Dan Jansen bat le record du monde au 500 mètres

Dan Jansen bat le record du monde au 500 mètres


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 30 janvier 1994, le patineur de vitesse américain Dan Jansen établit un nouveau record du monde de 35,76 aux Championnats du monde de sprint à Calgary, Alberta, Canada.

Né en 1965 dans le Wisconsin, Jansen avait été le plus jeune patineur à participer aux Jeux olympiques d'hiver de 1984 à Sarajevo, où il s'est classé quatrième au 500 mètres. Favorisé pour gagner à Calgary en 1988, Jansen a été dévasté par la mort de sa sœur Jane d'une leucémie le jour où il devait participer à la finale du 500 mètres. Il a couru ce soir-là dans l'espoir de gagner en son honneur, mais est tombé 100 mètres dans la course. Quatre jours plus tard, il chute à nouveau lors de l'épreuve du 1000 mètres et quitte Calgary sans médaille. À Albertville, en France, en 1992, Jansen a de nouveau échoué, terminant quatrième du 500 mètres et 26e du 1000.

En décembre 1992, Jansen est devenu le premier homme à patiner 500 mètres en moins de 36 secondes, lorsqu'il a établi un nouveau record du monde de 35,92 secondes à Hamar, en Norvège. L'arrivée du 30 janvier 1993 marquait la sixième fois que Jansen égalait ou battait le record du monde du 500 mètres. Il en était venu à dominer cette épreuve et le 1000 mètres en compétition internationale, mais une médaille olympique lui échappait encore.

Les prochains Jeux olympiques d'hiver, les quatrièmes de Jansen, ont eu lieu en 1994, à Lillehammer, en Norvège. À ce moment-là, il avait remporté un total de sept titres de Coupe du monde et établi sept records du monde. Après avoir glissé dans le 500 mètres, il semblait que les espoirs de Jansen pour la gloire olympique pourraient être brisés. Lorsqu'il s'est rendu sur la glace pour l'épreuve du 1 000 mètres quatre jours plus tard, Jansen a changé la donne en patinant jusqu'à un record du monde de 1:12,43 pour finalement remporter l'or olympique. Il a pris sa retraite de la compétition après les jeux de Lillehammer.


Dan Jansen patine le record du monde sur 500 mètres - HISTOIRE

Dan Jansen, le plus jeune de neuf enfants, a grandi dans une famille de patineurs de vitesse. À l'âge de seize ans, il était devenu un compétiteur sérieux, établissant un record du monde junior au 500 mètres lors de sa première compétition internationale.

Au cours des douze années suivantes, il a dominé le patinage de vitesse partout, sauf aux Jeux olympiques. Il a participé aux Jeux olympiques de 1984 et a raté de peu une médaille de bronze. Aux Jeux olympiques de 1988, les espoirs étaient grands pour lui, mais il est tombé dans ses deux courses après avoir appris que sa sœur était décédée d'une leucémie quelques heures seulement avant l'épreuve du 500 mètres. Aux Jeux olympiques de 1992, son entraîneur Peter Mueller a prédit qu'il remporterait une médaille d'or, mais bien que Dan ait terminé les deux courses, il n'a pas remporté de médaille.

Aux Jeux olympiques de 1994, tout s'est réuni pour lui physiquement et mentalement, et lors de la dernière course de sa carrière, Dan a remporté une médaille d'or et établi un nouveau record du monde.

Après cela, Dan est devenu conférencier motivateur et commentateur de télévision pour des événements de patinage de vitesse, y compris les Jeux olympiques de 2006.

Carrière olympique

1984, Sarajevo, Yougoslavie
500 mètres : 4e
1000 mètres : 16e

1988, Calgary, Canada
500 mètres : n'a pas fini
1000 mètres : n'a pas fini

1992, Albertville, France
500 mètres : 4e
1000 mètres : 26e

1994, Lillehammer, Norvège
500 mètres : 8e
1000 mètres : MÉDAILLE D'OR


Jansen patine vers le record du monde

Le patineur de vitesse américain Dan Jansen a établi dimanche un record du monde du 500 mètres aux Championnats du monde de patinage de vitesse de vitesse à Calgary, en Alberta, passant sous la barre des 36 secondes pour la quatrième fois.

Jansen, de Greenfield, Wis., a été chronométré à 35,76 secondes et a atteint une vitesse de 33,24 mi/h. en battant son record du monde de 35,92 secondes, établi le 4 décembre en Norvège.

La triple médaillée d'or olympique Bonnie Blair, de Champaign, dans l'Illinois, a remporté les quatre courses qu'elle a patinées au cours de la compétition de deux jours et a établi un record du monde de points en remportant son premier championnat du monde depuis 1989.

