Angleterre du Nord : mur d'Hadrien

Angleterre du Nord : mur d'Hadrien


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

>

Le mur d'Hadrien, construit il y a près de 2000 ans par les Romains sous le règne de l'empereur Hadrien, était un rempart militaire intelligemment conçu par 20 000 soldats. Ce mur ondulant de 73 milles de long définissait et protégeait probablement la sombre lisière nord de la Grande-Bretagne romaine des barbares embêtants. Très apprécié des randonneurs et des historiens, le mur est vraiment l'un des sites les plus stimulants d'Angleterre.

Abonnez-vous sur http://bit.ly/133oCd8 pour des mises à jour hebdomadaires sur plus de destinations européennes.

Pour plus d'informations sur la série télévisée Europe de Rick Steves - y compris les descriptions d'épisodes, les scripts, les stations participantes, les informations de voyage sur les destinations et plus - visitez http://www.ricksteves.com.


Marcher sur le mur d'Hadrien - parcourir l'histoire dans le nord de l'Angleterre

Ci-dessous, un échantillon de l'article.
S'il te plaît connexion ou s'abonner à ITN pour lire l'intégralité du message.

Si vous souhaitez lire un numéro des archives gratuit pour les non-abonnés, cliquez ici.

par John Scheleur, Arnold, MD

Pour marquer mon 60e anniversaire avec quelque chose de plus qu'une simple tentative de souffler 60 bougies, ma femme et moi avons entrepris en septembre 2004 de traverser le nord de l'Angleterre, en suivant le chemin de 84 milles du mur d'Hadrien. « Pourquoi diable un homme voudrait-il parcourir plus de 3 000 miles pour faire cela ? », demandez-vous. Eh bien, il doit avoir un amour de l'histoire, un amour de l'Angleterre et un amour du plein air - et, selon ma femme, être légèrement dérangé ! Cela s'est avéré être un fantastique voyage de 6 jours.

Un peu d'histoire

Tout d'abord, une brève leçon d'histoire. Il y a près de 2000 ans, en 122 après J. Il a finalement pris la forme d'un mur d'une hauteur moyenne de 15 pieds qui a bien rempli son rôle pendant plus de 250 ans.

Aujourd'hui, seules des sections du mur restent intactes, mais le chemin est complet, avec le « National Trail Guide » d'Anthony Burton qui suit le mur tel que les Romains l'ont construit, de Wallsend sur la côte est à Bowness-on-Solway à l'ouest.

Marcher dans cette direction viole l'une des principales règles de la randonnée de fond : garder les vents dominants dans le dos, des vents qui sur notre trek ont ​​atteint 40 à 60 mph en deux jours. Pourtant, en tant que romantique désespéré, je vous recommande de le faire de cette façon afin que vous puissiez finir par regarder le soleil se coucher sur le petit village de Bowness et les collines d'Écosse de l'autre côté de l'estuaire de Solway. Il s'agit de créer de bons souvenirs.

Préparation de la randonnée

Des informations sur le mur d'Hadrien, y compris des entreprises pour vous aider dans la marche, sont disponibles en ligne sur www.hadrians-wall.org. Nous avons pris nos dispositions par Mike Swan (Brampton Cumbria téléphone/fax 01434 382620 ou visitez www.walkinghadrians wall.com). Mike a géré de manière experte toutes les réservations de chambres d'hôtes ainsi que le transfert des bagages chaque jour jusqu'à l'hébergement de la nuit suivante. Il ne nous restait plus qu'à nous y rendre chaque soir !

Pour gérer cela, nous avons commencé un régime de marche environ six mois plus tôt, en augmentant progressivement la durée de nos promenades, bien que nous n'ayons jamais pu intégrer une journée entière de marche dans nos horaires chargés. Inutile de dire que nous n'avons jamais pu trouver le temps de faire les longues promenades six jours de suite, ce qui était notre plus grande préoccupation. Il s'est avéré que, étant en assez bonne forme physique, en faisant notre rythme et avec l'aide d'analgésiques modernes, nous avons réussi !

Bien qu'il soit sage d'avoir de bonnes chaussures de randonnée, des vêtements de pluie, de la nourriture et de l'eau, il est plus sage de tenir compte du vieil adage selon lequel, en marchant, "un mile en fait deux". Le fait que les Romains aient construit des « châteaux de mille » le long du mur et le fait de savoir que le mille romain ne mesurait que 0,9 du nôtre ne nous a pas facilité la tâche.

Le sentier

Depuis la ville industrielle de Wallsend, le sentier descend jusqu'à la rivière Tyne en longeant le quai rajeuni de Newcastle. Le premier jour était principalement une marche en ville/banlieue soulignée par le Millennium Bridge. Le deuxième jour était principalement des pâturages.

Le troisième jour a été le plus ardu, avec un grand nombre de collines et de montées et descentes raides. Le parcours du quatrième jour était également vallonné mais un peu moins exigeant.

Le cinquième jour a été consacré à davantage de pâturages et de banlieues à notre arrivée à Carlisle, et le dernier jour a offert principalement des terres côtières plates.

Questions pratiques

Je vais répondre à la question évidente : « Où se trouvent les toilettes et les endroits où manger en cours de route ? » La mauvaise nouvelle – ils ne sont pas nombreux. Si vous pouvez passer trois heures d'affilée avant d'avoir besoin d'une pause confort, tout devrait bien se passer.

Encore une mauvaise nouvelle : il pleuvra ! Et ce sera boueux et les vents souffleront. Et vous traverserez beaucoup de pâturages de vaches/moutons, si vous comprenez ma dérive.

Maintenant, vous demandez : « Pourquoi cet homme fait-il subir cette épreuve à sa charmante épouse ? » Voici pourquoi.

Événements mémorables

Nous aimons tous voyager, aller dans des pays où nous pouvons voir des sites merveilleux. Lors de ce voyage, le paysage que nous avons rencontré était vraiment spectaculaire, mis en évidence par un certain nombre d'arcs-en-ciel lorsque la pluie s'est arrêtée et que le soleil a brillé, juste avant que la pluie ne recommence.

Les vestiges de l'enceinte romaine étaient suffisamment nombreux pour nous faire apprécier l'exploit d'ingénierie accompli il y a si longtemps.

Les petites villes le long du mur avaient chacune leur propre saveur. Ce qui s'est passé lorsque nous avons quitté le sentier pour suivre un petit panneau à Crosby-on-Eden jusqu'au Crosby Lodge était un pur hasard !

Au lieu de suivre le sentier dans le petit hameau de Crosby-on-Eden, nous avons vu un panneau avec une flèche indiquant Crosby Lodge. Comme il était environ 11 heures du matin et que nous pensions déjeuner, nous avons décidé de tourner dans la ruelle pour voir à quelle distance se trouvait le lodge.

À environ 1 000 mètres, nous avons vu la dame de la loge à l'entrée et nous nous sommes renseignés pour pouvoir déjeuner. Elle a répondu qu'il était un peu tôt pour leur service régulier, mais elle nous a invités dans un salon qu'Agatha Christie elle-même aurait peut-être décoré et a dit qu'ils nous arrangeraient quelque chose !

Assis dans des fauteuils en velours moelleux, nous avons apprécié un déjeuner des plus délicieux pendant qu'ils nous racontaient tout sur l'histoire du lodge et nous souhaitaient bonne chance pour notre randonnée à travers l'Angleterre.

Rencontre avec les locaux

À moins de rencontrer les gens qui vivent dans un lieu, vous ne le connaîtrez jamais vraiment. Se promener dans leurs terres agricoles et leurs petites villes, manger dans des établissements locaux et séjourner dans des chambres d'hôtes - avec du temps passé autour de la table du petit-déjeuner non seulement avec les propriétaires mais avec d'autres randonneurs de toute l'Angleterre - n'étaient que la meilleure des expériences !

Nous avons eu le temps de partager des sentiments sur nos vies et nos villes natales. Nous avons parlé de politique, de religion, de famille et même de cricket ! Nous avons pu former une camaraderie autour d'un même objectif : terminer la marche.

Nous avions tous commencé ce trek en petit nombre, mais nous nous sommes retrouvés six jours plus tard avec un groupe de 15 nouveaux amis, célébrant autour d'un verre et d'un dîner au pub Kings Arms à Bowness. Il y avait un froid dans l'air qui soufflait de l'estuaire cette nuit-là, mais il n'y avait pas besoin de la cheminée dans le pub - nous ne pouvions pas nous empêcher de sentir la chaleur !

Alors que la soirée touchait à sa fin, l'un des messieurs qui avait manifestement bu de nombreuses pintes dans le Kings Arms à son époque a fait remarquer que nous serions vraiment heureux d'avoir fait la marche du mur d'Hadrien, alors que nous écrivions l'histoire. Quand il a vu l'air perplexe sur mon visage, il a dit : « Peu de gens ont parcouru tout le mur d'un bout à l'autre. Les Romains n'ont jamais été aussi fous !

Eh bien, je suppose que je suis assez fou pour vouloir tout recommencer un jour. Excusez-moi une seconde, je pense que ma femme dit quelque chose. . . .

par John Scheleur, Arnold, MD

Pour marquer mon 60e anniversaire avec quelque chose de plus qu'une simple tentative de souffler 60 bougies, ma femme et moi avons entrepris en septembre 2004 de traverser le nord de l'Angleterre, en suivant le chemin de 84 milles du mur d'Hadrien. « Pourquoi diable un homme voudrait-il parcourir plus de 3 000 miles pour faire cela ? », demandez-vous. Eh bien, il doit avoir un amour de l'histoire, un amour de l'Angleterre et un amour du plein air - et, selon ma femme, être légèrement dérangé ! Cela s'est avéré être un fantastique voyage de 6 jours.

Un peu d'histoire

Tout d'abord, une brève leçon d'histoire. Il y a près de 2 000 ans, en l'an 122 pendant l'occupation romaine de l'Angleterre, l'empereur Hadrien ordonna la construction d'un mur dans le nord de l'Angleterre pour « séparer les Romains des barbares » le long de la frontière nord, dont la plupart est maintenant l'Écosse. Il a finalement pris la forme d'un mur d'une hauteur moyenne de 15 pieds qui a bien rempli son rôle pendant plus de 250 ans.

Aujourd'hui, seules des sections du mur restent intactes, mais le chemin est complet, avec le « National Trail Guide » d'Anthony Burton qui suit le mur tel que les Romains l'ont construit, de Wallsend sur la côte est à Bowness-on-Solway à l'ouest.

Marcher dans cette direction viole l'une des principales règles de la randonnée de fond : garder les vents dominants dans le dos, des vents qui sur notre trek ont ​​atteint 40 à 60 mph en deux jours. Pourtant, en tant que romantique désespéré, je vous recommande de le faire de cette façon afin que vous puissiez finir par regarder le soleil se coucher sur le petit village de Bowness et les collines d'Écosse de l'autre côté de l'estuaire de Solway. Il s'agit de créer de bons souvenirs.

Préparation de la randonnée

Des informations sur le mur d'Hadrien, y compris les entreprises pour vous aider dans la marche, sont disponibles en ligne sur www.hadrians-wall.org. Nous avons pris nos dispositions par Mike Swan (Brampton Cumbria téléphone/fax 01434 382620 ou visitez www.walkinghadrians wall.com). Mike a géré de manière experte toutes les réservations de chambres d'hôtes ainsi que le transfert des bagages chaque jour jusqu'à l'hébergement de la nuit suivante. Il ne nous restait plus qu'à nous y rendre chaque soir !

Pour gérer cela, nous avons commencé un régime de marche environ six mois plus tôt, augmentant progressivement la durée de nos promenades, même si nous n'avons jamais pu intégrer une journée entière de marche dans nos horaires chargés. Inutile de dire que nous n'avons jamais pu trouver le temps de faire les longues promenades six jours de suite, ce qui était notre plus grande préoccupation. Il s'est avéré que, étant en assez bonne forme physique, en faisant notre rythme et avec l'aide d'analgésiques modernes, nous avons réussi !

