/2 ou 3 pouces d'épaisseur. Nous l'avons traversé plusieurs fois. Il nous a aussi lu la Bible.

Dans mon enfance, il y avait une bibliothèque itinérante. Les livres étaient laissés au magasin pendant quelques semaines ou un mois pour être prêtés, et j'en lisais beaucoup. Je me souviens de A Tale of Two Cities, East Lynn, Fred's Dark Days et bien d'autres. J'étais la petite fille, il me prenait sur ses genoux et nous lisait tout pendant que maman tricotait ou cousait. Je peux encore entendre le clic des aiguilles à tricoter alors qu'elles volaient simplement autour du bas, du bonnet ou de la mitaine qu'elle faisait. Elle a tricoté tous nos bas pour l'hiver et pour une famille d'entre nous, c'était toute une tâche. Comment ils nous démangeaient les jambes lorsque nous devions les enfiler à l'automne.

I remember one winter evening when father was reading to us and a loud knock came on the door. Father called, "Come in," never thinking that there would be anyone other than a neighbor coming out that kind of night. The door opened and a great big bearded man stepped into the room. It was snowing and the snow and wind came in with him. Mother jumped to her feet and I remember how glad I was for the protecting arms of my father around me. He was what we called a tramp, and was wanting a place to sleep. Mother gave him a quilt and Father told him to go out to the barn and sleep in the hay, which he did. The next morning he was fed and went on his way.

Father would never let anyone be turned away without food. Sometimes the tramps would chop a little wood or hoe a few rows of garden for their meals, but most often they were given some thick sandwiches and sent on their way. Mother often said that the tramps had a mark on our gatepost because it seemed like every one of them stopped.

Father often sang to us in the evening. He had a good voice. Over and over he sang the ballads of pioneer days: "I Wandered to the Village Tom," "Sweet Betsy," "Up in a Balloon Boys," and many others. His boyhood days were spent as the days of most pioneer boys, working hard and having amusement that they arranged for themselves. Father played baseball and often told us how he liked to play. I can remember seeing him play. He had two fingers that were bent at the first joint. He said playing baseball had made them that way. They caught the ball without any mitts or gloves in those days. I was among the last of his children so he must have been nearing 60 years of age when I last saw him play.

He was a large man, about six feet two inches tall with black wavy hair and the kindest brown eyes. He was truly a gentleman. His youth and early manhood were spent in the rough pioneer times but he always had a dignity and culture about him. When he was 19 years old he was called to go to Winter Quarters to get some English emigrants. There was a captain over the company and a captain over each ten wagons. I don't know how many but there was a large company of them. Each one furnished their own outfit. They picked up their train of immigrants amongst them was an English family by the name of Noble. One member of the family was a lovely young girl about his age called Leanora. A courtship began which resulted in their marriage, on the 3rd of February in 1865.

After they had reached the valley, the Nobel family moved to Smithfield, Utah where. Samuel's family already lived. Six children were born to Samuel and Leanora: Mary Elizabeth, Samuel Teancum, Adelbert Owen, Acquilla and Prescilla, who were twins, and Laura Matilda. The mother, Leanora, passed away when the last little girls was born. The little motherless children were sent to live with relatives and the young husband bore his grief as best he could. The baby lived only about a year.

In two years he had found my mother, Alvira Elizabeth Tidwell, to mother his children and to be his companion and helpmate for the rest of his life, and she never failed him. They were married September 26, 1878.

He was such a kind and gentle man. Lizzie, as we always called Mary Elizabeth, has told me about father coming from his work to carry her to a children's party when her ankle was sprained and she couldn't walk.

They had a home in Smithfield. It was a pioneer home, but before their first baby, Peter Ernest, was born, a large sunny room was built onto it. Mother has often said how she appreciated it. She has often told us about the trundle beds they had that they pushed back under the big beds in the daytime. It was quite a family for a bride to take care of. The day they came back from Salt Lake where they were married in the Endowment House, the children came home. The twins were carrying their high chairs upside down on their heads. The boys Sam and Dell were there, too. Mary Elizabeth who was living in Ogden with Aunt Laura Fishburn came a while later.

I can never remember father slapping or spanking on of us in his life. He switched me around the legs one day with a wheat grass when I wouldn't mind him. I don't believe we ever disobeyed him. Father did freighting for a few years from Corinne, Utah to Helena and Butte, Montana. He had often told us of some of those experiences.