Blair a mené les femmes avec 157,40 points, suivie de l'Allemande Angela Hauck avec 159,02 et de la Chinoise Rui Hong Xue avec 159,08.

Jansen a dominé les hommes avec 144,81 points, suivi du Russe Sergei Klevchenja avec 145,31 et du Japonais Junichi Inoue avec 145,67.

Cammy Myler est devenue la première femme américaine à remporter une course de luge de Coupe du monde avec une victoire en 1:28,284 à Altenberg, en Allemagne.

Le favori local Philippe LaRoche a remporté une compétition de sauts de Coupe du monde à Lac Beauport, Québec. LaRoche a compilé 211,70 points sur deux sauts. Ray Fuerst, de New York, a terminé deuxième avec 195,92 points, avec le triple olympien Kris Feddersen de Steamboat Springs, Colorado, troisième avec 192,86. Chez les femmes, Lina Cherjazova d'Ouzbékistan a gagné pour la troisième fois consécutive avec 171,14 points.

Alberto Tomba, malgré une épaule douloureuse, a remporté une course de slalom lors de la Coupe du monde masculine à Chamonix, en France, avec un temps total de 2 minutes 1,37 secondes. Tomas Fogdoe, de Suède, a terminé deuxième en 2:02,34.

Le Belge Paul Herygers a remporté le championnat du monde de cyclisme cross à Koksijde, en Belgique, battant le Néerlandais Richard Groenendaal de six secondes. . . . Les enquêteurs d'Indianapolis tentent de découvrir ce qui a causé la perte de contrôle d'une voiture de course miniature et son écrasement dans une zone des stands du Hoosier Dome, tuant une personne et en blessant huit.

L'ancien entraîneur des Bears de Chicago, Mike Ditka, s'est enquis de la possibilité d'entraîner l'expansion des Jaguars de Jacksonville, a déclaré le propriétaire de l'équipe Wayne Weaver. . . . Bob Bjorklund, co-capitaine de l'équipe invaincue de football du championnat national de l'Université du Minnesota de 1940, est décédé d'une fibrose pulmonaire à 75 ans à Hopkins, Minnesota. . . John Daly, suspendu du PGA Tour l'automne dernier, a déclaré qu'il reviendrait pour le tournoi à la Nouvelle-Orléans, du 31 mars au 3 avril.


LA MALCHANCE ATTEND JANSEN ENCORE

Ils hissaient les drapeaux des médaillés de la course olympique de 500 mètres de patinage de vitesse, alors Harry et Gerry Jansen se sont levés pour honorer les vainqueurs.

Encore une fois, aucun drapeau américain n'a été hissé. Une fois de plus, leur fils, Dan, n'avait pas réussi à remporter une médaille olympique dans des circonstances tristes et inhabituelles.

Une fois de plus, la famille Jansen supportait la déception avec une humble dignité. Ils ont remercié les nombreux sympathisants qui se sont arrêtés à leurs sièges dans la salle olympique de Hamar pour dire: "Je suis désolé", car une glissade sur la glace avait laissé Jansen huitième dans un événement qu'il avait totalement dominé cette saison.

Dans le tourbillon d'activité autour d'elle en ce lundi après-midi, Jane Danielle Jansen, 8 mois, a dormi dans les bras de sa grand-mère maternelle. La petite fille a été nommée en l'honneur de la sœur de Jansen, Jane Beres, mère de trois petites filles lorsqu'elle est décédée à 27 ans d'une leucémie. Cela s'est produit le matin où Dan devait patiner le 500 mètres aux Jeux olympiques de 1988.

A l'époque comme aujourd'hui, c'était la Saint-Valentin. Ensuite, Jansen est tombé. Maintenant, il a failli tomber. À l'époque comme aujourd'hui, il semblait que le destin avait conspiré contre Jansen, 28 ans, de Greenfield, Wis.

"Dès que je l'ai vu glisser, j'ai dit : 'Pourquoi, mon Dieu ? Pourquoi encore ?' " dit Robin, la femme de Jansen. "Dieu ne peut pas être si cruel. Je suis sûr qu'un jour nous le saurons. Un jour, nous comprendrons."

Les Jansens ne sont pas des gens qui maudissent les destins, bien que, Dieu le sait, ils seraient pardonnés de le faire. Comme l'a dit Harry Jansen, "Nous avons eu des choses pires qui nous sont arrivées."

C'est une famille beaucoup plus encline à compter ses bénédictions. Dan l'a fait à plusieurs reprises en décrivant ce que signifie être le père de Jane Jansen, dont la tenue du lundi comprenait une chemise ornée du message "Allez, papa, allez".