Bien qu'il soit sage d'avoir de bonnes chaussures de randonnée, des vêtements de pluie, de la nourriture et de l'eau, il est plus sage de tenir compte du vieil adage selon lequel, en marchant, "un mile en fait deux". Le fait que les Romains aient construit des « châteaux de mille » le long du mur et le fait de savoir que le mille romain ne mesurait que 0,9 du nôtre ne nous a pas facilité la tâche.

Le sentier

Depuis la ville industrielle de Wallsend, le sentier descend jusqu'à la rivière Tyne en longeant le quai rajeuni de Newcastle. Le premier jour était principalement une marche en ville/banlieue soulignée par le Millennium Bridge. Le deuxième jour était principalement des pâturages.

Le troisième jour a été le plus ardu, avec un grand nombre de collines et des montées et descentes abruptes. Le parcours du quatrième jour était également vallonné mais un peu moins exigeant.

Le cinquième jour a été consacré à davantage de pâturages et de banlieues à notre arrivée à Carlisle, et le dernier jour a offert principalement des terres côtières plates.

Questions pratiques

Je vais répondre à la question évidente : « Où se trouvent les toilettes et les endroits où manger en cours de route ? » La mauvaise nouvelle – ils ne sont pas nombreux. Si vous pouvez passer trois heures d'affilée avant d'avoir besoin d'une pause confort, tout devrait bien se passer.

Encore une mauvaise nouvelle : il pleuvra ! Et ce sera boueux et les vents souffleront. Et vous traverserez beaucoup de pâturages de vaches/moutons, si vous comprenez ma dérive.

Maintenant, vous demandez : « Pourquoi cet homme fait-il subir cette épreuve à sa charmante épouse ? » Voici pourquoi.

Événements mémorables

Nous aimons tous voyager, aller dans des pays où nous pouvons voir des sites merveilleux. Lors de ce voyage, le paysage que nous avons rencontré était vraiment spectaculaire, mis en évidence par un certain nombre d'arcs-en-ciel lorsque la pluie s'est arrêtée et que le soleil a brillé, juste avant que la pluie ne recommence.

Les vestiges de l'enceinte romaine étaient suffisamment nombreux pour nous faire apprécier l'exploit d'ingénierie accompli il y a si longtemps.

Les petites villes le long du mur avaient chacune leur propre saveur. Ce qui s'est passé lorsque nous avons quitté le sentier pour suivre un petit panneau à Crosby-on-Eden jusqu'au Crosby Lodge était un pur hasard !

Au lieu de suivre le sentier dans le petit hameau de Crosby-on-Eden, nous avons vu un panneau avec une flèche indiquant Crosby Lodge. Comme il était environ 11 heures du matin et que nous pensions déjeuner, nous avons décidé de tourner dans la ruelle pour voir à quelle distance se trouvait le lodge.

À environ 1 000 mètres, nous avons vu la dame de la loge à l'entrée et nous nous sommes renseignés pour pouvoir déjeuner. Elle a répondu qu'il était un peu tôt pour leur service régulier, mais elle nous a invités dans un salon qu'Agatha Christie elle-même aurait peut-être décoré et a dit qu'ils nous arrangeraient quelque chose !

Assis dans des fauteuils en velours moelleux, nous avons apprécié un déjeuner des plus délicieux pendant qu'ils nous racontaient tout sur l'histoire du lodge et nous souhaitaient bonne chance pour notre voyage à travers l'Angleterre.

Rencontre avec les locaux

À moins de rencontrer les gens qui vivent dans un lieu, vous ne le connaîtrez jamais vraiment. Se promener dans leurs terres agricoles et leurs petites villes, manger dans des établissements locaux et séjourner dans des chambres d'hôtes - avec du temps passé autour de la table du petit-déjeuner non seulement avec les propriétaires mais avec d'autres randonneurs de toute l'Angleterre - n'étaient que la meilleure des expériences !

Nous avons eu le temps de partager des sentiments sur nos vies et nos villes natales. Nous avons parlé de politique, de religion, de famille et même de cricket ! Nous avons pu former une camaraderie autour d'un même objectif : terminer la marche.

Nous avions tous commencé ce trek en petit nombre, mais nous nous sommes retrouvés six jours plus tard avec un groupe de 15 nouveaux amis, célébrant autour d'un verre et d'un dîner au pub Kings Arms à Bowness. Il y avait un froid dans l'air qui soufflait de l'estuaire cette nuit-là, mais il n'y avait pas besoin de la cheminée dans le pub - nous ne pouvions pas nous empêcher de sentir la chaleur !

Alors que la soirée touchait à sa fin, l'un des messieurs qui avait manifestement bu de nombreuses pintes dans le Kings Arms à son époque a fait remarquer que nous serions vraiment heureux d'avoir fait la marche du mur d'Hadrien, alors que nous écrivions l'histoire. Quand il a vu l'air perplexe sur mon visage, il a dit : « Peu de gens ont parcouru tout le mur d'un bout à l'autre. Les Romains n'ont jamais été aussi fous !

Eh bien, je suppose que je suis assez fou pour vouloir tout recommencer un jour. Excusez-moi une seconde, je pense que ma femme dit quelque chose. . . .


S'étendant sur 36 miles, le mur surplombait la fertile vallée de Midland et dominait le cou de l'Écosse. Une tribu britannique appelée Damnonii habitait cette région de l'Écosse, à ne pas confondre avec le Dumnonii tribu de Cornouailles.

Chaque fort se composait d'une garnison auxiliaire de première ligne qui aurait enduré un service quotidien épuisant : longues missions de sentinelle, patrouilles au-delà de la frontière, maintien des défenses, entraînement aux armes et services de messagerie, pour ne citer que quelques fonctions attendues.

Des forts plus petits, ou forts, étaient situés entre chaque fort principal - l'équivalent des châteaux-forts que les Romains ont placés le long du mur d'Hadrien.

Forts et Fortlets associés au Mur d'Antonin. Crédit : moi-même / Commons.


Connaître une ruine: le mur d'Hadrien - La merveille romaine dans le nord de l'Angleterre

La bonne nourriture britannique vous manque ? Ensuite, commandez auprès du British Corner Shop – Des milliers de produits britanniques de qualité – y compris Waitrose, expédition dans le monde entier. Cliquez pour acheter maintenant.

Les Romains sont arrivés en Grande-Bretagne en 43 après JC pour faire de l'île du Sceptre une partie de leur empire. Les Romains ont remonté la Grande-Bretagne jusqu'à l'isthme Tyne-Solway. Les forts de cette région étaient alors reliés par une route qui allait de Corbridge à Carlisle. La décision de construire le mur a probablement été prise avant la visite de l'empereur Hadrien en 122. La croyance générale était que le mur avait été construit pour se protéger des Pictes au nord, mais une autre théorie formulée par les érudits est que, à la suite des révoltes contre la domination romaine au cours de la précédente décennies (y compris la célèbre attaque de Boudicca sur Londres), le mur a été construit comme une démonstration de puissance. Les érudits pensent qu'en construisant le mur, les Romains pourraient intimider les Britanniques pour qu'ils tentent d'autres soulèvements.

Que ce soit pour la protection de l'extérieur ou une démonstration de pouvoir pour ceux de l'intérieur, l'empereur Hadrien a ordonné la construction lors de sa tournée en Grande-Bretagne romaine, et les travaux ont été réalisés sur une période de six ans. Le plan original du mur avait une fondation en pierre avec une porte gardée à chaque kilomètre et deux tours d'observation entre les deux. À la fin de la construction, il y avait quatorze forteresses tous les cinq milles romains pour une longueur moderne de soixante-treize milles. On pense que sa hauteur était comprise entre treize et quinze pieds avec un Vallum (ou un fossé fait de travaux de terrassement) de vingt pieds de large et dix pieds de profondeur.

Alors que les légionnaires construisaient le mur, les auxiliaires constituaient son état-major principal. Les régiments étaient composés d'environ 500 à 1 000 soldats et cavaliers et chaque fort était conçu pour contenir un régiment auxiliaire. En plus des membres de l'infanterie et de la cavalerie, il y avait un certain nombre de partisans du camp. Ces personnes n'étaient pas autorisées à s'installer entre le mur et le Vallum, bien que des preuves archéologiques suggèrent qu'elles se sont installées du côté romain et qu'au 3 e siècle, elles avaient un étalement urbain qui s'étendait bien au-delà des forts.

Malgré tout cela, le mur d'Hadrien a cessé d'être une fortification principale moins de vingt ans après son achèvement. À la mort d'Hadrien en 138, le nouvel empereur Antonin le Pieux a déplacé les fortifications de l'Empire plus au nord, construisant ce qu'on appelle le mur d'Antonin qui a été construit entre 142 et 154. Cependant, seulement huit ans après son achèvement, le mur d'Antonin a été abandonné, avec le retour des unités auxiliaires au mur d'Hadrien en 162. Dix-huit ans plus tard, une attaque majeure des tribus du nord qui a provoqué une réévaluation du mur et un redéploiement des forces le long de celui-ci.

Le mur d'Antonin sera à nouveau occupé lorsque l'empereur Septime Sévère est venu au nord pour tenter de conquérir l'Écosse (alors connue sous le nom de Calédonie). Les résultats de cette campagne étaient douteux et les Romains finirent par se replier à nouveau sur le mur d'Hadrien. C'est là que les Romains resteraient jusqu'à l'année 410, lorsque les Romains se sont effectivement retirés de la Grande-Bretagne. Une combinaison d'envahisseurs barbares de tout l'Empire les a forcés à se retirer pour tenter de fortifier ce qui restait de l'Empire romain.

Dans certains cas, avec le retrait romain, on ne sait pas exactement ce qui s'est passé au mur après leur départ. Certains rapports suggèrent qu'un général est devenu un chef local. Quoi qu'il en soit, les habitants des zones environnantes ont contribué à accélérer la ruine du mur en emportant une grande partie de la pierre pour les routes et autres projets de construction. Le mur d'Hadrien continuerait à se dégrader jusqu'en 1834, lorsque John Clayton commença à acheter la propriété entourant le mur pour empêcher les habitants de continuer à en emporter des morceaux. Finalement, des générations après les efforts de Clayton, les propriétés tomberaient sous la garde du National Trust, qui exploite le mur d'Hadrien en tant que site touristique le plus populaire du nord de l'Angleterre. De plus, le mur est devenu un site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987.

Aujourd'hui, le mur d'Hadrien est entretenu par English Heritage.Il existe également le sentier national du mur d'Hadrien qui longe le mur de Wallsend à Bowness-on-Solway. Plusieurs sections ont des portions importantes à visiter et à en apprendre davantage sur la Grande-Bretagne romaine.


Mur d'Hadrien

Après avoir envahi la Grande-Bretagne en 43 après JC, les Romains ont rapidement pris le contrôle du sud de l'Angleterre. La conquête des « barbares sauvages » dans le Nord n'allait pourtant pas être si facile.

Dans les années 70 et 80 après JC, le commandant romain Agricola mena une série d'assauts majeurs contre les tribus barbares du nord de l'Angleterre et des basses terres écossaises. Malgré une campagne réussie en Écosse, les Romains ont échoué à long terme à conserver les terres gagnées. Des forts et des postes de signalisation ont été construits dans les basses terres reliées par la route Stanegate qui allait des eaux de la Tyne à l'est à l'estuaire de Solway à l'ouest.

Environ quatre décennies plus tard, vers 122 après JC, les barbares étant toujours indomptables, ces forts de plaine étaient à nouveau soumis à une intense pression hostile. Une visite de l'empereur Hadrien cette année-là pour examiner les problèmes frontaliers aux frontières de son empire a conduit à une solution plus radicale. Il ordonna la construction d'une immense barrière s'étendant sur quatre-vingts milles romains de la côte ouest de la Grande-Bretagne à l'est. Construit en pierre à l'est et initialement en gazon à l'ouest (car la chaux pour le mortier n'était pas disponible), le mur d'Hadrien a duré au moins six ans.

Ci-dessus : Milecastle 35 (également connu sous le nom de Sewingshields)

Environ 10 pieds (3 m) de largeur et 15 pieds (4,6 m) de hauteur, avec un parapet sur le côté nord donnant une hauteur totale de 20 pieds (6 m), aux envahisseurs potentiels, la structure mettait l'accent sur la puissance et la puissance de Rome. Comme pour renforcer cela, les châteaux de 80 milles sont espacés d'un mille romain sur toute leur longueur.