Once he was asked to take some Chinamen and their belongings to Butte. Everyone told him not to go and that he would never return alive, but he said he figured that if he treated them right, they would not hurt him. When they finally got everything together that they were to take, there were 20 wagons and about 50 Chinamen. The wagons were attached together in a chain and he drove several, I think, ten teams of mules. He said the last wagon came loose on one of the hills and went and went rolling back down the hill.

There was such a chattering and confusion by the time he got back to them. He thought now they would probably mob him but they didn't and he soon had it up to the top of the hill and attached to the other again, and they went cheerfully on their way. He said they used to fight among themselves with knives but no one ever molested him, and they never did kill each other. They often invited him to eat with them but when he saw what they cooked he made some excuse to eat his own food. He finally returned to his family safe and sound and with his pockets bulging with money. They had been real generous in paying him.

Father went to Oxford, Idaho and had a farm for a few years. Ruby was born there and also Mabel. Then he went to Cub River Canyon where his Brother Orrin already lived. He had an interest in a sawmill there and worked with Calyboum Moorhead. He built a nice little sort of a cape cod cottage for his family and here I was born, also Demar and Orrin. Leslie was born in a house near the sawmill.

His life was one of hard work always hewing timber, building the homes and roads and bridges and canals, doing the work of pioneering in different areas of the west. His life is really a story of the west. Some members of the family, his father's brothers, went to Arizona where their descendants still live. His sons Sam and Dell were married. They married sisters Hannah and Mary Baird.

Sam was married on January 9, 1895 and Dell on March 18, 1901. Acquilla or Quill as we always called him had been married on September 9, 1898 to Nellie Nibley and Mary Elizabeth was married to Joseph Kay on February 2, 1898 and Priscilla to Frank Taylor on January 9, 1891. Sam and Dell had taken up some farms near Swan Lake, Idaho. Mary Elizabeth lived on a farm there too. It was not long until Father decided to buy a farm a few miles from them. How well I remember the move from Cub River to Swan Lake. I was real young, but I still remember it so vividly. We moved in covered sleighs. It was early in March so we would be settled before time for the farm work to begin.

I remember how very ill it made Mother to ride inside the covered sleigh. She would ride with the driver until she was too cold then come back with us. We lived about three miles north of Swan Lake near Red Rock. Sam and Hannah had had most of their family, six sons, while living on the farm at Swan Lake.

The two last sons, twins, were born in Preston after they had moved there where Sam and Dell had a produce business. One little twin died at birth but Fred lived and was strong and healthy. Hannah's health was broken after the twins were born. She passed away when Fred was six months old. Mother and Father took the little baby bringing him home after the funeral. How thrilled we were as children to have a baby again. Mother had lost her youngest child who was also named Fred. I'm sure the little fellow filled a spot in her heart that had been so empty and the family all adored him. Fred always lived with us as a regular member of the family.

Although Father didn't go to church very often himself, he made sure everything was done up and the team hitched to the buggy in time for every one else to go. We attended the Grant Ward. Sacrament meeting was at 2:30. We went early to Sunday School and stayed till after Sacrament meeting and then the members of the family that were in the surrounding area came to our home for dinner.

Here we learned the lesson of life: To work, to meet disappointment, to also honor our word. My father's motto was "A man’s word should be as good as his bond." He had a standard of honesty that one doesn't often see. I think he could have born the nickname "Honest Sam" as Abraham Lincoln did "Honest Abe."

Our parents made our lives in those childhood days so good that everyone of us have loved farm life. We look back on those days with respect and honor for our parents. Father saw to it that "Old Pal" was always hitched to the one horse buggy in time to get us to school, three miles distant, on time. When we rode Pal and Topsy, he saw that the saddles were on them and we were off on time.

He served as a trustee on the school board for a number of years. The bishop of the ward was our nearest neighbor. Father was always loyal and true to him

His love for his wives and children was boundless. I'm sure he always prayed and worked that his children would be true to the Father in Heaven, true to their fellowmen, true to each other, and true to the honesty and integrity for which he stood. I'm sure he never betrayed a trust that was placed in him. His neighbors not only respected him, they loved him.

One tragedy in our family that aged my parents especially was the death of my brother Acquilla. He was in the prime of his life. He and his family were living at Pocatello where he was a mechanic in the Round House, where the trains came for service and repairs. His leg was so badly injured in an accident in the yards that it had to be amputated. In fact, it was nearly amputated at the time of the accident. He was taken to Salt Lake City to the hospital, St. Marks, where he was operated on two or three times to try to stop the spread of gangrene as infection was then called but his life couldn't be saved. In those days they didn't give blood transfusions or antibiotics as they do now. He had lost so much blood at the time of the accident that he couldn't recover. He passed away on October 18, 1902. He left a wife and two children.