"Elle ne se soucie pas de la place qu'il a eue", a déclaré Gerry Jansen, hochant la tête en direction de son 25e petit-enfant. " Il est toujours le meilleur papa pour elle."

Son père allait si bien, en route vers la victoire probable quand cela se reproduira. Le patin de Jansen a glissé lorsque la glace s'est brisée sous la lame avant la dernière courbe. Il a posé sa main gauche pour ne pas tomber, et cela lui a coûté un temps précieux dans une épreuve décidée au centième de seconde.

Jansen a terminé à 0,15 seconde du médaillé de bronze Manabu Horii, du Japon, et à 0,35 du vainqueur Aleksandr Golubev, de Russie. Le temps de Jansen, 36,68 secondes, était plus lent de près d'une seconde - une année-lumière dans cette course - que le record du monde, 35,76, établi par Jansen lors de son dernier 500 il y a deux semaines. Le temps gagnant de Golubev, un record olympique de 36,33, était bien en deçà de ce que Jansen avait fait (35,92 et 35,96) dans cette arène en novembre dernier.

Les trois autres Américains en course étaient loin derrière. David Cruikshank de Park Ridge, Ill., a terminé 19e, Nathaniel Mills d'Evanston, Ill., 20e, et Dave Besteman de Madison, Wisconsin, 27e.

"Pour autant de temps que cela m'a coûté, je pense que j'aurais gagné la course de loin si je n'avais pas glissé", a déclaré Jansen. "En ce moment, je me sens un peu plus mal pour Robin et ma mère et mon père que pour moi-même."

Aux Jeux olympiques d'hiver d'Albertville il y a deux ans, Robin Jansen s'était résolue à ne pas pleurer lorsqu'elle avait salué son mari après sa quatrième place au 500 m. météo, des conditions de glace qui le dérangeaient plus que les autres parce qu'il est grand pour un patineur de vitesse à 6 pieds et 195 livres.

Cette fois, Robin et Dan pensaient que la glace intérieure était trop dure, bien que d'autres patineurs aient dit qu'elle était molle. Cette fois, Robin Jansen a cédé à ses émotions.

« Nous avons pleuré, nous avons pleuré tous les deux », a-t-elle déclaré. "Et puis nous avons dit, c'est fini."

C'était fini, au moins temporairement, au moment où les Jansens ont rencontré Hillary Rodham Clinton, épouse du président, qui leur a dit qu'elle n'avait jamais vu une course de patinage de vitesse auparavant. "Elle a dit à Dan:" Nous sommes fiers de vous. Nous pensons que vous avez bien fait », a déclaré Robin.

Le sentiment était apprécié, mais cette fois, seule une médaille d'or était bonne pour Jansen, et seule une sorte de médaille était bonne. Il n'a pas encore remporté un des quatre Jeux olympiques d'hiver, terminant quatrième au 500 mètres et 16e au 1000 mètres en 1984, tombant dans les deux épreuves en 1988, puis quatrième au 500 mètres et 26e au 1000 mètres en 1992.

"Il y a toujours le 1 000 vendredi", a déclaré un ami à Robin Jansen, faisant référence à ce qui pourrait être la dernière course olympique de son mari.

« Oui, mais c'était la course », a-t-elle répondu. "C'était à ce moment-là que ça devait arriver."

Le fait que cela n'ait pas conduit à penser que Dan Jansen a formé une sorte de blocage mental à propos du patinage aux Jeux olympiques. Après tout, il a établi des records du monde du 500 mètres à quatre reprises dans d'autres compétitions, a été deux fois champion du monde de sprint et a remporté 23 médailles dans des compétitions de championnat du monde.

"Je pense que Jansen est le sprinteur le plus rapide du monde", a déclaré le Russe Sergey Klevchenya, médaillé d'argent lundi. "Ainsi, la huitième place qu'il a prise ne correspond tout simplement pas. Je suis vraiment désolé pour lui."


JANSEN FALLS MANQUE DE BUT DE DÉVERSEMENT LUI nie toute chance de gagner pour sa soeur décédée plus tôt dans la journée

Lorsque Dan Jansen est sorti pour s'échauffer pour sa course de 500 mètres dimanche, un autre patineur de vitesse, toujours en tenue de ville, s'est arrêté pour l'embrasser. Le patineur a tenu le bras de Jansen pendant qu'ils marchaient, lui offrant sa sympathie. Il lui tapota ensuite doucement le dos en lui souhaitant bonne chance.