En 138 après JC, les Romains, peut-être avec quelques comptes à régler, cherchèrent à nouveau à civiliser les habitants du Nord avec une nouvelle campagne en Écosse. Cette fois, une nouvelle frontière, le mur d'Antonin, a été rapidement établie entre les rivières Forth et Clyde et le mur d'Hadrien a été rapidement abandonné. Vers 160 après JC, cependant, les Romains furent à nouveau persuadés par les Écossais qu'ils ne souhaitaient pas être civilisés et furent contraints de se réinstaller au mur d'Hadrien. Tellement préoccupés par l'accueil qu'ils avaient reçu dans le nord, les Romains ont entrepris de remplacer le reste du mur de gazon par une structure de pierre plus substantielle.

Ci-dessus : Une section de vallum (terrassement défensif) au premier plan, avec le mur en arrière-plan.

Les Romains ont maintenu et occupé le mur jusqu'au quatrième siècle après JC, résistant à plusieurs autres raids barbares des tribus persistantes du nord. On sait peu de choses sur les effets sur le mur de la conspiration barbare lorsqu'en 367 après JC, des tribus hostiles de toute la Grande-Bretagne ont attaqué ensemble. Peu de temps après, vidé de ses troupes de garnison par des replis successifs, le mur d'Hadrien est finalement abandonné.

Aujourd'hui, des tronçons spectaculaires du mur subsistent sur certains des paysages les plus accidentés des îles britanniques. Des aperçus de l'organisation, de la religion et de la culture romaines restent visibles le long du mur dans les différents forts, châteaux forts, temples, musées, etc. Le mur d'Hadrien est sans aucun doute le monument le plus important et le plus important laissé par les Romains en Grande-Bretagne. Il capture des images dramatiques d'une Grande-Bretagne divisée par le conflit et l'occupation.

Où voir le mur

Bus mural d'Hadrien – circule tous les jours en été entre Carlisle et Hexham, s'arrêtant aux attractions touristiques le long de la route. Chaque bus est relié aux services ferroviaires et de bus à Carlisle, Haltwhistle et Hexham. Un guide compétent et sympathique est souvent à bord des services de week-end. Service hivernal limité. Contact: 01434 344777 / 322002

Sites romains – Veuillez cliquer sur le lien suivant pour afficher notre carte interactive détaillant les sites romains en Grande-Bretagne.

Se déplacer en Bretagne – Veuillez cliquer sur le lien suivant pour consulter notre guide de voyage au Royaume-Uni


Pourquoi le mur a-t-il été construit ?

De cette façon, une fonction, probablement la fonction principale, du Mur, était le contrôle des frontières, tout comme les barrières frontalières modernes. ici l'armée appliquait les règlements qui régissaient l'accès à l'empire. Il semblerait, d'après les commentaires sur d'autres frontières, que les gens ne pouvaient entrer dans l'empire qu'à des points désignés et voyager sans armes et sous escorte militaire vers des marchés spécifiés ou d'autres endroits. Le mur contribuerait également à empêcher les raids dont on sait qu'ils se produisent à toutes les frontières. Le but des unités auxiliaires basées dans la zone frontalière était entièrement différent, il s'agissait de la défense militaire - ainsi que de la protection et de la police des provinciaux. L'implantation de forts sur la ligne du Mur occultait la différence entre ces deux fonctions. L'analyse de l'emplacement du Mur dans le paysage indique qu'il n'était pas toujours placé dans la meilleure position si la défense était le critère principal.

On peut aussi considérer que le Mur n'était qu'une partie d'un système plus large de contrôle des frontières. La cavalerie est attestée dans de nombreux forts sur la ligne du Mur. Utiliser ces soldats comme gardes-frontières serait un gaspillage de leurs compétences, il est plus probable qu'ils patrouillaient dans la zone au nord. Certes, un scoutisme ultérieur au nord du mur est attesté ainsi que des traités entre les Romains et leurs voisins du nord.


Les archéologues déconcertés après avoir repéré un changement mystifiant dans la caserne du mur d'Hadrien

Lien copié

Mur d'Hadrien : des archéologues découvrent une « partie inconnue »

Lorsque vous vous abonnez, nous utiliserons les informations que vous fournissez pour vous envoyer ces newsletters. Parfois, ils incluront des recommandations pour d'autres newsletters ou services connexes que nous proposons. Notre avis de confidentialité explique plus en détail comment nous utilisons vos données et vos droits. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La conquête de la Grande-Bretagne par l'Empire romain a commencé il y a près de 2 000 ans. Cela a changé le visage du pays pour toujours. La culture romaine, la nourriture, l'art, ainsi que les myriades de religions pratiquées à travers l'Empire ont été amenés sur les côtes de l'île.

Articles Liés

Pour occuper et boucler des étendues de terre, les Romains ont érigé des forts et des murs autour de la Grande-Bretagne, dont beaucoup survivent aujourd'hui.

L'une des pièces les plus remarquables est le mur d'Hadrien.

S'étendant sur 73 miles des rives de la rivière Tyne près de la mer du Nord, tout à l'ouest jusqu'au Solway Firth près de la mer d'Irlande, les travaux sur le mur ont commencé en 122 après JC.

C'était près de 100 ans après la première invasion de la Grande-Bretagne par les Romains.

Actualités archéologiques : la caserne de l'un des sites du mur d'Hadrien a déconcerté les chercheurs (Image : GETTY)

Empire romain : le pouvoir impérial a colonisé des terres de la Syrie à la Grande-Bretagne (Image : GETTY)

Des gens de tout l'Empire ont afflué dans le pays, dont certains venaient d'aussi loin que l'Iran et la Syrie d'aujourd'hui.

Les soldats auraient terminé des campagnes en Grande-Bretagne, restant des mois ou parfois des années.

Une ancienne caserne du mur d'Hadrien où ces soldats séjournaient autrefois a été explorée lors du documentaire de History Hit, « Mur d'Hadrien : Construire le mur ».

Frances McIntosh, conservatrice du Wall's English Heritage, a fait la lumière sur la configuration mystifiante de l'une des anciennes garnisons du site de Housesteads dans le Northumberland, et a révélé à quel point elle a déconcerté les chercheurs.

Mur d'Hadrien: Le mur tel que représenté près du site de Housesteads où se trouve la caserne inhabituelle (Image: GETTY)

Tendance

Les commandants appréciaient traditionnellement les "quartiers luxueux" avec des espaces de vie modernes et spacieux qui permettaient l'intimité - une denrée recherchée dans des conditions souvent exiguës.

Les soldats ordinaires étaient souvent forcés de dormir à huit dans une pièce dans des espaces en forme de cube.

Pourtant, dans la seconde moitié du temps des Romains en Grande-Bretagne, Mme McIntosh a déclaré: "Au quatrième siècle, les casernes des soldats ont été modifiées et nous ne savons pas si c'est parce que le traitement était différent, peut-être que les familles ont été autorisées à déménager dedans, mais ce ne sont plus seulement huit hommes dans une pièce.

"Ce sont ce qu'on appelle des "casernes de chalets", alors ils ont été séparés.

Frances McIntosh: la conservatrice de The Wall a admis qu'elle et ses collègues n'étaient pas sûrs du site (Image: History Hit)

Casernes : les casernes de Housesteads sont séparées individuellement plutôt que d'être sous un même toit (Image : History Hit)

"Ce n'est pas un bloc divisé en pièces, ils sont divisés en bâtiments individuels.

"Il y a en fait des écarts entre chaque pièce, chaque bloc.

"C'est un très bel exemple de combien les choses ont changé au cours de la période de 300 ans pendant laquelle le site a été occupé."

Les casernes de South Shields et d'autres endroits le long du mur sont segmentées et petites bien que connectées.

Mais la découverte à Housesteads est sans précédent.

Découvertes archéologiques : certaines des découvertes archéologiques les plus révolutionnaires jamais enregistrées (Image : Express Newspapers)

La seule explication que les chercheurs ont proposée jusqu'à présent est que l'Empire a simplement changé son fonctionnement au moment où les casernes de Housesteads ont été construites.

Bien que cela ait laissé beaucoup d'insatisfaits.

Parlant de la configuration, Mme McIntosh a déclaré: "Celui-ci a à peu près la même taille, mais nous ne savons tout simplement pas combien d'hommes seraient ici et quelle serait la disposition.

Histoire romaine: le mur s'étend sur 73 miles à travers le nord de l'Angleterre (Image: History Hit)

Articles Liés

"Pour une raison quelconque, ils l'ont complètement séparé, donc ce n'est pas seulement un mur séparant chaque pièce, il est complètement séparé en un bâtiment individuel.

"Nous ne savons pas pourquoi, et Housesteads n'est qu'un des endroits où il a été trouvé, mais nous supposons que cela s'est également produit dans d'autres forts, car la garnison du fort a changé et la composition des troupes a changé."


Romains noirs en Grande-Bretagne

Étude de cas : soldats nord-africains à Aballava (Burgh-by-Sands)
Richard Paul Benjamin, chercheur de troisième cycle Université de Liverpool
Alan M. Greaves, Maître de conférences Université de Liverpool

Des Romains noirs étaient stationnés en Grande-Bretagne

Il y a un débat en cours concernant la présence ou non de Noirs en Grande-Bretagne dans l'Antiquité. Le problème fondamental de ce type de recherche a toujours été la fiabilité et la disponibilité des matériaux sources et les méthodes analytiques par lesquelles nous les étudions.

L'exemple le plus célèbre de Romains noirs en Grande-Bretagne est le cas de la garnison militaire romaine au fort de Burgh-by-Sands, sur le mur d'Hadrien en Cumbrie. Une inscription du IVe siècle nous apprend que l'unité auxiliaire romaine Numerus Maurorum Aurelianorum était stationnée à Aballava, l'actuelle Burgh-by-Sands. Cette unité avait été rassemblée dans la province romaine de Maurétanie en Afrique du Nord, le Maroc actuel.

On oublie souvent que les provinces africaines de Rome étaient parmi les plus importantes et il a été suggéré qu'il y avait peut-être eu un empereur romain noir (Septimus Severus). Il existe en fait plusieurs inscriptions trouvées en Grande-Bretagne qui mentionnent l'empereur Septime Sévère. Il est généralement admis que Septime Sévère est né en Numidie, également en Afrique du Nord et il est possible que l'unité Numerus Maurorum Aurelianorum ait été amenée en Grande-Bretagne vers 193-211 après JC pendant son règne.

Il a été récemment suggéré que l'ADN africain pourrait être présent dans les populations locales proches du mur d'Hadrien, par exemple Burgh-by-Sands. Cependant, cela ne montrerait pas de manière concluante que les soldats romains noirs sur le mur se sont mariés avec la population locale en raison du problème de mélange. Le mélange est un processus par lequel l'ADN d'une population se dilue au fil du temps et il est impossible de déterminer à quelle période cette dilution a eu lieu.

Sir Walter Bodmer, un généticien de premier plan, pense qu'il serait extrêmement improbable qu'un lien entre les soldats nord-africains stationnés sur le mur puisse être détecté parmi les habitants modernes de la région. Il serait difficile de faire la distinction entre les traits génétiques des soldats romains d'Afrique du Nord et ceux de tout afflux ultérieur d'ADN africain dans le pool génétique local.

Bien que la contribution des progrès de l'étude de l'ADN à d'autres domaines de la recherche archéologique ait été énorme, cela n'a pas été le cas ici. Les archéologues sont obligés, jusqu'à ce qu'il puisse y avoir d'autres fouilles sur le site pour récupérer les squelettes des soldats ou les progrès de la technologie de l'ADN à la suite du projet du génome humain, de continuer à s'appuyer sur la poursuite plus ancienne et plus savante de l'épigraphie ( l'étude des inscriptions) pour répondre à ces questions.