We lived near Swan Lake in Grant Ward until 1908. Father had "taken up" a dry farm a few miles from the irrigated farm which he farmed for a number of years. He then decided to move to Preston where there was an academy, the Oneida Stake Academy. There were still the younger members of the family to go to high school and college if possible. So the farm was traded for a home in town on West Oneida Street. It was a nice three-bedroom home with a nice yard and a barn and garden. We all enjoyed it. It was the nicest home my mother had had for many years.

Father spent a lot of time back at Swan Lake on the farm he still had there. Mother went back and forth with him. All the traveling was done in a white top buggy. He had a chance to sell the farm, which he did, to a neighbor who was apparently a successful young man. He however had plunged too much and took bankruptcy right afterwards so the savings of a lifetime were gone.

The children were grown except Fred and Helen so we managed. I taught school, Bertha worked in the bank, which she had done since moving to Preston. Leslie went on a mission. Demar and Orrin went to Oneida Academy and worked at first one thing and then another. Fred and Helen were still in grade school. We always had a cow or two on the pasture behind the barn. Those were happy times even if there were hard times. Father was getting old. One of the sad things of life is to see ones parents get old. He never did seem old to me, though. He always moved quickly and kept his interest in what was going on in all of us.

Gradually we were all married. He would spend part of each day with Sam and Dell at their place of business. One day a car of coal came in and there was no one to unload it. Father said he would do it. The boys protested but he insisted so they let him start. He didn't get it finished when he was struck by a sever pain in his chest. The doctors said it was an enlargement of the aorta. He was never well again. This happened in the fall, in October. He passed away at noon on new Years Day 1922, being nearly 76 years old.

His love was like a shelter around us
A guardian there to bless
The children and the hearth of home
In strength of tenderness.

We can never fully pay our debt of gratitude to our father. I can truly say that I never heard him speak ill of anyone. We were never allowed to talk and gossip about anyone. He could not bear to hear a story that was in the least shady. I have seen him leave the room rather than to listen to any such thing. He lived in pioneer times when men were rough and many were uncouth, but he never profaned nor shouted. He was dignified and kind and gentle. In my whole life, I never heard him say a swear word. Such were the lessons he tried to teach us. Hardly ever by preaching, but always by example. I have spoken of his honesty. As I have grown older, I have found that few men have his high standard of honesty.

Surely his posterity down through the generations should emulate these wonderful traits of character. He had a gentle and loving heart. He was kind to everything, even the creatures of the earth and to his wives and family. In his youth he fought as a patriot. He had deep religious convictions. His parents had the courage to join an unpopular faith and endured the bitter persecution. He had a testimony of the gospel and wanted his family to understand it and live it and serve it.

Grandfather Samual Bemus Merrill

Samuel Bemis Merrill
1812-1891

Samuel Bemis Merrill was born Jan 4, 1812 in Smithfield, New York. This was about the time that the United States was having trouble with the British over oppression and several other things. After Samuel grew up, he met a woman from New Jersey who later became his wife. Her name was Elizabeth Runyon.

Samuel had a brother living in Michigan who had become interested in the Gospel, and had joined the LDS church. He wrote to Samuel who was living in New York and told him of the wonderful religion which was established by Joseph Smith and was known as the Church of Jesus Christ of Latter day Saints. Samuel was very much interested in this new religion and decided to learn more about it. He had heard that there were some Mormon Elders in a neighboring town who were preaching the gospel to the people. He decided to go and learn what he could about the gospel.

While he was crossing an open prairie on his way to where the Elders were, he met a man who was traveling on foot. The man was dressed in the purest white from head to foot and his skins was so pure white as to appear almost transparent. The man was very cheerful and in passing Samuel turned to look back at him but there was no man there. As there was no place nearby where he could have hidden, Samuel was puzzled to know what had happened to him. After Mr. Merrill joined the church and studied the Book of Mormon, he decided that the man was one of the three Nephites.

After Samuel and his wife and his father joined the church they moved to Nauvoo where the main body of the church was. While they were living in Nauvoo, the prophet and his brother were killed, leaving the people as flock without a shepherd. After much controversy, it was decided that the apostles should take the responsibility of the church and Brigham young was chosen as their active leader.