Ce n'était pas un geste ordinaire avant une compétition, notamment les XVe Jeux olympiques d'hiver. Mais ce n'était pas une soirée ordinaire pour Jansen ou le reste de l'équipe olympique américaine de patinage de vitesse.

La vie et les rêves de l'équipe ont changé à l'aube dimanche avec un coup de fil. Quelques heures avant la plus grande course de sa carrière, Dan Jansen a appris que sa sœur, Jane, avait perdu sa bataille d'un an contre la leucémie.

Le mot s'est répandu. Jansen avait déjà dit qu'il se consacrait à lui remporter une médaille d'or. Il ferait la course.

Les cartes de la vie sont souvent distribuées par le bas. Dan Jansen est tombé dans le premier virage, ses patins le trahissant au 500 mètres. Il a glissé durement sur la voie extérieure, faisant trébucher le Japonais Yasushi Kuroiwa avant de s'écraser contre un mur rembourré.

Kuroiwa a eu une autre chance de courir. Quatre années d'entraînement et de rêve se sont terminées en quelques secondes pour Jansen, et apparemment, une équipe torturée par un traumatisme. Jansen a été le premier Américain à patiner - dans le deuxième couple de l'événement - et son déversement n'a fait qu'ajouter à l'ambiance sombre.

Nick Thometz, l'espoir le plus brillant des États-Unis avec Jansen, a terminé en tête des États-Unis – huitième. Courant troisième avec Serguei Fokitchev de l'URSS après la chute de Jansen, Thometz a également eu un faux départ et a momentanément glissé dans le virage 1.

"C'est difficile d'être réel quand vous avez une tragédie comme celle-là", a déclaré Thometz, qui a terminé à plus d'une seconde du médaillé d'or est-allemand Jens-Uwe Mey. Mey a patiné le 500 mètres en 36,45 secondes, battant le record olympique d'Eric Heiden de 38,03 établi en 1980 et le record du monde de Thometz (36,55). Le Néerlandais Jan Ykema a remporté l'argent (36,76) et le Japonais Akira Kuroiwa le bronze (36,77).

Jansen a déclaré qu'il s'était senti mal à l'aise toute la journée, surtout lorsqu'il est arrivé à l'Anneau olympique. "J'avais l'impression que je ne pouvais pas pousser fort sur la glace comme je le voulais."

"C'était si rapide que je ne me souviens pas de grand-chose", a déclaré Jansen à propos de la chute. "Ce n'était pas un premier 100 mètres normal pour moi. J'avais l'impression qu'il glissait sous moi. La prochaine chose que je savais, j'étais dans les tapis.

Jansen avait déjà eu des problèmes avec la glace de l'ovale olympique. Il a été disqualifié la dernière fois qu'il a couru ici, lors d'une compétition de Coupe du monde en décembre, pour être sorti de son couloir.

"Pourquoi c'est arrivé aujourd'hui, je ne sais pas", a déclaré Jansen.

Jansen est entré dans la compétition avec une confiance suprême. Il avait remporté le 500 m et le titre au classement général des Championnats du monde de sprint il y a deux semaines. Après avoir raté une médaille de bronze aux Jeux de 1984 par 0,16 seconde, il a surmonté la grippe et une blessure au pied pour établir le record américain du 500 mètres (36,84).

Après avoir été appelé pour un faux départ qui "a encore plus perturbé mon approche", il est parti lentement dans les 100 premiers mètres (9,95 secondes), bien qu'il soit à égalité avec Kuroiwa.

Jansen, 22 ans, de West Allis, Wisconsin, a admis que sa chute avait peut-être déstabilisé ses coéquipiers, en particulier Thometz.

"Après les nouvelles de ce matin, ça a été dur pour moi et Nick, qui est mon meilleur ami. Nous voulions sortir et faire de notre mieux », a-t-il déclaré.

Thometz : "Nous avons fait de notre mieux pour sympathiser avec lui. Malheureusement, la mort de Jane est survenue à un mauvais moment. Nous avons essayé de faire de notre mieux."

Thometz a déclaré que la mort de Jane pourrait avoir contribué à la chute. "Il semblait un peu différent aujourd'hui. C'est compréhensible », a déclaré Thometz. "Cela pourrait être une partie de la raison pour laquelle il est tombé."

Le capitaine de l'équipe américaine Erik Henriksen a déclaré qu'il était devenu "serré" après la chute de Jansen. Il a terminé 15e.

"Dès qu'il est tombé, mon cœur a coulé", a déclaré Henriksen. "Je ne suis pas habitué à voir tant de mauvaises choses se produire dans ce qui est censé être une période merveilleuse, les Jeux olympiques. Je n'ai jamais vu les choses tourner aussi mal."