Le fort romain de Burgh-by-Sands (ancienne Aballava) se trouvait à l'extrémité ouest du mur d'Hadrien en Cumbrie. Le site a été occupé du IIe au IVe siècle environ. Notre preuve pour cette unité consiste en une inscription trouvée en 1934 dans le village de Beaumont à deux miles à l'est de Burgh-by-Sands sur les rives de la rivière Eden et un passage dans la Notita Dignitatum, une liste romaine de fonctionnaires et de dignitaires.

L'inscription de Beaumont, qui est écrite dans le latin stylisé d'une inscription militaire romaine standard, a été sculptée dans une pierre d'autel dédiée au dieu Jupiter (roi des dieux). Ça lit:

“A Jupiter Best and Greatest et à la majesté de nos deux empereurs, au génie (esprit gardien) des nombreux (unité) des Maures Auréliens, Valerianus’ et Gallienus’ propre, Caelius Vibianus, tribun de cohorte en charge de les nombreux mentionnés ci-dessus, [ont mis en place cet autel] par l'intermédiaire de Julius Rufinus, centurion senior.” (Voir Fig.1)

Comme son nom l'indique, Aurelianorum suggère que l'unité a été nommée en l'honneur de l'empereur Marc Aurèle (161-180 après JC). Récemment popularisé dans le film ‘Gladiator’. Il est peu probable que l'unité ait été formée juste pour être placée dans l'une des affectations les plus éloignées de l'Empire, et ils avaient probablement déjà été en service actif avant leur affectation à Burgh-by-Sands. Plus que probablement, l'unité aura été ensanglantée lors de batailles en Allemagne (Germanie) et sur le Danube (Dacia), où des inscriptions mentionnent une unité de Maures impliquée dans ces campagnes. L'Empire romain était constamment en guerre pendant le règne de Marc Aurèle et donc de nombreuses unités à travers l'Empire auront été détruites ou affaiblies par la bataille.

Pierre d'autel inscrite dédiée à Jupiter

Notre deuxième pièce à conviction est la Notitia Dignitatum, une liste de dignitaires romains qui comprend le passage, « préfet des nombreux Maures auréliens à Aballava. » Ensemble, ces deux pièces à conviction placent fermement une unité de Maures sur Mur d'Hadrien, bien que la date précise de l'occupation du fort d'Aballava soit inconnue. Leur nombre exact est également inconnu, bien qu'un petit fort comme Aballava puisse contenir plus de 500 hommes. Nous ne savons pas où ils étaient stationnés avant Aballava ni où ils sont allés après, mais nous savons qu'ils étaient là.

Il n'est pas du tout connu que des soldats romains nord-africains étaient stationnés sur le mur d'Hadrien. Bien qu'il soit tentant de penser que les habitants locaux de Burgh-by-Sands ont encore des traits génétiques de ces soldats noirs, cela ne peut pas être confirmé. Sir Walter Bodmer n'écarte pas catégoriquement cette possibilité, mais il souligne les difficultés rencontrées pour essayer de le montrer.

Pour que nous puissions relier en toute sécurité une unité de soldats nord-africains au site de Burgh-by-Sands, nous devons toujours nous appuyer sur des méthodes plus traditionnelles d'enquête savante, dans ce cas, l'épigraphie. L'inscription et les preuves textuelles disponibles à l'heure actuelle nous amènent à la conclusion qu'une unité de Nord-Africains était stationnée à Burgh-by-Sands, mais nous ne pouvons pas montrer qu'ils se sont mariés alors qu'ils y étaient stationnés. Pour que nous puissions trouver des objets africains et l'ADN des soldats africains eux-mêmes, une fouille archéologique à grande échelle devrait être organisée sur le site. Seule une fouille archéologique méthodique et moderne au fort a la possibilité d'approfondir nos connaissances dans un épisode fascinant de la première présence noire dans l'histoire britannique.

Liens connexes

Bibliographie
Breeze, D., & Dobson, B., 2000, Mur d'Hadrien, Penguin, Londres.
Frere, S., 1987, Tabula Imperii Romani-Britannia Septentrionalis, Oxford University Press, Oxford.
Frere, S., 1995, Les inscriptions romaines de Grande-Bretagne II, Alan Sutton Publishing Ltd, Stroud.

Maxfield, V., 1981, Les décorations militaires de l'armée romaine, B.T.Batsford Ltd, Londres.

Snowden Jr., F., 1970, Blacks in Antiquity, Harvard University Press, Cambridge, États-Unis.
Transactions de la Cumberland & Westmoreland Antiquarian & Archaeological Society,
Volumes : 1923, 1936, 1939, Titus Wilson & Son, Highgate.

Van Sertima, I., 1990, African Presence in Early Europe, Transaction Books, USA.

Tu pourrais aussi aimer:

Tu pourrais aussi aimer

Les femmes des Caraïbes pendant la Seconde Guerre mondiale

Les émeutes de Brixton de 1981

Aviateur de Tuskeegee

8 réflexions sur &ldquo Black Romans in Britain &rdquo

Septime Sévère descendait de colons romains, avec peut-être un mélange carthaginois (phénecien), donc PAS d'origine africaine.
Les Maures sont de souche berbère. Il y a eu peu de voyages ou de contacts transsahariens, donc TRÈS PEU DE Noirs, c'est-à-dire subsahariens, d'Africains présents
dans le monde classique. Cela est surtout venu beaucoup plus tard en conséquence
du commerce musulman et de la prise d'esclaves, en raison des progrès des navires
la technologie, etc. C'est falsifier l'histoire de prétendre que les preuves ci-dessus montrent que des soldats noirs ont été amenés en grand nombre en Grande-Bretagne par les Romains. Les Maures ne sont pas les mêmes que les Noirs, et génétiquement les berbères sont étroitement liés aux Lapons de Norvège.

Dan, tu as clairement lu ça quelque part. Les Maures étaient des Arabes et des Noirs africains. Était et est toujours un grand mélange de cultures et de personnes. Les croisés eux-mêmes ont décrit les « Maures » et les « Moors noirs » comme certains étaient noirs. Vous n'avez qu'à jeter un coup d'œil bien que la Grande-Bretagne ait mis des noms, "la tête des sarrasins, la tête des maures, la tête des noirs".

De quel film est la photo ?

J'ai peur, pour l'intérêt de l'article ci-dessus, que Dan ait tout à fait raison. Mentionner des preuves du Moyen Âge ne nous mène nulle part, puisque cet âge est postérieur à l'invasion arabe de l'Afrique du Nord. Les Mauri des temps anciens étaient, selon toute vraisemblance, similaires aux Numides de ce qui est aujourd'hui le nord de l'Algérie et de la Tunisie.

En référence à Aballava, il y a beaucoup d'hypothèses et de présomptions tendancieuses dans l'article. Bien qu'il soit probable que les soldats des unités romaines sur ou près du mur d'Hadrien étaient des Africains noirs, le numerus Maurorum n'était presque certainement pas une unité noire. Ils ont été recrutés, je suppose, dans la région des montagnes de l'Atlas, puisque le Lake District et le sud de l'Écosse auraient été un terrain très similaire pour eux. Comparez, par exemple, l'unité des Arabes des marais (du sud de l'Irak) qui ont été recrutés pour patrouiller l'estuaire marécageux de la Tyne (numerus barcariorum Tigrisiensium).

Terry Walsh, il serait dans votre intérêt de supprimer les hypothèses modernes du passé, qui incluent votre interprétation selon laquelle les Nord-Africains et les Moyen-Orientaux modernes sont exactement les mêmes physiquement, culturellement, linguistiquement et génétiquement que leurs homologues anciens.

Le gars qui déchire et vous-même avez l'illusion que les Berbères, une population d'Afrique du Nord, qui n'est unie que sous la langue et une culture similaire, au lieu de la race sont les mêmes, ainsi que les Arabes, un groupe qui est également uni sous la langue et ressemble plus à une nationalité qu'à une ethnie, qui occupaient à l'origine la péninsule arabique et se dispersèrent de leur patrie au 7ème siècle sont exactement de la même apparence.

Permettez-moi de commencer en disant que ces deux groupes racialement hétérogènes n'étaient pas ce que vous pourriez penser, qui est soit un peuple multiracial à la peau olive et stéréotypé, qui n'est ni blanc ni noir, contrairement à la croyance des habitants indigènes d'Afrique du Nord et du Le Moyen-Orient n'était pas multiracial dans la mesure où nous le voyons aujourd'hui, cela ne veut pas dire qu'il n'y avait pas de mélange dans ces régions, mais quand même, la plupart des gens qui habitaient ces régions étaient néanmoins supposés être de teint noir. Aussi, je dois ajouter que le terme Afrique sub-saharienne n'existait pas.

Toujours votre idée que certaines parties de la région n'ont pas eu de contact avec le monde gréco-romain serait comparable à celle des steppes et de l'Orient, qu'ils ont pris contact mais pas dans la mesure où ils l'ont fait avec l'Europe du Sud, le Proche-Orient, et l'Afrique du Nord, y compris le Sahara et le cœur de l'Abyssinie.

Comme vous pouvez le voir, sur la base des diverses descriptions des habitants de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, il serait raisonnable de supposer que ces personnes étaient noires, mais je m'éloigne du sujet. Maintenant, les Berbères en tant que groupe ont toujours été notés comme étant d'un teint noir avec des cheveux laineux, par les anciens.

En fait, c'était simplement une sorte d'identifiant. vous avez eu des phases telles que “Woolly hair as Moor” et “Black as a Moor”, le terme Blackamoor ou Blackamore est une version raccourcie de la phase précédente. Maintenant, Moor lui-même, bien que le sens ait changé d'innombrables fois, signifiait «noir», puis il est devenu un musulman noir à la fin de la Renaissance jusqu'à sa définition moderne, musulman d'Afrique du Nord. De plus, le ‘Black” dans le sens des Grecs et des Romains n'était pas utilisé de la même manière que dans l'anglais allemand, et d'autres langues connues pour utiliser le noir dans leur contexte. Dans le sens où les Grecs et les Romains l'utilisaient, ils utilisaient constamment "Noir" symboliquement ou comme descripteur d'un groupe de personnes, cet exemple peut également être appliqué aux Perses, aux Syriens et au colorisme chez les Arabes.

Lorsque « Noir » décrivait les Berbères, ils ne différenciaient simplement pas le mot pour décrire d'autres populations africaines, qui étaient évidemment noires, telles que les Nubiens, les Abyssins, les Zanj et d'autres populations africaines. Les Nord-Africains modernes sont le produit d'un mélange de différents peuples d'Europe et d'Asie, avec des Africains. le changement démographique en Afrique du Nord ne peut pas plus être décrit comme un phénomène médiéval que comme un phénomène préhistorique. certains mélanges asiatiques, mais les populations de l'Est, du Centre et même de certaines populations d'Afrique de l'Ouest l'ont fait, mais pas le poids de leurs homologues modernes ou le sens qu'elles ont génétiquement regroupé avec les Non-Africains.

La migration en Asie occidentale n'a pas déplacé les habitants précédents, mais s'est simplement mêlée à eux. malgré cela, cependant, basé sur le plan corporel des anciens Nord-Africains et Moyen-Orientaux, ils étaient pour la plupart un peuple tropical et adapté à l'aride, ce qui se traduit par une population adaptée à la chaleur, au lieu d'une population adaptée au froid comme les Européens, Asiatiques centraux et Asiatiques de l'Est. Ce qui signifie qu'ils avaient le teint foncé comme les Africains et les Asiatiques du Sud, les deux groupes étant les personnes les plus sombres du monde. par conséquent, les différentes personnes qui ont migré vers l'Afrique à l'époque préhistorique étaient très probablement aussi sombres que les indigènes précédents.

Aussi, je dois souligner l'idée fausse sur les Africains eux-mêmes. Les Africains d'aujourd'hui emportaient avec eux une grande quantité de diversité génétique que le monde entier réuni, 90 % de diversité génétique pour être exact. Ce qui veut dire que ceux que vous avez caractérisés comme étant méditerranéens, chamites ou caucasoïdes, ne sont qu'une expression de la diversité africaine au lieu d'une population ayant des affinités avec les Blancs.