Brigham Young directed the people across the plains to the country in the west known as the great Salt Lake Basin. They crossed the Mississippi on the ice in February. One of their oxen fell off of the raft and was drowned. However, Mr. Merrill was in fairly good circumstances and crossed the plains without undue hardships. They crossed the Mississippi safely and camped on the Iowa side of the river that winter then came on to Salt Lake the next summer, arriving in 1849.

Samuel Merrill, father of Samuel Bemis, and his family settled around Salt Lake remaining there the rest of his life. Samuel with his family settled at Mill Creek, Utah. They were close to other members of the church and the people were very neighborly and kind. In 1869 the Samuel Bemis family moved to Smithfield, Utah. As they were leaving Mill Creek, the family remembers a woman coming out and stopping them to give them all a drink of buttermilk.

They arrived in Smithfield in the spring of 1860 and began at once to construct dugouts which they lived in the next summer. The dugouts were made by digging a hole in the ground, preferably on a side hill, covering it with timber, then applying a thick layer of clay for a roof. The dugouts also had dirt floors, and one door and very often no windows. The men built small log houses for the winter usually two room affairs with dirt roofs. They would also fill the cracks in the walls with clay. Some of the better houses were made of logs, flat on one side, but most of them were made of round logs.

The following winter the Indians were very bad. The saints organized a company of men known as minutemen. The men in this company were ready at all times to defend the people against the marauding bands of Indians. They were required to keep a horse and saddle near at hand for instant use. At Smithfield a guard was established which guarded the town every night, but still the Indians continued their attacks.

Along with trouble and wars with Indians the grasshoppers began coming in great hordes so fast that at times the sun was almost black with them. The grasshoppers soon finished the already poor crops of the settlers. By dragging long ropes over the small patches of grain they managed to save enough to survive through the winter and have some little see to plant the next season. They continued to be so bad the next spring they had to dig ditches and grasshoppers driven into them where they were burned by the thousands. In this way many of the fields were saved. During the spring and summer the people had to exist on greens, sego roots, and other herbs that they were able to obtain.

Smithfield was selected as a town to try out the “United Order” and certain families were selected to participate. Samuel Merrill was selected and baptized into it and put in so much money. However, even in a selected group the seeds of discord and discontent were soon sown, so it was abandoned.


3 thoughts on &ldquo The Legacy of the 5307th Merrill’s Marauders: Wisconsin MIAs in Burma &rdquo

The Missing in Action Recovery and Identification Project is an incredibly important initiative. The United States is rare in that it has been national policy to find, identify, and return to the United States the remains of US service members most other nations leave their service members where they fell.
America’s MIAs, and the national effort to find and recover them, is a subject that has long fascinated me. My first job, growing up in Colfax, Wisconsin, was mowing the grass at Evergreen Cemetery. I was drawn to a memorial to PFC Dermont Roger Toycen, US Army Air Corps. When the United States entered World War II, he was assigned to the 34th Pursuit Squadron in the Philippines. He was captured when US forces on the Bataan Peninsula surrendered in April 1942 and he died on 25 May 1942 at Camp O’Donnell. His remains remain unaccounted for.

My father, from Milwaukee, a graduate of the University of Wisconsin and its law school fought with the Marauders in Burma. He was evacuated because of injuries and illness and experienced compromised health until his sudden death at age 62. I have previously posted a letter he wrote to his parents in June 1944 while he was serving in Burma.

My dad Gregory G. Resch from Menasha Wisconsin was in the First Battalion-Red Combat Team of the 5307th. He was a Staff Sargent in charge of a heavy weapons platoon󈞽 mm mortars ,BAR’s artillery, etc.


MERRILL Genealogy

WikiTree est une communauté de généalogistes qui développe un arbre généalogique collaboratif de plus en plus précis et 100% gratuit pour tout le monde pour toujours. S'il vous plaît rejoignez-nous.

Please join us in collaborating on MERRILL family trees. Nous avons besoin de l'aide de bons généalogistes pour développer une complètement libre arbre généalogique partagé pour nous connecter tous.

AVIS DE CONFIDENTIALITÉ IMPORTANT ET AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : VOUS AVEZ LA RESPONSABILITÉ D'UTILISER LA PRUDENCE LORS DE LA DISTRIBUTION D'INFORMATIONS PRIVÉES. WIKITREE PROTEGE LES INFORMATIONS LES PLUS SENSIBLES, MAIS UNIQUEMENT DANS LA MESURE INDIQUÉE DANS LA CONDITIONS D'UTILISATION AND POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ.


Voir la vidéo: SJNMA 2018 Commencement Speaker Frank Merrill