Douze membres de la famille de Jansen ont voyagé ici dans deux camionnettes pour lui apporter un soutien émotionnel. Ses coéquipiers ont dédié leurs performances olympiques à Dan et à la mémoire de sa sœur lors d'une réunion dimanche matin.

Lorsqu'on lui a demandé s'il pensait rentrer chez lui avec son père, qui est parti pour West Allis tôt dimanche, Jansen a répondu : " Jane n'aurait pas voulu ça. "

Lorsque Jane a eu besoin d'une greffe de moelle osseuse il y a quelques mois, Dan s'est porté volontaire même si la procédure aurait interrompu sa formation. Mais il a contracté la mononucléose et une autre sœur, Joanne, a été choisie comme donneuse. Jansen a été réveillé à 6 heures du matin dimanche au village des athlètes par un appel de son frère, Mike, un patineur de vitesse aux Jeux de 1984. Jane, subissant une deuxième série de chimiothérapie récemment, avait pris une mauvaise tournure.

"Elle était encore en vie. Elle pouvait me comprendre mais elle ne pouvait pas parler », a déclaré Jansen. "Elle a compris ce que j'ai dit, et j'en suis heureux."


Dan Jansen

On se souvient d'eux simplement, malheureusement, sous le nom de The Falls. Ils comptent parmi les moments les plus poignants de l'histoire olympique.

Lors des Jeux d'hiver de 1988 à Calgary, Dan Jansen, un favori pour la médaille d'or, est sorti sur la glace pour patiner le 500 mètres quelques heures seulement après avoir appris que sa sœur était décédée d'une leucémie. Alors qu'il franchissait le premier virage, le poids de la nouvelle angoissante semblait l'écraser sur la glace. Quatre jours plus tard, Jansen a de nouveau essayé au 1000 e, il est tombé, cette fois d'un seul coup. "C'était très difficile de réaliser que toutes mes réalisations ne semblaient pas avoir d'importance, que tout ce pour quoi je serais connu était de tomber aux Jeux olympiques", dit-il. Il a besoin de temps juste pour croire "que cela n'allait plus se reproduire". Depuis lors, Jansen a mûri et s'est marié et a émergé, à 26 ans, prêt pour une autre course vers l'or.

Depuis qu'il a remporté les Championnats du monde de sprint de 1988 sur son propre terrain à West Allis, Wisconsin, il est le patineur de vitesse masculin le plus constant d'Amérique. Cette saison, Jansen a patiné foulée par foulée au 500 m avec le médaillé d'or olympique en titre Uwe-Jens Mey et a battu le mois dernier le record du monde de l'Allemand. Albertville nécessitera une force mentale extraordinaire pour Jansen. "Tout ce que je fais, c'est donner le meilleur de moi-même et espérer que tout le monde sera satisfait", dit-il. Pourtant, Calgary a changé à jamais son point de vue. Perdre une sœur était une affaire bien plus importante que gagner une médaille", dit-il. "Gagner l'or ne peut plus jamais être la chose la plus importante de ma vie.


BLAIR, JANSEN SUR LA PISTE

Avec huit sprints de Coupe du monde à leur actif ce week-end, les espoirs olympiques américains de patinage de vitesse Bonnie Blair et Dan Jansen sont apparus confortablement sur la bonne voie.

Blair s'est assise confortablement dans le siège du conducteur dans les sprints nationaux, ajoutant des victoires plus solides dans les courses de 500 et 1 000 mètres de samedi à la paire qu'elle a remportée vendredi.

Jansen, cependant, a parfois contourné le bord d'un désastre sur la glace qui, selon lui, n'était pas adapté à son jeu.

Après avoir perdu le 1000 m vendredi contre le détenteur du record du monde Kevin Scott du Canada, Jansen s'est racheté dans des conditions de patinage difficiles samedi avec une solide victoire qui l'a maintenu bien au sommet du classement de la Coupe du monde.

Mais il a remporté son 1 000 après avoir d'abord fait un gâchis de sa spécialité au 500 mètres. Après avoir remporté le 500 de manière décisive vendredi, Jansen a si mal réussi son premier virage samedi qu'il s'est senti chanceux de se contenter d'une troisième distance derrière le champion du monde en titre Yasunori Miyabe et son coéquipier japonais, Manabu Horii.

"Dan pense qu'il patine bien, mais il tourne en fait sur sept cylindres", a déclaré son entraîneur, Peter Mueller.

"Toutes les courses ici, les essais olympiques, ont fait des ravages, et il doit vraiment passer à autre chose. Il semblait un peu fatigué, un peu déprimé ce week-end. J'espère juste que c'est sa "semaine de baisse" de la saison. Vous ne pouvez pas patiner bien pire que lui. Pourtant, malgré toutes ses erreurs, il a tout de même remporté quelques courses et s'est bien classé dans les deux autres."