La forme du crâne elle-même est évidente, en raison du fait que de nombreux anthropologues ont caractérisé ces crânes comme dolichocéphales ou allongés, un descripteur qui a été utilisé pour stéréotyper les populations africaines en regardant d'un seul côté, ainsi la race hamitique est née. Les Somaliens, les Éthiopiens, les Tutsis, les Nubiens, ainsi que certains groupes sahéliens ont été regroupés en Hamites avec les anciens Berbères et les anciens Égyptiens, sur la base de leurs restes, ainsi que de leurs homologues modernes. Le mélange parmi les Arabes modernes peut également être caractérisé comme étant principalement un phénomène médiéval, en raison du fait que diverses personnes, noires et blanches, se sont arabisées dans la culture.

Les habitants de l'Arabie étaient également connus à l'époque médiévale comme ayant la peau noire, dans la mesure où un érudit islamique a proclamé que « les Arabes étaient fiers de leur teint noir et brun et avaient un dégoût pour un teint rouge (blanc) et dirait que c'était un teint des non-arabes”.

Cette description s'accorde bien avec l'idée que les habitants de la péninsule arabique se mélangent à d'autres groupes d'origine syrienne, iranienne, caucasienne, turque, centrasiatique et européenne. Non seulement cela, mais un homme arabe d'origine zanj, communément connu sous le nom d'Al Jahiz, a écrit un livre qui a incité les peuples noirs, tels que les Zanj, à lancer une rébellion contre la dynastie métisse des Abbassides. il a littéralement appelé son livre « La gloire des noirs sur les blancs » et il a proclamé que les Arabes faisaient partie de la race noire.

Il a écrit cela au Xe siècle. Donc, votre idée que le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord étaient exactement comme leurs homologues antiques n'est pas basée sur des faits. Ces deux régions ont connu des migrations massives au cours des 2000 dernières années. les brassages et les déplacements étaient fréquents à cette époque car la population nord-africaine était toujours petite.

Le transport de renégats et d'esclaves, ainsi que les migrations de diverses autres personnes cherchant refuge, un exemple en est l'expulsion des Maures de la péninsule ibérique, où des musulmans ibériques s'étaient installés au Maghreb et la migration des Syriens, des groupes iraniens, des Scythes , et les Turkmènes intéressés à s'installer dans le Croissant, le Levant et la péninsule arabique en tant que commerçants et marchands.

Peut-être que l'ADN est très dilué, mais quand je vivais près d'Abbeytown, il y avait une famille locale qui avait les cheveux bouclés serrés. Cheveux africains uniquement blonds. En pensant à ma propre famille, les Brough sont originaires de Brough by sands et certains d'entre eux avaient les cheveux très crépus.

“Terry Walsh, il serait dans votre intérêt de supprimer les hypothèses modernes du passé, qui incluent votre interprétation selon laquelle les Nord-Africains et les Moyen-Orientaux modernes sont exactement les mêmes physiquement, culturellement, linguistiquement et génétiquement que leurs homologues anciens.“ 8221

Cela déforme ce que j'ai écrit – le reste de votre article a peu ou rien à voir avec le point que je faisais. Je ne fais aucune ‘hypothèse’ sur le passé.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Veuillez faire un don de 1 £

Aide à garder ce site en ligne. Veuillez soutenir en faisant un don de 1 £


Angleterre du Nord-Est

Angleterre du Nord-Est est la région d'Angleterre qui se situe à l'est des Pennines entre la rivière Tees et la frontière écossaise. Il se concentre autour de la rivière Tyne, avec Newcastle sur la rive nord et Gateshead sur la rive sud, et l'étalement industriel au sud le long de la côte. À l'intérieur des terres se trouve une chaîne d'anciennes villes charbonnières, dont les produits alimentaient la construction navale et d'autres industries lourdes de la région et étaient exportés dans le monde entier. "Envoyer des charbons à Newcastle" était une expression courante pour une activité inutile, et des générations de voyageurs auraient ressenti la même chose en visitant le Nord-Est pour les loisirs.

Ils devraient réfléchir à nouveau. Premièrement, la majeure partie de cette région n'a jamais été industrielle et possède une beauté naturelle exceptionnelle. Le mur d'Hadrien serpente au-dessus du val et de la colline le long de la crête d'une crête acérée. Le long de la côte, des châteaux balayés par le vent lèvent des poings de pierre provocants contre les envahisseurs et les éléments. Le parc national de Northumberland a des étendues sauvages de landes et un ciel sombre et sombre - les aurores boréales sont souvent observées. Les charmantes petites villes comprennent Hexham, Corrbridge, Alnwick et la ville frontalière de Berwick. Le vieux centre-ville de Durham est remarquablement bien conservé. Et deuxièmement, les zones industrielles se réinventent, Newcastle avec Gateshead étant l'exemple le plus réussi. Cette région n'est plus un flou rouillé sur le trajet entre le Yorkshire et l'Écosse, c'est une région majeure à visiter à part entière. Venez vite avant que le reste du monde ne le découvre.

Comté de Durham
Le point culminant est la ville de 54.783333333333 -1.56666666666667 1 Durham . Son centre ancien bien conservé possède une cathédrale exceptionnelle et un château normand. Le village de Beamish possède un grand musée en plein air. À l'ouest se trouvent les collines Pennine, avec la rivière Tees se précipitant sur la cascade High Force.
Tyne et porter
Vous saurez que vous êtes là quand vous verrez le Ange du Nord, une sculpture géante de couleur cuivre dominant l'A1. La zone tourne autour du bourdonnement 54.977777777778 -1.6133333333333 2 Newcastle-upon-Tyne , avec une gracieuse rue principale victorienne et l'un des plus grands centres commerciaux d'Europe à Metro Centre. La rive sud de la Tyne est une ville distincte, 54,95 -1,6 3 Gateshead , avec la Baltic Gallery.
Northumberland
C'est principalement rural, avec un long littoral solitaire parsemé de châteaux - principalement des ruines pittoresques, mais 55.4050965 -1.7152155 4 Alnwick juste à l'intérieur des terres a un bastion plus confortable. La côte culmine à 55,68 -1,8025 1 Lindisfarne , la « Holy Island », et la frontière écossaise juste au-delà de 55.771 -2.007 5 Berwick-upon-Tweed . 55.024166666667 -2.2925 2 Le mur d'hadrian , construit par les Romains pour tenir les Pictes sauvages à distance, s'étend sur 80 miles d'un océan à l'autre. 54,966666666767 -2,1 6 Hexham est une charmante petite ville près du mur, et 55.316666666667 -2.2166666666667 3 Parc national de Northumberland s'étend sur des landes balayées par les vents.

Le Nord-Est est la région la plus septentrionale et la moins peuplée d'Angleterre. La région a une histoire très longue et sanglante, en raison de sa proximité avec l'Écosse et est tombée sous les mains écossaises au moins une fois lorsque la frontière a changé au fil du temps.

En avion Modifier

  • 55.0375 -1.691667 1Aéroport de Newcastle ( NCLIATA ). Cet aéroport de taille moyenne offre de bonnes liaisons aériennes depuis l'Europe, ainsi que Dubaï, Londres Heathrow, Stansted et d'autres villes du Royaume-Uni. C'est sur l'A696 à six miles au nord-ouest du centre-ville avec un bon service de métro vers la ville et la gare principale. (mis à jour en juillet 2020)
  • Envisager Manchester (HOMMEIATA ) pour les vols au-delà de l'Europe. C'est évidemment plus loin, mais il a des connexions mondiales, des prix compétitifs et un bon service de train de l'aéroport au nord-est de l'Angleterre.
  • Côté tee (MMEIATA ) près de Darlington est petit, avec des vols réguliers uniquement depuis Amsterdam, Aberdeen, Belfast City et London City. Les transports publics ultérieurs sont médiocres.

En train Modifier

La ligne principale de la côte est passe au nord de London Kings Cross via York, avec des trains directs toutes les heures vers Darlington (2 heures 20), Durham (2 heures 50) et Newcastle (3 heures). D'autres routes de Leeds, Manchester, Birmingham et le sud-ouest se rejoignent à York. La ligne continue vers le nord jusqu'à Berwick-upon-Tweed et Édimbourg. Des lignes secondaires desservent Middlesbrough et Sunderland.

Par la route Modifier

Les principales routes de la région sont pour la plupart à deux voies. Près des villes, ils peuvent être très encombrés aux heures de pointe - ce qui inclut les beaux dimanches après-midi alors que les citadins rentrent chez eux après la campagne. Les routes principales sont :

  • A1 du sud, passant Darlington, Durham et Newcastle, puis continuer vers Berwick-upon-Tweed et Édimbourg
  • L'A19 bifurque vers l'A1 dans le Yorkshire et se dirige vers le nord plus près de la côte, via Middlesbrough et Sunderland jusqu'à Newcastle
  • A69 relie Newcastle et Carlisle
  • L'A66 (plusieurs longues sections non divisées) part de Darlington sur les Pennines pour rejoindre la M6 à Penrith dans le Lake District
  • L'A68 (une autoroute non divisée) fait des lacets à travers les collines de Darlington à Jedburgh et Édimbourg

Toutes les villes principales ont un service de bus quotidien à destination de Londres Victoria.

En bateau Modifier

Les ferries circulent pendant la nuit entre North Shields (7 miles à l'est de Newcastle) et IJmuiden près d'Amsterdam.

Les transports publics dans cette région sont bons le long du corridor nord-sud des plaines (reliant Londres à l'Écosse) et vers les villes industrielles proches de la côte. Vers l'ouest vallonné, les voies de transport suivent les vallées fluviales, donc est-ouest est simple, mais vous avez besoin de vos propres roues pour aller du nord au sud à travers les landes.

En train Modifier

La East Coast Main Line va au nord de Londres via York avec des stations à Darlington, Durham, Chester-le-Street, Newcastle, Morpeth, Alnmouth et Berwick-upon-Tweed, et continue jusqu'à Édimbourg. Tous les trains s'arrêtent à Newcastle, les autres sont desservis toutes les heures environ.

Des trains horaires circulent le long de la côte de Newcastle via Heworth, Sunderland et Seaham jusqu'à Hartlepool, Stockton et Middlesbrough. Dans le comté de Durham, un train d'embranchement circule toutes les heures de Darlington à Newton Aycliffe, Shildon et Bishop Auckland.

La ligne pittoresque de Tyne Valley est parallèle au mur d'Hadrien, de Newcastle via Gateshead, Prudhoe, Hexham, Haydon Bridge et Haltwhistle et traverse Cumbria jusqu'à Carlisle.

Les Métro Tyne et Wear dessert Newcastle et Sunderland. La ligne jaune est un grand "@" inversé qui va du centre-ville de Newcastle, à l'est jusqu'à la côte à North Shields, puis au nord jusqu'à Whitley Bay, avant de revenir à Newcastle via Gosforth et Jesmond. Sa queue sud s'étend au sud de la Tyne via Gateshead jusqu'à South Shields sur la côte. La ligne verte relie l'aéroport de Newcastle au centre-ville, puis au sud-est jusqu'à Sunderland et se termine à South Hylton.

Par la route Modifier

Le réseau routier du Nord-Est est correct, mais le trafic peut s'intensifier fortement, en particulier aux abords des villes et sur les routes A1 et A19. Pour cette raison, il est souvent préférable d'utiliser les transports en commun pour se déplacer dans la région, en particulier dans les zones urbaines.

En bus Modifier

Le Nord-Est compte de nombreux bus, qui sont fournis par une gamme d'opérateurs. Certains billets ne sont valables que sur certains opérateurs, il vaut donc la peine de vérifier dans quel bus vous montez. En particulier, certains numéros de bus sont utilisés par plusieurs opérateurs, ce qui peut prêter à confusion. Un billet Explorer, valable sur tous les services de bus à travers le Nord-Est (ainsi que certains dans les parties voisines du North Yorkshire et le service à Carlisle), coûte 10,50 £ pour un adulte pour une journée.

La plupart des villes ont une sorte de ligne de bus interne ainsi que des bus plus longs qui vont de ville en ville. Certaines des lignes de bus intra-régionales les plus utiles sont :

7 : Durham à Darlington 10 : Newcastle à Hexham 21 : Newcastle à Durham 45 : Newcastle à Consett X7 : Sunderland à Middlesbrough X10 : Newcastle à Middlesbrough X11 : Newcastle à Blyth X15 : Newcastle à Berwick (rapide) X18 : Newcastle à Berwick (scénique ) X21 : Newcastle à Newbiggin by the Sea X21 : Newcastle à Stanhope X21 : Newcastle à Bishop Auckland X21 : Sunderland à Darlington

Certains bus empruntent des routes panoramiques, telles que le X18, l'AD122 (un bus pour le mur d'Hadrien) et même les bus normaux offriront toujours des vues sur le paysage pittoresque.

À vélo Modifier

Plusieurs pistes cyclables traversent la région et cela peut être un moyen rapide de se déplacer dans la région. En particulier, la route cyclable nationale 1 longe la côte et est sans doute l'une des routes les plus pittoresques du pays autour de lieux tels que Bamburgh.

En ferry Modifier

Le ferry Shields traverse l'embouchure de la Tyne entre South Shields et North Shields toutes les 30 minutes, soit un trajet de sept minutes. Passagers piétons et vélos, seuls les deux embarcadères des ferries sont desservis par le métro.

Le pont de transport de Tees est un engin étrange : c'est une gondole suspendue sous un pont métallique mince qui transporte des véhicules et d'autres à travers la rivière entre Middlesbrough (rive sud) et Port Clarence, Stockton (rive nord).

A pied Modifier

Enfin et surtout, le Nord-Est bénéficie d'avoir de petites villes car elles sont toutes facilement accessibles à pied. Il est facile de traverser Newcastle, Sunderland et Middlesbrough à pied, bien que ce soient les plus grandes villes de la région.

Manger au restaurant dans le nord-est de l'Angleterre dépend beaucoup de l'endroit où vous vous trouvez. On trouve du poisson frais dans de nombreuses villes côtières telles que Redcar. Les chaînes de restauration rapide, les restaurants italiens, indiens et français sont tous communs à la plupart des grandes villes.

Les habitants du Nord-Est sont fiers de servir ce qu'ils prétendent être le meilleur fish and chips anglais traditionnel. Des plus grandes villes de la région aux plus petits villages, la présence d'un fish and chips et d'un pub est pratiquement garantie.

Les habitants du Nord sont merveilleusement amicaux et on peut généralement compter sur eux pour s'occuper de ceux qui ne connaissent pas la région. Comme dans toute grande ville, certaines zones ne seront pas aussi sûres après la tombée de la nuit . En règle générale, vous devriez éviter de voyager seul tard le soir.


Témoignages d'étudiants

Avec le recul, après avoir obtenu mon diplôme, je pense que NOEP figurera parmi les meilleurs moments de mon expérience universitaire. En tant que majeure en géographie et que je venais tout juste de commencer à étudier l'histoire, je me souviens avoir eu peur d'avoir du mal à réussir dans un environnement différent et stimulant. En fin de compte, j'ai eu une grande expérience, à la fois personnellement et académiquement. Les cours étaient stimulants et m'ont aidé à mieux comprendre les compétences générales d'écriture et l'histoire de la région. En tant que personne qui n'avait été intéressée que par l'histoire auparavant, j'ai trouvé les cours utiles et engageants. Il est difficile d'exagérer à quel point certains endroits sont incroyables, en particulier le mur d'Hadrien et l'abbaye de la fontaine. Profiter de ces lieux apporte une excitation et un engagement difficiles à trouver ailleurs. J'ai même pu me rendre à Édimbourg un week-end libre, c'est une ville idéale pour passer quelques jours de congé avec de nombreux endroits intéressants et passionnants. La nourriture et l'hébergement tout au long du voyage étaient également excellents, j'ai pris des dizaines de bons repas et le logement allait de beaux dortoirs à de splendides hôtels! Dans l'ensemble, NOEP a été une grande expérience pour moi à la fois personnellement et académiquement. Je le recommanderais sans hésiter aux étudiants intéressés !

Le programme du nord de l'Angleterre a été une opportunité incroyable de découvrir et d'apprendre de près l'histoire et la culture profondes du nord de l'Angleterre. Au cours du programme, j'en suis venu à apprécier le caractère distinctif régional de bon nombre des endroits que nous avons visités. Je reverrais chacun avec plaisir. L'atmosphère de chaque ville était accueillante pour tout le monde. Le mur d'Hadrien était sans aucun doute ma partie préférée du voyage. Nous avons visité plusieurs sites le long du mur, et chacun avait une vue spectaculaire sur la campagne. Pendant mon séjour en Angleterre, j'ai fait l'expérience de diverses villes à travers les excursions d'une journée et les visites de sites qui coïncidaient avec les cours magistraux. Les musées mettaient souvent l'accent sur ce dont nous discutions en classe et étaient pertinents pour le matériel de cours.Cette combinaison de cours et de voyage a créé une expérience d'apprentissage immersive, rigoureuse et engageante. Je suis heureux d'avoir saisi cette chance d'aller à l'étranger en tant qu'étudiant plutôt que touriste en raison de la profondeur de l'immersion culturelle que j'ai eue. Dans l'ensemble, j'ai apprécié mon séjour dans le nord de l'Angleterre et si je pouvais y retourner, je le ferais très certainement.

J'ai suivi le cours obligatoire pour NOEP, ainsi que le cours sur la Méditerranée antique, et je le recommande vivement, surtout si vous aimez en apprendre davantage sur les Grecs, les Romains, les Égyptiens et les Perses. C'est le seul voyage d'études à l'étranger auquel j'ai participé et ce sera probablement le seul auquel j'assisterai, mais je dois absolument le recommander. Si vous avez une passion pour l'histoire, il n'y a pas d'expérience plus impressionnante que de se tenir dans une cathédrale construite il y a près d'un millénaire, ou de pouvoir parcourir les ruines à couper le souffle d'anciens bâtiments et de voir comment ils ont été détruits par le temps. L'histoire que vous apprenez, notamment grâce aux balades sur le site avec ceux qui font preuve de connaissances claires et passionnées, vous captivera absolument. Vous n'avez peut-être pas autant de temps libre que vous le souhaitez, et je vous déconseille tout particulièrement de passer la plupart de ce temps libre avec vos camarades, mais vous en aurez plus qu'assez pour terminer votre travail et vous amuser. Le Dr Chappell est peut-être un évaluateur difficile, mais c'est un homme accessible avec qui vous ne devriez pas hésiter à parler si vous avez des questions ou des inquiétudes au sujet du programme, et notez certainement ses merveilleuses recommandations alimentaires. Mon seul avertissement à propos de Chappell est qu'il a tendance à aimer les meilleurs restaurants, même s'il recommande des endroits moins chers, alors faites le tour si vous cherchez à économiser votre allocation. Les villes que vous visiterez seront toutes très accessibles à pied, et les explorer est une merveilleuse façon de passer le temps libre qui vous est accordé. Si vous avez le moindre intérêt pour l'histoire luxuriante de l'Angleterre, j'ai du mal à croire que vous n'aimerez pas l'expérience.

Le programme North of England m'a offert l'été le plus exceptionnel de ma vie de jeune adulte. L'itinéraire du Dr Chappell a assuré chaque semaine de nombreuses expériences culturelles, éducatives et sociales. Il est difficile de choisir un site ou une ville préféré car j'ai adoré les charmes distincts de chaque ville et chaque site visité était plus intrigant et profond que le précédent. Les logements étaient au pire bons et au mieux incroyables (envoyez notre amour à Mark et Darren !) mes objectifs académiques, mon objectif et mon avenir. L'impact spirituel et impressionnant des cathédrales immaculées que nous avons visitées m'a particulièrement marqué et m'a inspiré à rechercher une concentration en histoire ecclésiastique. Une devise importante pour vous, aspirants voyageurs angliens, faites confiance à Chappell et faites le travail. C'est une étude sérieuse à l'étranger, c'est vrai, mais nous nous sommes quand même beaucoup amusés et je l'ai trouvé beaucoup plus indulgent au final. Le Dr Chappell est un collègue agréable et ne juge pas ses étudiants, mais seulement la qualité de leur travail. Il est toujours prêt à discuter de préoccupations académiques et vous feriez bien de lui demander conseil si vous en avez besoin. Je chérirai sûrement les souvenirs créés avec des amis anciens et nouveaux pour le reste de ma vie. Non seulement le nord de l'Angleterre était beau, amusant et fascinant, mais en tant que majeur en histoire, je me sentais inspiré et excité d'étudier dans l'une des régions les plus importantes de la planète sur le plan historique. Cette expérience a quelque chose à offrir à tout amateur d'histoire classique à contemporaine, de littérature, de nature, d'art, d'architecture, de spiritualité, etc. etc. Ad infinitum. Le programme du Nord de l'Angleterre a eu un impact profond sur ma carrière universitaire, et je suis béni d'avoir eu cette expérience inoubliable avec de si bons compagnons.

Le programme du nord de l'Angleterre était la première fois que je voyageais à l'étranger et je n'aurais pas pu choisir une meilleure première expérience. Les villes que vous visitez regorgent de choses amusantes à faire, de tonnes de sites historiques et de bonne nourriture, contrairement à la croyance populaire. Vous visitez une multitude de musées et de sites historiques dans le cadre de l'itinéraire, et ils sont presque tous à couper le souffle d'une manière ou d'une autre. Mes préférés étaient l'abbaye de Fountains et le mur d'Hadrien, car ils étaient tous deux des endroits où je pouvais me tenir debout et regarder avec émerveillement pendant des minutes sans rien dire. Les week-ends gratuits permettent de nombreuses explorations extérieures, je recommande vivement un voyage à Édimbourg et une randonnée sur Arthur's Seat. Les cours sont difficiles, mais j'ai senti que mes capacités étaient vraiment mises à l'épreuve et je suis devenu un meilleur élève grâce à la rigueur du programme. Le Dr Chappell n'attend rien d'autre que le meilleur, mais à la fin, tout s'enchaîne et votre écriture et votre lecture seront aussi bonnes que vous ne l'auriez jamais imaginé. Si vous avez la chance de franchir le pas, allez-y et faites-le, car vous vous ferez de bons amis avec des gens incroyables que je sais que j'ai fait.

Le programme du Nord de l'Angleterre, dirigé par le Dr Stephen Chappell, est une expérience incroyable à la fois sur le plan éducatif et sur le plan de l'expérience. Les cours offerts étaient engageants, stimulants et enrichissants. Mis à part le HIST 391 obligatoire, j'étais inscrit à l'ENG 302 et c'était incroyable d'en apprendre davantage sur la vie des auteurs couverts et de voir comment ils se rapportaient à l'histoire plus large du nord de l'Angleterre. Les sites que nous avons visités en groupe étaient tous magnifiques à différents égards. Certaines excursions comme le mur d'Hadrien et l'abbaye de Fountains m'ont tellement immergé que j'ai presque oublié que j'étais là pour les cours! Nous sommes allés dans toutes sortes d'endroits qui intéresseraient tout le monde, comme des cathédrales, des musées, des ruines et des restaurants. Il y avait aussi beaucoup de temps pour explorer par vous-même, avec du temps libre et des week-ends libres intégrés à l'itinéraire. Au cours d'un de mes week-ends libres, je suis allé en petit groupe à Édimbourg en train depuis York et c'était fantastique. Tout site ou lieu de restauration recommandé par le Dr Chappell est un bon moment garanti, alors n'ayez pas peur de vous aventurer! De tous les voyages d'études à l'étranger que j'ai eu la chance de faire, celui-ci était de loin le plus impressionnant et en valait vraiment la peine. J'aimerais pouvoir revenir en arrière et tout recommencer!