Semblant las et légèrement découragé, Jansen a blâmé une surface de glace fragile au Pettit Center pour avoir drainé la puissance de son coup. Sa technique utilise une accélération puissante, suivie d'une glisse relaxante. Ses adversaires pour la plupart plus légers, en revanche, utilisent une vitesse de pied plus rapide et plus légère qui déterre moins de glace.

"Dan perdait 20% de son pouvoir", a expliqué Mueller. "Il n'a jamais pu terminer un coup pour obtenir une glisse maximale car la glace semblait toujours s'effondrer à la fin. C'était la même chose pour plusieurs autres patineurs, mais cela a vraiment dérangé Dan."

Jansen a dit qu'il sera ravi de patiner sur la glace plus rapide et plus dure de Calgary pour les championnats du monde de sprint de la fin de semaine prochaine. Il sait également que la glace devrait être dure et rapide pour les Jeux olympiques de Hamar, en Norvège, où il a récemment établi un record du monde au 500 m.

"Ce que je ne voulais pas faire, c'était changer mon style de patinage pour m'adapter à la piste ici", a noté Jansen. "Alors c'était bien pour moi de gagner ce dernier 1000. C'était beaucoup mieux pour ma tête."

Mais personne ne semblait avoir la tête vissée plus solidement que Blair, qui a confirmé son rôle de favorite pour remporter les 500 et 1000 olympiques avec de solides victoires.

Le temps de 39,60 secondes de Blair au 500 m a représenté un gain énorme de 21 centièmes par rapport à la course de vendredi. De plus, elle a augmenté sa marge sur le finaliste You Sun-hee de Corée de 27 centièmes supplémentaires. Avec ses 40,17, You a suivi Blair de plus d'une demi-seconde, une marge énorme à cette distance.

Blair a également martelé son deuxième record de piste consécutif au 1000 m avec un temps de 1:20,24, battant à nouveau You par 34 centièmes décisifs.

"De toute évidence, gagner quatre courses ici ce week-end m'aide beaucoup en confiance", a déclaré Blair. "Je sentais que mes temps étaient vraiment solides, mais je pense toujours que je peux aller plus vite."

Son entraîneur, Nick Thometz, a déclaré qu'il s'attend à ce que ses temps s'améliorent alors qu'elle se rapproche d'un sommet espéré aux Jeux olympiques. Il a noté que le temps d'ouverture de 10,67 secondes de Blair au 500 était son départ le plus rapide depuis plusieurs années, et son 1000 était son deuxième plus rapide de l'année.

"Bonnie est une personne qui vit pour rivaliser", a déclaré Thometz. "Je m'attends à ce qu'elle aille de mieux en mieux d'ici aux Jeux."

D'un autre côté, Jansen a dû se battre pour conserver tout ce qui ressemblait à la confiance qu'il a apportée ici en décembre de l'Europe, où il a dominé les courses de Coupe du monde.

Cette fois, il sut immédiatement qu'il perdrait lorsqu'il se sentit décélérer dans le premier virage de son 500. " C'est à ce moment-là que vous êtes censé prendre de la vitesse, pas ralentir ", grommela Jansen. "J'ai été surpris de patiner aussi vite que je l'ai fait."

Il a affiché un 36,68 derrière les 36,59 de Miyabe et les 36,66-12 centièmes de Horii plus lents que son temps de vendredi. Mais la volonté délibérée de Jansen de remporter la victoire au 1000 m a représenté une amélioration encourageante de trois centièmes par rapport à son temps de vendredi, petit, mais non négligeable.

Il a réussi un temps de 1:14,01, avec Miyabe deuxième en 1:14,24. Cette fois, Scott portait les cornes de chèvre, tombant jusqu'à la cinquième place. Le Canadien a connu les mêmes problèmes que Jansen avec la glace, son temps de 1:14,71 étant plus d'une seconde complète plus lent que son temps gagnant de vendredi.

Bien que le classement de la Coupe du monde soit relativement insignifiant dans une année olympique, des équipes de Chine, de Russie et de Hollande ont contourné West Allis, par exemple Blair et Jansen sont en tête.

Blair a maintenant remporté les quatre 1000 pour une marge de 17 points sur l'Allemande Angela Houck dans cette catégorie. Et, avec trois victoires dans quatre des cinq courses de 500 mètres programmées, elle détient une avance de 97-91 sur la Coréenne You dans cette épreuve.