En tant que personne qui n'avait jamais voyagé en dehors des États-Unis auparavant, j'ai toujours eu pour objectif d'étudier à l'étranger à l'université. Lorsque j'ai eu l'opportunité de rejoindre NOEP pour l'été 2018, je savais que je ne pouvais pas refuser une expérience aussi incroyable. Dans l'ensemble, le programme du nord de l'Angleterre a été un voyage incroyable et mémorable avec des expériences à la fois personnelles et éducatives. En entrant dans ce programme, je connaissais peu ou rien sur l'histoire du nord de l'Angleterre, donc c'était cool d'en apprendre davantage sur les événements et les sites historiques et plus tard d'explorer ces sites en personne. Certains de mes favoris comprenaient le mur d'Hadrien, Vindolanda et l'abbaye de Fountains. En plus des villes du nord de l'Angleterre, j'ai également pu voyager sur chacun des week-ends libres, à la fois pour des week-ends entiers et des excursions d'une journée. Je suis passé de ne jamais quitter le pays à l'exploration de nombreux endroits différents au Royaume-Uni à la suite de ce voyage. NOEP a été une expérience incroyable qui m'a mis au défi à la fois personnellement et académiquement, et a été le point culminant de ma carrière universitaire jusqu'à présent.

NOEP était la première fois que j'étudiais à l'extérieur du pays, et tout le monde dans le groupe dans lequel j'étais m'était également relativement étranger. Non seulement je n'avais jamais pris de cours avec le Dr Chappell, mais j'avais également échangé très peu de mots avec la plupart des étudiants dans et hors d'une salle de classe. Bien que cette situation puisse intimider la plupart des gens (moi y compris), je suis heureux de dire que mon expérience du voyage a été tout simplement extraordinaire. Le programme vous emmène dans des endroits magnifiques et vous donne suffisamment de liberté pour explorer les villes individuelles dans lesquelles vous vous rendez. De Durham à York, chaque ville où vous vous rendez présente une atmosphère différente, des grandes villes modernes comme Manchester aux villes historiques pittoresques comme Chester. J'ai particulièrement apprécié le mur d'Hadrien, qui donnait un aperçu de l'Angleterre romaine tout en étant une randonnée miniature amusante avec une vue imprenable sur la campagne anglaise. Le Dr Chappell lui-même avait de grandes attentes pour ses cours, mais il est plus que disposé à aider les étudiants dans et hors de la salle de classe, rend les conférences agréables et amusantes, tout en étant un homme fantastique et charmant avec qui déjeuner gratuitement. temps. Au fur et à mesure que le voyage progresse, vous commencez à faire plus en dehors de la classe avec le groupe et à rompre cette ignorance les uns avec les autres. Bientôt, vous vous sentez à l'aise les uns avec les autres, vous dînez ensemble, vous travaillez sur des papiers et vous explorez la campagne anglaise. En fin de compte, le voyage NOEP est ce que vous en faites, et pendant que vous êtes dans cette grande aventure, vous devez saisir toutes les occasions d'explorer et de découvrir les villes dans lesquelles vous vous trouvez, car elles rendront le voyage encore meilleur.

Le programme du nord de l'Angleterre a été une grande aventure d'un mois dont je me souviendrai toute ma vie ! Pour ceux qui ont peur d'avoir trop de travail et trop peu de temps pour le faire, vous n'avez pas à vous en soucier dans le programme. Les trois villes dans lesquelles nous avons séjourné étaient belles à leur manière, mais où nous restons est toujours accessible à pied jusqu'au centre-ville et au cœur des cultures de la ville respective. La nourriture est délicieuse et l'hospitalité est fantastique, tout le monde était heureux que nous soyons allés dans leur magasin ou leur restaurant ou leur musée. Il y a un bon équilibre entre travail, jeu et exploration et il y a des opportunités d'apprendre et d'admirer la beauté de partout où vous regardez. Le mur d'Hadrien et l'abbaye de Fountains ne sont que deux des nombreux sites à couper le souffle que nous avons vus au cours de ce voyage. Je revisiterais certainement toutes les destinations où nous sommes allés pendant le programme, donc je le recommande vivement à tous ceux qui sont prêts à relever le défi !

Le programme du nord de l'Angleterre est facilement l'un des moments forts de mon séjour à l'université. Il propose des cours intellectuellement stimulants qui mettent en contexte les sites et régions historiques que nous avons visités. Pouvoir marcher sur des murs construits à l'origine à l'époque romaine donne un concept d'âge que nous ne rencontrons pas aux États-Unis. Nous avons vu plusieurs pubs plus vieux que les États-Unis. Les cours ont pris vie au fur et à mesure que nous visitions des sites sur lesquels nous lisions et que nous pouvions voir physiquement ce que nous avions étudié, ce qui était incroyable. Les trois villes dans lesquelles nous avons séjourné étaient variées et offraient des exemples de villes historiques plus anciennes (Chester et York) et de grandes villes industrielles (Manchester). La campagne anglaise autour du mur d'Hadrien et de l'abbaye de la fontaine était sereine et magnifique, tout comme ces sites eux-mêmes. L'immersion culturelle que nous avons vécue là-bas était ma partie préférée du programme. Nous avons vu de nombreux lieux et bâtiments grandioses et magnifiques, mais vivre pendant un mois dans des villes anglaises et apprendre à connaître certaines des personnes et des coutumes valait à lui seul le voyage. Je recommande fortement ce programme à tous ceux qui le souhaitent.

Le programme du nord de l'Angleterre a été une expérience absolument merveilleuse, pleine d'expériences amusantes et éducatives. Les villes que nous avons visitées avaient leurs propres charmes et étaient absolument charmantes. Les gens que nous avons rencontrés étaient accueillants, la nourriture était absolument incroyable et même les cours étaient amusants. Pendant que les cours sont en cours, vous disposez de beaucoup de temps libre pour explorer seul/avec votre groupe. Les conférences ayant lieu le matin, il reste tout le temps de partir à la découverte des villes avant de se regrouper pour aller visiter le musée/site du jour. Le programme parvient à combiner les meilleures parties du voyage (visiter des musées / sites historiques sympas et manger) avec l'expérience universitaire idéale (avoir des discussions animées et des conférences éducatives, mais agréables). Cela a rendu le contenu que nous apprenions et discutions tellement plus pertinent pour nos vies, cela nous a vraiment permis de nous immerger dans la culture tout en comprenant le contexte historique. Il y a quelque chose de particulièrement étonnant à écouter une conférence sur les remparts historiques de la ville tout en se tenant debout sur les murs. Vous pouvez vraiment créer des liens avec votre groupe et il y a une tonne de choses à faire pendant les week-ends libres, même si vous ne quittez pas la ville. De plus, en tant que majeure IDLS, pouvoir demander à mes deux cours de compter comme mes cours de niveau supérieur était également un bonus majeur ! Le Dr Chappell propose des cours incroyables qui ne sont pas réservés aux étudiants en histoire - son cours d'anglais est censé être phénoménal et ses conférences, en général, sont holistiques : elles ne se concentrent pas uniquement sur les célèbres chefs militaires ou politiciens du Nord. , mais aussi sur ses nombreux auteurs, artistes et architectes.

Le programme du nord de l'Angleterre a été un voyage incroyable. Chaque ville dans laquelle nous avons séjourné avait sa propre atmosphère unique, et bien que j'aie mon propre favori personnel, je revisiterais volontiers chacune d'entre elles. La nourriture était incroyable. Les gens étaient gentils. L'atmosphère entière de chaque ville était accueillante pour tout le monde. Ma partie préférée du voyage était sans aucun doute le mur d'Hadrien, que nous avons fait une excursion d'une journée pour voir. La partie du mur que nous avons escaladé avait une vue spectaculaire sur la campagne. Alors que l'Amérique a ses propres sites naturels, le mur d'Hadrien ne ressemble à rien de ce que j'ai jamais vu. Pendant mon séjour en Angleterre, j'ai pu découvrir différentes villes lors d'excursions d'une journée ou de visites de sites, qui coïncidaient avec les cours. Les musées étaient tous pertinents pour ce que nous apprenions et mettaient souvent l'accent sur ce dont nous discutions en classe. Cette combinaison de cours et de voyage a vraiment rendu toute l'expérience d'apprentissage beaucoup plus immersive et divertissante. Je suis content d'avoir saisi cette chance d'étudier à l'étranger car partir en tant que simple touriste aurait très probablement réduit la quantité d'immersion culturelle que j'ai eue. En tant qu'étudiant, j'ai pu apprendre pourquoi les gens agissaient d'une certaine manière et cela a rendu l'expérience bien meilleure. Il y avait du temps pour des week-ends personnels, mais je suis resté dans les villes pour avoir plus de temps dans les villes où nous étions. Si je pouvais y retourner, je le ferais très certainement.

Le voyage dans le nord de l'Angleterre a été une aventure incroyable dont je me souviendrai toujours. Les trois villes, Chester, York et Manchester sont de charmantes villes au charme historique, remplies d'une excellente cuisine locale, de gens sympathiques et de sites magnifiques. Des rues pavées, des bâtiments anciens, des cathédrales ornées et des campagnes à couper le souffle, chaque instant était rempli d'une riche culture. Les sorties que nous avons faites en groupe étaient fabuleuses. Parmi mes favoris figuraient le mur d'Hadrien et l'abbaye de Fountains. Ces soupirs avaient vraiment l'impression d'être dans un autre monde. Pour continuer, le voyage a été un excellent équilibre entre travail et plaisir. Les cours du voyage étaient difficiles, mais ils avaient amplement le temps de suivre la charge de cours et d'explorer les villes - et même de partir en week-end dans les pays voisins ! Lorsque j'ai envisagé le voyage pour la première fois, le contenu du cours basé sur l'histoire était une préoccupation pour moi étant un majeur en anglais. Alors que j'étais le seul major d'anglais, je ne me suis jamais senti dépassé par le cours d'histoire ou je ne me suis pas senti désavantagé. Quant au cours d'anglais, le mélange de littérature et d'histoire a été une expérience vraiment cool. Cela donnait plus de vie et de sens aux romans, car j'étais plus conscient de ce qui poussait les auteurs à écrire leurs romans. De plus, aller à la maison Elizabeth Gaskell à Manchester et au Parsonage Bront à Haworth ont été des expériences incroyables que je n'oublierai pas de sitôt. Car pouvoir aller dans des endroits que vous apprenez est une expérience incroyable et permet aux connaissances de s'imprégner davantage. Dans l'ensemble, NOEP a été une expérience inoubliable que je recommande vivement à tous ceux qui souhaitent explorer le nord de l'Angleterre et son histoire !

Le programme du nord de l'Angleterre a été une expérience si merveilleuse et a offert une expérience approfondie et immersive de la culture britannique. Les cours étaient vraiment intéressants, d'autant plus que nous avons pu voir la plupart des sites associés à ce que nous apprenions. En plus des promenades sur le site, des conférences et des visites, vous disposez de suffisamment de temps pour explorer à votre rythme et découvrir tout ce que le nord a à offrir. S'il y a des études à faire, le programme est plus axé sur les expériences et l'immersion culturelle. Certains des meilleurs plats à emporter étaient assis dans des pubs uniques aux noms colorés, parlant aux habitants ou avec le groupe, explorant les ruines de l'abbaye de Fountains et des week-ends gratuits à Liverpool et à Édimbourg. Vous verrez beaucoup de choses incroyables que peu de gens font. J'ai certainement eu un voyage incroyable dont je me souviendrai. Je le recommande vivement à tous les étudiants en histoire, à tous ceux qui s'intéressent à la culture britannique ou aux personnes qui aiment explorer.

Le programme du nord de l'Angleterre a été une expérience merveilleuse. Le programme est rempli de nombreuses visites de sites intéressants, de bâtiments historiques et de musées. Parallèlement à ces visites, il y a bien sûr des classes impliquées dans le voyage, car c'est un étudier un voyage à l'étranger, mais une grande partie de ces cours et du programme dans son ensemble sont axés sur les expériences. Qu'il s'agisse d'escalader le mur d'Hadrien, d'aller dans un pub appelé le One Eyed Rat avec le groupe, de voyager à Dublin et à Édimbourg le week-end ou d'assister à Evensong à York Minster, j'ai certainement eu beaucoup d'expériences que je n'oublierai jamais . Vous n'avez pas besoin d'être majeur en histoire pour passer un bon moment et apprendre beaucoup de NOEP. Je suis un Idls, une majeure en éducation au collège et j'ai passé un bon moment. Le voyage est ce que vous en faites, et je recommande vivement à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire, à l'Angleterre ou simplement à l'expérience de la vie à l'étranger de s'inscrire à ce programme.

Le programme du nord de l'Angleterre a été une expérience agréable et éducative. J'ai vraiment aimé la richesse de la culture et de l'histoire des lieux que nous avons visités. Il y a beaucoup de temps pour explorer et découvrir un peu d'histoire par vous-même des gens de la région. Tous les musées sélectionnés pour le voyage sont attrayants et uniques. Mon préféré était le musée militaire de Chester, mais il y en avait beaucoup d'autres comme le musée de la soie et plusieurs galeries d'art. Les conférences détaillées pour les classes sont bien prises en charge par les musées, et certaines conférences ont lieu lors de promenades dans les murs de la ville. Le voyage comprend également l'abbaye de Fountains et le mur d'Hadrien, qui montrent vraiment la beauté que l'Angleterre rurale a à offrir. Il y a aussi plusieurs églises et cathédrales à visiter, ainsi que des pubs et des magasins. En ce qui concerne l'hébergement et la cuisine, attendez-vous à l'excellence à l'Alcuin Lodge à York et aux boulangeries dans chaque ville et village. Il y a aussi beaucoup d'opportunités pour une pinte occasionnelle. Dans l'ensemble, j'ai eu une merveilleuse expérience en explorant l'Angleterre et en découvrant un pays riche en histoire. Il était clair que le Dr Chappell a consacré du temps et des efforts à la planification d'un voyage complet, éducatif et extraordinaire pour 2016, et je suis sûr qu'il fera le même effort dans les années à venir.

Pour tous ceux qui ont des réserves sur ce voyage, je vous recommande sérieusement de vous inscrire, surtout si vous n'avez jamais voyagé à l'étranger auparavant. Vous rencontrerez des gens adorables, visiterez des endroits incroyables et mangerez de délicieux plats. Je soulignerai que l'idée que la nourriture britannique n'est pas bonne est tout simplement fausse, surtout si vous aimez le bacon.Cependant, les week-ends gratuits offrent également d'excellentes opportunités de voyager dans les grandes villes du Royaume-Uni telles que Dublin, Édimbourg et Londres (j'ai même sacrifié la majeure partie d'une journée à Londres pour aller visiter les studios Warner Brother's Harry Potter terrain arrière, ce qui était fantastique). Quoi qu'il en soit, inscrivez-vous au programme! Vous ne le regretterez pas.

Faire partie du programme du nord de l'Angleterre l'été dernier a été une expérience incroyable. Vous pourrez en apprendre davantage sur l'histoire des lieux où elle s'est déroulée et visiter des musées et des sites où se trouvent des artefacts qui la présentent. Une autre partie étonnante de ce voyage est le fait que les personnes avec qui vous allez deviennent une sorte de famille très unie. Je suis toujours ami avec toutes les personnes avec qui je suis allé lors de ce voyage, et nous avons même un brunch et un dîner ensemble au moins une fois par mois. Mais peut-être que l'une des meilleures parties de ce voyage est que vous apprenez à connaître le Dr Chappell à un niveau plus personnel que si vous l'emmeniez suivre un cours à Harrisonburg. Maintenant, ne pensez pas que ce voyage n'est qu'un apprentissage et que nous avons réussi à nous amuser. Que ce soit pendant notre temps libre dans les villes où nous avons séjourné ou nos aventures de week-end à Dublin, Édimbourg ou Londres, de toute façon, c'était une explosion et j'aimerais pouvoir refaire ce voyage.

Le programme du nord de l'Angleterre du Dr Chappell est une expérience formidable. Pendant mon séjour en Angleterre, j'ai vécu des expériences incroyables en explorant des sites centenaires, en m'instruisant (de première main) dans les cultures locales et en absorbant la longue et riche histoire de la nation. Pendant votre séjour en Angleterre, vous dînerez sur des spécialités telles que du fromage, des rouleaux de saucisse et du bon bacon anglais. Cela est particulièrement vrai dans la belle ville du nord de York, ses rues ne manquent pas de boulangeries. Boulangeries où, je pourrais ajouter, vous pouvez facilement acheter un déjeuner très copieux pour moins de quatre livres (6 $) ! Grâce au programme du nord de l'Angleterre, j'ai acquis une nouvelle appréciation pour mon propre pays ainsi que pour la Grande-Bretagne, et j'ai hâte d'y retourner un jour. Aller! Appliquer! Mangez du fromage ! Et rappelez-vous : Dieu sauve la reine !

J'ai vraiment apprécié ma visite, tout était vraiment cool. Entre les gens, la nourriture, la culture et les sites touristiques, je n'aurais pas pu rêver mieux. Les cours étaient simples et souvent liés à nos visites, ce qui a permis de concrétiser notre apprentissage. Notre groupe était assez petit (8) et nous sommes rapidement devenus amis, pendant notre mois là-bas, j'ai appris à tous assez bien les connaître et nous restons toujours en contact. Si vous hésitez à y aller, faites-vous plaisir et allez-y. Vous ne le regretterez pas.

Quelle explosion ! Faire partie du programme JMU 2015 du nord de l'Angleterre a été l'une des meilleures décisions que j'ai jamais prises. Au cours des quatre semaines qui englobent le programme, vous apprenez beaucoup, voyez beaucoup et expérimentez beaucoup. Le cours intensif d'un mois sur l'histoire et la culture anglaises était parfois intense et fatiguant, mais à la fin, cela en valait la peine. Le programme peut sembler un peu cher sur le papier, mais les opportunités que vous rencontrez sur le programme ne se produisent pas tous les jours. Les exclusivités d'initiés que vous obtenez en valent la peine. Les hébergements tout au long du voyage sont agréables et de bonne qualité. Le nombre de musées, de cathédrales, d'églises et de sites patrimoniaux abonde. Vous n'avez même pas besoin d'être un passionné d'histoire pour apprécier tout ce que les villes et le pays ont à offrir, mais cela aide !

Certains de mes favoris particuliers du voyage de 2015 étaient les sites historiques que nous avons visités. L'abbaye de Fountains était, et est toujours, l'endroit le plus incroyable que je connaisse. La grande ruine monastique vous laissera littéralement sans voix. Si jamais je retourne en Angleterre, c'est définitivement sur la liste des endroits à revisiter. Un autre site impressionnant était le mur d'Hadrien. Pour être honnête, le mur lui-même est un peu décevant après avoir vu l'abbaye de Fountains, mais le paysage environnant met vraiment tout en perspective. La campagne anglaise vallonnée était une vraie beauté à voir. Dans les deux cas, vous ne voyez pas seulement l'histoire, vous en faites l'expérience. Tout le monde peut lire sur tous les endroits que vous visitez pendant le voyage, mais marcher réellement dans ces mêmes couloirs, rues et murs de pierre est une tout autre affaire.

Un autre avantage du programme est d'avoir des week-ends libres. J'ai voyagé à Dublin, Édimbourg et Londres, comme la plupart des autres membres du groupe. Avoir ce temps libre m'a vraiment permis de

sortir de ma zone de confort et maximiser mon temps au Royaume-Uni. En guise de conseil, vous pouvez planifier systématiquement vos week-ends, mais des choses vont arriver et votre travail acharné s'effondrera sous vos yeux. Par exemple, j'ai eu la malchance de perdre mon téléphone à Dublin. Je l'ai finalement récupéré, mais ce n'est qu'un exemple où ma planification minutieuse a été gâchée. Il est conseillé de coordonner vos plans de week-end avec les autres membres du groupe. Après tout, le système de jumelage est bon à pratiquer à l'étranger.

Mon séjour en Angleterre m'a certainement aidé à grandir en tant qu'étudiant et en tant que personne. L'expérience à elle seule s'est avérée extrêmement instructive. En me familiarisant avec l'Angleterre, j'ai beaucoup appris sur moi-même. N'ayant jamais quitté les États-Unis auparavant, le NOEP de JMU m'a donné le goût du voyage et j'espère continuer à parcourir le monde. Le programme était vraiment une expérience unique en son genre. Être conduit dans le nord de l'Angleterre par un vrai Yorkshireman l'a rendu d'autant plus authentique et intéressant. Si je pouvais refaire le programme, je m'inscrirais sans hésiter ! Enfin, contrairement au cliché, il ne pleut pas tous les jours en Angleterre !

Le programme du nord de l'Angleterre m'a fourni une expérience au niveau de la rue et le début d'une vue plus complète du nord de l'Angleterre que je n'aurais pu espérer si j'avais tenté de faire ce voyage par moi-même. Au cours de la journée, les conférences et les promenades m'ont permis de mieux comprendre l'histoire unique du passé de chaque ville et de reconnaître le rôle de chaque ville dans l'histoire du nord de l'Angleterre. La nuit, la nature petite et intime des villes m'a permis de mieux comprendre chaque ville présente et de reconnaître le rôle du nord de l'Angleterre dans le monde moderne.

Mes expériences avec le programme d'été à l'étranger 2014 dans le nord de l'Angleterre m'ont permis de m'explorer moi-même et l'histoire comme jamais auparavant. Comme c'était ma première fois hors du pays, c'était exaltant de s'aventurer directement dans l'histoire ancienne (de jouer à cache-cache dans les ruines romaines datant du premier siècle après JC à marcher le long du mur d'Hadrien) tout en étant capable de littéralement marcher à travers l'histoire médiévale plusieurs fois (magnifiques cathédrales, remparts, sol pavé) pour ensuite rejoindre la vie contemporaine pour un délicieux dîner et des déambulations nocturnes dans l'air rafraîchissant du nord de l'Angleterre. Même les musées en Angleterre ont surpassé de loin tous ceux que j'ai visités en Amérique - par exemple, le musée Viking à York avait une exposition qui nous faisait traverser un village viking recréé dans un chariot en mouvement sur une piste qui ressemblait à un tour de montagnes russes intérieur lent, complet avec des animatrons réalistes et des effets sonores. Le Dr Chappell a l'expérience unique d'un instructeur du NOEP en ce sens qu'il vient en fait de York lui-même. d'une mère supérieure âgée qui a joué avec la reine quand elle était petite et une histoire très drôle impliquant les Chippendales, et vous pourriez avoir une petite idée de ce que je veux dire.) Cela dit, je peux honnêtement dire mon expérience avec le nord de l'Angleterre m'a donné un plus grand sentiment d'indépendance personnelle, renforcé mon désir de compréhension historique et encouragé davantage mon intérêt pour les études muséales et les voyages.

Ce voyage a été une expérience incroyable. C'était la première fois que je voyageais à l'étranger, mais ce fut un voyage spectaculaire et instructif dans un autre pays. Pouvoir être dans et à proximité de bâtiments centenaires est quelque chose qui ne peut tout simplement pas être battu. Les connaissances que vous pouvez acquérir grâce à ces cours dépassent celles que vous apprenez en classe (qui à elles seules représentent beaucoup d'informations), à partir de l'éventail de personnes et de périodes que vous pouvez expérimenter en un court séjour de 4 semaines.

Amusez-vous, rencontrez de nouvelles personnes, absorbez autant que possible et n'oubliez pas de faire vos devoirs (surtout la classe de niveau 400, ne laissez pas le document de recherche vous surprendre).

Le programme du nord de l'Angleterre a été une expérience merveilleuse pour couronner ma carrière de premier cycle. L'opportunité de voir et de vivre dans les villes de Chester, York et Durham m'a permis de faire l'expérience d'une culture et d'une histoire avec lesquelles j'avais eu peu d'interaction et que j'ai énormément appréciées. Je recommande ce programme à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire et/ou à la culture anglaise.

Décider de participer au programme d'études à l'étranger du nord de l'Angleterre a été l'une des meilleures décisions que j'ai jamais prises. Étudier à l'étranger m'a vraiment fait sortir de ma zone de confort et m'a aidé à grandir en tant que personne. Ce programme est particulièrement incroyable parce que le Dr Chappell connaît incroyablement bien la région et son histoire, mais a également grandi dans la région et connaît les tenants et les aboutissants de la culture et des habitants. Vous ne pouvez pas battre une telle expérience!


Voir la vidéo: GB: reconstitutions historiques autour du mur dHadrien