Jansen a remporté quatre des six 500 parmi les huit prévus jusqu'à présent pour détenir une solide avance de 142-118 sur le Japonais Horii. Et avec trois victoires et une seconde dans quatre des cinq 1000, il devance confortablement le Canadien Scott par 34 points.

Mais comme Jansen et Blair le comprennent de manière si poignante, personne ne se souvient des 12 titres de la Coupe du monde entre eux, seulement de leur quête historique du métal olympique.


Dan Jansen patine le record du monde sur 500 mètres - HISTOIRE

Par Johnette Howard
Rédacteur du Washington Post
Mardi 15 février 1994 Page A1

Il ne s'agissait pas d'une répétition des Jeux de Calgary de 1988, où Jansen s'est précipité sur la glace à deux reprises, entraîné par le poids de son chagrin face à la mort de sa sœur quelques heures seulement avant sa première course. Et ce n'était pas une répétition des Jeux d'Albertville de 1992, où Jansen s'est élancé vers une quatrième place comme s'il portait des skis, pas des patins. Ce n'était rien de si drastique. Juste trois doigts sur la glace. L'effet net a été désastreux tout de même.

Jansen était à deux foulées du dernier virage de la course olympique de 500 mètres d'aujourd'hui, à environ 110 mètres de la ligne d'arrivée et de la gloire longtemps retardée, lorsque sa dérapage s'est produit. À ce moment-là, il avait déjà négocié le premier virage de la piste – celui hanté où il était tombé au 500 à Calgary. À ce moment-là, il avait déjà parcouru la ligne droite arrière – la partie de la piste où il avait filé lors de la course de 1 000 mètres à Calgary. Maintenant, tout ce qui semblait rester à Jansen était de sortir de la courbe finale et de descendre le dernier tronçon, ses bras tranchants, ses dents découvertes et la foule de 11 000 personnes agitant toujours des drapeaux et sonnant toujours des cloches à vache pour l'aider à rentrer chez lui.

Au lieu de cela, le patin gauche de Jansen a pivoté et a presque coupé sa lame droite. Puis ces trois doigts ont touché le sol, ce qui lui a coûté deux ou trois dixièmes de seconde — une vie dans un sprint comme celui-ci.

La chose la plus étrange était peut-être "Ce n'est pas un endroit où je n'ai jamais glissé auparavant", a déclaré Jansen, les yeux vides, le visage choqué. "Je ne sais pas quoi vous dire. Je pense que j'aurais gagné la course de loin si je n'avais pas glissé. J'étais tellement confiant. Je sentais que je patinerais un record du monde."

"Il n'y a plus vraiment d'occasions pour moi", a déclaré Jansen, qui détient déjà le record du monde dans cette épreuve. "Je vais devoir vivre ma vie sans médaille d'or olympique au 500 mètres."

Ce pourrait également être la dernière chance pour le lugeur américain Duncan Kennedy, 26 ans, qui a commencé la deuxième journée de la compétition à la quatrième place et était sur un rythme presque record lors de sa première manche aujourd'hui jusqu'à ce qu'il s'écrase de manière spectaculaire au 14e virage de la Parcours de 16 virages et n'a pas fini.

Kennedy, qui cherchait à remporter la première médaille des États-Unis en luge, a été battu dans une attaque par des skinheads allemands en octobre à Oberhof, en Allemagne, après avoir défendu son coéquipier noir Robert Pipkins. Il a déclaré aujourd'hui qu'il continuerait à faire de la luge aussi longtemps que son dos malade le lui permettrait.

Jansen a 28 ans, probablement trop vieux pour maintenir la vitesse de son sprinteur jusqu'aux Jeux de 1998. C'est pourquoi le cycle abrégé de deux ans entre ces Jeux de Lillehammer et les Jeux olympiques d'hiver de 1992 à Albertville a été une aubaine pour les sprinteurs plus âgés comme lui. Jansen n'avait pas remporté de médaille lors de ses trois voyages précédents aux Jeux olympiques, mais le revirement sans précédent de deux ans ressemblait à un sursis. Plus tôt cette semaine, lorsque l'entraîneur américain Peter Mueller a qualifié Jansen de meilleur sprinteur de tous les temps, ce n'était pas une portée.

Dans l'attente de la course d'aujourd'hui, le présentateur de l'Olympic Hall avait énuméré des faits pour la foule, et presque tous semblaient inclure le nom de Jansen. Il avait le meilleur record du 500 cette année, le plus grand nombre de championnats du monde 500 parmi les patineurs actifs, le record de piste ici dans le soi-disant Viking Ship de Hamar, une piste intérieure à la pointe de la technologie. Il est le seul patineur de vitesse à franchir la barrière des 36 secondes au 500 (son record du monde est de 35,76).

Aujourd'hui, en patinant dans le deuxième duo, Jansen avait également l'avantage d'une glace propre. Mais son temps de 36,68 secondes était tellement inférieur à la norme que son nom avait chuté du classement par le cinquième couple. Sa chute libre a finalement calé à la huitième place, loin derrière Aleksandr Golubev (36,33) de Russie, le médaillé d'argent Sergey Klevchenya (36,39) de Russie et le médaillé de bronze Manabu Horii du Japon.

Mais Jansen n'est pas resté pour voir les patineurs russes. Immédiatement après sa course, il a arraché la capuche de sa combinaison de patinage de vitesse et a mis ses mains sur sa tête avec incrédulité. Il se pencha à la taille, les mains sur les genoux, comme s'il venait de recevoir un coup de poing. À ce moment-là, il avait glissé près de l'extrémité de la piste où s'habillent les patineurs, et il a attrapé ses échauffements, a abandonné les tours de chauffe habituels et a claqué hors de la glace, passant l'endroit où il est tombé, descendant quelques marches, puis marchant en canard dans le vestiaire des concurrents, où il pouvait être seul.

Mueller est finalement allé le voir, mais "nous n'avons pas dit grand-chose", a déclaré Mueller. Plus tard, le patineur de vitesse américain sur piste courte Andy Gabel a serré Jansen dans ses bras mais Gabel a admis : "Je n'ai vraiment rien dit non plus. On peut dire beaucoup de choses sans vraiment rien dire. Il a participé à 300 courses et six d'entre elles ne été bon."

Malheureusement pour Jansen, les six mauvaises courses ont toutes semblé venir aux Jeux Olympiques. Et honnêtement ou non, la vue en trou de serrure de sa vie que les Jeux ont fournie est tout ce que l'Amérique connaît de lui. Parmi les courses qu'il a terminées aux Jeux olympiques, il a terminé quatrième à deux reprises, à chaque fois par centièmes de seconde. Il est tombé deux fois et les deux ont été, par la suite, aussi inexplicables pour lui que la glissade d'aujourd'hui.

Pourtant, lui et Mueller ont fait de leur mieux pour deviner aujourd'hui ce qui n'allait pas. Ils ont dit que la glace était « dure », ce qui est tout aussi mauvais que la glace molle pour un patineur de puissance comme Jansen, car il dépend d'une bonne adhérence. Ils ont souligné qu'un autre patineur fort dans la course d'aujourd'hui, un patineur qui reflète stylistiquement Jansen, est tombé à peu près au même point dans le virage.

Mais la faiblesse de Jansen était différente. La foule a eu le souffle coupé, sachant que Jansen est le colosse de cet événement et que ce devait être son couronnement très retardé.

Bien que Jansen ait une chance de remporter une médaille dans son autre course ici - le 1 000 vendredi - ce 500 est la prune du patinage de vitesse, c'était pour la postérité, c'était l'événement qu'il était le favori prohibitif à remporter. Alors qu'il glissait dans les trois premiers quarts de la course, il semblait que Jansen aurait fait battre le cœur de Mueller à chaque fois que Mueller regardait son chronomètre pour les temps intermédiaires de Jansen.

"Ses trois premiers temps intermédiaires ont été les plus rapides de la journée", a déclaré Mueller. Cela semblerait étayer l'affirmation de Jansen selon laquelle "ce n'était pas des nerfs". Juste un patin qui a glissé. Trois doigts effleurant la glace. Une mauvaise pause, c'est tout.


27/04/1994 : Nam Phi tổ chức cuộc bầu cử a sắc tộc u tiên

Biên dịch & Hiệu đính : Nguyễn Huy Hoàng

Vào ngày này năm 1994, hơn 22 triệu người dân Nam Phi đã đi bỏ phiếu trong cuộc bầu cử quốc hội đa sắc tộc lần u tiên ở đất nước này. Đại đa số đã chọn lãnh đạo chống phân biệt chủng tộc Nelson Mandela làm người đứng đầu chính phủ liên minh mới bao gồm Đại hội Dân tgiac Phi (ANCung cĐảng Quela, Mandela) Tự do Inkatha (IFP) của lãnh đạo tộc người Zulu Mangosuthu Buthelezi. Tháng 5, Mandela được tấn phong làm tổng thống, trở thành vị nguyên thủ quốc gia da màu u tiên của Nam Phi. Continuer la lecture 󈬋/04/1994: Nam Phi tổ chức cuộc bầu cử đa sắc tộc u tiên”


Voir la vidéo: Morceli breaks World record 1000 m record 1992